Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conservatoire de vanves - Page 2

  • 9 ELUS DE VANVES A L’INSTALLATION DE LA CHAMBRE D’ENREGISTREMENT DE GPSO

    L’installation du nouveau conseil communautaire de 89 Membres élus au suffrage universel pour la première fois à l’occasion des élections municipales s’est déroulé Mercredi en début de soirée dans les salons de l’Hôtel de Ville de Boulogne. Les nouveaux élus ont pu découvrir l’un de ses trois grands salons aux couleurs dorés renforcés par le coucher de soleil qui accueille les séances du Conseil Municipal de Boulogne, dont les plafonds ont été décorés par Matthieu dans les années 80. Tous les conseillers communautaires avaient été placés non selon l’ordre alphabétique mais selon leur âge, les seniors devant, les plus jeunes derrière, éparpillant dans cette assemblée, les 9 représentants de Vanves : Bernard Gauducheau, Isabelle Debré, Maxime Galiardi, Françoise Saimpert, Bernard Roche, Delphine Roy, Xavier Lemaire, Sandrine Bourg (absente) pour la majorité UDI/UMP  et Jean Cyril Le Goff pour le PS.

    Les 7 élus de l’opposition paraissaient bien isolés dans cette assemblée, Ville d’Avray, Chaville et Marne La Coquette n’ayant aucun représentant de la gauche « Seules les têtes de liste socialiste se retrouvent conseillers communautaires, sauf à Chaville ou l'opposition a deux conseillers, et à Vanves où  elle a démissionné « pour faire place aux jeunes".  Malgré ses mauvais scores, le PS s'en tire plutôt bien et pourra défendre sa conception de la MGP en milieu hostile. Par contre, EELV n'est plus représenté, pas plus que le Front de Gauche ou le PCF » constatait un observateur attentif (Claire Papy). Jean Cyril Le Goff (PS) parlait de « chambre d’enregistrement » à propos de ce conseil communautaire. C’est la raison pour laquelle l’opposition n’a pas présenté de candidat contre Pierre Christophe Baguet, ni contre les 8 Vice présidents.

    Cette séance inaugurale a même été présidée par André Santini, en tant que doyen d’âge. Il  en a profité pour constater tout d’abord  que « GPSO s’est hissé au rang des collectivités les plus dynamiques d’IDF », devenant « un pôle majeur de la Région avec des sociétés spécialisées dans les NTICS ». Ensuite, elle fait des envieux : « Certains essaient de nous spolier en ayant construit la MGP. D’autres cherchent à ponctionner nos richesses ». Enfin, « cette MGP a été mal construit sur le fonds et elle s’est retournée contre ses instigateurs. Il faut faire évoluer cette MGP. Rien ne doit être imposé, mais tout doit être concerté » a-t-il conclut en formulant le voeu que « la mission de préfiguration permette de redéfinir le rôle de cette MGP ».

    Pierre Christophe Baguet, maire de Boulogne a été réélu président de GPSO par les 80 conseillers communautaires de la majorité, ainsi que les 8 Vice présidents – André Santini (Issy), Jean Jacques Guillet (Chaville), Harvé Marseille (Meudon), Grégoire de la Roncière (Sévres), Bernard Gauducheau (vanves), Denis Badré (Ville d’avray), Christiane Barody-Weiss (Marnes La Coquette), Pascal Thévenot (Velizy) -   sans dissidence de l’un des 8 maires, contrairement aux Hauts de Biévres, où le maire de Wissous a été éliminé de l’exécutif,  même si l’on sait que le cœur du nouveau maire de Velizy penche plutôt vers le Grand Versailles. Mais il a jusqu’en Septembre pour choisir ou non de rester dans GPSO qui sera intégré dans la MGP (Metropole du Grand Paris). « Je rejoins mon cher ami et collègue André Santini dans sa perception si clairvoyante de la nécessité de faire évoluer l’instrument jacobin qui nous a été imposé. Shakespeare dans son Othello faisait dire à Iago  « Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d’abord sous des dehors célestes » a déclaré d’emblée le maire de Boulogne.

    « Tel est notre devoir, mon devoir de dénoncer la dissimulation qui trahit ce projet mal construit, mal pensé, car frappé du vice originel d’être né dans l’opposition aux réussites locales patiemment construites, et ce en dehors de toute concertation avec les élus locaux. Mais jamais la démocratie locale ne peut être indûment ignorée, les résultats des 23 et 30 mars nous le rappellent avec force. C’est aujourd’hui mon devoir de saisir ce message pour porter la voix de GPSO, de ses villes membres dans le cadre des réflexions, peut-être même des combats à venir dans la structuration de cette Métropole aujourd’hui bien bancale. Je me ferai fort, avec l’appui de chacun d’entre vous, des Maires, de nos chers collègues membres de la représentation nationale, de défendre notre identité. Non par conservatisme mais bien au contraire par ce que les réussites de notre agglomération en font un véhicule porteur d’avenir » a-t-il ajouté à propos de la MGP 

