Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maire de vanves - Page 5

  • UNE JOURNEE DEVELOPPEMENT DURABLE SOUS UN SOLEIL TRES REPUBLICAIN A VANVES

    Dans le cadre de la semaine du développement durable, Vanves avec GPSO a organisé, hier,  place de la République une journée de sensibilisation du public réussie grâce au soleil et aux animations. Occasion de découvrir les actions menées par GPSO  dans ce domaine avec ce fameux Agenda 21 lancée voilà un an et voté le 31 Mars dernier par le Conseil Communautaire

     

    « L’engagement de GPSO dans la démarche Agenda 21 doit lui permettre de traduire cette vision et cette ambition via un programme d’actions concrétes et évaluables qui conjugue efficacité économique, cohésion sociale, et respect de l’environnement » expliquent Pierre Christophe Baguet président de GPSO et député maire de Boulogne et Bernard Gauducheau, vice président délégué développement durable dans un éditorial qui ouvre une magnifique plaquette sur papier glacé présentant l’Agenda 21 & le Plan Climat de GPSO sur 52 pages avec son programme  pour trois ans (2011-2013), avec 6 axes déclinés en 40 fiches-actions budgétisées et évaluables.  « La Communauté d’Agglomération a fait le choix d’y intégrer pleinement l’élaboration de son plan climat destiné  à mettre en œuvre des actions favorisant une réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelon des 7 villes. Il constitue ainsi l’un des piliers de l’agenda 21 tout en bénéficiant de la dynamique engendrée par ce dernier » ajoutent ils.

     

    Les vanvéens ont pu découvrir sur plusieurs panneaux installés prés de la fontaine et du bus « développement durable » de GPSO,  les 5 grands axes de cet  Agenda 21 et Plan Climat : Contribuer localement à relever le défi du changement climatique, préserver l’environnement et le cadre de vie, poursuivre un développement économique durable et équilibré, garantir le « bien vivre ensemble », et  mobiliser les habitants et les acteurs locaux autour de la dynamique de développement durable de l’agenda 21.

    Un panneau présentait la façon dont devrait se traduire toutes ces bonnes intentions à Vanves. Avec tout d’abord les actions réalisées :

    - Conseil en orientation énergétique s’appuyant sur un diagnostic complet du patrimoine communal ;

    - Rationalisation des besoins énergétiques du centre administratif municipal et mise en place d’une sensibilisation aux éco-gestes ;

    - Adhésion à la campagne européenne Display avec affichage des performances énergétiques des bâtiments communaux, et campagne pilote de sensibilisation à l’école élémentaire Larmeroux ; Accompagnement à l’installation de ruche au parc F.Pic ;

    - Adhésion à la convention Sipperec pour les certificats d’économie d’énergie ;

    - Suivi et optimisation de l’ensemble des consommations énergétiques qui voit la mise en place de de régulations thermiques, de sous compteurs électricité, gaz et eau (pour un montant de 35 000 € en 2011)… Ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on connaît le coût pour la ville des fluides pour l’ensemble de ses bâtiments : 250 000 € pour l’eau, 755 350 € pour l’électricité et le gaz dont les tarifs devraient augmenter. « Pour les contrer, une action très forte a été justement engagée pour améliorer les consommations avec le travail effectué par le chargé de mission Energie : Optimisation des contrats, mise en place des régulateurs thermiques, de robinets thermostatiques, de mousseurs… »

     

    Un stand de la ville présentait d’ailleurs cette campagne Display, cette optimisation des consommations énergétiques et le projet de mise en place du tri des déchets dans les bâtiments municipaux, la sensibilisation au compostage et aux enjeux de la collecte sélective… Les vanvéens ont pu découvrir la fameuse carte thermique du territoire de GPSO réalisé grâce à un survol de ce territoire par un avion durant une nuit de Février 2011. Et la municipalité a bien sûr communiquée sur sa sélection à la finale du concours lancé dans le cadre de la campagne européenne Display où notre ville est en compétition avec 5 autres villes européennes, Oeiras (Portugal), Velenje (Slovénie), Cork (Irlande), Lille (France) et Cascais (Portugal). « Ce programme issu d’une directive européenne incite les collectivités à  communiquer de manière transparente sur les performances énergétiques de leurs bâtiments publics et de favoriser la réduction de la facture énergétique » indiquait Bernard Gauducheau mais sans expliquer pourquoi cette sélection : Non seulement les performances énergétiques  de chaque site sont communiqué grâce à un affichage sur leur façade, mais aussi grâce à Internet.

     

    Ensuite, les projets à venir  à Vanves : Tri sélectif et collectes spécifiques (cartouches d’imprimantes) à l’hôtel de ville et au centre administratif municipal ; Guide de l’éco-agent et de différents outils valorisant les éco-gestes ; Rénovation  et isolation de la toiture du groupe scolaire Gambetta  (30 000 €) ; Mise en place de régulateurs et de télégestion ; Rénovation thermique de l’étage de l’école maternelle Marceau grâce à des travaux d’isolation (165 000 €), des travaux d’étanchéité de sa terrasse basse (35 000 €)…. De bonnes intentions et un début de réalisation d’actions qui doivent changer la façon de faire et les mentalités.

