Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

police municipale - Page 9

  • CARNETS DE CAMPAGNE MUNICIPALES A VANVES : L’HEURE EST A LA PROXIMITE (PORTE A PORTE, REUNION DE PUBLIQUE, CAFE POLITIQUE…)

    Les têtes de listes sont présentes sur le terrain durant ces vacances d’hiver, même si l’un d’entre eux  (à la tête de la liste Vanves pour Vous) peste lorsqu’il réunit ses co-listiers dont il en manque la moitié parce que certains sont sur les pistes de ski. Ce qui l’amène à faire ses portes à portes plutôt avec les anciens que les jeunes ou les nouvelles figures de sa liste. Ce qui ne l’empêchera pas de déambuler aujourd’hui sur le Plateau et d’investir quelques restaurants de ce quartier à l’heure du déjeuner, après une soirée Rugby chez Soan hier soir. Il a commencé à dévoiler très timidement son projet en publiant une proposition par jour sur son blog. Le Front de Gauche distribue son premier tract depuis une semaine, pour annoncer qu’il sera présente à la bataille municipale avec Boris Amoroz comme tête de liste. Il devrait tenir sa première grande réunion publique le 6 Mars prochain.

    Justement la mode est aux réunions publiques de proximité. Bernard Gauducheau  a même prévu d’en tenir trois ses prochaines semaines entre le 3 et 20 Mars, tout comme les socialistes qui ont tenu leur première réunion à l’école maternelle Lemel dans le quartier des Hauts de Vanves…Mais sans la tête de liste retenue loin de Vanves par le décés de son pére, durant quelques jours. Jean Cyril Le Goff et Anne Laure Mondon ont ainsi remplacé, au pied levé, Antonio Dos Santos, entouré par quelques co-listiers dont Guy Janvier, conseiller général, Valérie Mathey…

     « Nous sommes réunis autour du programme construit sur la base d’un diagnostic, d’une enquête, d’une recherche de solutions au sein de plusieurs groupes de travail. Ce projet est ambitieux, réalisable et finançable. Nous sommes les seuls à le faire depuis 3 semaines. Nous ne laisserons pas impressionner par les critiques. Nous sommes là pour vous permettre de vous l’approprier grâce à ses réunions de proximité qui se termineront par un grand meeting le 20 Mars à l’école Larmeroux » a expliquée d’emblée Anne Laure Mondon, président du groupe PS/PC au conseil municipal en ajoutant que « cette liste défend l’éthique en politique. Elle est la seule à Vanves, à avoir signer la charte Anticor qui rôle le non-cumul des mandats, le respect de l’opposition, etc…, avec 49 autres listes dans les Hauts de Seine ». Deux clips vidéos ont été diffusés, l’un présentant la liste, l’autre le programme en terminant sur une carte de la ville avec ce slogan : « Objectifs Vanves 2020 ». Le jeu des questions pouvait commencer notamment sur la démocratie participative, la place du vélo à Vanves, l’animation commerciale et la piétonnisation du centre ancien, la couverture des tennis « dont profitent seulement quelques privilégiés », l’arrivée du Grand Paris Express à Vanves du côté du Clos Montholon….pendant une bonne heure et demie

    Inévitablement dans ce quartier des rues de Chatillon et de l’Avenir, sont revenus deux questions : Tout d’abord sur l’implantation d’un centre cultuel et culturel musulmam rue de l’Avenir : « Il semble qu’il s’agit d’une transaction privée entre une association et un propriétaire privé. Et nous en prenons acte. L’association a l’ambition de faire un Centre. Mais pour l’instant, nous n’avons vu aucun projet. Nous attendons de voir. Il y a beaucoup de rumeurs et de fantasmes. Et si elle veut faire ce centre, il nous semble qu’il faudra qu’elle investisse trois fois plus que ce qu’elle a prévue » a indiqué Jean Cyril Le Goff en ajourant : « Nous accompagnerons  dans la concertation, ce projet et nous étudierons la faisabilité avec l’association et les riverains, sans préjugés, dans la transparence. Nous partageons le fait que chaque communauté doit avoir sa salle »

    Ensuite sur la sécurité !  Valérie Mathey a indiqué que les socialistes préconisait l’installation d’une permanence de la police municipale dans ce quartier qui verrait ses horaires étendu le soir, et le week-end, car « sa présence rassure ! La vidéosurveillance ne peut pas faire seule, office de prévention. Nous souhaitons réorganiser la police municipale et intensifier ses relations avec la police nationale grâce à un partenariat fort ». Sur les autres questions, Jean Cyril Le Goff a insisté sur la rénovation du gymnase André Roche, la couverture des terrains de boules et de tennis « qui est une demande forte » en visant un objectif : « L’accés au plus grand nombre, et la couverture des tennis permettra d’acceuilir un plus grand nombre de jeunes à l’école du tennis ». Il a insisté aussi sur l’installation de bancs pour les seniors dans la ville : « C’est la première chose qu’ils demandent parce que c’est une question de mobilité. Et Bernard Gauducheau les a enlevés pour éviter que les jeunes se regroupent ! »

