Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

conseil de quartier - Page 5

  • ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES : GUY JANVIER CONSEILLER GENERAL PS : « Nous sommes dans la configuration de 1995 »

    Même s’il a pris sa revanche aux cantonales de 2004 et 2011, cette élection municipale, après sa défaite de 2001 puis de 2008 a un goût particulier pour Guy Janvier. 13 ans aprés, il souhaite qu’une victoire jette un pont entre son mandat (1995-2001) et celui qu’Antonio Dos Santos entamera (2014-20). C’est la raison pour laquelle, il se consacre pleinement à cette campagne, et a tenu à être sur la liste à la 13éme place. Il s’en explique sur le blog Vanves au Quoditien

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi vous êtes vous représenté sur la liste PS alors que vous avez démissionné du Conseil Municipal ?

    Guy Janvier : « J’ai démissionné du conseil municipal avec l’idée que si on voulait regagner la mairie, il fallait renouveler notre équipe – Anne Laure Mondon, Jean Cyril Le Goff, moi-même depuis 1989. Quand j’ai été réélu Conseiller Général, j’avais dit que, dans la perspective des élections municipales, on ouvre les représentants de l’opposition au conseil municipal à des personnalités nouvelles, et notamment à Valérie Mathey qui avait été ma suppléante au moment des cantonales et avec qui j’avais gagné.  Il fallait absolument, pour regagner cette ville, que cela ne repose pas uniquement sur Guy Janvier qui est connu, et sur les deux élus municipaux. Il faut ajouter l’idée du non cumul de mandat, repartant pour un mandat de conseiller général, je ne me sentais pas complétement utile au conseil municipal.

    Je suis de nouveau sur la liste à une position où je ne serais pas élu si on perd, hypothèse que je n’envisage pas, et où je serais élu si nous gagnons. En fonction de ce qu’Antonio Dos Santos souhaitera, je serais à la disposition du futur maire et de l’équipe municipale. Le fait d’être en position éligible à la place 13, petit clin d’œil à la chance, et d’être sur la liste, est une bonne chose 

    VAQ - Comment vivez-vous cette campagne ?

    G.J. : « C’est peut être ma diziéme campagne, entre les campagnes locales et nationales. J’ai un très mauvais souvenir de la campagne de 2008.  Donc, je vis très bien cette campagne 2014, parce qu’elle est bien organisé, cohérente, avec un directeur de campagne, Jean Cyril Le Goff, un candidat, Antonio Dos Santos qui est légitime. C’est une des raisons pour lesquelles, je crois en notre victoire. Car il y a une cohérence, une progression dans la campagne. Tout cela est de bon augure. Parce qu’aujourd’hui, on ne peut plus se permettre, dans les élections politiques, même locales, d’être des amateurs. La campagne a un caractére « professionnel » qui est bonne. Où je me trouve à l’aise

    VAQ - En quoi est elle différente de celle de 2008 ?

    G.J. : « En 2008, nous avions un problème de direction de campagne, puisqu’elle a fait défaut en plein milieu de campagne. Nous avons failli sur le document de campagne, puisque lorsque Robert Badinter est venu faire la première réunion publique, il n’était pas prêt. Nous n’en avions que 60 exemplaires, à trois semaines de l’élection. J’avais conçu un programme sur le développement durale, avec ses trois piliers, économique, environnemental et social. Il n’était pas mauvais. Et d’ailleurs, j’ai crû comprendre qu’un certain nombre de candidats aux prochaines élections, y avaient pioché un certain nombre de choses. Il était déjà vert avant que l’on puisse dire qu’il l’était. Mais nous avons surtout pêché sur l’organisation de la campagne. C’est pourquoi aujourd’hui, notre campagne me parait bien partie parce que l’organisation est bonne, et c’est fondamental en politique. Et je porte ce programme pour 2014-20 car il y a un certain nombre de choses qui me paraissent indispensables, la démocratie participative qui a été un de mes axes forts lorsque j’étais maire, la politique de la  jeunesse  et la cohésion sociale.

    VAQ - Quels sont les enjeux de cette élection municipale 2014 ?

