Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plateau

  • VANVES DANS LE CREUX DE l’OREILLE

    STADE DE VANVES : CHANGEMENT DANS LES SECTIONS

    Emilie Couderc est la nouvelle présidente de la section athlétime du Stade de Vanves. Elle a été élue lors de l’assemblée générale du 4 Septembre derbier, avec Linda Vila et Fehmi Toumi. Ils remplacent Ghislaine Guilbert qui l’a présidée jusqu’à présent, et a permis à cette section de traverser de dures périodes entre les travaux de constructions des nouveaux bâtiments du PMS A.Roche, et la crise sanitaire, entourée  par Nicola Ringelstein  et Séverine Bailly qui ont démissionné. Ce sont de profonds changements au Stade de Vanves qui interviennent avec la mise en sommeil de la section boules lyonnaises qui devrait être annoncé au prochain comité directeur, car elle ne dispose plus d'un local pour entreposer son matériel. Mais ce n'est pas la seule à connaître quelques changements, avec une refonte de la gouvernance et de l’encadrement de la section football avec un nouveau projet de restructuration de cette section présidée jusqu’à présent par Jean Claude Vignal qui devrait en profiter pour passer la main. Ce sont les résultats d'une nouvelle politique sportive décidée en haut lieu et exécuté par le président du Stade de Vanves.    

     

    PAS DE RELAIS POSTE SUR LE PLATEAU

    Carrefour Market, après sa refonte de magasin, aurait renonce à tenir le relais colis pour le compte de la Poste. Second échec après le retrait de la boulangerie du centre commercial L’association Agir pour le Plateau souhaite que la ville de Vanves relance La Poste pour que cette promesse de leur part voit rapidement le jour dans un autre lieu du Plateau, presque un an après la fermeture de son bureau de poste de la rue Jean Jaurés 

    NOUVEAU PAVAGE POUR L’ENTREE DU PASSAGE DES REFLETS

    Les habitués du passage des Reflets espèrent que cette intervention de la ville avec GPSO est la bonne. Une réfection totale du pavage du Square du 11 novembre attenant à ce passage souterrain a été réalisé cet été (sur la photo)  pour rendre ces pavés moins glissants les jours de pluie. La ville avait dû même installer des tapis de sol pour éviter les chutes lorsqu’il neigeait ou qu’il gelait. Les pavés calcaires qui s'avéraient parfois glissants en hiver ont été remplacé par des pavés en granit présentant une meilleure adhésion notamment par temps de pluie. Maintenant, il reste à la ville de faire la même opération pour la place de la République qui se révèle être une véritable patinoire en temps de neige et de gel, et même de pluie, conduisant la ville à aménager un passage avec tapis de sol.

  • PLATEAU DE VANVES EXCLU DE LA REDUCTION DE 3 A 2 COLLECTES ORCHESTRE PAR GPSO

    « Plusieurs Vanvéens du quartier du Plateau nous ont interpellé sur un soi-disant projet visant à diminuer de trois à deux tournées le ramassage des ordures ménagères dans les zones d'habitat collectif à l'identique de ce qui existe déjà dans les zones pavillonnaires. Cette diminution d'une tournée mettrait en difficulté un certain nombre d'immeubles collectifs (règles d'hygiène pour les gardiens et risques sanitaires, encombrement des locaux poubelles et vide-ordures...). Cette compétence relève de notre E.P.T. GPSO » indiquait Valérie Matthey (PS) qui n’a pu obtenir à ce jour confirmation de la part des services de GPSO que ce projet ne verrait pas jour : « Pouvez-vous nous confirmer Monsieur Gauducheau qu'aucun projet ne vise à changer le rythme et le nombre de tournées de ramassage d'ordures ménagères dans notre ville et que le plan des collectes restera identique à celui mis en œuvre actuellement » a t-elle demandée mardi dernier lors du Conseil Municipal. Bernard Roche l’a rassuré puisqu’il n’en est rien : « Afin d’étudier les marges de manœuvre possibles pour rationaliser le coût du service de collecte GPSO vient de lancer une étude qui intègre notamment l’hypothèse d’une diminution du nombre de collectes des ordures ménagères.L’hypothèse étudiée est un service de deux collectes par semaine au lieu de trois actuellement sur toutes la Commune. Cette étude a toutefois exclu la zone du Plateau, quartier de grands immeubles collectifs, qui resterait en collecte d’ordures ménagères trois fois par semaine.Afin d’avoir une information complète sur ce sujet il convient de préciser que la ville d’Issy-les-Moulineaux applique depuis 15 ans et sans difficulté une fréquence de deux collectes par semaine sauf dans les secteurs très denses (quartier des Epinettes) ».

