Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

réforme des retraites - Page 3

  • REFORMES DES RETRAITES : LA SENATEUR DE VANVES PORTE PAROLE DE L’UMP

    C'est fait. Après l'Assemblée nationale, le Sénat a adopté à son tour vendredi soir le projet de loi sur les retraites. Le texte a été adopté par 177 voix contre 153. La majorité UMP et Union Centriste a voté pour sauf les centristes du MoDem qui se sont abstenus. La gauche PS, CRC-SPG (communistes et parti de gauche), Verts et RDSE (Radicaux, à majorité radicaux de gauche) ont voté contre.

     

    Mère des réformes, pour le président de la République Nicolas Sarkozy, le projet de loi recule de 60 à 62 ans, à l'horizon 2018, l'âge légal de départ à la retraite et de 65 à 67 ans l'âge de départ sans décote (c'est à dire même si la durée de cotisation nécessaire n'est pas atteinte). « Ce moment est solennel parce qu'il est celui de la lucidité, de la responsabilité, du courage » a déclaré le ministre du Travail Eric Woerth en concluant les débats. « Le gouvernement avait un objectif: que l'équilibre du texte soit préservé. Faire évoluer le texte oui, le dénaturer non » a-t-il lancé.

    Lors des explications de vote, c’est Isabelle Debré qui a parlé au nom de l'UMP et en a profité pour rétorquer face aux socialistes  que «la première mesure d'équité et de justice sociale, c'est d'abord de financer le système des retraites». Il est vrai que le président du groupe PS, Jean-Pierre Bel, avait estimé que, par sa guérilla de retardement, la gauche sénatoriale avait «réussi à déjouer les plans élaborés par le président de la République et ses conseillers». Le mouvement social d'opposition à la réforme des retraites est «massif» et «profond», a estimé le sénateur de l'Ariège.

    En début de semaine prochaine, les deux assemblées par le biais de la commission mixte paritaire se mettront d'accord sur un texte définitif et le vote final aura lieu à la fois à l'Assemblée et au Sénat entre mardi et jeudi. La Commission mixte paritaire (7 sénateurs, 7 députés) dont fait partie Isabelle Debré,  chargée d'établir un texte commun entre les deux assemblées, se réunira lundi 25 octobre.

     

    ISABELLE DEBRE AU SENAT : « Le première des justices est de financer ls retraites ! »

     

    La déclaration d’Isabelle Debré au Sénat à la fin de 150 H de débats et 131 amendements adoptés :

    « Au nom de l'UMP, je tiens à remercier les ministres pour leur écoute et leur disponibilité. Mes remerciements s'adressent aussi à Mme Dini et à M. Leclerc, grâce à qui nous avons un texte équilibré. Je rends hommage à son sens de l'écoute et à sa résistance. L'état de nos finances faisait de cette réforme un impératif : il en allait de la sauvegarde de notre système de répartition. Le groupe UMP se réjouit que la majorité ait eu le courage d'entreprendre cette réforme sur les retraites. Effectivement, la première des justices, c'est de financer les retraites !

    La solution retenue a été la plus réaliste : nous ne pouvions nous enfermer dans les dogmes du « toujours plus » ; la majorité a fait le choix de la responsabilité pour maintenir les retraites actuelles et garantir les retraites futures. Nous nous réjouissons que la Haute Assemblée ait rééquilibré les temps de travail et de retraite. Avec un âge de départ porté à 62 ans, la durée de la retraite sera au moins supérieure de trois ans à ce qu'elle était en 1980. Il n'y a donc aucun recul social, mais uniquement une prise en compte des réalités démographiques. De nombreux aménagements ont été acceptés : pour les mères de famille, pour les parents d'enfants handicapés, pour les travailleurs exposés à l'amiante. Notre Haute Assemblée peut se réjouir du travail accompli afin que la réforme soit le plus juste possible. Nous soutiendrons votre projet et nous vous félicitons pour votre volontarisme »

  • 1ére REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER DE L’AUTOMNE A VANVES (Suite et Fin) AXEE SUR LA VIE LOCALE

    Rien des contestations et des manifestations contre la réforme des retraites n’a transpirée ou transparu durant ses 3H30 d’échanges à l’école Marceau mardi soir. Pourtant, Vanves commençait à en ressentir les effets : Rue Jean Bleuzen bloquée depuis le Bd Périphérique par les véhicules venus faire le plein à la station total après les écoles Gambetta et Marceau, voiture brulée rue Louis Dardenne devant le LEP qui est surveillé depuis par la Police pour éviter les débordements. De même au lycée Michelet et au collége Saint Exupery dont quelques lycéens ont manifesté, percredi,  aux abords du Sénat où Isabelle Debré siége jour et nuit avec ses collégues. « C’est un cauchemar » répondait Isabelle Debré lorsqu’on lui demandait comment cela se passe au Sénat.

