Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

intermarché - Page 2

  • SECTION RUGBY DU STADE DE VANVES UN AN APRES SA CREATION : L’EQUIPE DES SERVALS AU CENTRE DE LA POLEMIQUE ?

    La période pré-électorale ne touche pas que nos politiques, mais aussi les associations de Vanves. Depuis quelques mois, au stade de Vanves, tout est prétexte à polémiques, jusqu’au plus futiles, c'est-à-dire la dénomination d’une nouvelle section – de golf  - et même la constitution d’une équipe (rugby) mais pas d’un club Elitre (Natation) financées par des sponsorts et non par le stade de vanves, comme l’ont assurée leurs responsables. Mais encore faut il qu’ils soient entendus. La section rugby vient d’en faire les frais….tout simplement parce que personne n’écoute l’autre, lit mal ou pas du tout, et personne ne s’entend. Occasion de faire le point sur cette section un an après sa création, où ses dirigeants sont très clairs dans leur esprit   

    Vanves au Quotidien - Que devient la section rugby du Stade de Vanves créée officiellement voilà un an ?

    Laurent Cazenave-Lacroutz : La section rugby comprend une trentaine de membres. L’effectif a été partiellement renouvelé en raison du départ de nombreux prépas de Michelet qui ont intégré diverses écoles d’ingénieurs en province. De nouveaux éléments de bon niveau sont arrivés tout comme de jeunes adultes et adolescents souhaitant découvrir le rugby et faire des matchs. Pour garder une cotisation basse, nous avons cherché des mécènes, et certains ont répondu présent comme par exemple le restaurant l’Amandine.

    VAQ- Pourquoi une équipe de rugby distincte du Stade de Vanves mais associée à la Section ?

    L.C.L. : « En effet, pour pouvoir participer à une compétition organisée par la FFSE, nous avons constitué l’association des Servals Rugby qui vise uniquement à faire du rugby en compétition. Mais elle n’est associée à la Section du Stade de Vanves qu’à travers les joueurs et les dirigeants. Aucun rapport, ni hiérarchique, ni financier n’existe entre les deux.Les raisons en sont simples: l’inscription au championnat FFSE devant être effectuée avant la fin du mois d’août, le fait que le secrétariat du Stade était en vacances était de nature à empêcher toute inscription à temps. De plus, après recherche de sponsors et de mécènes, il s’est avéré qu’un sponsor intéressé ne pouvait être associé à la section rugby (certains sponsors du Stade de Vanves étant en concurrence avec eux). Il fallait donc créer une association distincte pour pouvoir récolter ces fonds qui permettent de financer en partie les frais liés à la compétition.

    VAQ Pourquoi cette dénomination des Servals qui fait penser au nom de l’opération de l’armée française au Mali ?

    L.C.L.  « Le nom de Serval a été choisi pour différentes raisons mais oui, c’est l’opération française au Mali qui nous a fait connaître ce félin.

    VAQ -Est-ce cette équipe qui vous fait pratiquer le rugby à XV ?  

    L.C.L. : « Cette équipe pratique en effet le rugby à XV en compétition. Pour l’instant en dehors de Vanves puisque les terrains vanvéens ne disposent pas de poteaux mais, un projet d’installation de poteaux modulables est à l’étude. Cela ne se ferait qu’à la condition sine qua non que les autres utilisateurs des terrains (notamment section foot et athlétisme) ne soient pas gênés par ceux-ci.

    VAQ - En quoi consiste  cette compétition organisée par la FFSE – Challenge Ile de France (IDF) -  qui regroupe une soixantaine d’équipes en Ile de France ?  

    L.C.L. : « Le challenge IDF est une compétition constituée de 4 divisions (avec, en tant que 1ère division, un groupe de 14 équipes appelé Top 14) où s’affronte donc une soixantaine d’équipes issues de la région Ile de France. On y retrouve des équipes constituées d’anciens camarades de fac, d’école ou de lycée, des équipes d’entreprise ou bien encore des équipes municipales telles le Racing Club de Montrouge. Contrairement au championnat Folklo, les joueurs sont jeunes (entre 20 et 35 ans) et le niveau assez important notamment en “top 14” où les meilleures équipes doivent avoir un niveau  s’approchant de la fédérale 2. Nous sommes actuellement en phase de brassage où nous avons pu déjà affronter l’équipe du Rc Océan, l’équipe de la Société Générale et où nous allons affronter Oval’mines, l’équipe des Kudus ou bien encore l’équipe 2 de Renault.  

    VAQ - Par qui  cette équipe est-elle constituée ? Comment se présente t-elle ?