    Le président de GPSO a donné une idée du travail accompli : Un CDT ( contrat de développement territorial) « ambitieux visant à positionner GPSO comme un pôle urbain et économique métropolitain, légitimé par une implication publique large ». Un PLH (programme local de l’habitat) pour 2013-2018 « soucieux de répondre aux besoins de logement, de favoriser le renouvellement urbain et la mixité sociale et d’améliorer l’accessibilité des bâtiments au profit de tous ». Une Trame verte et bleue « au profit de la qualité environnementale de nos concitoyens. Ces documents  stratégiques, témoignages d’une gouvernance portée vers l’avenir, ne sauraient toutefois occulter le cœur des actions quotidiennes de proximité au service de chacun » a-t-il déclaré en parlant de « l’engagement en faveur de la propreté des 258 km de voirie à laquelle est consacré un budget annuel de 18 M€ », de l’action permanente en faveur « d’une gestion optimisée de l’assainissement pour lequel un programme d’investissement de 42 M€ sur 7 ans a été engagé au travers d’un schéma directeur », du programme d’éclairage public performant, de l’amélioration du cadre de vie des résidents avec « l’embellissement et la valorisation des 108 hectares d’espaces verts auxquels se consacrent quotidiennement près de 195 agents, de vastes opérations d’aménagement menées au travers de chantiers souvent exemplaires : Avenue Pierre Grenier à Boulogne-Billancourt, rues Bara, Farman et Desmoulins à Issy-les-Moulineaux, rue Sadi Carnot à Vanves  quartier commerçant Bellevue de Meudon…. »

    PC Baguet a donné une idée du travail qui reste à accomplir : « GPSO a initié des projets majeurs qui structureront le paysage de notre territoire au profit de chaque citoyen » a-t-il déclaré en citant l’édification du nouveau Conservatoire de Vanves dont l’achèvement est prévu pour le début de l’année prochaine, le vaste programme de réaménagement des espaces publics aux alentours de la gare de Meudon Val Fleury ou celui de la Voie royale à Sèvres, à la modernisation du stade Marcel Bec. Il a placé au niveau des exigences fortes,  la modération fiscale et la maîtrise des dépenses de fonctionnement, la solidarité interne exprimée par l’harmonisation des taux de la fiscalité des entreprises ou par le mécanisme de la dotation de solidarité communautaire, la solidarité externe en « démentant ainsi tous les faux procès qui ont pu être faits à notre territoire « trop bien loti », ou plutôt devrais-je dire trop bien géré, aux yeux de certains. Ainsi en 2013, l’agglomération a contribué à hauteur de 17 M€  au titre du FSRIF ou du FPIC. Cette solidarité s’élèvera à 30 millions au budget 2016 ».

  • PATRIMOINE DE VANVES : L’AU REVOIR DES VANVEENS A L’ORGUE DE SAINT REMY

    Plus d’une quarantaine de vanvéens ont profité des visites commentées de l’actuel orgue de Saint Remy,  organisées dimanche après-midi par l’association pour le Renouveau des Orgues de Saint Remy, avec Loîc de Lacombe, organiste titulaire de cet orgue. Il ne pouvait pas y avoir plus de visiteurs de toute façon, car l’espace dans la tribune au dessus du portail d’entrée est étroite, ainsi que le cheminement pour y aboutir. La déconstruction de l’ancien orgue doit intervenir en Septembre 2013, et l’installation du nouvel orgue devrait occuper tout le dernier trimestre 2013, le pére curé Vincent Hauttecoeur espérant une inauguration ou une première utilisation pour les fêts de Noël.

     

    L’orgue actuel qui présente un tel état de vieilissement ne permettant pas d’envisager une resuaration,  a été conçu et construit par la maison Mercklin-Schurtz en 1859. Il se présentait alors en un seul buffet. En plus des deux buffets actuels, il y avait au centre une grosse tourelle centrale en ogive, les claviers étant disposés à gauche de l'instrument. Il disposait de deux plans sonores : un clavier de grand orgue de 54 notes avec 7 jeux et un clavier de récit sans octave de 4 Jeux. Or vers la fin du XIXéme siécle, le clergé a voulu libérer le vitrail en demandant au facteur d'orgue Game de scinder en deux parties l'instrument, le Grand Orgue à gauche et le Récit à droite, de manière à dégager la fenêtre de la tribune pour laisser à nouveau la lumière entrer dans l’église. Il en a profité pour mettre l'un des 7 jeux du grand orgue, le bourdon 16' sur moteur pneumatique afin d'avoir un jeu indépendant à pédale et réaliser d'autres travaux. Une seconde restauration a été effectuée par la Maison Gonzales en 1930  qui a augmenté le Récit et a ajouté un pédalier de 30 notes. L’orgue comptait alors 18 jeux. Malheureusement, la mécanique conçue par Mercklin-Schurtze qui était de qualité médiocre, n'a pas gagné en souplesse avec le temps, souffrant du manque d’entretien, de soins attentifs… a tel point qu’il ne restait que 12 jeux au début des années 90, et maintenant 8 à 9 Jeux, avec un buffet néo-gothique fragilisé.