  • DES ANNNIVERSAIRES A PROFUSION A VANVES EN 2014

    Le Blog Vanves Au Quotidien termine ce cycle historique par quelques rappels d’anniversaires dont certains seront marqués ou célébrés d’une façon ou d’une autre

    Voilà 150 ans, en 1864 : 3 jours après la visite du jeune prince impérial à Vanves, Napoléon signait le 6 Août 1864, un décret par lequel le petit collége Louis-le-Grand installé en 1853 à Vanves, était érigé en lycée autonome. « C’était le premier lycée parisien établi hors les mur de la capitale, au grand air, lycée jardin » et non plus « lycée caserne » raconte Hyppolite Chailley dans son livre « Des origines au début du XXéme siécle ». « Sous le nom de lycée Impérial, le nouvel établissement allait bénéficier de la faveur du gouvernement qui lui donnait pour chef, avec  des collaborateurs d’élites, le proviseur même de Louis Le Grand, Jean Baptiste Jullien, recteur honoraire. Ce fut tout de suite le lycée à la mode. Les élèves affluèrent, l’effectif passant de 350 internes en 1864 à 767 en 1869 ».  Xavier Renard explique dans son livre consacré au Château et au lycée de Vanves,  que « la personnalité de M.Jullien a beaucoup contribué à fonder la réputation du lycée dés l’origine. Agé de 62 ans, en 1864, il offrait l’image rassurante du pater familias à qui les familles confiaient personnellement leurs enfants qui, ne l’oublions pas avaient moins de 11 ans »

    Voilà 130 ans, en 1884 : Création de la Bibliothéque le 1er Octobre 1884 sur la proposition d’un professeur du lycée Michelet qui fut élu maire quelques années plus tard : Eugéne Baudoin (1896-1900). L’assemblée municipale lui attribuait une somme de 1000 frs et demandait au Conseil Général  de la Seine une subvention de 21 500 frs. En 1885, les livres étaient rangés dans une armoire installée dans un couloir ou une pièce de l’hôtel de ville. Elle s’est installée plus tard dans l’un des pavillons qui entouraient la mairie, puis un baraquement avant de se trouver dans son emplacement actuel. C’est grâce à la persévérance d’Annie Jouhet, maire adjoint chargée de la culture avec l’aide de Dominique Lahary qui s’occupait alors du Bibilobus,  que son aménagement actuel a pu se faire lors de la construction du Centre Administratif avec son théâtre, son marché et la tour d’habitation. Les locaux au départ étaient mal adaptés, les architectes n’ayant pas consultés les spécialistes afin de réserver, par exemple, plusieurs piéces aux bibliothécaires pour entreposer  les livres et les documents afin de les préparer à la consultation. Elle réussit alors à récupérer des pièces qui étaient réservées au Stade de Vanves. Elle a ouvert ses portes en 1979.

    Voilà 100 ans, en 1914 : Aristide Duru, maire  de Vanves entre 1911-1919, est  l'un des plus méconnus alors qu’il a été très proche des vanvéens lors du premier conflit mondial (1914-1918). Au Conseil Municipal du 31 Juillet 1914, il faisait voter à l’unanimité le vœu suivant : « Considérant que dans les circonstances présentes, tous les français doivent se serrer autour du drapeau et de ceux qui le portent. Adresse au gouvernement de la République et à l’armée nationale, l’expression de son ardente confiance patriotique et un salut affectueux à ceux de ses membres mobilisables qui vont aller combattre pour la défense sacrée de la patrie »… alors que Jean Jaurés était assassiné à Paris. Deux jours plus tard l’Allemagne déclarait la guerre à la France. On imagine l’ambiance alors qui devait régner à Vanves comme ailleurs, avec ses affiches placardées appelant à la mobilisation. Aristide Duru indiquait alors à ses collègues que la Mairie faisait face à ses obligations de mobilisation et pour rassurer ceux qui partaient sur le sort de leur famille. Frédéric Pic, lorsqu’il lui a succédé en 1920,  a toujours pris soin de rappeler tout le bienfait qu’il a fait à Vanves pendant cette guerre, parlant de son urbanité, sa courtoisie, sa grande bonté qu’il a toujours su montrer envers ses administrés.