    Et depuis cette réunion, d’autres événements se sont déroulés comme les obséques d’Yves Saccard, ex-président de la section football, jeudi matin, à laquelle elle participait avec le maire et de nombreux élus, aux côtés de sa famille et de celle du football de Vanves, avec un François Praud, président du Stade de Vanves très ému qui a cogné sur le cercueil lors du dernier hommage pour dire « on est avec toi ». « C’était un homme solide sur lequel on pouvait compter et se reposer et qui, comme trésorier du Stade de Vanves, a signé les chéques que les sections avaient besoin,  jusqu’au dernier moment » témoignait il. Et bien sûr, le lancement de Voisins Solidaire à Panopée sur lequel nous reviendrons avec Atanase Périfan, créateur de la fête des Voisins. Une opération qui pourrait avoir pour premier exercice pratique l’appel à la solidarité du voisinage  pour passer à la TV tout Numérique le 8 Mars 2010.  Comme cela s’est déroulée dans d’autres régions où des voisins sont venus aider des personnes âgées ou isolées à re-régler leur poste TV après des changements de fréquences ou éviter de se faire gruger par des margoulins.

     

    LOGEMENT : L’un des temps fort de cet échange fut provoqué par une question sur le logement – « A Vanves beaucoup ont besoin d’être logé ? » - permettant au maire de revenir sur cette question majeur et de répondre à ses détracteurs. « Elle est devenu de plus en plus difficle car au fil des années, les flux migratoire vont de la province à la ville. Or l’augmentation de logements n’a pas été proportionnele, insuffisant par rapport aux besoins » a-t-il répondu dans un premier temps en parlant des attributions et des quotas préfectuaux, 1% logement… « Nous avons 26% de logements sociaux à Vanves, ce qui représente 3000 logements, ce qui est largement correct, construits par mes prédécesseurs dans les années 70, entretenus et réhabilités depuis. Nous aurions avec 30% de logements sociaux de quoi fournir. Mais il n’y a pas de turn-over. Et si j’attribuais 150 logements voilà 10 ans, je n’en attribue plus qu’une petite trentaine maintenant. Et  nous sommes bloqués, car là où nous pourrions construire, ce sont des terrains privés dont le foncier est très cher. Et on arrive à faire de petites unités mais qui restent marginales » a-t-il poursuivit en parlant de la maison pour adultes handicapés Simon de Cyréne. « Je veux bien que l’on nous montre du doigt.  Mais 50% des communes en Ile de France ne construisent pas de logements ou n’en ont même pas. Alors avec 26% ! ». Une vanvéen l’a questionné sur les sur-loyers et de son intervention uprès des bailleurs : « Je leur ai demandé d’être au plus bas du plancher ! »  

     

    CONSEIL DE QUARTIER : A l’occasion de la présentation du nouveau Conseil de Quartier désigné la semaine dernière, Bernard Gauducheau est revenu sur le fait « de participer, de prendre la main d’une mamie pour s’occuper d’elle » qui lui semble plus important que « de faire part de son mécontentement sur les papiers par terre ». Mais il n’a pas cité (heueusement) les crottes de chiens. « C’est cela qu’il faut cultiver, car il faut attacher de l’importance aux choses importantes, trouver des idées pour enrichir nos relations humaines ». Il a d’ailleurs annoncé que ce Conseil de Quartier disposera d’un local, situé entre la Police Municipal et la librairie, après préemption par la ville. Il a annoncé qu’il devait signer les actes notariaux ces jours-ci

     