  • ELECTIONS MUNICIPALES A VANVES : GUY JANVIER CONSEILLER GENERAL PS : « Nous sommes dans la configuration de 1995 »

    Même s’il a pris sa revanche aux cantonales de 2004 et 2011, cette élection municipale, après sa défaite de 2001 puis de 2008 a un goût particulier pour Guy Janvier. 13 ans aprés, il souhaite qu’une victoire jette un pont entre son mandat (1995-2001) et celui qu’Antonio Dos Santos entamera (2014-20). C’est la raison pour laquelle, il se consacre pleinement à cette campagne, et a tenu à être sur la liste à la 13éme place. Il s’en explique sur le blog Vanves au Quoditien

    Vanves Au Quotidien - Pourquoi vous êtes vous représenté sur la liste PS alors que vous avez démissionné du Conseil Municipal ?

    Guy Janvier : « J’ai démissionné du conseil municipal avec l’idée que si on voulait regagner la mairie, il fallait renouveler notre équipe – Anne Laure Mondon, Jean Cyril Le Goff, moi-même depuis 1989. Quand j’ai été réélu Conseiller Général, j’avais dit que, dans la perspective des élections municipales, on ouvre les représentants de l’opposition au conseil municipal à des personnalités nouvelles, et notamment à Valérie Mathey qui avait été ma suppléante au moment des cantonales et avec qui j’avais gagné.  Il fallait absolument, pour regagner cette ville, que cela ne repose pas uniquement sur Guy Janvier qui est connu, et sur les deux élus municipaux. Il faut ajouter l’idée du non cumul de mandat, repartant pour un mandat de conseiller général, je ne me sentais pas complétement utile au conseil municipal.

    Je suis de nouveau sur la liste à une position où je ne serais pas élu si on perd, hypothèse que je n’envisage pas, et où je serais élu si nous gagnons. En fonction de ce qu’Antonio Dos Santos souhaitera, je serais à la disposition du futur maire et de l’équipe municipale. Le fait d’être en position éligible à la place 13, petit clin d’œil à la chance, et d’être sur la liste, est une bonne chose 

    VAQ - Comment vivez-vous cette campagne ?

    G.J. : « C’est peut être ma diziéme campagne, entre les campagnes locales et nationales. J’ai un très mauvais souvenir de la campagne de 2008.  Donc, je vis très bien cette campagne 2014, parce qu’elle est bien organisé, cohérente, avec un directeur de campagne, Jean Cyril Le Goff, un candidat, Antonio Dos Santos qui est légitime. C’est une des raisons pour lesquelles, je crois en notre victoire. Car il y a une cohérence, une progression dans la campagne. Tout cela est de bon augure. Parce qu’aujourd’hui, on ne peut plus se permettre, dans les élections politiques, même locales, d’être des amateurs. La campagne a un caractére « professionnel » qui est bonne. Où je me trouve à l’aise

    VAQ - En quoi est elle différente de celle de 2008 ?

    G.J. : « En 2008, nous avions un problème de direction de campagne, puisqu’elle a fait défaut en plein milieu de campagne. Nous avons failli sur le document de campagne, puisque lorsque Robert Badinter est venu faire la première réunion publique, il n’était pas prêt. Nous n’en avions que 60 exemplaires, à trois semaines de l’élection. J’avais conçu un programme sur le développement durale, avec ses trois piliers, économique, environnemental et social. Il n’était pas mauvais. Et d’ailleurs, j’ai crû comprendre qu’un certain nombre de candidats aux prochaines élections, y avaient pioché un certain nombre de choses. Il était déjà vert avant que l’on puisse dire qu’il l’était. Mais nous avons surtout pêché sur l’organisation de la campagne. C’est pourquoi aujourd’hui, notre campagne me parait bien partie parce que l’organisation est bonne, et c’est fondamental en politique. Et je porte ce programme pour 2014-20 car il y a un certain nombre de choses qui me paraissent indispensables, la démocratie participative qui a été un de mes axes forts lorsque j’étais maire, la politique de la  jeunesse  et la cohésion sociale.

    VAQ - Quels sont les enjeux de cette élection municipale 2014 ?