    G.J. : « J’espère que nous allons pouvoir reprendre la mairie le 30 Mars 2014. Je suis moins optimiste qu’Antonio Dos Santos car je ne pense pas que cela se fera le 23 Mars au soir. Je suis assez confiant parce que nous sommes dans la configuration de 1995, avec une seule liste à droite, et 3 listes à gauche. En 1995, il avait manqué 17 voix à la liste de Didier Morin pour passer dés le premier tour. Et malgré cela, on a gagné de 2 voix. Pourtant, ce n’était pas évident avec les deux listes concurrente de MM Deniau et Poly. Je suis plus confiant aujourd’hui parce que Bernard Gauducheau et Isabelle Debré ne vont pas passer au 1er tour.  Je n’y crois pas une seule seconde parce qu’à Vanves, le PS est majoritaire déjà depuis quelques élections. J’ai battu Bernard Gauducheau en 2004 et 2011. François Hollande a fait 56% aux élections présidentielles. Le PS a fait 53% aux élections législatives. Tout cela fait que si Bernard Gauducheau ne passe pas au premier tou comme je le pense, nous aurons une réserve de voix importante que lui n’aura pas. Contrairement à 2008, nous avons à côté de nous, deux listes politiques, les Verts et le Front de Gauche. J’espére que l’écart entre l’UMP/UDI et le PS soit autour de 10 points. Comme nous avons fait alliance avec les démocrates, il est possible que l’écart soit un peu plus réduit. Quand on regarde le résultat des dernières élections, on s’aperçoit qu’à Vanves, on est à 52/53% à gauche, la droite à 46/47%. Il perd normalement une partie des démocrates qui nous ont rejoint. Ainsi, il n’est pas impossible que l’écart se réduise à 7 ou 8 points. Et dans ce cas là, c’est gagné. En tous les cas, ce sera serré. Et il n’y a pas de raison que cela ne se joue pas à 50 ou 100 voix, et que l’on gagne avec un faible écart. Mais on peut aussi gagner avec un score plus fort.

    VAQ - Comment avez-vous vu évoluer cette ville depuis 13 ans ?

    G.J. : « Je ne dirais pas en bien, parce que ce qui a manqué  à Bernard Gauducheau, nous l’apportons dans notre programme. Je pense en particulier à la rénovation du Plateau. J’y habite depuis 30 ans. Qu’est-ce qui a été fait depuis 13 ans ? Strictement rien.  Il a fait des choses dans le bas de Vanves que l’on peut d’ailleurs contester. En matière de jeunesse, sa politique a été une vraie catastrophe et les conséquences sont qu’un certain nombre de jeunes sont devenus des décrocheurs scolaires puis des délinquants. En matière de participation, c’est du « flanc ». Quand on voit les conseils de quartier que nous avions mis en place, avec une fête de quartiers rassemblant 150 à 200 personnes à chaque fois, et qu’aujourd’hui, une fête qui réunit l’ensemble des quartiers n’en réunit de 100 à 150, il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a un décalage complet entre les discours sur la citoyenneté, la cohésion sociale. Il est d’ailleurs étonnant que, dans son programme, il insiste dés le départ sur Vanves Solidaire. C’est qu’il y a un manque quelque part. Ce qui ne veut pas dire que des choses n’ont pas été fait comme Cabourg. Mais c’est comme cela parce qu’une association d’habitants s’est opposé au projet de Bernard Gauducheau qui était de construire une tour de 12 ou 15 étages et de mettre l’école en rez de chaussée. Il y a eu une différence entre ce que j’aurais fait si j’avais continué à diriger cette municipalité et ce que Antonio Dos Santos fera s’il est maire le 30 Mars.

    VAQ - Quelles sont les 2 à 3 propositions du projet auquels vous tenez le plus

    G.J. : « Ce n’est pas un programme « clef en main » mais un programme que nous allons faire avec les vanvéens, en les associant, notamment sur le Plateau qui a besoin considérablement d’être rénové. Mais ce n’est pas uniquement une rénovation en dur, mais c’est aussi du lien social, avec tous ces jeunes qui traînent et ne savent plus très bien où ils en  sont. En matière de circulation douce, il faut poursuivre ce que le maire actuel a fait avec le mail Sadi Carnot. En matière d’urbanisme, il y a l’aménagement des terrains A.Briand et des alentours de la gare sur lesquels il va falloir se pencher et revoir  cela de très prés en fonction de l’état d’avancement du dossier.

    VAQ - Le Parisien a parlé d’un résultat incertain ? Qu’est-ce qui pourrait faire pencher Vanves à Gauche ?  

    G.J. : « Vanves est à gauche depuis un certain nombre d’élections. Cela n’aurait rien de surprenant que Vanves redevienne à gauche comme il l’a été pendant quelque temps. Tout cela est de plutôt de bonne augure

    VAQ - Si Antonio Dos Santos se retrouve dans le fauteuil de Maire, est-ce que ce sera quelque part une sorte de revanche ? 

