Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nicolas sarkozy - Page 3

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE TRES MUNICIPALE

    Il va être beaucoup question cette semaine des maires, des communes, de la réforme territoriale, car se tient au parc des expositions, le 97éme Congrés de l’association des maires de France auquel devrait participer Bernard Gauducheau, car elle va élire son président – très sûremment François Baroin – mais aussi des élus de Vanves. Maxime Gagliardi, maire adjoint aux sports devrait aller faire son marché au salon des maires et des collectivités locales. Il devrait être accompagné par des responsables du service des sports car il s’agit de trouver la bonne solution pour la future pelouse synthétique du terrain d’honneur du PMS André Roche qui convienne tant aux footballeurs qu’à la section athlétisme pour continuer ses activités.  Il en sera de même à Vanves, car pour la première fois, le maire organise, en trois séances successives, une sorte de forum ou de séminaire municipal qui réunira maires adjoints et conseillers municipaux délégués avec le personnel municipal pour décliner une feuille de route, pour ce mandat, à partir du programme municipal de la liste conduite par Bernard Gauducheau. Les élus UMP vont être très occupé cette semaine, avec un meeting de Nicolas Sarkozy mardi soir à Boulogne et surtout l’élection pour la présidence de l’UMP, samedi prochain. Ainsi, à la permanence de l’UMP rue Louis Blanc, se tiendra un bureau vote ouvert entre 9H et 18H pour les militants qui ne peuvent pas voter par Internet chez eux

    Lundi  24 Novembre

    à 20H30 à l’école Marceau : Soirée débat autour du film « l’adieu aux enfants » de Claude Couderc dans le cadre de la célébration des 25 ans de la Convention  des Droits de l’Enfant,

    Mardi 25 Novembre

    A 9H30 au Théâtre : Séminaire municipal qui devrait se répéter deux autres fois cette semaine à la Palestre et à Panopée, avec chaque fois, une partie du personnel communal, dont les services seront fermés ce matin là,  où  le maire avec la municipalité donnera la feuille de route de la ville pour 2014-15, à partir du programme municipal pour la mandature. Cette réunion sera animée par une entreprise de coaching et formation management  vanvéenne, INERGIE qui est installé rue Victor Hugo prés du lycée Michelet

    A 19H au PMS André Roche (Pavillon des sports) : Comité Directeur du Stade de Vanves avec à l’ordre du jour son renouvellement lors de l’assemblée générale qui se tiendra en fin de semaine, et qui fait polémique puisque la représentation de chaque section a été revu à l’aune des nouveaux statuts du Stade de Vanves

    A 20H au Théâtre le Vanves : Projection du film « Sur le chemin de l’école » de Pascal Plisson dans le cadre de la Célébration des 25 ans de la Convention  des Droits de l’Enfant

    Mercredi 26 Novembre

    A 20H30 à Panopée (et demain) : « Duende II » de Frédérico Garcia Lorca,  par la compagnie l’Abeille et l’Orchidée, avec Mireille Perrier qui a été formé au théâtre par l’Ecole de Chaillot sous la direction d’Antoine Vitez, et a été révélée au cinéma par les films « Boy Meets girl », « Un monde sans pitié, « Toto le Héros »

    Jeudi 27 Novembre

    A 20H30 à l’église Saint Remy : « Veillée pour la vie »  organisé pour la 5éme fois, en union avec le pape François et de nombreux diocèses de Frabnce et du monde. « Par la louange et l’adoration du Saint Sacrement, rendons grâce pour le don de la vie et donnons un témoignage commun pour une culture de la vie et de l’amour ».

    Vendredi 28 Novembre

    A 10H à Saint Remy (et à 20H30 à Saint François) : Echanges sur « la voie  bénédictine » après la conférence sur les congrégations ayant choisies pour patron St Benoit dans le cadre de l’Année de la Vie Consacrée

    A 18H devant Intermarché, Franprix, Supermarket : Collecte de la banque alimentaire

    A 19h salle Panopée : Assemblée Générale du stade de Vanves

    A 20 H30 au Théâtre Le Vanves (jusqu’au 2 Décembre) : « Candide » par la compagnie Drôle de Bizarre. Inspiré par les Contes de Voltaire, épurés à l’extrême, les tableaux sont déclinés comme autant d’arrêt sur image.

