Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

prévention

  • AU CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES (suite) : LES DECISIONS CONSENSUELLES

    Parmi les 22 délibérations examinées par le Conseil municipal de Rentrée le 1er Octobre 2014, certaines ont suscitées quelques débats que nous verrons demain,  d’autres plus techniques sur lesquels le consensus n’était pas difficile à trouver, sans susciter d’échanges particuliers

    PARTENARIAT : Un contrat de partenariat a été conclu avec la Direction Départementale des Finances Publiques visant à fiabiliser les valeurs locatives des propriétés bâties. Les immeubles qui feront l’objet d’une vérification concernent des constructions médiocres ou délabrées, des locaux d’habitations déclarés sans eau et/ou sans électricité etc….

    REGULARISATION : Il s’agit de régularisations foncières sur l’emprise du Parc des Expositions de la Porte de Versailles : Une emprise de 2604,50 m2 sera cédé par la ville de Paris à Vanves pour 1€ symbolique pour permettre l’élargisement des rues Marcel Yol, Julien et 4 Septembre, qui est déjà incorporée dans la voirie communale. Un échange de terrains sera effectué entre une emprise de 436,30 m2 du parc et une propriété de 508,10 m2 de la ville mais incorporé dans l’emprise du Parc des Expositions.

    SUBVENTIONS : Le Conseil Municipal a fait 3 demandes de subventions au titre de la dotation d’action parlementaire, ce qui a amené Lucile Schmid (EELV) à demander à chaque fois quel parlementaire était concerné tout en rappelant son hostilité à ce système car « on aimerait que la dotation parlementaire soit gérée de façon moins opaque ». Il s’agit d’André Santini, député UDI, pour les travaux de rénovation du deuxiéme étage de l’école élémentaire Marceau, d’Hervé Marseille sénateur UDI pour la rénovation, des façades de l’hôtel de ville, d’Isabelle Debré, sénateur UMP  pour la dématérialisation des séances du Conseil municipal. Il a attribué une subvention exceptionnelle au Stade de Vanves pour aider la section basket à faire face aux charges engendrées par la rupture de convention de mise à disposition de 2 logements aux joueurs de l’équipe première (16 500 €), la sectionHand Ball qui monte en Nat.1 (15 000 €) et la section Tennis (25 000 €).

    PREVENTION : Dans le cadre des actions de citoyenneté, le pôle Jeunesse a mis en place lors de la Rentrée une formation aux premiers secours et aux premiers secours enfants et nourrissons pour les 11-13 ans, afin de leur permettre d’être réactifs face à tel ou tel incident. Cette formation pratique, utile et enrichissante, sera clôturée par la remise d’une attestation.

     

    CONSEIL DE QUARTIER : A L’occasion du renouvellement des 3 conseils de quartier en cours (inscription jusqu’au 17 Octobre 2014), le Conseil Municipal a apporté 2 modifications au règlement intérieur : Des secteurs ont été créé pour chaque quartier (4 pour le Plateau, 3 pour le Centre Saint Remy et 3 pour les Hauts de Vanves) afin d’améliorer sa représentativité et la prise en compte des préoccupations locales. Le nombre des membres pourra varier de 10  25  afin d’avoir plus de souplesse dans l’hypothése où les candidatures parvenues seraient en nombre limité. Lucile Schmid (EELV) s’est abstenu parce que « ces conseils de quartiers sont contradictoire avec la démocratie participative dans la mesure où l’ordre du jour n’est pas fixé par ses membres et qu’il est présidé par un maire adjoint » tout en étant sceptique sur cette sectorisation. « Cela fait partie des remarques faites lors des élections municipales » selon Bernard Gauducheau : « On verra ce que cela donnera ! ». 

