Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

etat d’urgence - Page 3

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE : Entre voeux et état d’urgence

    VŒUX : Pour les vœux auxquels ont participé tant le maire que la sénateur de Vanves, il n’y aura pas de jaloux ! Bernard Gauducheau a été cité par Philippe Yvin, président du Directoire lors des Vœux de la Société du Grand Paris, lundi dernier : « La concertation s’est organisée au sein du Comité stratégique qui a beaucoup apporté en amont au projet et j’en suis convaincu, nous apportera encore beaucoup demain sur les deux questions prioritaires sur lesquelles, il souhaite travailler, sous la présidence de Bernard Gauducheau, la conduite des chantiers justement, et l’aménagement des quartiers des gares ». Ils représentent une surface de 140 km2 si l’on prend un rayon de 80 autour des gares, soit plus que la surface de Paris. Isabelle Debré a été saluée comme vice président du Sénat lors des Voeux de la Région, par Valérie Pécresse, qui se déroulait au musée des Arts et des Civilisations du quai Branly et à laquelle participait bien sûr le maire de Vanves

    ETAT D’URGENCE : Une grande majorité de franciliens sont pour le prolongement de l’Etat d’urgence. Et ils ont bien raison comme l’indiquait lors de ses vœux le préfet de région inquiet et soucieux de montrer que l’Etat républicain territorial est bien là, avec la nécessité de défendre la République face au vent de l’indifférence : « Le président de la République est menacé personnellement. Diffuser une vidéo où l’on voit le chef de l’Etat décapité est inquiétant. Rien que cela justifie l’Etat d’urgence et son prolongement » expliquait Jean François Carenco en faisant état de rencontres notamment avec des patrons de bistrots, de restaurants chez qui certains viennent leur dire de ne plus servir à boire de l’alcool, avec des chefs de services dans les hôpitaux eux aussi inquiets. Plusieurs lycées parisiens ont été évacués jeudi dernier (Charlemagne, Condorcet, Hélène Boucher, Louis-Le-Grand et Victor-Hugo) où leurs élèves ont été mis à l'abri selon les consignes de sécurité prévues par chaque établissement avec un important dispositif de police qui a sécurisé les lieux. 3 d’entre eux avaient déjà été la cible de menaces. « Il ne s'agit pas d'une alerte à la bombe mais bien d'une menace d'une autre nature » précisait pour sa part le rectorat de Paris. Le parquet a ouvert une enquête pour menace de destructions confiée à la sureté territoriale de Paris. Ces menaces sont prises très au sérieux dans le contexte actuel dans la mesure où Paris a été comme Londres, nommément visés le week-end dernier par une vidéo de propagande de l'organisation terroriste. Sans parler de la revue francophone de propagande du groupe, Dar-al-Islam, qui a pris pour cible les enseignants, accusés d'être «en guerre ouverte contre la famille musulmane» et a appelé à les «tuer».

    METIERS DE BOUCHE : S’il fallait avoir une confirmation des informations données par le Blog sur les changements au sein de l’équipe municipale, il suffisait d’être présent hier après-midi au Conseil départemental où Omar Hijaz inaugurait ses fonctions de conseiller municipal délégué auprés de Xavier Lemaire maire future  adjoint chargé du développement économique, du commerce, de  l’artisanat etc… Il assistait avec Carine Jamet, manager du commerce, à la galette des rois offertes par les artisans boulangers-patissiers des Hauts de Seine à Patrick Devedjian président du Conseil Départemental, sans avoir desserré les dents et sourire (c’est dommage). Ce moment convivial est l’occasion de reconduire un dispositif unique en France de soutien à la création et à la reprise d’entreprises artisanales des métiers de bouche dans les Hauts de Seine. Un vanvéen fait partie des 14 nouveaux  bénéficiaires de ce dispositif : Stéphane Thielen qui a repris la charcuterie de M.Malaverni (ex-Millot) a ainsi obtenu 3200 € pour rénover son store et acquérir un four à vapeur. Ce jeune entrepreneur dynamique de 25 ans après avoir été salarié pendant 4 ans avait souhaité avoir sa propre affaire. Amoureux de la qualité artisanale, il offre des produits tradition et « faits maisons » dans  sa petite boutique du centre ancien   

    STATION GNV : Les communistes de Vanves distribuent un tract pour expliquer pourquoi ils se sont positionnés contre ce projet de staton GNV : « Le terrain choisi est l’un des rares espaces verts du Plateau…Le Skate Park est un des rares espaces récréatifs et sportifs du quartier, l’installation de la station entraînerait un surcroît de circulation dans les rues du quartier dont l’impact n’est pas déterminé… » tout en mettant en avant les effets négatifs et dangereux du méthane. « Telle qu’elle était prévue, la station GNV n’améliorait en rien la vie des habitants !». La Section FG/PC avec son conseiller municipal Boris Amoroz (sur la photo) se félicite de la décision du maire de suspendre le projet. «L’expression des vanvéens, leurs critiques constructives, ont été entendues et ont eu raison de ce projet imposé et mal ficelé ».