    Samedi 29 Novembre

    A 9H devant Intermarché, Franprix, Supermarket : Collecte de la banque alimentaire

    De 10H à 19H à l’école Marceau : Vente Solidaire de l’association Parenthése qui apporte aide et soutien aux personnes touchées par un cancer et leurs aidants. Cette vente permettraz de récolter des fonds pour son fonctionnement.

    A 18H au Biblio Club : Inauguration des travaux de rénovation en présence de Bernard Gauducheau, Isabelle Debré et André Santini

    A 20H30 à Panopée : Les Ateliers de l’Escal proposent « le songe d’une nuit d’été dans le cadre du Teléthon

    à 20H30 à la Palestre : Concert au profit de l’UNICEF par l’harmonie du Conservatoire dans le cadre de la célébration des 25 ans de la Convention  des Droits de l’Enfant

    A 20H30 à Panopée : Les Ateliers de l’ESCAL proposent « le songe d’une nuit d’été » de William Shakespeare dans le cadre du Téléthon

    Dimanche 30 Novembre

    A 9H devant Intermarché, Franprix, Supermarket : Collecte de la banque alimentaire

    De 10H à 19H à l’école Marceau : Ventre Solidaire de l’association Parenthése

    à 18H à Panopée : spectacle de la Compagnie de l’Echaugette  « les estivants » de M.Gorki, dans le cadre du Téléthon

  • INTERVIEW D’ISABELLE DEBRE, SENATEUR DE VANVES : « Si le Sénat bascule à droite au soir du 28 septembre, j’espère que nous pourrons travailler d’une autre manière ! »

    Le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré Isabelle Debré, à la veille d’élections sénatoriales qui se dérouleront demain  – où la Région Ile de France n’est pas concernée – qui pourrait permettre à la droite de reconquérir le Sénat, et de la rentrée de la Haute Assemblée le Mercredi 1er Octobre avec l’élection de son  président. 4 candidats sont en liste dont deux UMP qui s’étaient déjà affrontés voilà 3 ans, Gérard Larcher, ex-président du Sénat et Jean Piere Raffarin ex-premier Ministre de Chirac.  Occasion pour la sénateur de Vanves de nous éclairer sur les enjeux de ces élections sénatoriales, mais aussi sur son travail parlementaire à un moment où la haute assemblée sera saisie du projet de réforme territoriale, et sur le devenir de l’UMP avec le retour de Nicolas Sarkozy

    Vanves Au Quotidien - Pensez-vous vraiment que le Sénat peut re-pencher à droite à l’occasion des élections sénatoriales du 28  Septembre ?

    Isabelle Debré : « C’est un objectif que nous pouvons atteindre à conditions que les divisions ne nous pénalisent pas trop. Il faut par ailleurs rappeler que la gauche a modifié la quasi-totalité des modes de scrutin, dont celui des sénateurs, ce qui ne joue pas en notre faveur. Cela étant, les résultats obtenus aux élections municipales du mois de mars nous donnent, il est vrai, un avantage.

    VAQ -  Quelles en seraient les conséquences ? Peut-on s’attendre à des blocages comme on l’avait connu sous Mitterrand  sur certains textes ?  

    I.D. : « Si le Sénat bascule à droite au soir du 28 septembre, j’espère que nous pourrons travailler d’une autre manière ! En effet, aujourd’hui la gauche est tellement divisée qu’elle est incapable de voter les textes les plus emblématiques (loi de finances et loi de financement de la sécurité sociale,…..). Dans les circonstances exceptionnelles que nous connaissons - crise économique, déficits publics excessifs, dette de l’Etat, chômage de masse, perte de confiance en nos institutions et défiance vis-à-vis des élus – l’exécutif aurait tout intérêt à travailler avec l’opposition pour rechercher un consensus sur les dossiers les plus importants. Le nouveau Sénat aura incontestablement son rôle à jouer dans ce contexte.

    VAQ -  Quel sera votre choix pour l’élection du Président du Sénat le 1er Octobre prochain ?

    I.D.  : « Vous comprendrez bien que le vote étant secret je ne réponde pas directement à votre question. Sachez cependant que j’attends du nouveau président qu’il sorte le Sénat de  l’impasse dans laquelle la gauche l’a engagé, lui permettant de peser réellement et efficacement sur les textes du gouvernement dans le cadre d’un dialogue respectueux des prérogatives de chacun. Il faut que les CMP (commissions mixtes paritaires) puissent véritablement aboutir et ne pas toujours laisser le dernier mot à l’assemblée nationale !

