Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

elections municipales - Page 2

  • 2e TOUR A VANVES : LE MAIRE REELU POUR UN 4e MANDAT

    Inscrits : 18 146 électeurs

    Votants : 7 647 (42,14%)

    B&N : 88 (1,15%)

    S.E. : 7 492 (97,97%)

    Vanves en Tête (LR/UDI) : 3 997 (53,35%)

    Vanves Demain (EELV) : 2006 (26,77%)

    Vivre Vanves (LREM) : 1489 (19,87%)

  • ELECTIONS MUNICIPALES 2020 A VANVES : LES VANVEENS ETAIENT INVITES AU DINER DE CON !

    Comme le blog n’a cessé de l’écrire, le maire sortant de Vanves a été reconduit, pour la simple raison que les équipes sortantes ont été indéniablement favorisées par la crise sanitaire qui les ont placées, de fait, en première ligne. Tout simplement parce que les électeurs l’ont reconu et ainsi remercié. Mais, il est vrai qu’au départ de cette campagne des municipales, personne ne s’attendait à cette crise sanitaire avec cet interval de quinze semaines entre le 1er tour, à la veille du confinement, et le second tour. Mais tous les ingrédients du diner de con étaient sur la table

    Du côté communiste, les jeunes stratéges et animateurs de la section vanvéenne se sont bel et bien plantés : Ils ont joué la carte d’une réélection du maire sortant dés le 1er tour comme en 2014 avec ses 61%, s’assurant ainsi au moins un siége au conseil municipal pour Boris Amoroz. Résultats : Pour la première fois depuis 1983, plus aucun communiste ne siégera au conseil municipal. L’une des grandes figures du PC Vanvéens, qui a été maire adjoint du maire socialiste entre 1995 et 2001 en est contrariée

    Chez les marcheurs, ce n’est pas mieux, car ils ont donné l’impression de regretter leur choix du début de campagne de ne pas soutenir le maire UDI sortant alors que LREM a apporté son soutien à André Santini, maire UDI d’Issy les Moulineaux Dailleurs ce dernier ne voulait pas entendre parler d’un accord ! Mais il l’a finalement accepté, sous la pression de certains de ses conseillers l’invitant à ne pas insulter l’avenir. Le Maire sortant de Vanves était prêt à une alliance et il s’est senti trahi lorsque les marcheurs ont refusé, ce qu’ils ont toujours regretté par la suite, d’où cette campagne bienveillante, allant même jusqu’à parler d’un maire bon gestionnaire, pour ne jurer de rien, mais le maire sortant les a envoyé paître pour le 2e tour après son score de 47%, lorsqu’ils ont envisagé de négocier avec lui comme ils l’ont fait avec les écologistes sans succés. De surcroît, ils se sont coupés de personnalités vanvéennes influentes, refusant même de les rencontrer ou trop tard, pour envisager de les intégrer sur leur liste, trop content d’accueillir des élus dissidents de la majorité sortante. Ce qui les a éloigné d’ex-socialistes et de vanvéens de sensiblité de gauche qui, au début, soutenaient LREM, comme ils l’avaient fait aux présidentielles et aux législatives, et qui n’ont pas voté pour la liste Vivre Vanves, considérant que leur discours était trop à droite. Il fallait les entendre à la fin de la réunion de présentation de la liste et de son programme le 1er Février à Marceau de Guy Janvier à Benédicte Goussault….

    Les écologistes qui espéraient surfer sur le bon résultat des européennes ont été déçu par leur résultat au 1er tour. Malheureusement, leur tête de liste donnait l’impression d’être trop confiant et surtout, par son attitude, d’être maire avant d’être élu et d’être le challenger du maire sortant au second tour. C’est dommage, car Vanves demain avait le meilleur programme des 4 listes, et a fait la meilleure campagne avec surtout cette réunion du 7 Mars à l’école Marceau, un peu hors norme, en ateliers thématriqies animés par des co-listiers spévialistes des questions abordées. 

    Quant à la majorité municipale (UDI/LR) avec sa tête de liste, très inquiéte au début, tout en étant arrogante pour certains de ses membres, elle a repris les mêmes recettes du passé, à tel point que le calendrier de sa campagne correspondait aux mêmes dates que 2014, avec la même permanence, mais elle n’a pas réussi à passer dés le 1er tour comme en 2014 à 47%, ce qui était rageant. Mais finalement le maire sortant aura bénéficié de l’effet Covid-19 en 2020 comme de la nullité de la campagne socialiste en 2014 et aura pendant 6 ans les mains libres pour continuer sa politique de densification – pourtant critiquée par certains de ses supporters qui ont voté pour lui -  malgré ses promesses de dernière semaine de campagne. La meilleure preuve qui dément ses promesses :  Les vanvéens ont appris, selon les rumeurs en ville, un projet d’immeuble allée de la ferme. Sûrement d’origine privée, mais le maire reconduit devra, au final, signer le permis de construire, donc donner son feu vert. !   