    G.J. : « J’espère que nous allons pouvoir reprendre la mairie le 30 Mars 2014. Je suis moins optimiste qu’Antonio Dos Santos car je ne pense pas que cela se fera le 23 Mars au soir. Je suis assez confiant parce que nous sommes dans la configuration de 1995, avec une seule liste à droite, et 3 listes à gauche. En 1995, il avait manqué 17 voix à la liste de Didier Morin pour passer dés le premier tour. Et malgré cela, on a gagné de 2 voix. Pourtant, ce n’était pas évident avec les deux listes concurrente de MM Deniau et Poly. Je suis plus confiant aujourd’hui parce que Bernard Gauducheau et Isabelle Debré ne vont pas passer au 1er tour.  Je n’y crois pas une seule seconde parce qu’à Vanves, le PS est majoritaire déjà depuis quelques élections. J’ai battu Bernard Gauducheau en 2004 et 2011. François Hollande a fait 56% aux élections présidentielles. Le PS a fait 53% aux élections législatives. Tout cela fait que si Bernard Gauducheau ne passe pas au premier tou comme je le pense, nous aurons une réserve de voix importante que lui n’aura pas. Contrairement à 2008, nous avons à côté de nous, deux listes politiques, les Verts et le Front de Gauche. J’espére que l’écart entre l’UMP/UDI et le PS soit autour de 10 points. Comme nous avons fait alliance avec les démocrates, il est possible que l’écart soit un peu plus réduit. Quand on regarde le résultat des dernières élections, on s’aperçoit qu’à Vanves, on est à 52/53% à gauche, la droite à 46/47%. Il perd normalement une partie des démocrates qui nous ont rejoint. Ainsi, il n’est pas impossible que l’écart se réduise à 7 ou 8 points. Et dans ce cas là, c’est gagné. En tous les cas, ce sera serré. Et il n’y a pas de raison que cela ne se joue pas à 50 ou 100 voix, et que l’on gagne avec un faible écart. Mais on peut aussi gagner avec un score plus fort.

    VAQ - Comment avez-vous vu évoluer cette ville depuis 13 ans ?

    G.J. : « Je ne dirais pas en bien, parce que ce qui a manqué  à Bernard Gauducheau, nous l’apportons dans notre programme. Je pense en particulier à la rénovation du Plateau. J’y habite depuis 30 ans. Qu’est-ce qui a été fait depuis 13 ans ? Strictement rien.  Il a fait des choses dans le bas de Vanves que l’on peut d’ailleurs contester. En matière de jeunesse, sa politique a été une vraie catastrophe et les conséquences sont qu’un certain nombre de jeunes sont devenus des décrocheurs scolaires puis des délinquants. En matière de participation, c’est du « flanc ». Quand on voit les conseils de quartier que nous avions mis en place, avec une fête de quartiers rassemblant 150 à 200 personnes à chaque fois, et qu’aujourd’hui, une fête qui réunit l’ensemble des quartiers n’en réunit de 100 à 150, il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a un décalage complet entre les discours sur la citoyenneté, la cohésion sociale. Il est d’ailleurs étonnant que, dans son programme, il insiste dés le départ sur Vanves Solidaire. C’est qu’il y a un manque quelque part. Ce qui ne veut pas dire que des choses n’ont pas été fait comme Cabourg. Mais c’est comme cela parce qu’une association d’habitants s’est opposé au projet de Bernard Gauducheau qui était de construire une tour de 12 ou 15 étages et de mettre l’école en rez de chaussée. Il y a eu une différence entre ce que j’aurais fait si j’avais continué à diriger cette municipalité et ce que Antonio Dos Santos fera s’il est maire le 30 Mars.

    VAQ - Quelles sont les 2 à 3 propositions du projet auquels vous tenez le plus

    G.J. : « Ce n’est pas un programme « clef en main » mais un programme que nous allons faire avec les vanvéens, en les associant, notamment sur le Plateau qui a besoin considérablement d’être rénové. Mais ce n’est pas uniquement une rénovation en dur, mais c’est aussi du lien social, avec tous ces jeunes qui traînent et ne savent plus très bien où ils en  sont. En matière de circulation douce, il faut poursuivre ce que le maire actuel a fait avec le mail Sadi Carnot. En matière d’urbanisme, il y a l’aménagement des terrains A.Briand et des alentours de la gare sur lesquels il va falloir se pencher et revoir  cela de très prés en fonction de l’état d’avancement du dossier.

    VAQ - Le Parisien a parlé d’un résultat incertain ? Qu’est-ce qui pourrait faire pencher Vanves à Gauche ?  

    G.J. : « Vanves est à gauche depuis un certain nombre d’élections. Cela n’aurait rien de surprenant que Vanves redevienne à gauche comme il l’a été pendant quelque temps. Tout cela est de plutôt de bonne augure

    VAQ - Si Antonio Dos Santos se retrouve dans le fauteuil de Maire, est-ce que ce sera quelque part une sorte de revanche ? 

    G.J. : Ce ne sera pas une revanche, Je l’ai prise au moment des cantonales. J’ai battu Bernard Gauducheau deux fois. Pour moi, ce sera un bon pont entre mon mandat et celui d’Antonio Dos Santos, 13 ans après.