    G.J. : Ce ne sera pas une revanche, Je l’ai prise au moment des cantonales. J’ai battu Bernard Gauducheau deux fois. Pour moi, ce sera un bon pont entre mon mandat et celui d’Antonio Dos Santos, 13 ans après.

  • RETOUR SUR LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES (suite et fin) : Secours, aides, subventions en tout genre…mais sans unanimité

    De nombreuses délibérations à l’ordre du jour de ce conseil municipal de la semaine dernière, ont suscité des questions, des débats et de nombreuses prises de positions

     

    PAVILLON TSVETEAVA : Ce projet a pris du retard et a nécessité de renouveler la demande de subvention de la ville, suite à une erreur d’évaluation  du chiffrage par la maîtrise d’œuvre. « L’enveloppe paraissait très haute, par rapport aux priorités de l’équipe municipale » a-t-on répondu à une question de Jean Cyril Le Goff (PS). Ce qui nécessite tout de même un nouveau permis de construire

     

    LOCAL DE QUARTIER : La ville de Vanves a acheté pour 19 000 € un local  de 68,30 m2avenue de Verdun occupé par une entreprise de peinture,  pour en faire un espace semblable à Latapie ou La tuilerie. « La ville qui gère bien ses biens, devrait récupérer des places de parkings tout à côté qu’elle devrait louer et dont le produit financera cet achat » a annoncé le maire

     

    RESTAURATION : L’ensemble des élus vanvéens, sauf les Verts, est favorable à une délégation  de service public en la matière, confié jusqu’au 31 Août 2014 à la société ELIOR/ELRES, dont le conseil municipal a lancé la procédure de renouvellement, et l’appel à candidature, car « il apparaît pertinent  et adéquat de confier ce service à un prestataire spécialisé et aguerri à ce type d’exploitation afin d’offrir aux usagers un service public de qualité exploité dans des conditions optimales de qualité, d’hygiène et de sécurité. De surcroît, il permet la prise en charge par le délégataire des investissements nécessaires à l’exploitation optimale du service et la prise en charge totale de la prestation (maintenance, fourniture..) ». Le groupe EELV a préconisé  « une organisation plus intercommunale de cette restauration », et « qu’une action forte soit menée contre le gaspillage alimentaire ». Le groupe PS a souhaité que soit organisé une concertation avec la communauté scolaire en amont de la rédaction du cahier des charges et que soit mieux pris en compte le bio. « Vanves se situe dans le haut du classement des prestations » a indiqué Marie Françoise Goloubtzoff (UDI) maire adjointe (Ecoles) en rappelant que 341 242 repas sont confectionnés par an dont 321 660  dans les écoles, 6258 pour le portage de repas à domicile, 7 167 à Danton, 6 157 dans les structures petite enfance». « C’est une grande responsabilité » pour le maire qui a insisté sur « la nécessité de relations étroites entre les parties prenantes. Nous avons un haut niveau de prestations au regard de l’investissement et de la participation financière ». 

     

    NOTRE DAME DE FRANCE : La participation de la commune aux dépenses de fonctionnement de cet établissement scolaire privée a fait débat comme d’habitude. Bernard Gauducheau (UDI) a expliqué que « cette participation financière est un choix qu’a fait Vanves et qu’elle n’est pas énorme par rapport au coût de scolarisation des enfants ». MF Goloubtzoff (UDI)  a indiqué qu’il accueille 28 enfants en maternelle, 52 en élémentaire et 30 au collège, réfutant l’argument d’une augmentation des effectifs.  Lucile Schmid (EELV) a regretté de voir que « les parents mettent leurs enfants dans le privé jusqu’en seconde, pour les faire entrer ensuite dans le public, en visant le lycée Michelet » qui est surbooké. « La question est de voir le nombre d’isséens qui se sont domicilié à Vanves pour pouvoir aller à Michelet » a noté David Mahé.

     

    STADE DE VANVES : Le Conseil Municipal a voté une subvention exceptionnelle au Stade de Vanves notamment parce que cette association qui emploie un agent permanent pour s’occuper de questions administratives, comptables, réglementaires de toutes sortes liées à son fonctionnement, avait besoin de renforcer sa structure grâce au recrutement d’une seconde personne capable de prendre en main ses problématiques et  de gérer les relations avec les acteurs du monde sportif (fédérations, CNDS…). La prise en charge de cet emploi constituait toutefois une charge importante (23 484 € de Sept 2013 à Mars 2014) qu’a pris en compte la ville. Mais ce n’est pas tout, car elle versera une subvention de 25 000 € à la section Tennis dont les bons résultats ont permis son maintien en division nationale. Et de 15 000 € à la section Hand Ball afin d’aider son équipe première à remonter en Nat.3, car sa montée durant la précédente saison  avait entraîné une dynamique extrêmement positive consacrant le travail de fond mené depuis plusieurs années par ses dirigeants. « Il serait tout à fait dommageable que la rétrogradation de l’équipe première nuise à cette dynamique »