  • RETOUR SUR LE BUDGET 2014 DE VANVES (Suite) : 30 ANS DE POLICE MUNICIPALE ET DE DEBAT SUR SON ROLE ET SES MOYENS

    La Sécurité avec un grand « S » est divisée en trois postes budgétaires : Tout d’abord la Police Municipale qui a été mise en place voilà 30 ans, dispose d’un budget de  2200 € en fonctionnement (+99,73%) pour le contrôle de la base radiotéléphonie, l’achat de balles en caoutchouc (1000 €), l’entretien et la réparation des jumelles et de l’éthylotest (12 00 €) et de  2000 € en Investissement (+7,36%) pour l’acquisition d’un flashball  

    Ensuite, le service Prévention Sécurité qui coordonne l’action de la police municipale et la surveillance des Espaces Verts avec la gestion des actions mises en place par le Contrat Local de Sécurité. Il dispose d’un budget de 137 880 € en fonctionnement  (+8%)  dont 54 000 € pour les frais de gardiennage occasionnés par la mise en place durant les salons du dispositif de restriction de la circulation et du stationement lors des grands salons au parc des expositions,  37 000 € pour la maintenance et l’entretien du système de vidéoprotection urbaine, 16 180 € pour la fourrière ; et de  34 000 € (-21,98%) pour l’investissement  avec l’acquisition de deux nouvelles caméra de vidéoprotection  et 2 panneaux indicateurs de vitesses

    Enfin, le service Hygiéne et Sécurité qui dispose de  52 500 € pour son fonctionnement  (+38,28%) et de  23 500 € en investissement  (+21,33%) principalement pour le renouvellement de bouches d’incendie

    Occasion de rappeler la petite histoire de la police municipale de Vanves qui fait débat aujourd’hui : Faut il disposer d’une PM « rikiki » comme le fait le maire actuel – « Je n’ai pas envie, ni les moyens d’avoir à Vanves une PM comme dans d’autres villes. On s’est limité à une petite équipe qui ne devait pas être censée intervenir sur les missions de la Police Nationale »  expliquait Bernard Gauducheau lors du Conseil Municipal du 3 Octobre 2012 -  ou d’une « vraie » PM afin de compenser malheureusement le manque d’effectifs criant de la police nationale comme s’en plaignent les commissaires de police dont celui de Vanves. D’autant plus que le renforcement des effectifs n’est plus d’actualité, surtout dans les Hauts de Seine, dans un contexte de crise budgétaire, de réduction des ressources étatiques, alors que les ressources territoriales sont mobilisées et les maires incités à maximiser l’emploi des polices municipales. Et Vanves en aurait bien besoin, parce que la tranquillité est loin d’être assurée dans certains quartiers, à la merci d’un dérapage, même si la situation parait réglée. Il suffirait de mobiliser un budget de 1,5 M€ pour disposer d’une PM de 15 agents, et il pourrait très bien être trouvé « si on arrêtait de financer certains danseuses de la ville » notamment du côté culturel selon certaines sources bien informées.       

    Ainsi la police municipale a été créée en Novembre 1984, par Gérard Orillard (RPR) avec un seul agent municipal, sous la direction de Marcel Gaumard, délégué à la Sécurité et à l’environnement auprès du maire, ex-commandant du corps urbain du commissariat de Vanves. Très vite, elle a été composée de 5 agents dont deux femmes. L’objectif était de dissuader, en effectuant des rondes en fin d’après midi et  en soirées, accompagner les personnes âgées à la poste ou à la banque. Ils disposaient alors d’un local en 1988, dans l’espace Sébastien Giner (siége du PHARE), où ils disposaient de cellule (ex-salle de musculation). Quelques années plus tard, en 1992,  Didier Morin (RPR) a augmenté ses effectifs à 11/12 agents avec pour chef, Antoine Goetzmann, un ancien de la gendarmerie,  qui insistait beaucoup sur la formation, la qualité humaine, morale et psychologique de ses agents « ce qui leur permet d’être efficace, reconnu, considéré. La mission d’une police municipale n’est pas d’être répressive, mais d’éduquer, d’assister, et de prévenir avant de sanctionner et réprimer » expliquait il. Ils patrouillaient alors toute la journée et toute la nuit, disposant de 4 cyclomoteurs et d’une voiture.  Ce qui avait donné des résultats, évitant les phénomènes de bandes et de jeunes stationnant sur les places et dans les halls d’immeubles, ainsi que les trafics en tout genre qui se sont développés après Juin 1995. Elle aurait permis de faire baisser de 30% la délinquance à Vanves

