Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paroisse saint françois d’assise

  • TEMPS DE CONVIALITE DANS UNE PAROISSE CENTENAIRE, SAINT FRANCOIS D’ASSISE DE VANVES

    Un temps de convivialités est prévue à la paroisse Saint François aujourd’hui après les messes de 10H et 18H avec un apéritif dans les jardins de Saint François pour se retrouver dans le respect des normes sanitaires, à défaut de la kermesse de printemps qui n’aura pas lieu comme l’année dernière à cause de l’épidémie. Et même de la célébration d’un anniversaire comme en avait fait état le blog le 21 Avril dernier : les cent ans de cette paroisse confiée à l’abbé Mortier dont la chapelle, à l’époque, avait été bénite le 13 Mars 1921 par le Cardinal Dubois,  dont certains habitants du Plateau se souviennent (de la chapelle bien sûr).  

    Mis peu se souviennent de cette chapelle en brique construite par l’architecte Charles Venner à l’emplacement des jardins actuels de l’église, qui avait  dû être détruite au milieu des années 80 car elle menaçait de s’effondrer, des pierres tombant sur les paroissiens. Elle a été  remplacé par l’église actuelle avec son pavillon pour le foyer d’accueil, inaugurée et bénie en 1986 par Mgr Favreau, alors Evêque du diocése des Hauts de Seine

    «Cette église Saint François a une double histoire propre : l’histoire de la présence chrétienne sur le Plateau de Vanves qui n’était pas construit, ni loti, ressemblant à la Zone. Je me souviens de grands parents à qui ont avait dit lorsqu’ils se rendaient de Paris à Clamart à bicyclette, « quand vous traversez le Plateau de Vanves, vous ne vous arrêtez pas ! » parce que c’était une terre habité par des zonars » confie Bertrand Auville curé de Vanves. Un ouvrage consacré aux 85 ans de la paroisse à l’occasion des 20 ans de la nouvelle église, écrite par ses paroissiens rappelle toute cette période, «avec le pére Mortier, un personnage, le patronage et les colonies de vacances qui ont laissé pour les jeunes de cette époque un souvenirs aussi fort de la Féclaz pour ceux qui ont suivi, pour essayer d’encadrer cette jeunesse et éviter qu’elle ne parte à la dérive, la pastorale ouvriére et populaire, avec des secours. C’était vraiment quelque chose de spécifique».

    Le pére Auville ne cache pas «qu’on a un projet de travaux de rénovation et de réfection, après avoir ériger cette statue de St François qui se veut  un signe dans ce quarter, une figure universelle qui parle à tout le monde, même à ceux qui n’entre pas dans l’église». Ce projet concernerait surtout cette entrée, dénommé le Narthex, qui est devenue vieillot. «On souhaiterait qu’il devienne un  lieu d’accueil, qu’on puisse y trouver des informations, quelqu’un qui les recoive et pas ce bureau un peu confiné au fond. Et  on voudrait éclairer ce lieu »

  • UNE SEMAINE A VANVES SANS RENDEZ-VOUS A CAUSE DU COVID-19 MAIS AVEC UN NOUVEAU TOUR DE VIS

    Tout est fait avec cette crise sanitaire pour qu’il n’y ait plus aucune animation dans la ville, en dehors d’ateliers vélos comme la semaine dernière placede la République, la cérémonie d’accueil des vanvéens naturalisés français à l’hôtel de ville, le concours d’éloquence au lycée Michelet, samedi où deux vanvéens sur 9 lycéens se sont illustrées, la fête de Saint François célébrée dimanche à la paroisse qui devrait fêter ses 100 ans de présence sur le Plateau en 2021 comme l’a annoncé le pére Bertrand Auville, curé de Vanves, avec l bénédiction des animaux (sur la photo) etc… Pourtant la vie continue malgré tout !