    L.C.L. : « Cette équipe est donc constituée des joueurs de la section rugby qui voulaient faire un peu de compétition.

    VAQ- Comment est-elle financée ?  

    L.C.L. : «  Il y a déjà les cotisations des membres de l’association. Nous pouvons de plus compter sur un mécène avec l’Intermarché de Vanves ainsi que la Société Générale de Vanves comme sponsor.

    VAQ - Finalement, rien de différent de l’initiative lancée par le président de la section Natation avec son projet de club Elite ?

    L.C.L. « Les deux projets sont absolument et radicalement différents… Le président de la section Natation avec son projet de club Elite est clairement à un autre niveau dans l’échelle de la compétition. De notre côté, nous souhaitons juste que les rugbymen de Vanves puissent faire un peu de compétition. Les montants ne sont pas également pas les mêmes ! En tout et pour tout, le budget total de l’association des Servals - grâce aux cotisations de ses membres et à l’apport de mécènes-  est de 3000 € là où la natation, qui est d’une autre importance que le rugby, souhaitait réunir plus de 20 000 € pour son projet. De plus, le projet de la natation est développé, me semble-t’il, au sein du Stade de Vanves contrairement au nôtre.

    VAQ - Pourquoi tant d’histoires ? 

    L.C.L. : « En fait, quand on prend le temps de l’expliquer, c’est en fait relativement simple : il y a d’un côté la section du Stade de Vanves qui s’occupe des entraînements, avec uniquement les cotisations financières de ses membres et le mécénat du restaurant l’Amandine. Et d’un autre côté, pour ceux qui voulaient faire de la compétition, une autre association “Servals Rugby” inscrite en championnat FFSE et financée avec les cotisations financières de ses membres, un mécène et un sponsor.

     Le plus important pour moi, c’est que mes rugbymen viennent faire ce qu’ils aiment : s’entraîner, mettre en place du jeu, et pour les plus motivés, avoir un peu de compétition pour se donner complètement.

    VAQ - Que pensez-vous de cette polémique ? N’êtes-vous pas victime de jeu de pouvoirs au sein du stade de Vanves ?

    L.C.L. : « Notre section est encore assez jeune au sein du stade de Vanves, et c’est normal que d’autres sections se demandent comment nous fonctionnons. Et je suis même heureux de l’expliquer, heureux de voir que, sans gros budget, on peut se débrouiller pour faire avancer nos projets, et finalement encore plus heureux de pouvoir vous dire que le rugby se développe vraiment à Vanves.

  • LES RENDEZ-VOUS DE LA SEMAINE A VANVES

    C’est la semaine des chantiers et même des fins de chantiers, tout au moins pour le gros œuvre : après la rue de Solférino bloquée Jeudi dernier pour l’enlèvement de la grue sur le chantier du Conservatoire, c’est au tour de la rue de Châtillon, lundi d’être bloqué pour l’enlèvement de la grue du chantier immobilier d’Archimat sur les terrains de la famille Guibal où des habitations à usage privé, ont été construites. Ce week-end a été marqué par la fête patronale de l’une des deux paroisses de Vanves, Saint François d’Assises. La Saint François marque toujours la Rentrée pour la Communauté catholique de Vanves avec une grande messe célébré par le curé, remise des rubans aux « servants » de messe, et de lettres de missions aux laics en charge de responsabilités confiées par le pére Curé Vincent Hauttecoeur, accueil des nouveaux habitants/paroissiens dans une ambiance conviviale, suivi d’un apéritif et d’un déjeuner. L’après-midi a été l’occasion d’inaugurer un cycle de conférence sur le théme de « l’année de la vie consacrée » qui sera lancée par le pape François le premier dimanche de l’Avent avec une première conférence débat sur Saint François d’Assise qui était pleine d’actualité :  Les juifs célébraient le Yom Kippour et les musulmans l’Aid-el-Kédir ce week-end là. Occasion d’insister tant pour le pére curé Vincent Hauttecoeur dans son sermon que le frère franciscain Jean Louis Paumier lors de sa conférence sur la Paix dans ce monde en guerre et sur la nécessité du dialogue inter religieux qu’a prôné justement Saint François,  et Jean Paul II  avec ces rencontres d’Assises lancées en 1986.

