Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chantier - Page 4

  • GRAND CHANTIER DE CANALISATION DU SEDIF A VANVES SUR LE CD 50

    Le chantier du SEDIF qui a commencé à procéder au remplacement d’une canalisation longue de 1 100 m d'Issy-les-Moulineaux (Bd Voltaire)  à Vanves en passant notamment sous le boulevard du Lycée et la rue Fratacci (CD 50), va devenir vraiment visible et gênant pour la circulation, dés la fin de cette semaine. Les automobilistes s’en sont déjà aperçus Bd du Lycée avec la neutralisation de l’une des 3 voies, côté lycée, ce qui  créé des ralentissements au feu tricolore du carrefour Bd Lycée/V.Hugo/A.Fratacci/République. La voie montante de la rue A .Fratacci sera neutralisé à partir du 11 Juillet, et la voie du bus sera mise à contre-sens afin de maintenir la circulation dans le sens montant.

    La mise en place des aménagements nécessaires commencera dés aujourd’hui  avec guidage-peinture jaune au sol-panneaux de signalisation et pré-signalisation « carrefour modifié », « circulation perturbée » en amont et en aval, « itinéraire conseillé » à l’angle de l’avenue du Général de Gaulle-Lycée notamment (déviation rue de la République-Marcheron), balisettes de séparation de voie…La rue Louis Blanc sera fermée, sauf pour les riverains. Lors du week-end du 11 au 14 juillet 2015 (piétonisation), un pont véhicule sera mis en place pour permettre le passage des riverains et des convois de la rue Louis Blanc à la rue Fratacci.

    Le maire a eu l’occasion de présenter ce chantier avec les représentants du SEDIF qui réalisent ce chantier lors de la réunion publique du quartier du Centre Ancien - Saint Remy. Rappelons qu’il procéde au remplacement d’une canalisation datant de 1946, à cause de sa vetusté et de nombreuses fuites. Elle assure une fonction de transport depuis la canalisation principale issue des réserves de Châtillon vers le nord de Vanves et Issy-les-Moulineaux, et contribue à la desserte de la défense incendie du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Le SEDIF a mis en place une technique de tubage qui consiste à insérer une nouvelle canalisation à la place de l’ancienne, ce qui permet de réduire les tranchées, nécessaires lorsqu’elle n’est pas rectiligne, comme ce sera le  cas au carrefour de la place du Maréchal de Lattre de Tassigny, ou lors du remplacement d’équipements hydrauliques (vannes). Et il a prévu des zones de stockage.

    A l’occasion de cette réunion, sont revenus sur le tart la question sur la succession  des chantiers des concessionnaires dans les rues, et surtout après leur réaménagement, comme c’est le cas pour la rue A.Fratacci : « On travaille dans des plans pluri-annuel d’équipements. Et cette canalisation n’a été programmé que bien après ses travaux de réaménagements » a répondu un représentant du SEDIF. Le maire a précisé lorsqu’il y a réaménagement d’une rue, comme ce fut le cas pour Jacques Jezequel, il en profite pour tout refaire en matière de canalisations   avec les concessionnaires. « Pour la rue A.Fratacci, nous l’avons réaménagé à une époque où la canalisation de présentait pas de fragilité. Je suis très vigilant sur cette coordination des interventions de concessionnaires, mais on n’est pas à l’abri d’un incident, de fuites… ». Un riverain a souhaité que la remise en état soit de qualité par rapport à ses aménagements, surtout au niveau des « bateaux ». Et les arbres arrachés, replantés

  • UN ETRANGE ET EXPRESS CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES D’ENTRE DEUX TOURS D’ELECTION

    C’est un étrange conseil municipal d’entre deux tours qui s’est déroulé, mercredi soir,  à Vanves, pour la première fois, alors qu’il n’y avait aucune urgence que la date limite du 31 Mars. Toute collectivité locale doit avoir voté son budget avant cette date là. Vanves aurait très bien pu le faire le 30 ou le 31 Mars, d’autant plus que les élus s'asbtiennent de tenir une telle assemblée dans une période aussi chaude qu’une campagne électorale, pour éviter les invectives, les déclarations à l’emporte pièces…. Heureusement, il n’en a rien été. Ce conseil municipal de Mercredi soir a été d’un calme étonnant, presque aussi monotone que cette campagne électorale, sans questions orales, ni échanges vifs, ni même allusion d’un côté ou de l’autre de l’échiquier politique local. A croire que tout le monde, et tous les conseillers municipaux étaient présents, avait autre chose en tête ce soir là. Le Blog Vanves Au Quotidien reviendra, la semaine prochaine,  sur le débat budgétaire où il a été beaucoup question d’économies, et les différents points de l’ordre du jour. Il a d’ailleurs débuté par  une présentation du projet de la gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart du futur métro automatique Grand Paris Express qui aurait pu rallonger les débats comme tout le monde s’y attendait. Il  a suscité quelques questions de la part de deux élus vanvéens, mais sans rallonger un Conseil qui s’est terminé à 21H50.