    Mais voilà, comme l’expliquait Claire Papy, conseillére municipale EELV de Vanves  qui s’investit beaucoup sur ces questions, « cet Agenda 21 est du style top down : l'impulsion vient quasi-exclusivement d'en haut, sans prendre en compte les initiatives locales. Des experts qualifiés, les bureaux d'études et les services, ont bien travaillé. Ils connaissent leur métier, mais les conditions de la politique locale, les retards liés à la fusion, puis la hâte de rattraper le temps perdu ne leur ont pas permis de faire une concertation digne de ce nom : cela prend trop de temps! Et les politiques en avaient-ils le désir? Le forum de concertation de juin (2010) et les ateliers thématiques de fin juin/début juillet (2010) ont apporté beaucoup d'idées malgré la faible participation de la société civile qui a été mal informée. Les quelques associations présentes doivent être très déçues de se voir ignorées dans les fiches actions » écrivait elle sur le blog des Verts cette semaine.

  • ELECTIONS CANTONALES A VANVES A JOUR J –10 : REUNIONS ET POLEMIQUES

    La campagne s’est animée hier tout d’abord avec deux réunions : Un café politique de Bernard Gauducheau au « soleil Levant » sur le Plateau dont la vedette était jean Paul Dova, vice Président du Conseil Général chargé de sa politique de coopération décentralisée et surtout président de l’OPH 92, occasion de parler surtout de logements sociaux. Le maire lui a fait constaté que « l’office Départemental n’avait pas fait de travaux depuis un certain temps dans la commune » - « et moi je recherche du foncier pour construire de nouveaux logements sociaux » a-t-il répondu après avoir discuté pendant plus d’une heure trente avec de nombreux vanvéens. Ensuite le Front de Gauche a tenu sa réunion publique en insistant plutôt sur l’aspect national de cette élection alors qu’en face, la droite cherche à l’effacer. Enfin, la polémique du jour concerne lespetites phrases d4andré Santini sur Lucile Schmid qui a réagit.

     

    LE FRONT DE GAUCHE INVITE A DONNER UNE SACREE RACLEE A SARKO

     

    « Ces élections ont un objectif national dont on parle peu. C’est les dernières avant les Présidentielles. C’est l’occasion de donner une sacrée raclée à Sarko et confirmer les régionales. Ces élections vont peser sur les sénateurs car nous pourrons élargir le nombre de grands électeurs de gauche » a déclarée d’emblée Catherine Margaté, présidente du groupe PC au Conseil Général des Hauts de Seine, l’une des premières oratrices de la réunion du Front de Gauche/PC/NPA92 qui s’est déroulé hier à l’école maternelle du Parc. Bastien Lachaud son candidat avec Claudine Charfe, sa suppléante avaient invités aussi Martine Billard, député de Paris pour cette réunion animée par Bénédicte Rousseau qui a rassemblée plus d’une cinquantaine de personnes.

     

    Les principaux orateurs se sont limités à des propos nationaux à quelques exceptions prés : « Tout ce tapage sur le sondage dominical du Parisien, montre que la progression du FN est inquiétante. Il y a une progression du FN inquiétante. Mais il y a une responsabilité importante du Président de la République dans tout cela. Tout cela montre qu’il ne sera pas le candidat miracle, qu’il y a nécessité d’un débat sur la vie quotidienne difficile des français, et il est de notre responsabilité de le porter sur des questions comme la casse du service public, la suppression de 122 postes d’enseignants dans le département. Ces cantonales sont un morceau de cette construction politique » a expliqué Catherine Margaté (PC).

    Bastien Lachaud, le candidat s’est référé à la révolution du monde arable : « Ce cri contre les oligarchies nous touche particulièrement. C’est la revendication démocratique liée à la revendication sociale. Ces révolutions citoyennes sont possibles en France en moins violent » a-t-il déclaré en se référant à la loi LOPPSI  2 qu’il a qualifié de « liberticide », à la loi sur les retraites : « Sarkozy est le représentant de cette oligarchie qui nous a imposé deux ans de plus de travail », en s’en prenant à ces sondages « sans rigueur scientifique sur cet idiot utile qu’est le FN…Nous vous invitons à sanctionner ces gens là avec votre vote. C’est le moment de commencer le travail que nous finirons en 2012 ».