  • UNE SEMAINE A VANVES D’ENTR’LES DEUX FÊTES

    NOEL : Les vanvéens qui étaient restés à Vanves, ont pu profiter finalement d’une semaine pratiquement printanière entre Noël et la Saint Sylvestre, certains s’inquiétant tout de même de voir la végétation reprendre sur leur balcon ou leur jardin, alors que d’autres profitaient de la disponibilité des courts de tennis en terre battue généralement fermés à cette époque, ou des terrasses de café comme au Tout Va Mieux ou au Relais de Vanvres. Occasion d’oublier un peu cette menace qui pése au dessus de nos têtes après les attentats du 13 Novembre qui sont encore dans les esprits. L’Etat d’urgence était visible avec ses militaires présents durant les messes de Noël notamment aux abords de l’église Saint Remy, ou dans les propos des prêtres célébrant la nuit de Noël notamment chez les bénédictines où les fidéles avaient été accueillis par la mére supérieure, sœur Marie Madeleine, le 24 au soir, qui veillait ainsi à la sécurité de tous et de son prieuré.Ce qui n’empêchait pas la convivialité puisque les participants ont été invités à partager un bol de chocolat et un morceau de brioche après la messe de minuit. Mais une semaine plus tard, pas de militaire devant les édifices religieux, certes moins fréquentés, mais tout aussi exposés après une intervention présidentielle expliquant que des attentats sont déjoués régulièrement.

    SAINT SYLVESTRE : Saviez-vous qu’une fête corporative s’est déroulée durant la nuit de la Saint Sylvestre, pendant de très longues années à Vanves : La « fête des petits pains ». Elle avait été instauré par les blanchisseurs de Vanves jusqu’en 1911. Elle s’arrêta à la première gréve des ouvriers-blanchisseurs « En raison des fêtes du jour de l’an, quantité de blanchisseurs travaillaient cettte nuit-là jusqu’à l’heure tant attendue de l’arrivée du marchand. Le patron faisait alors un important achat de petits pains qu’il arrosait d’un vin délicieux et tous ensemble au milieu de ces agapes toutes empreintes de joie, patrons et ouvriers, tout en s’embrassant de bons cœur, se souhaitaient la bonne année, et chacun s’en retournait à son logis, charmé de ces bons passés pour ainsi dire en famille » selon Jean Minard dans un article paru en 1909 dans « Le Clocher de Vanves ».

    REVEILLON : Parmi les réveillons organisés à Vanves deux ont retenus l’attention : Tout d’abord celui de Saint François organisé pour ceux qui étaient seuls ce soir là : « Grand moment convivial qui a réuni une quarantaine de personnes à Saint François d'Assise. Depuis 4 ans ce traditionnel réveillon improvisé puisqu'on ne sait pas qui va venir...ce qui constituera le dîner et comment se déroulera la soirée. Cela permet à des personnes seules ou n'ayant rien prévu de se retrouver à Saint François pour passer un bon moment se retrouver ou faire connaissance. Cette année un délicieux dîner aux champagnes et autres vins a eu son apothéose à minuit avec cotillons et serpentins à l'instigation d'un jeune père de famille pour la plus grande joie des petits et des grands. Et ce fut une belle réussite grâce à la participation et à l'investissement de tous » témoigne Blandine Maury, l’organisatrice avec son époux, de cette soirée. Ensuite la soirée roumaine du Tout Va Mieux avec chants et musique tziganes en présence de l’ambassadeur de Roumanie en France

  • UN 2éme TOUR DECISIF UN MOIS APRES DES ATTENTATS QUI ONT SECOUE PARIS JUSQU'A VANVES

    Il n’a échappé à personne que ce deuxiéme tour des élections régionales se déroule tout juste un mois après les attentats dramatiques de Paris qui ont complètement bouleversé l’ordonnancement et le déroulement de cette campagne et de ce rendez-vous électoral. Beaucoup de choses ont changé depuis un mois dans la vie quotidienne des vanvéens comme des parisiens et des franciliens qui iront voter ce dimanche,

    Les  vanvéens comme les franciliens respectent les consignes de sécurité qui leur ont été donné à la suite de l’application de l’Etat d’urgence, même si certains maugréaient, ou se font rappeler à l’ordre comme certains responsables associatifs par le maire, plus pour des fautes d’inattentions que de mauvaise volonté. « Car tout le monde doit être vigilant » comme l’a rappelé le maire de Vanves notamment lors de l’Assemblée Générale du Stade de Vanves le 4 Décembre dernier, aux dirigeants sportifs, comme il l’a fait auprès des agents communaux, notamment ceux qui veillent à la sécurité des équipements publics communaux, en rappelant les consignes strictes de sécurité auxquels veille une cellule de crise communale mise en place dés le 14 Novembre, pour appliquer les premières mesures de sécurité. 