    LA GARE FORT D’ISSY-VANVES-CLAMART EST  SUR LES RAILS

    Le projet de la  gare« Fort d’Issy-Vanves-Clamart » du GPE (Grand Paris Express) est sur les rails. «  A l’origine, elle n’était pas prévue. Grâce la mobilisation des élus, elle a été inscrite. Elle sera la première à sortir de terre. ON entre dans la phase opérationnelle. Il me semblait important que l’assemblée communale soit informée » a déclaré Bernard Gauducheau en laissant la parole à deux représentants de la Société du Grand Paris. Cette gare est donc l’une des 22 prévues sur le tracé de cette ligne 15 Rouge Sud qui desservira 22 communes sur 4 départements entre Sévres Noisy-Champs.

    Elle est  entrée dans une nouvelle phase de réalisation avec le début des travaux préparatoires avec les opérations de déviations des réseaux souterrains existants (gaz, électricité, télécom, eau…) réalisés par les concessionnaires  à partir  de la fin Avril. Ils doivent préparer les travaux de génie civil qui commenceront début 2016, tout en permettant de reconnaître le terrain pour parfaire les méthodes de construction, afin de permettre aux équipes d’ajuster le dimensionnement des ouvrages (tunnel, gares, puits de travail) et d’adapter les méthodes constructives. Ses travaux préparatoires qui investissent l’espace public, et engendreront quelques perturbations, ont fait l’objet d’une charte d’engagement des travaux préparatoire le 8 Décembre dernier. « Il s’agit d’en faire un chantier exemplaire de matière de sécurité et de protection de l’environnement. Les engagements qui portent sur la limitation des cheminements encombrés, du bruit, des salissures, des manœuvres d’engins et du désordre visuel, traduisent la grande vigilance portée à la qualité de la vie quotidienne des habitants et des riverains des chantiers »  explique t-on à la SGP.

     

    UN CHANTIER SPECTACULAIRE EN AOUT 2017

    Le Timing du chantier est très serré car la SGP a un rendez-vous très important avec Transilien/SNCF exactement les 16 et 17  Août 2017 lorsqu’il s’agira d’installer le plafond de la gare à « découvert ». Un des chantiers spectaculaires de cette ligne qui doit être programmé très tôt, qui aura des répercussions sur le trafic routier et la vie quotidienne des riverains. D’autant plus que cette gare se trouvera sous le faisceau ferroviaire Paris-Montparnasse, et qu’il faudra riper ce plafond. Une grande salle d’échanges permettra aux piétons de traverser entre Vanves grâce à deux accès sous une immense verrière, avec escaliers mécaniques et acenseurs,  et Clamart d’un côté et Malakoff de l’autre, de plein pied avec le Bd des Fréres Vigouroux. Elle permettra d’accéder au réseau transilien en surface et au métro automatique en souterrain, les quais se trouvant à 26 m de profondeur

    UN SOUCI D’INFORMATION ET DE CONCERTATION

    A cette occasion, et comme elle l’a fait au moment du lancement du projet GPE, des premières enquêtes publiques, la SGP insiste beaucoup sur l’information et la concertation, grâce à des outils d’informations qui seront spécifiquement développés : Les concessionnaires diffuseront des « Flashs infos » proposant une information localisée dans le temps pour prévenir des perturbations,  des lettres d’informations permettront de faire régulièrement le point sur l’état d’avancement du projet. Une maison du projet sera prévue sur certains  sites comme ce sera le cas à la gare d’Issy RER. Des formulaires de contacts sont prévus sur Internet  avec un site dédié, ainsi que la mise en place d’un Comité de suivi des travaux avec des élus, des riverains « afin que l’information soit claire, que l’on atténue les inquiétudes ». A ce niveau, la SGP est ouverte à toute initiative, comme la mise en place de sentinelles comme ses représentants l’ont expliqué en répondant à quelques questions 

    REUNION PUBLIQUE LE 5 MAI PROCHAIN

    Boris Amoroz (FdeG/PC) a posé plusieurs questions : Tout d’abord sur les propriétaires riverains de pavillons ou d’immeubles de cette ligne. « Des inventaires et des diagnostics du bâti ont été réalisé pour connaitre parfaitement l’état des ouvrages à côté à proximité du tracé. Des relevés topographiques, la pose de capteurs, de piézométres, des mesures de bruits et de vibrations…vont avoir lieu ». Ensuite sur l’accessibilité : « La gare sera accessible, avec 2 ascenseurs pour chaque quai ». Enfin sur l’évacuation des déblais par voie ferrée : « Il se feront dés que le tunnelier sera installé et commencera à creuser. 50% des déblais devraient être évacuer par voie ferrée, le reste par camions ». Lucie Schmid (EELV) est revenu sur « la mécanique complexe de ce chantier qui a un impact très fort le public » et « sur la façon dont la SGP souhaite y associer le grand public sur une longue durée ? » - « On a vu l’intérêt de la population sur ce projet car beaucoup de gens sont venus participer à chaque  réunion. Nous allons travailler avec les communes dont nous avons récemment réuni tous les directeurs de la communication ! » lui a répondu le représentant de la SGP.  Le chantier de cette gare devrait faire l’objet d’une réunion publique le 5 Mai prochain à Vanves qui sera sûrement plus calme qu’à Clamart, car ironie de l’actualité, le projet de cette gare fait polémique du côté de Clamart, à cause des projets immobiliers du maire. Mais il n’y a même pas été fait allusion lors des questions.