    La première antenne 5 G de Vanves a été installée la semaine dernière sur le toit d’un immeuble du bailleur social privé, Toît et Joie (ex-Logement Français), situé rue de Châtillon. Les locataires de cet immeuble avaient reçu, durant l’été, un courrier de leur bailleur les informant de ce projet d’implantation par Bouygues Télécom, mais sans préciser le type d’antenne. Ce qui avait suscité quelques inquiétudes de leur part vis-à-vis des conséquences des ondes émises sur l’état de santé de personnes fragiles, et le débat actuel entourant leur implantation d’une manière générale, qu’ont essayé de calmer les élus du quartier, ainsi qu’un élu EELV qui les avait rencontré.

    La piscine de Vanves a ré-ouverte ses portes depuis une semaine, après un revirement préfectoral dans les mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19, et notamment avec la décision de fermer tous les ERP (Etablissement Recevant du Public) de type X (gymnases, salles de sports). Alors que la pratique du sport en intérieur n’était autorisée que pour les mineurs, soit dans le cadre scolaire, soit dans le cadre associatif, le préfet a revu sa copie en autorisant l’entraînement des sportifs de haut niveau, mais aussi les compétitions liées. Ainsi, les cours d'Aquabike, les cours bébés nageurs ont repris ou devraient reprendre à la piscine Roger Aveneau. Les salles de sports privés ont pu ré-ouvrir, mais pas les gymnases et autre équipements sportifs municipaux. Et quelques activités associatives vont pouvoir reprendre comme aux ateliers d’expression, avec respect des mesures de prévention

    Mais «plus de fêtes de famille. Plus de soirées. Fermeture totale des bars». Par contre, après concertation avec les représentants du secteur, les restaurants pourraient rester ouvert avec des «régles sanitaires renforcées» devrait annoncer ce matin, le ministrede la Santé. Le basculement s’est opérée hier soir après trois jours sur le fil du rasoir, pour Paris et les communes, comme Vanves, de la petite Couronne, qui ont été en  «zone d’alerte maximale».  Pour être classé dans cette catégorie, un territoire doit remplir trois conditions : Le taux d'incidence (nombre de cas positifs pour 100.000 habitants) doit être supérieur à 250. Il est actuellement de 259 à Paris. Le taux d'incidence chez les plus de 65 ans doit être supérieur à 100 ; il est de 133 dans la capitale. Enfin, plus de 30% des lits de réanimation doivent être occupés par des patients Covid : On est à 32% à Paris. 

    «Il faut voir ce qu'il se passe avant de renforcer de nouveau les mesures» justifiait Yazdan Yazdanpanah, médecin infectiologue et membre du Conseil scientifique, vendredi sur Europe 1. «Sur les hospitalisations, la mortalité, on voit l'impact des mesures qu'on met en place au moins 15 jours aprèss» ajoutait il en  estimant ainsi qu'il ne faut pas oublier le chemin parcouru depuis la première vague : «On a les masques, on a les tests, on en sait beaucoup plus sur la maladie... On a des traitements qui fonctionnent quand même pour diminuer la mortalité, diminuer les passages en réanimation donc je pense que ça ne sera pas pire qu'au mois de mars» énumèrait-il.

  • INAUGURATION D’UNE STATUE DE SAINT FRANCOIS A VANVES LE JOUR DE SA FETE

    A l’occasion de la fête de Saint François, la paroisse Saint François d’Assise de Vaves inaugure une statue de ce saint choisi parmi plusieurs projets voilà un an, à l’occasion de la Saint François 2016. Elle sera bénie par Mgr Aupetit, Evêque du diocése des Hauts de Seine (sur la photo derrière l'Autel avec le pére curé Auville à SAint François)  après la messe prévue à 19H

    «La première motivation qui est la nôtre est de manifester à l’extérieur ce qui se vit à l’intérieur de l’église. Le carrefour des rues Gambetta et Sadi-Carnot est un lieu de passage : école, collège, centre commercial, métro… Il s’agit bien là d’un projet missionnaire et prophétique ! Saint François est un saint universel. Sa figure est parlante. Il est beaucoup vénéré par le plus grand nombre. Saint François a été le chantre de la création, y compris de la création artistique. De plus, il est de tradition, dans l’Église, de passer des commandes à des artistes qui, de leur talent et de leurs mains, font naître et renaître le message du Créateur » explique le pére Bertrand Auville, curé des paroisses de Vanves