    Lundi 6 Octobre

    A 14H30 au Conseil Général des Hauts de Seine : Guy Janvier (PS) participe à la commission permanente

    Mercredi 8 Octobre

    A 17H30 à la Préfecture de Région Ile de France : Bernard Gauducheau participe au Conseil des Elus de la Mission de Préfiguration de la Métropole du Grand Paris. Le texte qui sera proposé à l’ensemble des maires a été finalisé et envoyé à chacun d’entre eux à la veille de ce week-end. Il propose de garder les territoires en EPCI à fiscalité propre à statut particulier pouvant recevoir la CFE (Cotisation fonciére des Entreprises), la Métropole percevant la CVAE (Contribution sur la Valeur Ajoutée des entreprises),  aurait des compétences en matière de logement, d’hébergement d’urgence, d’environnement. Les élus suggèrent de prévoir une périodede 2 ans pour achever le transfert de prérogatives qu’exercent aujourd’hui communes et intercommunalités avec un Fonds de soutien à l’investissement pour lutter contre les inégalités territoriales, plutôt que de péréquation.

    Jeudi 9 Octobre (jusqu’au Samedi 11Octobre)

    A 20H30 au théâtre Le Vanves : « Mars » d’après Fritz Zon par la compagnie Kobal’T qui propose une adaptatiion audacieuse de l’œuvre unique de cet auteur  mise enscéne par Mathieu Boisliveau avec Thibaud Perrenoud

    Vendredi 10 Octobre

    A 19H à Saint François : Messe et réunion de Rentrée pour les veilleurs de proximité

    A 20H au Bristol : Soirée Karaoké

    A 20H à l’espace Gazier : L’atelier improvisation théâtrale de l’ESCAL «Les ESCAL-Liés»  propose une soirée déjantée et disjonctée : La troupe de comédiens s’affrontera sur des thèmes donnés par un arbitre (pas toujours impartial !). Vous ne savez pas ce que vous allez voir ? Eux ne savent pas ce qu’ils vont jouer !

     Samedi 11 Octobre :

    A 10H à la Palestre :  Braderie Bout'Choux organisé par le SIAAV

    A 14H à la gare de Vanves/Malakoff : Formation à l’art du bouquet par « Menthe et Violette » et Krys apprendra à façonner vos verres avec dégustations de glaces à l’Italienne et mini crêpes du Croque Midi pour fêter l’anniversaire d’InterMarché

    A 15H à la boulangerie Le Grenier à Pain : Atelier boulangerie pour petits et grands

    A partir de 20H au restaurant O Monçanense : Soirée folklorique portugaise

    12 Octobre

    A 15H30 au PMS A.Roche : Match de football Stade de Vanves-Clamart

    RESULTATS SPORTIFS

    FOOTBALL : Excellence Seniors à Montrouge où Vanves gagne par 3 à 1. « Enfin une première victoire après 3 journées de championnat, qui plus est à l'extérieur. A la mi-temps 0 à 1, puis la 2éme période. Vanves prend le match à son compte. A ce jour 1défaite, 1 nul, 1 victoire ce qui nous permet de nous situer à la 5 éme  place » indique Jean Claude Vignal président dela section football qui donne rendez-vous dimanche prochain à 15H30 au PMS A.Roche pour un match à domicile contre Clamart.

     

  • PREMIERE REUNION PUBLIQUE DE QUARTIER DE VANVES : LES RIVERAINS DE LA RUE JEZEQUEL SE PRONONCENT POUR UNE RUE A DOUBLE SENS

    Au moins le maire de Vanves a un mérite : Il ne veut surtout faire le bonheur des vanvéens contre leur volonté, comme il le répète souvent lors des réunions publiques, comme ce fut le cas lundi soir, à la mairie. Il tenait sa première réunion publique de quartier du printemps à l’hôtel de ville pour le Centre-Ancien-Saint Remy avec un projet important : la requalification de la rue Jacques Jezequel. Deux projets ont été présentés sur lesquels les riverains présents se sont prononcés à 53 pour le maintien du double sens et 30 pour l’instauration d’un sens  unique Insurrection-Gare SNCF. Alors que le Conseil de Quartier consulté avait émis un souhait différent. Mais sans que l’un de ses responsables ou représentant n’expliquent les raisons de cette position. Ce qu’ont regretté quelques élus et militants UDI en visant bien sûr Isabelle Debré Maire adjoint chargée de ce quartier et sa suppléante Sandrine Bourg qui participaient à une réunion sur les élections européennes à Boulogne au même moment. Mais aussi en regrettant que le maire ait été aussi vite en besogne en ne déclarant pas, bien sûr, que ce vote n'était que consultatif. Ambiance à l'UDI d'autant plus que les commerçants de la rue J.Jezequel avaient un allié de poids pour le double sens avec Alain Toubiana, maire adjoint chargé du commerce qui ne s'en cachait pas. 