    Dés son arrivée à la Mairie en Juin 1995, Guy Janvier (PS)  en a réduit les effectifs au stricte minimum, qui sont passés en six mois de  15 à 4/5 agents, car elle coûtait trop chére, et rédéfini ses missions  (priorité à l’ilotage, surveillance du stationnement, prévention, accompagnement des personnes âgées) en ayant souhaité la détacher de taches administratives : « Les PM doivent passer 95% de leur temps de travail dans la rue auprès des vanvéens pour mener à bien leur véritable mission : le travail de proximité ».  Résultats : vols, cambriolages, braquages petits délits, vandalisme, bagarres entre bandes se sont du coup multipliés provoquant de nombreux mécontentements, protestations des habitants du Plateau qui se sont intensifiés fin 1996/début 1997, polémiques entre l’opposition de droite et la majorité municipale de gauche. Guy Janvier a dû augmenter leur effectif à partir de 1997/98 jusqu’à 12 agents (6 agents assermentés, 4 agents de surveillance de la voirie et 8 agents de surveillance des espaces verts)  et à la ré-installer sur le Plateau dans son local actuel du 55 Rue J.Jaurés, à la fin de son mandat

    Dans son programme en 2001, Bernard Gauducheau avait inscrit : « Renforcement de la Police Municipale en complémentarité de la police nationale dotée de moyens humains et matériels permettant d’assurer une présence constante, une intervention rapide, ainsi qu’une surveillance accrue des sorties d’écoles ». Elle est ainsi passée à 21 puis 24 agents de proximité dont les agents dits de surveillance et les gardiens de square, a été équipé de gilets pare-balle, d’une nouvelle voiture (scenic Renault) et de VTT et scooters, d’un nouvel uniforme en décembre 2004 afin de bien les différencier des autres forces de sécurité etc....  « Le maire ne s’est pas donné les moyens d’une police municipale efficace, comme elle l’était sous le mandat de Didier Morin, présent 24H sur 24 sur le terrain, avec des résultats » notait un observateur averti qui ajoutait : « Ce n’est pas avec une police municipale présente de 9H à 16H qu’on réduira le sentiment d’insécurité. Mais plutôt avec une police municipale qui sorte de son bocal et qui soit présente sur le terrain à d’autres horaires ». 

    L’opposition municipale  ne s’y est pas trompé en proposant, pour le PS, de revenir à l’ilotage et la police de proximité, avec des rondes en soirée et le week-end -  « la municipalité peut avoir un rôle catalyseur », développer les caméras de vidéosurveillance « qui font partie du système de sécurité » car reliées au commissariat de police, ouvrir une antenne de la police municipale rue de Châtillon… alors que la majorité s’en tenait à « étendre la vidéo protection » et à « renforcer le partenariat entre la PM et la PN », c’est à dire la police municipale minimum.

  • JEUNESSE, PREVENTION, SECURITE A VANVES : DES PROJETS QUI TIENNENT LA ROUTE ?

    Le dernier conseil municipal  du 8 Février dernier a fait une demande de subventions au Conseil Général des Hauts de Seine à hauteur de 86 800 €  pour toutes une série d’action qui s‘inscrivent dans le cadre du contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance  et qui sont réalisées par les services municipaux de la Prévention Jeunesse (ESCL et Pôle Jeunesse 16/25 ans), de l’éducation et de la Prévention Santé. 4 nouvelles actions sur 19 ont  été lancée concerant une formation générale au BAFA (1500 € demandés), une autre à la prévention du mal être (3000 €), l’organisation de séjours en semi autonomie (5000 €)  et la création d’un club journalisme (2000 €).

