Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chantier - Page 3

  • LE CHANTIER DE LA TRIBUNE DU STADE DE VANVES RETARDE DE NOUVEAU

    Quatre riverains ont déposés un recours gracieux auprès de la maire. Ce qui va décaler le début du chantier -  car il y a un délai de rigueur de 2 mois - qui devrait durer un an et demi avec la réfection du terrain d’honneur en pelouse synthétique. La préparation du chantier avait démaré avec l’installation d’algécos et la phase préparatoire.

    « Mon intention est de répondre à ce recours gracieux que je ne considère pas comme agressif. Je comprends l’inquiétude légitime des quelques riverains qui se sont manifestés et qui craignent que l’extension des installations de part et d’autre de la tribune, générent des activités et des nuisances supplémentaires. Je tiens à les rassurer, car au contraire, le fait que l’on ait des équipements à l’intérieur desquels les sportifs pourront disposer, avec des vestiaires, d’un club house, sera plutôt générateur de confort. Ils seront plus dedans et moins dehors, ce qui générera moins de nuisances » explique Bernard Gauducheau, maire de Vanves.

    Il en profite pour rappeler que le premier projet présenté, a été revu suite à leurs recommandations, afin « que ce projet ne leur cache leur part de soleil. En espérant que leur sens des responsabilités prévaudra et qu’ils prendront bien en compte l’intérêt général de ce projet : La tribune est à périmétre égal, ne bouge, et elle est surtout remise aux normes, présentant ainsi toutes les garanties de sécurité en matière d’hygiéne notamment » explique t-il en insistant sur le fait que « C’est un projet d’intérêt général. Cette opération coûtera prés de 2 M€ à la ville. J’aurais préféré les mettre ailleurs si on n’en avait pas besoin. J’informerai le président du Stade de Vanves et d’Expograph dés que j’aurais des éléments précis sur le décalage du planning,  ce qui ne nous arrange pas. Et cela représentera un coût pour la ville, parce que plus on débordera sur notre planning, plus la locaton ses algeco nous coûtera. C’est aussi l’argent des contribuables qui est en jeu » fait il remarquer

  • LE COMITE STRATEGIQUE DE LA SGP PRESIDE PAR LE MAIRE DE VANVES VEILLE AU GRAIN

    Le jour même de cette réunion de quartier, Bernard Gauducheau avait présidé le Comité Stratégique de la SGP (Société du grand Paris) qui a formulé des recommandations concrètes pour améliorer le quotidien des riverains pendant les chantiers, mais aussi dans la perspective de l’aménagement des quartiers de gare. « Cette année, les thématiques de l’aménagement des quartiers de gare et des chantiers du Grand Paris Express ont placé les riverains et la relation de proximité au coeur des échanges » expliquait-il. « En tant qu’élus, nous sommes conscients que la réussite du Grand Paris Express passera par notre capacité à renforcer l’acceptabilité sociale du projet. C’est pourquoi nous anticipons les difficultés à traiter et bousculons les certitudes pour formuler des propositions concrètes et opérationnelles dès à présent ».

    Le groupe de travail « Chantiers du Grand Paris Express » a mis l’accent sur l’importance de l’acceptabilité des chantiers par les riverains en conduisant un travail de recensement des contraintes et des nuisances liées aux chantiers pour les riverains.  Il préconise tout d’abord d’encourager la création d’un observatoire pour répondre aux situations particulières. Il viserait à identifier les établissements recevant du public et les populations les plus fragiles à proximité du chantier, pour concevoir des mesures d’accompagnement adéquates. Ensuite, de mettre en place une commission d’indemnisation pour les cas où les riverains seraient affectés de manière totalement anormale par le chantier. Enfin de déployer une communication en temps réel et adaptée aux phases du chantier.