    PLATEAU : A l’occasion d’une question sur un affaisssement de terrain rue Danton suite à  la fuite d’un collecteur, GPSO et la ville devrait faire un relevé de géométre pour savoir qui est chez qui. « On a du mal à retrouver des plans précis entre les notaires et nos services. Ce quartier a 40 ans et on commence à avoir des problèmes d’affaissement et de fuites »

     

    TAXE D’HABITATION : Une vanvéenne s’est étonnné de la hausse de 4,2% de sa taxe d’habitation alors que la mairie dans un document indiquait que la ville n’avait pas augmenté ses taux : « Je le confirme, mais cela peut provenir des serices fiscaux (+1 ,5%) et de la part de la Région et du département » a-t-il répondu en pécisant qu’il ne cache rien : « Depuis que l’on est à la mairie, je mets tous les documents sur le site Internet et tous les chiffres sont transparents. Et des gens comme vous, ont réagi comme vous. Mais peut être dû à une revalorisation de leur valeur locative à la suite de travaux (dans lerur pavillon) ».

     

    FUN PARK : Un vanvéen s’est plaint que cet espace soit colonisé par les jeunes ainsi que le parking des Papillons, en faisant un lien avec les box fracturés et les voitures incendiés. « Je ne suis pas sûr que ces dégradaions soient dûes aux jeunes qui fréquentent le Fun Park ! » a répo,du la maire  - « Mais on ne peut plus rentrer dans le parking sans craindre de les renverser ! C’est luna Park ! » a surenchérit son interlocuteur - « On vient d’installer une caméra de vidéosurveillance qui devrait avoir des effets disuassifs. Quant au parking Papillon, j’avais proposé de réserver un étage. Mais cela a été reporté à cause des sommes impirtantes à engager (700 000 €) afin de le rendre accesssible au grans public ». Du coup un autre riverain a demandé si la police municipale ne pourrait pas faire des rondes dans ce parking. « Non car c’est un lieu privé ! C’est aux copropriétaires de s’organiser pour assurer et payer les frais  la sécurité, mais ils ne le veulent pas » a répondu Laurent Lacomère, maire adjoint chargé de la Sécurité en demandant « combien de personnes avaient porté plaintes après de tels faits ?  Personne ! ». Du coup Bernard Gauducheau a insisté en déclarant que « le parking Papillon est une tâche. Et il faut trouver une solution pour s’en sortir. Quant au Fun Park, on le surveille. C’est un endroit qui plaît aux jeunes. Et il a permis d’assénir leclimat à l’intérieur du Plateau ety ses espaces publics avec ses regroupements de jeunes qui jouaient au ballon. Il a pêrmis de ramener le calme et cela n’a rien à voir avec d’autres villes de l’Ile de France ».

     

    PATINOIRE : « L’espace entre la rue Jean Jaurés et la Poste est une véritable pâtinoire » s’est plainte une habituée. « C’est un souci permanent. J’en parle toutes les semaines. Cela a été réalisé voilà 15 ans en partant d’un bon sentiment. Il s’agit d’un bois exotique qui finit par pêtre glissant même si on le nettoie réguliérement. Et j’ai fait rajouté un rampe. Je vous encourage à l’utilisrr en attendant une  meilleure solution ».

     

    SALLE GERARD ORILLARD :  Un participant a demandé quel était le statut de la salle Gérard Orillard et si l’onpouvait y organiser une assemblée générale de copropriétaires par e’xemple ? – « C’est une salle municipale qui a été mise à la disposition de l’association cultuelle Tous Ensemble. C’est un choix que j’assume à 100%. Ce qui a permis de faciliter la vie dans ce quartier. Il était normal que les musulmans aient un lieu comme les autres. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de problèmes. Mais les nouveaux responsables de cette association sont sérieux » a-t-il répondu en précisant que « le maire s’est réservé de l’utiliser en cas de force majeure et lors des élections. Maintenant, vous pouvez très bien aller demander aux respionsables s’ils ne peuvent pas vous la prêter pôur une asssemblée générale ».