     

    Plusieurs projets de restauration ont vu le jour au fil du temps jusqu’à ce projet de reconstruction conduit par la ville de Vanves, le conservatoire de musique, la paroisse avec l’association  pour le renouveau des orguies de Saint Remy.  Après avoir défini, le profil musical et technique du nouvel orgue en concertation avec les organistes titulaires, conseillée par M. Henri de Rohan-Csermak (Conseiller pour les orgues à l’ARIAM), et aidée par M. Roland Galtier, technicien-conseil agréé pour les orgues historiques et maitre d’œuvre du projet Saint Remy, un appel d’offres régi par le Code des marchés publics a été lancé le 3 février 2012. Trois entreprises ont remis des offres qui ont été analysées en détail par le maître d’œuvre dont le rapport a été étudié par la commission d’appel d’offres du 22 Mai 2012. Elle  a estimé que la meilleure proposition fournie était celle présentée par la Manufacture  d’Orgues Daniel Kern.  

     

    Il s’agit d’une maison fondée en 1953 par Alfred Kern, située à Strasbourg et dirigée actuellement par Daniel Kern depuis 1977. De renommée mondiale, la Manufacture d'Orgues Kern restaure et reconstruit des instruments anciens avec le plus grand respect pour les maîtres du passé. Elle construit aussi de nouvelles orgues en Europe et dans le monde entier : France, Allemagne, Autriche, Suisse, Grande-Bretagne, Japon, Etats-Unis, etc. Grâce à une équipe hautement qualifiée, dans l'entreprise depuis de nombreuses années, composée de 8 facteurs d'orgues, 2 menuisiers ébénistes, 1 ajusteur, 3 tuyautiers, 1 ingénieur projeteur et 2 harmonistes collaborant avec M. Daniel Kern.

     

    « Ce nouvel orgue qui est en phase de construction dans les ateliers de Strasbourg,  sera un instrument inspiré  de l'esthétique sonore classique / baroque flamande. Il  s'inspirera fortement des instruments flamands tels que West Cappel, Nielles les Ardres, Stalhille, Aarshot etc Le buffet sera en chêne massif, finition chêne nature.l Les 20 jeux sont répartis sur deux claviers manuels de 56 notes et un pédalier de 30 notes. Quelques tuyaux de l’orgue actuel seront réutilisés après restauration » indiquent les responsables de l’association qui suivent de prés la progression de sa réalisation, en ajoutant : « Cet orgue viendra en complément du parc instrumental des orgues de la région (Sud-Ouest de la Capitale), la majorité des instruments existants remontant à la fin du 19e siècle, en étant de style symphonique français. L’instrument est prévu pour avoir une utilisation culturelle variée, être utilisé par le Conservatoire, servir en formation de chambre, et s’insérer dans une pratique liturgique ».

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES RONRONNANT : questions, précisions, informations…sur de nombreux sujets d’intérêt vanvéen

    Rien de bien normal durant ses 2H30 de conseil municipal avec 27 délibérations à l’ordre du jour,  pendant lequel la pluie a recommencé à tomber, les élus se sont expliqués longuement sur les tarifs de l’ESCAL, le maire en a profité pour apporter de multiples informations et précisions devant une tribune du public toujours clairsemé avec de jeunes étudiantes d’une école d’infirmiére chargé de faire un diagnostic territoral sur Vanves pour leurs études. La grande nouvelle de ce Conseil est la confirmation que la CVS (Circonscription de la Vie Sociale) reste bien à Vanves et qu’elle devrait s’installer dans les locaux de l’ex-trésorerie principale rue Mary Besseyre à côté de la Poste, même si ces effectifs ont baissé, et ont été mutualisé avec la CVS d’Issy les Moulineaux, la conduisant à n’ouvrir chaque jour de la semaine qu’une demie journée. Isabelle Debré l’a confirmé en  répondant à une question orale de Jean Cyril Le Goff (PS).