     

    Avec la premiére action, il s’agit de faire financer par la ville une formation au BAFA de jeunes qui souhaitent s’orienter vers des métiers nécessitant ce diplôme. En contrepartie de cette participation financière de 50 €, ils s’engagent à efffectuer son stage pratique dans l’une des struture de la ville. La Formation à la prévention du mal être s’adresse aux professionnels de la santé pour les aider à repérer les jeunes ayant des tendances suicidaires ou ayant un comportemrnt dangereux à son égard ou à l’égard des autres. Ces deux actions s’ajoutent à un club Santé au LEP Dardenne qui tient un stand pour sensibliser les professionnels sur les risques liés au tabac,  à l’alcool et aux drogues ;  au soutien à la parentalité où il s’agit d’informer et de prévenir les risques de délinquance de certains adolescents en organisant des tables rondes avec les parents et ainsi les responsabiliser davantage dans leur role éducatif. Enfin, le service Prévention/Santé  informe les éléves de CM1/CM2 sur les dangers et les conséquences physiques, psychologiques et pénales des jex dangereux (comme le foulard).

     

    Le service Jeunesse a lancé deux nouvelles initiatives : Tout d’abod permettre à des jeunes de 11/17 ans de monter un projet, de rechercher des financements,  pour l’organisation d’un séjour en semi autonmie en Croatie. Ensuite un « club journalisme » en liaison avec l’officier de prévention, afin de permettre à des jeunes de 11/17 ans de faire des reportages pour mieux connaître leur environnement immédiat, apprendre à diffuser leurs articles tout en étant vigilant sur les bonnes praiques d’Internet et ainsi permettre une ouverture d’esprit en développant leur sens critique. D’ailleurs le service Jeunesse organise des ateliers de prévention et de sensibilisation au bon usage d’internet au sein des établissements scolaires. Dans le cadre de l’action « interventions en milieu scolaire »,  il a créé un pôle « création numérique » pour favoriser l’accès à la culture et l’apprentissage des technologies de l’information et la communication tout en les sensiblisant aux risques liés à l’utilisaion d’Internet

     

    Les autres axtions sont plus classiques et réalisées déjà depuis un cerain temps : « Bourse au permis de conduire » pour les 16/25 ans grâce à un financement à hauteur de 50% . En contrepartie, ils s’engagent à consacrer 2H de bénévolat au profit de la collectivité (aide à la personne, soutien scolaire…). « Sport insertion » qui doit permettre à des adolescents marginalisés de pratiquer des activités sportives encadrées par des professionnels, de participer à des tournois iternationaux. Avec « Je(ux) citoyens », le service Education suscite chez les jeunes une réflexion sur les notions de cittoyenneté, de démocratie, de la place des institutions, la portée des régles de  la loi grâce à des jeux collectifs. Les dispositifs « Coup de pouce » et coup de pouce CLE »  à destination des éléves de l’école élémentaire tout comme « Soutien scolaire «  et « contrat d’aide scolaire à destination des collégiens et lycéens (11/27 ans) entrent dans cette action générale. Il s’agit là de d’offrir une aide aux devoirs iundividualisé ou par groupe pour finalement leur apprendre « à apprendre ». Il faut ajouter un atelier de danse urbaine « hip-hop et l’orgabisation de mini séjours.

     

    La présentation de ces mesures a suscité un débat entre la droite et la gauche au cours de ce conseil municipal. Valérie Mathey (PS) a posée quelques questions en s’étonnant que « l’ensemble de ce plan d’action ne prévoit pas des actions plus cîblées de ptrévention sur la violence intra-familiale, ni sur le décriochage scolaire ». Laurent Lacomère (UMP) Maire Adjoint a expliqué qu’il y a « d’autres actions qui n’aparaissent pas dans cette liste tout simplement parce qu’elles n’ont pas fait la demande d’une subvention ». Lucile Schmid (EELV) s’est interrogé sur les montants de ces subventions et a demandé « comment ils étaient déterminés ? ». Bernard Gauducheau en a profité pour indiquer que « la politique de la ville a été délégué depuis quelques mois à GPSO. Un inventaire a été fait qui a montré une très grande diversité selon les communes. Il a été proposé de créer un observatoire pour réfléchir à des actions communes, laissant aux villes leur mode actuel d’intervention ». ll a précisé tout d’abord « que les sommes demandées ont augmentés car le public concerné a augmenté », ensuite que « nos agents sont opérationnels après avoir beaucoup tatonnés, avec des projets qui tiennent la route. Et nous commençons à avoir de bons résultats »