  • JOURNEES AGITEES A VANVES ENTRE LYCEENS, ANCIENS COMBATTANTS ET LAUREATS

    A peine rentré d’Irlande, le maire de Vanves a tout de suite été mis dans le bain d’une actualitée malmenée par la contestation contre la Réforme des Retraites, lorsque ce n’est pas des blogs ou des réflexions rapportées qui l’exédent. A tel point que devant les commerçants qu’il recevait hier en fin d’après midi à la Mairie pour dresser un bilan de l’opération « Commerce de Proximité » et remettre les 21 lots aux vanvéens gagnants du concours financés par les commerçants, il ne pouvait s’empêcher d’envoyer une pique à ses détracteurs de tout poil : « On critique toujours ! Et là, quand on peut relever ce qui est bien, rien ! ». Il n’a pas tellement tort. Et il l’a échappé belle. Car à entendre la rumeur, la voiture brulée devant le LEP Dardenne avec quelques jeunes manifestants ou/et casseurs s’était transformée en fin de journée par 3 voitures brulées, de manifestants plus nombreux et des CRS venus remettre de l’ordre. Heureusement rien à voir avec Nanterre.

     

    COMMERCE DE PROXIMITE : 125 PARTICIPANTS ET 21 GAGNANTS

    Le service économique a innové cette fois hier en fin d’après midi  en invitant les commerçants et les 21 gagnants du concours organisé à cette occasion par la ville et le GEV, en présence de Bernard Gauducheau, Alain Toubiana, conseiller municipal délégué au commerce, Guy Janvier, conseiller général, Francine Aurand, Présidente du GEV, et quelques élus. Occasion de dresser un bilan de cette semaine : « 125 commerçants ont participé à cette opération. Nous avons constaté qu’il s’est passé quelque chose » a-t-il déclaré en rappelant que « Vanves a été distingué  « ville 3 sourires » avec Aurillac et Colombes. « Ce n’est pas toujours facile d’être commerçant, de résister, de bien faire son métier avec la concurrenve des villes voisines, plus grandes, et des grandes surfaces… sans compter les vanvéens qui vont faire leurs courses ailleurs. La semaine du commerce de proximité sert à faire prendre conscience qu’on des commerces dans notre ville. Notre mission est dde leur permettre et de les aider à se développer. Et n’hésitez pas à consommer à Vanves ! » a-t-il déclaré avant de remettre les lots financés par les commerçants et le GEV

     

    LE CHENE 92 ET SES BRANCHES

    La Branche altoséquanaise du Chêne, le club de réflexion initié par Michéle Alliot Marie, tenait sa première réunion Samedi dernier au Bistroquet sous la présidence de Julien Gazel, son président, conseiller municipal de Vanves et Isabelle Debré, sénateur et  porte  parole nationale du Chêne. Il s’agissait d’organiser le programme d’activités pour 2010/11 dans les Hauts de Seine à partir de thémes de réflexions centré sur le « mieux vivre ensemble » comme « l’unité nationale » plutôt que l’identité nationale, le gaullisme social dont les Hauts de Seine ont été un laboratoire durant le mandat de Charles Pasqua à la tête du Conseil Général des Hauts de Seine. D’ailleurs il est fort possible que ce dernier soit l’un des premiers invités de ce club de réflexion dans les Hauts de Seine ses prochaines semaines. Isabelle Debré a d’ailleurs expliqué aux présents à cette réunion que le Chêne prendra part à l’élaboration du prgramme du candidat de l’UMP à la prochaine présidentielle.

     

    ANCIENS COMBATTANTS : CEREMONIE MINIMUM

    Le secrétaire d’Etat aux anciens Combattants, Hubert Falco a décidé d’attribuer le diplôme d’honneur à tous les anciens combattants de 1939-45. Beaucoup de villes le leur ont  remis le 8 Mai dernier. Le maire de Vanves  a souhaité lors de l’AG de l’UNC de Vanves le 18 Avril dernier, attendre pour que cette remise officielle se déroule lors des commémorations du 11 Novembre qui prendraient ainsi une nouvelle ampleur, et a chargé le Comité Local des Anciens Combattants qui réunit toutes les associations d’y réfléchir en donnant quelques pistes. Mais voilà, à l’arrivée, les belles intentions sont restées lettres mortes. Il avait parlé d’un grand banquet des anciens combattants comme à Issy les Moulineaux pour marquer le coup avec tout le « tintouin ». Résultats : les 25 vanvéens qui devraient recevoir leur diplôme, devront se contenter du traditionnel pot organisé dans la salle des fêtes de la Mairie qui suit les cérémonies. En tous les cas, dommage de rater une si belle occasion de leur rendre un véritable hommage.