  • VANVES ET LE GRAND PARIS EXPRESS - 1) LE CHANTIER DE LA GARE FORT D’ISSY/VANVES/CLAMART

    La ligne 15 Sud, entre Pont de Sévres et Noisy Champs a donc été déclarée d’utilité publique par un décret paru dans le J.O. du 27 Décembre 2014. Occasion de s’intéresser à ce que dit le rapport du Commissaire enquêteur et sur ce qu’ont inscrit comme observations les riverains de la gare du Fort d’Issy/Vanves/Clamart dont certains ont créé une association (ARGC) qui se sont sentis concernés.  Le rapport a constaté que chaque maire (des villes concernées)  a insisté pour que le nom de sa commune soit indiqué si le nom des autres l’étaient à moins d’un autre nom comme celui du quartier « Clos Montholon » comme l’a suggéré Bernard Gauducheau, maire de Vanves. Pour la petite histoire, il ne fallait pas que le nom de Clamart apparaisse en premier dans la mesure où son ancien maire socialiste n’avait rien fait pour obtenir cette gare qui n’était pas prévu au départ, contrairement à son collègue centriste de Vanves qui peut en porter la paternité avec l’aide d’André Santini (UDI), président du Conseil de Surveillance de la SGP (Société du Grand Paris)

    Le projet du futur tronçon traverse le territoire vanvéen sur une quarantaine de mètres au niveau de la point sud ouest de la commune, à l’intersection de la rue du Clos Montholon et de l’avenue du Général de Gaulle, juste à l’entrée de la gare souterraine, aménagée sous la gare de Clamart (ligne Paris-Montparnasse). Le PLU a été révisé à cette occasion notamment pour que le chapitre consacré aux transports collectifs dans le rapport de présentation en fasse mention et décrive les principales caractéristiques. Seul l’article 12 de la zone UD a été modifié afin de permettre, pour les construction et installations nécessaires au RTGP (Réseau de Transports du Grand Paris), d’apprécier les capacités de stationnement en fonction des besoins estimés de la construction.

    La commune de Vanves a demandée que « les inquiétudes légitimes exprimées par les riverains sur les nuisances soient prises en compte ». Le Maire de Vanves dans un courrier au Président de la Commission d’enquête a souhaité que « des réponses claires soient apportées sur le déroulement du chantier (nuisances sonores, conditions d’évacuations des déblais, risques de mouvements de terrains et fissures des constructions) ». D’ailleurs sur le chantier, les problématiques soulevées concernent tout d’abord son organisation et surtout la limitation de son impact sur le quotidien des habitants ; Ensuite les risques liés à l’instabilité du sol avec l’apparition de fissures, un riverain de Vanves demandant la mise en place de moyens de surveillance, un autre insistant sur le Référé avant travaux ;  Enfin  les gênes temporaires à la circulation et à l’accessibilité « en toute sécurité » des piétons à la gare existante. 

    La SGP qui a répondu au Maire de Vanves, a insisté sur le mode de réalisation du tunnel par tunnelier qui permet d’éviter au maximum les impacts sur les territoires contrairement à d’autres techniques de réalisation de tunnel comme la tranchée à ciel ouvert. « Le creusement du tunnel sera opéré en toute sécurité, grâce  à une distance suffisante entre le haut du tunnel et les fondations des bâtis de toute nature ». La SGP a travaillé depuis de longs mois avec RFF pour trouver une solution ferroviaire pour l’évacuation des déblais, mais une partie devra l’être par camion pour rejoindre un port de la Seine où ils seront évacués par péniches. SNCF PROMIXITES a fait une proposition d’aménagement d’une véritable installation embranchée en gare de Clamart, sans interface, avec le fonctionnement de la gare Montparnasse (et de son avant-gare qui s’étend sur Châtillon/Montrouge) afin de  permettre de tripler (3 trains par jour au lieu de 1), les trains d’évacuations des déblais et d’acheminement des voussoirs.  Comme pour toutes les gares, la SGP établira un plan de management environnemental chantier dans lequel toutes les phases de chantier seront analysées. Enfin, elle  prévoit une signalétique particulière pour se repérer et se déplacer. « Une communication adaptée au chantier sera mise en place accompagnant chaque phase de travaux et ses éventuelles nuisances ».

    Le commissaire enquêteur insistait sur le fait que «  la SGP devra poursuivre les études et la reconnaissance du terrain pour affiner (en plan et en profil en long) la position du tunnel en sortie de gare Fort d’Issy-Vanves-Clamart ». Elle devra étudier la proposition de la SNCF « d’aménager une véritable installation embranchée en gare de Clamart permettant de tripler les possibilités d’évacuation des déblais et d’acheminement des voussoirs à partir de cette gare de marchandise moyennant un surcoût de 10 à 12 M€ »

    A SUIVRE