     

    SECOURS : Cette association caritative a fait une demande de subvention exceptionnelle de 1000 € pour pouvoir assurer le renouvellement de son stock d’urgence et  de secours alimentaire. D’autant plus qu’il assure, sur demande des travailleurs sociaux de la commune, un accueil  avec aide alimentaire d’urgence. Et que ses colis sont réalisés avec le quota de denrées provenant de la collecte annuelle de la Banque alimentaire que le Secours Catholique peut garder. Cependant la collecte de Novembre 2012 a été en nette diminution par rapport à 2011 (-17%). Ainsi la ville lui permettra d’assurer les approvisionnements nécessaires aux distributions de colis alimentaires prévus jusqu’en Novembre 2013 grâce  à des achats de produits venant à manquer. Le groupe PS dans une question orale s’est étonné surtout que cette association soit énormément sollicité par les travailleurs sociaux de la CVS (circonscription  de la vie Sociale) du département alors qu’ils pourraient plutôt se retourner vers le CCAS et le Libre Service Social

     

    CONSEIL DE QUARTIER : Quelques modifications ont été apportées au règlement intérieur des 3 conseils de Quartier à l’initiative de celui des Hauts de Vanves afin de leur donner « une base de représentativité plus large ». Elles donnent la possibilité de créer des commissions communes à plusieurs conseils de quartier. Elles suppriment la parité homme/femme et l’équilibre entre anciens et nouveaux vanvéens « afin de pouvoir les ouvrir davantage aux administrés souhaitant s’investir ». Elles permettent de créer des fiche-navette afin d’assurer un suivi entre les doléances des administrés. Le groupe EEELV a voté contre : « La démocratie de proximité est importante pour nous. Il y a des difficultés à les faire fonctionner. Leur rôle n’a pas été assez réfléchi » a expliqué Lucile Schmid (EELV). Claudine Charfe (FdeG/PC) s’est abstenu en regrettant qu’il n’y ait que « des élus de la majorité au sein de ces conseils de quartiers » et que Bernard Roche ait refusé son entrée au Conseil des Seniors

  • RENOUVELLEMENT DES CONSEILS DE QUARTIERS A VANVES 17 ANS APRES LEUR CREATION

    Les 3 conseils de quartier ont été renouvelés, lundi soir à la Mairie, par tirage au sort. 19 vanvéens étaient inscrits pour 16 siéges pour le Centre Ancien-Saint Remy. Par contre, il y avait moins de candidats que de siéges à pourvoir pour les deux autres, le Plateau (14)  et les Hauts de Vanves (12). Et quelques nouvelles têtes dont Guillaume résident de la maison Relais pour adultes handicapés Simon de Cyréne qui voulait s’investir et s’impliquer dans la vie locale. « C’est bien que la résidence Simon de Cyréne soit représenté » a reconnu le maire.

     

    Un bel exercice de démocratie de proximité qu’ont célébré Bernard Gauducheau avec Françoise Saimpert, maire adjoint chargé de la participation locale avec les 3 maires adjoints président de ces conseils de quartiers, Mauricette Noyer (Plateauu), Bernard Roche (Centre Ancien-Saint Remy), Daniel Barois (Hauts de Vanves) qui « sont les interfaces entre le Maire et les élus, et les habitants de ces 3 quartiers » comme le maire l’expliquait lors d’un précédent renouvellement. « C’est une démarche lancée voilà quelques années qui a besoin de s’améliorer » a t-il reconnu lundi soir en annonçant que « l’une des premières actions sera de voir comment améliorer le fonctionnement de ces Conseils de Quartier » à partir du travail de réflexion par l’un d’entre eux. « Il est important de donner la possibilité à chaque membre de prendre des initiatives, des responsabilités. Je ne veux pas que ce soit une démarché démagogique. Il faut passer à la vitesse supérieure sachant que nous avons des limites budgétaires  qui aménent à faire des choix et des arbitrages». Mais tout finit pas se faire petit à petit. Comme ses permanences du samedi matin lancées par le Conseil de Quartier du Centre-Ancien Saint Remy grâce à la salle de la rue Louis Blanc repris et développé par les deux autres conseils de Quartier et facilitée par l’ouverture de salles de quartier rue de Chatillon (Hauts de Vanves) et rue Jean Jaurés (Plateau)