    Et tout le monde s’y est prêté de bonne grâce, comme ce prêtre qui célébrait la messe dominicale de 11H15 à Saint Remy le surlendemain des attentats et revenait au micro au moment de la sortie de la messe pour  rappeler à ses paroissiens de ne pas traîner devant l’église comme à l’accoutumée. Heureusement aucune manifestation vanvéenne n’a été annulée, même si certaines ont dû changer de lieu puisque  les préaux d’école ne peuvent en accueillir, ou limiter au niveau des horaires comme le Village des Terroirs de ce week-end.  A l’école du Parc, les enseignants ne peuvent plus garer leur voiture dans l’enceinte du groupe scolaire depuis la Rentrée,  le maire ayant profité du changement du départ de l’ancienne directrice pour imposer cette mesure qui se justifie à ses yeux à cause de la proximité de la cour de récréation de la maternelle avec l’aire de stationnement. Et qui se justifie d’autant plus avec l’Etat d’urgence comme il l’a raconté devant les adhérents du Stade de Vanves dont certains se plaignaient de ne plus pouvoir garer leurs véhicules dans l’enceinte du PMS A.Roche.  

    Curieusement les commerces de proximité alimentaire ont profité de la moindre  fréquentation des grandes surfaces. Certaines supérettes ont vu leur chiffre d’affaires bondir de 20%. Sans parler du nombre de livraisons qui a fait un bond de 20% comme le notait un institut d’étude de la Chambre de Commerce et d’industrie de Paris Ile de France.  « Les commerçants ont noté 2 types d’attitudes au lendemain des attentats : Soit une restriction des achats liés à un sentiment de peur, de culpabilité, ou le manque d’envie de consommer ; soit tout au contraire, un élan vers la consommation comme achat de plaisir. Leurs clients ont un important besoin de parler et reviennent systématiquement sur les événements. La méfiance et l’inquiétude dominent. Ils s’attardent moins dans les magasins. De plus, la clientèle est essentiellement du quartier»

    Beaucoup de Vanvéens ont eu des amis ou des membres de leurs familles touchés par ces attentats, comme ce fut le cas pour les proches d’une mère de famille vanvéenne de 39 ans, tuée au Bataclan. Le maire dans son éditorial, chaque groupe politique dans leur tribune du dernier V.I. ont exprimé leur compassion et leur soutien à cette famille  mais aussi aux proches des autres victimes. La majorité a mis en avant « l’esprit de résistance », l’opposition socialiste la volonté de rester « debouts et unis » et écologiste « l’urgence d’agir ». La plupart des élus de Vanves  comme dans beaucoup d’autres villes,  ont souhaité, plus dans une démarche citoyenne et affective que politique, témoigner de leur compassion et de leur soutien, tout en respectant la volonté des familles de rester dans l’intime, comme l’a exprimé le maire de Vanves. Le groupe socialiste n’en a pas moins été choqué par l’attitude du maire qui ne les a pas associés ou tout au moins informés des obsèques de cette mère de famille de 39 ans qui se sont déroulés le 3  Novembre.

    D’autant plus à ces moments où toute une communauté villageoise doit entourer ceux qui sont dans le malheur ou dans le besoin, comme il aime à le répéter, car justement, c’est le rôle des élus de proximité. D’ailleurs le journal « Le Monde » a rendu dans son « Mémorial du 13 Novembre » un hommage à chacune de ses 130 victimes de ces attentats dont cette mére de famille dans son numéro du 9 Décembre où Vanves est cité, en rappelant leurs vies brisées en de terrible soir du 13 Novembre 2015. « Elle aimait Paris dont elle était insatiable. « Elle faisait les visites historiques des quartiers : Les Gobelins, les passages. Ensemble,on avait fait Montmartre » raconte Serge. « Ca l’a embêtée de quitter Paris quand on a emménagé à Vanves.Heureusement on a gardé la vue sur la Tour Eiffel ». A Vanves, elle avait commencée la peinture : Sur son autoportrait, elle se représentait en danseuse, en ville, dans un café » raconte la journaliste Anne Rodier en terminant ainsi : « Serge et Nathalie étaient allés au Bataclan en amoureux,  ils auraient dû rentrer ensemble, chez eux ».