     

    Il a tout de même été question du département. Bastien Lachaud s’est contenté de dire que « ce département le plus riche, le plus inégalitaire, à besoin de changement » en revenant sur sa proposition de conseil de canton pour associer les habitants. Martine Billard qui a beaucoup insisté sur l’introduction de l’écologie dans nos débats et dans nos politiques en partant de la petite phrase du chef de l’Etat – « L’environnement, cela commence à bien faire » - a expliqué que « les Hauts de Seine sont une caricature dans ce domaine, avec la Défense concentration de forces et richesses économiques et les communes alentours concentration de logements sociaux »

    Catherine Margaté (PC) a confirmé que ce département avait une politique inégalitaire : « On a eu Pasqua, SarkozyDevedjian ! Sarkozy nous a expliqué qu’il voulait faire des Hauts de Seine un laboratoire… Et nous avons eu de la fracture sociale, des inégalités. Nous avons pu prouver qu’il y a eu une baisse des crédits sociaux, de l’aide à l’insertion, un manque d’efforts sur le logement social, 14 villes ne respectant pas la loi SRU (imposant 20% de logements sociaux) et sur l’emploi…On a le gratin de la droite qui pratique le nespotisme. Et on a un motif de dire non à tous ces «Jean Sarkozy », « Balkany »… ».

     

    Claudine Charfe (PC), conseillére municipale a donné l’exemple d’une politique sociale de droite dans cette commune-canton de Vanves : « Plus d’aides ménagéres, plus d’aides aux transports municipaux, car tous ces services ont été privatisés. Plus de banque alimentaire à la mairie, remplacé par le Libre Service Social d’Isssy les Moulineaux, certains bénéficiaires refusant d’aller jusqu’à Corentin Celton. Moins de personnel au CCAS notamment pour s’occuper des personnes handicapées et au pôle seniors pour s’occuper des personnes âgées » a-t-elle expliquée. « Il n’y a aucune proposition nouvelle que les prestations obligatoires. Plus personne ne s’occupe du RSA à Vanves, qui est maintenant géré au niveau de GPSO. On a écrit au maire pour lui demander pourquoi on avait moins de dossier de personnes en difficulté, avec une diminution des aides ». Et de conclure en expliquant pourquoi « c’est un combat permanent contre cette droite communale comme départementale ».     

     

    ANDRE SANTINI RECIDIVISTE

    Lucile Schmid (EELV)  a répondu par un communiqué aux propos d’André Santini (NC) qui n’ont été pas tendre avec elle lors d’une réunion publique de Bernard Gauducheau (NC), lundi dernier : « En 2007 André Santini m'avait qualifiée publiquement de « déesse des Carpathes », de « pauvre conne », ou avait déclaré « elle se prend pour Ségolène Royal ». Dès le premier jour de la campagne des cantonales André Santini a récidivé dans l'insulte. A-t-il peur de deux semaines de débat démocratique? A-t-il peur des élections?  André Santini est député-maire d'Issy-les-Moulineaux, président du SEDIF, président du conseil de surveillance de la société du Grand Paris. En République les responsabilités ne doivent-elles pas impliquer le respect de ses adversaires politiques et l'usage d'un français correct? Il est temps de changer le visage du pouvoir dans les Hauts-de-Seine. Il est temps de créer les conditions d'une vraie démocratie ».

  • INAUGURATION TRES CONVIVIALE DE LA CRECHE BOULE DE GOMME A VANVES

    Certains samedi sont impossible pour nos élus pris entre plusieurs manifestations qui se déroulent en même temps comme hier, avec le Carrefour des Métiers du lycée Michelet dont le proviseur dressait le bilan, en présence de quelques personnalités  au même moment où le maire de Vanves inaugurait les travaux de rénovation de la créche Boule de Gomme qui ont coûté 800 000 € grâce notamment à un prêt de la CAF (11 000 €), la Réserve parlementaire (35 000 €) et le Conseil Général (125 000 €)

     

    La plupart des acteurs de chantier étaient là, sauf l’architecte, de Gérard Laubier, Maire Adjoint avec Michel Dingreville qui l’ont suivi de prés à l’entreprise Rossi bien connu des vanvéens, qui a réalisée la rénovation de l’école Lemel et travaille sur la future maison de quartier du Plateau rue Jean Jaurés, avec bien sûr Bernard Gauducheau, maire, Isabelle Debré, 1ére adjoint en charge de la Petite Enfance en autres, des collégues de villes voisines ciomme Isabelle Destrade (Issy les Moulineaux), Guy Janvier, conseiller général socialiste avec Jean Cyril Le Goff (PS). « Nous inaugurons les travauxde rénovation dans la foulée de Sucre d’Orge, la créche voisine qui accueille, elle aussi, 61 enfants, soit 120 au total dans le secteur » a déclaré le maire après avoir visité la créche en compagnie de nombreux parents et enfants. « Un équipement rajeuni et rafraichi » constatait la sénateur de Vanves.

     « Ce chantier était nécessaire, correspondant à une attente des professionnels et des utilisateurs, certes qualitatif, mais surtout plus fonctionnel, élaboré avec eux » a-t-il continué en ayant une pensée pour ces parents qui sont en attente de places, de plus en plus nombreux. « Une des missions prioritaires des communes est de répondre à cette attente, ce qui implique des travaux de plus en plus lourds (à cause des normes) ». Et d’annoncer que la ville va réfléchir  à l’ouverture d’autres structures, plus petites, de 15 places.