     

    Ces conseils de quartier ont pratiquement 17 ans d’existence, lancée en Octobre 1995 par Guy Janvier (PS) qui ont organisé beaucoup de fêtes notamment pour le Nouvel an, afin que les habitants se retrouvent et échangent comme ce fut le cas sur le Plateau. Bernard Gauducheau les a gardé en arrivant à la mairie en Mars 2001, même s’ils étaient alors animé par l’opposition municipale. A cette époque, ils étaient composés chacun de 20 membres dont 12 élus par la population, 8 nommés par le maire dont 4 élus municipaux. Et le Conseil de quartier du Plateau est l’un de deux qui est allé le plus loin entre 2001 et 2004 en s’intéressant de prés à l’aménagement du square du métro, puis du square de la rue J.Jaurés, en réalisant des consultations. Tout comme celui des Hauts de Vanves qui avait fait apparaître la nécessité d’un transport en commun entre le Clos Montholon et le métro. Mais la plupart de ses animateurs et des participants avaient des difficultés à se faire entendre. Et la majorité municipale a réussi petit à petit à reconquérir ces conseils de quartier, en plaçant des vanvéens compatible avec la majorité municipale  à leur tête jusqu’aux élections municipales de Mars 2008.    

    La municipalité UMP/NC reconduite en mars 2008,  a d’ailleurs le  30 Septembre 2008 fait avaliser des modifications du règlement intérieur des Conseils de Quartier de Vanves : Ainsi la fonction de Président de Conseil de Quartier a été supprimé afin que cela ne fasse pas double emploi avec celle de Maire Adjoint en charge d’un quartier. Elle a surtout modifié le mode de désignation des conseillers de quartiers qui sont désormais tirés au sort, pour éviter « toute politisation de ses instances » parait il, et de respecter la parité hommes/femmes, avec chacun, 16 membres. Enfin, elle  a prévu d’octroyer à chaque Conseil de Quartier un budget, géré par le service municipal « Participation Locale » afin de mettre en œuvre ses projets d’animations, de fêtes, d’améliorations de la vie quotidienne. 

     

    « Nous avons fait le choix, pour les Conseils de Quartier, de ne plus élire un Président qui donnait lieu à des joutes politiques, et à un 3éme tour des élections municipales. On a choisi une autre démarche avec 3 adjoints au maire chargé de l’animation de ses conseils de quartier » expliquait alors Bernard Gauducheau qui ajoutait lors du renouvellement précédent : « Participer, prendre la main d’une mamie pour s’occuper d’elle » lui semblait plus important que « de faire part de son mécontentement sur les papiers par terreC’est cela qu’il faut cultiver, car il faut attacher de l’importance aux choses importantes, trouver des idées pour enrichir nos relations humaines ».

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DU CENTRE ANCIEN-SAINT REMY

    1 – Fetah OUZZANI

    2 – Sandrine LEZAN

    3 – Guillaume BENHAMOU

    4 – Elise-Liliane VALLON

    5 – Marilyn BON

    6 – Nathalie VALSON

    7 – Ahmed KAYA

    8 – Joseph-Kokouvi HADEN

    9 – Sylvie LUCAORA

    10 – Catherine GOUYETTE

    11 – Makola-Joseph BITOMBI

    12 – Vicktoria PERRIN-PRJEBYLSKA

    13 – Iris GAY-PEILLER

    14 – Nathalie RIBIER

    15 – Philippe THIEFFINE

    16 – Denis DUBET

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DES HAUTS DE VANVES

    1 – Liliane ABBOU-SIMON

    2 – Cécile BOUVIER

    3- Armelle CHOUPAS

    4- Arnaud CODET

    5 – Cedric DAVY

    6- Emmanuelle FORT

    7 – Faroudja KHIRAT

    8 – Philippe LELONG

    9 – Muriel MAQUIN

    10 – Christiane MURY

    11 – Heanine ROUILLON

    12 - Edith URVOY

     

    LE CONSEIL DE QUARTIER DU PLATEAU

    1 - Michéle ARGUEL

    2 - Geneviève BENIER

    3 - Marline CASPER

    4 – Elizabeth CHAUVELOT

    5 – Brigitte DESCHAMPS

    6 – Omar HIJAZ

    7 – Colette LACOMBE

    8 – Guy PASIRELLI

    9 – Michéle RAKOTOMANGA

    10 – Maïlena RONCIN

    11- Sylvie ROY

    12 – Cécile VANDURA

    13 – Paul VINESSE

    14 - Daniéle WANTIEZ