  • CHRONIQUES DU DECONFINEMENT A VANVES : HISTOIRES De 2e TOUR ET DE MASQUES

    Avec le déconfinement, l'hypothèse de la tenue le 28 juin du second tour des élections municipales a refait surface, cette semaine, mais le gouvernement reste prudent et s'en remet à l'avis du Conseil scientifique qui doit dire d'ici le 23 mai si les conditions sanitaires sont réunies. Ce qui ferait l’affaire des maires en ballottage qui misent sur leur gestion de la crise sanitaire, convaincue qu’elle favorise les maires sortants d’autant plus si le 2e tour a lieu fin Juin. A Paris les Républicains ont vu le risque, Rachida Dati leur tête de liste est monté au créneau depuis une quinzaine jours, pour critiquer sans cesse la gestion de cette crise sanitaire par Anne Hidalgo. A Vanves, le maire a entièrement les mains libres, car du côté de l’opposition municipale et des têtes de listes, c’est silence radio, tant du côté des écologistes, des marcheurs que des communistes, laissant supposer que face à une telle crise sanitaire, il faut jouer l’union des forces locales comme nationales, pour contrer ce virus, et mettre en place les conditions d’un bon déconfinement. Ce qui ne se déroule pas trop mal à Vanves, avec la gestion de la reprise dans les écoles et les créches, malgré quelques couacs et loupés comme les masques

    Ce qui n’a pas empêcher les polémiques, concernant les masques tant à Vanves qu’à Paris. Mais si les critiques sont venus de la droite à Paris, à Vanves, elles sont venues plutôt de la majorité municipale, ce qui est un comble.  A Vanves, la fin du confinement la semaine dernière a été occupé par la distribution de masques à tous les vanvéens, entre Jeudi et Samedi. Mais voilà, ils ne seraient pas agrémentés AFNOR, avec des ficelles au lieu d’élastiques. Ce qui a fait débat sur les réseaux sociaux d’autant plus que l’équipe municipale a fait une erreur psychologique : Le maire, ses adjoints, ses conseillers municipaux de la majorité, son personnel communal n’en portaient pas pour montrer l’exemple. Mais plutôt des masques chirurgicaux de type. FFP1 et FFP2.  C’est pourquoi des vanvéens ont préféré s’en procurer dans les pharmacies ou des commerces quite à les payer, certains comparant ces masques à des serpillières, comme à Paris où les Républicains parlaient de « sopalins ».

    Si l’exécutif socialiste a réagit à Paris en expliquant : «La droite a décidé d’en faire une polémique ! Elle ment beaucoup ! Nous avons reconnu qu’ils étaient peu adapté. Nous avons proposé des masques chirurgicaux pour les personnes fragiles» expliquait Emmanuel Grégoire, 1er adjoint au maire de Paris.  A Vanves, le maire a pris la défense de cette société qui a fabriqué ses masques, les Tissages de Charlieu «qui a répondu à l’appel du Gouvernement fin mars, et comme d’autres entreprises du secteur du textile, s’est mobilisée pour remédier à la pénurie de masques.  Ces équipements (masques lavés) ont été testés par la Direction générale de l’Armement, et présentent de bonnes performances de filtration et de perméabilité à l’air, sans pour autant se substituer aux équipements normés» expliquait il sur le site facebook de la ville face à la polémique. Mais voilà, une de ses adjointes au maire aurait même reconnue sur twitter ou facebook la piètre qualité de ces masques. Ce qui la fout mal ! d’autant que ces masques distribués à Lyon et Colombes ont fait l’objet des mêmes critiques.

    Pendant ce temps là, Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional où siége le maire de Vanves inaugurait la première usine de masques d'IDF au Blanc-Mesnil qui devrait produire un million de masques FFP1 et FFP2. Elle a été ouverte par un homme d’affaires Chinois, figure de la communauté franco-chinoise, Hsueh Sheng Wang qui vit depuis 40 en France dit avoir investi «4 M€» dans le projet, et solliciter le soutien de la région. « Grâce à cette usine, l’Ile-de-France, qui était très démunie, pas du tout en autosuffisance, va pouvoir se protéger» a salué la présidente de la Région qui les fait distribuer dans les gares du Transilien et en a envoyée aux communes comme à Vanves, pour être distribués aux professionnels de santé ou à la gare SNCF et devant le passage des Reflets  menant au métro