    Bernard Gauducheau, maire de Vanves a rappelé que cette requalification de la rue Jacques Jezequel est la dernière étape de la municipalisation de la voie départementale constitué par l’axe Pasteur-Marcel Martinie, déjà requalifié, et Jacques Jezequel en cours. Une première réunion avait permis de présenter l’état et le diagnostic de cette voie établi par le cabinet SCE qui est le maître d’oeuvre pour le compte de GPSO : 260 m de long, 9 m de largeur pour la circulation, en mauvais état (fissures, nid de poules) avec 4200 véhicules/jour dans un sens (Insurrection-gare) et 2400 dans l’autre (Gare-Insurrection) avec 100 à 150 véhicules/heure heures de pointe uniquement le matin, trottoirs encombrés et étroits, hors norme PMR (Personne à mobilité réduite) par endroits, 18 arbres d’alignement dont 16 ont des lésions et des saignées, éclairage vétuste, hétérogène, disparate… avec 20 places de stationnements.

    Le bureau d’études a constaté plusieurs besoins : dépose-minute au niveau de la place de la gare qui a besoin d’être apaisée avec élargissement des trottoirs, volonté d’avoir un espace de commerces vers la place de l’insurrection, de redimensionner cette rue à une chaussée de 6 m au lieu de 9, avec une limitation de vitesse de 30 km/h, de renforcer le stationnement à 35/40 places, et de changer les candélabres pour améliorer l’éclairage urbain, de prévoir du nouveau mobilier urbain (bancs…).

    Deux scénarios, à sens unique et à double sens ont été présenté avec des éléments communs : un plateau sur-élevé tout le long de cette voie de 6 m de large  avec une vitesse limitée à 30 km/h, rétrécissement de la place Albert Culot avec disparition du petit îlot central et déplacement de la plaque commémorative rendant hommage à ce jeune résistant mort pour la France sur la petite place donnant sur la gare, avec un dépose-minute, piste cyclable dans le sens (gare-insurrection), traitement de la contre-allée face à Intermarché qui verra s’élargir son aire de livraison. En cas de double sens, il n’y aurait pas plus de places de stationnement (20), mais 7 arbres de plus, des poiriers comme le long de la rue Antoine Fratacci qui s’adapte aux conditions de vie urbaine. Le sens unique permet de créer 14 places supplémentaires de stationnements, de planter 17 arbres en plus.

    Le coût de ce projet s’élève 1,250 000 € entièrement financé par le département, avec les travaux d’assainissement (300 000 €) et d’aménagement (950 000 € qui se dérouleront en 3 temps : La rénovation de l’assainissement en Juin.Juillet 2014, de réseau d’eau potable en Août/septembre 2014, et les travaux de requalification entre Octobre 2014 et Mars 2015 en conservant la circulation. « Si le budget est conséquent, c’est parce que je tiens à un aménagement de qualité qui dure » a-t-il précisé.

    Il a répondu avec le représentant de SCE à de nombreuses questions sur les risques de bouchons Victor Basch et Ernest Laval – « qui peut être réglé par la gestion des feux tricolores avec boucle magnétique et détecteur de présence de véhicules » selon SCE -  le stationnement des bus rues V.Basch mais aussi J.Jezequel, « jusqu’à 5 lorsqu’il y a des manifestations à Paris » selon une riveraine, les risques d’accidents sur la piste cyclable à contresens en cas de sens unique, à cause de la sortie des véhicules en stationnement en créneau sans visibilité qui a provoqué quelques échanges vifs entre le responsable de l’auto-école et SCE, mais aussi du bus « même si ce n’est pas un couloir de bus » comme l’a fait constaté le maire. Beaucoup se sont focalisés sur Intermarché, les livraisons par des semi-remorques, et ses palettes. Son patron a fait remarquer que le sens unique poserait des problèmes de déchagement de ses semi-remorques avec des feenwicks en contresens,  tout en faisant constater que « c’est aussi des places de stationnement en plus, des centimétres de trottoirs en plus et des clients en moins ». Les commerçants n’ont pas hésité, à défendre le contre sens, ayant été échaudés par la mise en sens interdit du bd Camelinat à Malakoff qui leur a fait perdre des clients, relayés par des riverains qui ne voyaient pas ce qu’allait apporté de plus une mise à sens unique, en dehors de places de stationnement supplémentaires… et de changer leurs habitudes pour certains : « J’ai pas envie de mettre 10 mn de plus à cause du sens unique pour sortir de chez moi et rejoindre la place de l’Insurrection par V.Basch et E.Laval. 10 minutes de sommeil c’est important. ?..Même si c’est égoiste ! » reconnaissait l’une d’entre eux.