    VAQ -  Sur quels textes législatifs travaillez-vous actuellement ?

    I.D.  : «  Tous les dossiers concernant les retraites, et en particuliers la situation des retraités dont les ressources sont les plus modestes, me mobilisent. De même, je m’impliquerai particulièrement, en tant qu’ancien rapporteur de ce texte, dans le débat sur les dérogations au repos dominical.

    VAQ - Quelle est votre réaction face au projet de réforme territoriale engagée par le gouvernement dont le Sénat sera saisi ?

    I.D.  : « La réforme territoriale engagée par le gouvernement n’est pas bonne. Il décide d’ériger des super-régions, envisage de supprimer les départements sauf dans la partie rurale de notre territoire et balaye les intercommunalités situées dans la petite couronne de l’agglomération parisienne alors qu’elles ont fait la preuve de leur efficacité. La logique aurait voulu que l’on réfléchisse à un projet global de décentralisation, cohérent d’un point de vue institutionnel et efficace d’un point de vue financier. Chacun sait en effet que nous devons avant tout rechercher les moyens de faire mieux avec des dotations en diminution. Les élus locaux ne sont pas hostiles, loin de là, à la réforme mais ils doivent être consultés, écoutés et respectés.

    VAQ - Comment réagit l’élue locale et la parlementaire au retour de Nicolas Sarkozy ?

    I. D. : « Son retour sur la scène politique ne faisait plus guère de doute, d’autant que l’opposition connaît de vraies difficultés à s’organiser et à proposer un contre-projet audible. Nicolas Sarkozy, avec son énergie, sa force de conviction et l’expérience qui est la sienne peut la sortir de cette situation afin de reconstruire une véritable force de proposition face à une présidence décrédibilisée et à un gouvernement bricolant au jour le jour. 

    VAQ - Est-ce que cela mettra fin à ces règlements de compte au sein de l’UMP ?

    I.D.  : Nicolas Sarkozy, entouré de personnalités comme Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Baroin et d’autres, apportera, je le souhaite,  de la cohésion et je l’espère de l’unité. L’objectif est de remettre l’opposition sur de bons rails.

    VAQ - Comment cela est-il ressenti sur le terrain au niveau des militants et sympathisants UMP  ?

    I.D.  : « Les militants attendent avant tout qu’on en finisse avec les querelles d’egos et que nous construisions un véritable projet. Il en va de l’avenir de la France. Nous ne pouvons rester immobiles devant l’incapacité de la gauche à gouverner et à faire les réformes qui s’imposent.

    VAQ - Comment aujourd’hui préserver l’unité du groupe UMP, mais aussi de la majorité municipale,  face à des tentatives de débauchage de ses alliés UDI ?

    I.D.  : La question ne se pose pas en ces termes. L’UMP a une vocation naturelle à travailler avec nos amis centristes qui doivent être des partenaires privilégiés. Cette coopération est fructueuse au niveau local. Pourquoi ne le serait-elle pas au niveau national avec un véritable contrat de gouvernement passé entre les deux formations ?

    VAQ -  Comment allez-vous vous impliquer dans la campagne pour les élections régionales ?

    I.D.: Valérie Pécresse a tout mon soutien dans cette longue campagne qui l’attend. La Région peut être reprise et cela semble être le souhait de nombreux de nos concitoyens. Je serai, comme beaucoup d’autres, aux côtés de Valérie Pécresse pour l’aider à  réaliser son objectif. Elle a toutes les qualités pour y parvenir, l’expérience et la volonté de servir.

  • CAFE POLITIQUE DE L’UMP DE VANVES SUR L’EUROPE : Le constat sévére d’une députée européene sarkosyste sur les lendemains hollandais !