     

    Il a tout d’abord voté le compte administratif 2012. Bernard Gauducheau en a rappelé les éléments essentiels : recentrage des investissements sur le patrimoine et les économies d’énergies après l’effort effectué sur Cabourg les années précédentes, et  permettre à la ville de commecer à se désendetter. « L’exercice budgétaire 2012  a ouvert une période difficile pour les finances locales : diminution de 780 000 € des recettes provenant des droits de mutation, baisse des dotations de l’Etat , péréquation prise en charge en 2012 par GPSO ». Enfin, nécesssité de garder une vigilance renforcée sur les dépenses de fonctionnement. « Nous devons tenir un discours courageux » a-t-il conclut. PS et PC ont voté contre tout « en n’ayant pas constaté d’anomalies » mais « parce que nous n’aurions pas fait les mêmes choix que la majorité et qui s’exprimeront lors des prochaines élections municipales » comme l’a expliqué Anne Laure Mondon : « On s’était inquiété de l’emprunt de 3 M€ lors du débat sur le budget 2013 et de ses conséquences sur les charges financières. L’encourt de la dette sur la population a augmenté depuis 2010. La DGF ne cesse de diminuer depuis le compte administratif de 2009, et pas  uniquement depuis l’élection de François Hollande ». Le groupe EELV s’est abstenu

     

    Il a ensuite voté un fonds concours de la ville de Vanves de 1 M€ à GPSO pour la construction du conservatoire de musique. Jean Cyril Le Goff (PS) a noté que « l’on lui avait expliqué que c’était un jeu d’écriture » en s’étonnant que « ce soit bien une majoration du coût qui aurait pu retarder sa réalisation. On n’a pas envie de prendre du retard, mais cela va se répercuter sur les ménages vanvéens ».  Le maire a confirmé que c’était bien un  dépassant du coût originel qui améne le conseil municipal à voter ce fonds de concours qui sera versé en deux annualités de 50%. « Cela ne m’enchante guére, mais c’était la seule alternative ou l’abandon du projet. On a obtenu cet étalement sur 2 ans » tout en rappelant que « la ville avait déjà contribué par l’apport du terrain d’une valeur de 4 M€ ».  Il a expliqué aussi qu’un certain nombre de contraintes administratives, juridiques (avec certains riverains) ont retardé la construction de 3 mois, comme il l’avait fait lors de la réunion publique du quartier des Hauts de Vanves, et le chantier qui devrait durer un an, commencera cet été avec l’installation de la grue en juillet.

     

    A l’occasion de la subvention demandée au Conseil Régional pour l’élaboration et la mise en œuvre de l’agenda 21 communal, Claire Papy (EELV) est revenu sur la réunion de mardi soir du Comité Consultatif Développement Durable/environnement, en regrettant que les vanvéens n’en aient pas été mieux informés, que la réunion n’ait pas permis de présenter beaucoup mieux lers enjeux : « Il s’agit de se mobiliser ensemble pour imaginer un mode de développement plus soutenable. Les animateurs de cete réunion auraient eu besoin d’être secondé pour bien présenter ces enjeux et les axes de Progrés. Le bureau d’Etudes Inddigo peut faire mieux ».  Bernard Roche, maire adjoint UDI qui a présidé cette réunion, a indiqué qu’une seconde réunion est prévue en Septembre, et Bertrand Voisine, maire Adjoint UMP que le 1er Comité de pilotage de cet agenda 21 communal devrait se tenir en Juillet. Bernard Gauducheau a insisté sur le fait que « la ville n’a pas pris de retard dans ce domaine, car on a beaucoup fait au niveau de « l’Agglo ». Beaucoup d’actions ont été entreprises dans notre commune ». Il a profité de la subvention demandée au SIPPEREC pour les travaux de renovation de l’hôtel de Ville, pour préciser que « si des échaffaudages ont été installés autour du bâtiment ce n’est pas pour ravaler les façades mais refaire le toît qui date de plus d’un siécle et de ses fenêtres ».

     

    Enfin, ce conseil municipal a accepté de classer dans le domaine public en même temps que la rue de l’avenir,  son impasse et l’allée Vernes et de lancer à l’automne l’enquête publique, d’organiser un troisiéme mois du commerce du 20 Septembre au 20 Octobre 2013, de modifier les tarifs de l’ESCAL, JC Le Goff (PS) en profitant pour demander qu’il y ait un même tarif pour les vanvéens et les non-vanvéens originaires de communes de GPSO,  à condition qu’il y ait réciprocité. La Ville a passé une convention de partenariat avec un sportif de haut niveau, Catherine Madec, lanceuse de marteau, l’oppositon demandant que dans ce cas, ce sportif s’implique dans une activité sportive auprès des jeunes vanvéens, ce qui est son cas, puisqu’elle donne des cours à la section Athlétisme. La ligue Contre le Cancer a reçu une subvention de 923 € pour son opération « Nager contre le cancer ». Dorénavant, les subventions versées par le département des Hauts de Seine à des associations vanvéennes, le seront par la ville de Vanves, conséquence de la Convention triennal Ville de Vanves/Conseil Général signée tout récemment : 59720 € au total en 2013 seront versés par le Conseil Général à des associations vanvéennes