    « En 2017, les opérations de génie civil vont se déployer dans de nombreuses communes », rappelle Philippe Yvin, président du directoire de la SGP. « Le travail de réflexion remarquable mené par le comité stratégique sur l’acceptabilité des chantiers est une étape essentielle pour que le Grand Paris Express soit réalisé en co-construction avec les riverains et ses futurs usagers ». A cette occasion, la SGP  a conclu avec le département des HJauts de Seine, une convention visant à anticiper les conséquences dses travaux sur le trafic routier, et avec la SEMAEST (SEM d’animation économique au service des territoires) pour dynamiser les commerces de proximité aux abords des gares du GPE pendant les chantiiers

  • ROSIER ROUGE : LE CHANTIER DES RESIDENCES ETUDIANTS ET JEUNES ACTIFS DEMARRE CET ETE A LA MI AOUT A VANVES

    Le chantier de la résidence étudiante et de jeunes actifs derrière le Rosier Rouge  a été relancé ces derniers temps et devrait même démarré à partir de la Mi-Août 2016. Il a fait l’objet d’une réunion publique avec les riverains lundi soir au Rosier Rouge où Toit et Joie, maître d’œuvre  et l’architecte ont rappelé  que ce projet avait été présenté voilà 3 ans et avait déjà été modifié à la suite d’une concertation avec les riverains. « Il a fallu apporter de nouvelles modifications pour ajuster de nouveau ce projet, concernant le traitement des façades,  les panneaux solaires qui  ont été remplacés par des toitures végétalisées par exemple,  boucler son financement par les différentes collectivités, et mettre en place les conditions de sa gestion par le secours Catholique » ont ils expliqué

    Cette résidence constituée de deux bâtiments sera construit sur les terrasses derrière le bâtiment du Rosier et à l’emplacement d’un bâtiment en béton (garage) qui servait de dépôt de vêtements. Ces deux bâtiments de R+3 ou R+4  comprendront chacun une soixantaine de logements avec des salles au rez de chaussée, notamment pour accueillir une créche, avec un parking de 44 places. L’accès véhicule s’effectuera côté avenue du Général de Gaulle, résident du côté de la rue de l’Abbé Derry, avec l'accès pompiers et livraison. Les riverains de la copropriété mitoyenne du Rosier Rouge du côté de l’avenue du Général de Gaulle, se sont inquiétés des nuisances sonores notamment au niveau de l’accès parking, du remplacement des arbres qui devront être abattus, de la végétalisation de ce site, à travers de multiples questions. Mais des précisions ont été apportées avec quelques rappels  puisque l’accès parking entre cette copropriété et ses nouveaux bâtiments avait été re-travaillé avec une rampe d’accès complétement recouvert par une terrasse planté, comme c’est le cas pour le bâtiment (de la halte garderie et de la créche)  face à cette copropriété qui a été reculé de quelques mètres, donnant ainsi la possibilité de préserver les arbres auxquels tenaient les copropriétaires et même d’en planter de nouveaux.

    Le chantier devrait connaître deux phases, précédé en Juillet/Août d’un référé préventif dans  les immeubles et villas riverains, avec visite d’un expert qui fera l’état des lieux. Le chantier de démolition est prévu du 16 Août au 14 Octobre 2016 avec curage, défrichage de cette parcelle démolition de l’ancien dépôt de vêtements en béton par des pelles hydrauliques pour  croquer le béton. "On craint des massifs de béton plus  conséquent dans les fondations qui nous obligeront à utiliser des engins plus conséquents".  La phase d’évacuation des déblais devrait durer 2 semaines avec la circulation de nombreux camions, sachant que l’accès du chantier s’effectuera uniquement du côté de la rue de l’Abbé Derry, avec un homme trafic pour tout réguler.

    La construction démarrera dans la foulée pour durer 17 mois, l’entreprise générale qui en sera chargée est en cours de sélection par appel d’offres. A ce moment là, l’entrée du chantier s’effectuera côté avenue du Général de Gaulle et sa sortie coté rue abbé Derry, avec l’installation d’une grue bien sûr. Les riverains se sont inquiétés de l’installation d’une centrale à béton qui génére beaucoup de bruit comme ont pu s’en  rendre compte les habitants de la rue JB Potin sur un autre chantier. Alors qu’il y a des centrales à béton toutes proches, prés de la Seine à Issy les Moulineaux. Les responsables de Toit et Joie les ont prévenu : « Il y aura du bruit, de la poussière, des camions… «   Mais ils seront attentif au respect des horaires, de la charte que chaque entreprise du BPT menant un tel chantier signe avec la ville de Vanves, avec un référant pour l‘entreprise de construction, et une sentinelle pour les riverains du quartier