    Week-end très UMP car la sénateur de Vanves siége au Sénat sans disconstinuité depuis Vendredi à cause, non pas à cause du débat sur le MTP (Mariage Pour Tous), mais du coup de force du FdeG/PC contre le gouvernement concernant le projet de loi sur la « sécurisation de l’emploi » car ses élus considérents que «  ce texte n'est pas digne de la gauche. Il conduit les salariés dans une régression sociale inéluctable. Loin de protéger l'emploi, ce projet fait sauter toutes les digues du droit du travail ». Elle assure à elle seule la présence du groupe UMP durant ce bras de fer PS-PC,  sans être absente de Vanves, comme elle l’a montrée samedi. Elle est passé à la librairie Blondel, samedi matin, pour se faire dédicacer par Bruno Jeudy, journaliste au JDD et vanvéen,  son dernier livre politique signé avec Carole Bardon : « Le coup monté » (Edt Plon), un récit passionnant sur les manipulations qui ont émaillé le scrutin interne à l’UMP en Novembre dernier. Puis elle a accueillie au Pavillon des Sports, Constance Le Grip, députée Européenne, au café politique de la section UMP de Vanves

     

    C’est l’une des proches collaboratrice de Nicolas Sarkozy qui a animé ce café politique de l’UMP de Vanves, au ministére de l’intérieur, au Conseil Général des Hauts de Seine, à l’Elysée, avant de devenir députée Européenne en 2010 à l’occasion de la nomination de Michel Barnier comme Commissaire Européen. Constance Le Grip a ainsi échangé sur l’Europe avec une cinquantaine de militants et sympathisants UMP  pendant plus d’une heure et demie, après avoir présenté ce parlement européen composé de 751 députés élus au suffrage universel dont 70 euro-français dont 25 MP et 5 UDI qui doit être renouvelé le 25 Mai 2014 prochain. « C’est une institution qui gagne à être connue. Le rendez-vous électoral de l’année prochaine sera important pour donner une assise populaire à ses euro-députés. Ce sera l’occasion d’avoir un débat sur l’Europe, surtout que le Parlement verra sdes pouvoirs étendus, jusqu’à la co-décision » a  t-elle expliquée d’emblée.

     

    Cette ancienne collaboratrice d’Alain Lamassoure, député européen, a présenté son travail de parlementaire européenne sur des sujets ardus (comme seule l’Europe le permet) : la refonte des certtains articles du code de l’union douanière, la révision de la reconnaissance  professionnelle de certaines professions, la rédaction d’une directive européenne pour assurer une meilleure représentation  de la femme dans les conseils d’administration des grandes entreprises (du CAC 40). «  Je suis arrivé au parlement européen au moment où la France bénéficiait d’une bonne image positive grâce à l’action de Nicolas Sarkozy pendant la présidence par la France de l’Union européenne. Puis il y a eu l’élection présidentielle de 2012 qui a été extrêmement suivie par nos collégues surtout les allemands, les polonais, les tchéques… Ce qui se passe dans un pays membre, est important pour tous les autres. Mais voilà, avec l’élection de François Hollande, c’est la désillusion, la déception alors qu’ils avaient placé beaucoup d’espoir en lui. Nous sommes devenus la risée de l’Europe. La France n’y arrive plus, décroche, n’a plus la capacité d’exercer un leadership. Et c’est pénible à vivre sur le plan personnel et politique » a-t-elle expliquée. « La parole de la France est décridibilisée, démonétisée. Il y a une véritable absence de vision française de l’Europe. Il n’y a plus de cap ! Sans parler de ces concepts fumeux et vaseux  développé par François Hollande devant le parlement européen sur la solidarité européenne. C’est dangereux et dommageable pour la suite de nos actions ».

     

    Constance Le Grip a répondu à de nombreuses questions notamment sur le projet de loi MTP (Mariage pour Tous) – « Il n’y a pas de directives européennes car l’Europe n’est pas compétente sur ce genre de sujets, qui relévent de la compétence nationale. Mais il n’y a pas une majorité d’états membres qui ont reconnue ou institutionalisé le mariage entre couples de même sexe » a-t-elle précisée – les élections européennes, puis plus technique sur le dumping social, l’union monétaire et les droits de douane, la politique commeciale communautaire, l’élargissement et ses conséquences  nottamment avec la question de la Turquie : « Elle ne rentrera pas dans l’UE. C’est un état qui fait partie de l’Asie mineure ! »a t-elle reconnue en concluant ses échanges par ses mots : « Nous avons un travail d’approffondissement à faire sur « qu’est-ce que nous apporte l’Europe » à l’occasion de ces électins européennes. Mais sachez qu’on peut être européen, lucide et critique ! »