    Voilà 40 ans, en 1974 : Création du biblio club, première réalisation d’une politique du livre et de la lecture en direction des enfants : En moins de 4 ans, 560 enfants étaient inscrits, et pouvaient utiliser un fonds de 2000 livres. 10 ans plus tard, ils étaient 1550 disposant de 7150 livres. Le Foyer Danton était ouvert avec son restaurant pour les aînés vanvéens 

    Voilà 30 ans en 1984 : L’opération de rénovation du Plateau prenait fin. Si la première ZAC a été achevé en 1978, la seconde le fut en 1984 non sans mal, avec un déficit de11 M€ à cause de la crise immobilière qui a faillit mettre en cause la bonne fin de cette opération qui a demandé 25 ans pour aboutir. Le mode de cadencement des feux tricolore en 3 phases était mis en place au carrefour du Maréchal de Lattre de Tassigny. Un rond point était aménagé au carrefour de l’Insurrection pour éviter de trop nombreux accidents. La section de la LICRA qui était créée en 1984, a tenu sa première réunion avec JP Bloch qui avait dédicacé son livre « jusqu’au dernier jour » et reçu sur son stand du forum des association Richard Berry et Jane Masson qui vivaient alors ensemble. Pierre Bousquet était nommé à la Rentrée 1984 proviseur du lycée Michelet et remplaçait M.Jehl qui prenait sa retraite après 14 ans de service. La police municipale était créée avec un seul agent municipal, sous la direction de Marcel Gaumard, délégué Sécurité auprès du maire. Saint Français lancait la construction de son église actuel dessiné par l’architecte vanvéen, Alain Lamy. Enfin, Vanves accueillait le Congrés Départemental de l’UNC 92 à la mi-Mai. Projet que souhaiterait rééditer en 2018 le président actuel de l’UNC Vanves, Paul Guillaud.

    Voilà 20 ans, en 1994 : Les travaux de rénovation de la Maison de retraites Larmeroux prenaient fin après 3 ans de chantiers pour transformer les dortoirs en 41 chambres avec sanitaire lavabo-douche, un second ascenseur, réfection des cuisines et accessibilités

  • VANVES ENTRE LE 9.3 ET STRASBOURG : 5 voitures et 2 cyclomoteurs incendiés

    Le maire de Vanves est, de nouveau, confronté depuis quelques jours à des problémes de sécurité. La nuit dernière, de Vendredi à Samedi, a été particulièrement grave, avec 2 cyclomoteurs et  5 voitures incendiées dont une police. Du jamais vu, même une nuit de la Saint Sylvestre, Vanves basculant entre le 9.3 et Strasbourg capitale des voitures incendiées lors du réveillon du nouvel an.  Et fait exprés, la voiture de police incendié tronaît hier matin devant le commissariat, sur le chemin emprunté par tous les vanvéens des Hauts de Vanves qui se rendaient au marché ou à Intermarché.  

     

    Et tout cela, parce que les Pouvoirs Publics ont laissé pourrir la situation depuis l’été 2012 du côté de la rue de Châtillon. Car les 2 cyclomoteurs et 4 voitures privées ont été incendiés autour de la résidence du Logement Francilien, à deux pas de l’école maternelle Claude Lemel. Par des jeunes ( ?), par un court-circuit ( ?) comme certains le laissaient entendre. En tous les cas les pompiers et la police étaient appelés vers 3/4H du matin, Samedi,   par des habitants excédés. Pour la voiture de police, il serait quand même inquiétant de savoir si elle a été incendiée devant le Commissariat, ou si la carcasse a été ramenée après une attaque, un accident. Ce qui ne va pas arranger la situation du parc auto de la police de Vanves/Malakoff qui posait déjà beaucoup de soucis selon le syndicat UNSA Police

     

    La ville de Vanves est actuellement dans une passe très difficile en matière de sécurité, avec ce point très chaud de la rue de Chatillon où une bande d’une vingtaine de jeunes fait la loi depuis l’été dernier. Le commissariat, la ville, le Logement Francilien ont tenté de réagir, se réunissant avec les habitants de cette résidence et du quartier. La Commissaire de police a tenté d’expliquer à des habitants terrorisés et menacés qu’elle avait besoin de leur collaboration. Ce qu’elle a mis du temps à obtenir. Et lorsque la police a été appelée dans la nuit du 8 au 9 Mars, elle n’est même  pas intervenue, envoyant  un véhicule bien après les faits pour voir. Effets désastreux sur les habitants qui ne se sentent soutenus par personne.  

     

    Résultats : Une semaine après, 4 véhicules et 2 cyclomoteurs brûlés.  Et il ne s’agit que d’un quartier de Vanves, car le Plateau est maintenant touché avec des incendies de véhicules dans les parkings, une tentative de ré-occcupation de hall d’immeuble par des jeunes, sans parler de cambriolages chez les commerçants vanvéens. Le prochain bureau municipal (réunissant maire et maires-adjoints) prévu Mercredi en fin d’après midi risque d’être chaud, entre les tenants d’un renforcement de la police municipale ou du statu quo en la matière. Car malheureusement, une ville comme Vanves ne peut pas compter sur l’Etat à cause des restrictions budgétaires, d’effectifs et de moyens concernant la police nationale, mais que sur elle-même.