Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bernard gauducheau maire de vanves - Page 4

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    MAIRES : « Les maires sont en colère parce que la démocratie est bafouée. Le gouvernement n’a pas tenu compte du signal fort des élections municipales puis départementales. Nous sommes les gladiateurs de la République. Nous ne laisserons pas mourir ! » a déclaré hier matin dans un mégaphone, Bernard Gauducheau (UDI) maire de Vanves, devant de rès nombreuses chaînes de TV, de radios… Il participait à une manifestation de maires (de l’opposition nationale) à l’entrée du salon des maires d’Ile de France. Beaucoup de ses collègues franciliens et altoséquanais s’étaient déplacés à l’initiative du collectif  « J’aime ma ville, maires en colère » pour préserver et défendre leurs communes face au proje de loi NOTRE, la baisse des dotations de l’Etat, la hausse des péréquations, la réforme des rythmes scolaires, la multiplication des normes…. Quelques heures avant l’arrivée du premier Ministre Valls qui venait leur parler du Grand Paris après un comité interministériel. « La population attend des gens comme nous que nous nous mobilisions ». Et de citer le gel des dotations,  la hausse des péréquations, la réforme des rythmes scolaires, la multiplication des normes… « Nous sommes pour la solidarité, pas pour le matraquage fiscale » … « On est prêt à descendre à descendre dans la rue » ont expliqué quelques uns d’entre eux alors que leurs collègues scandaient « Ce n’est qu’un  début continuons le combat ! ».  

    RYTHMES SCOLAIRES : Le second comité de pilotage sur la mise en place des rythmes scolaire à Vanves le 31 Mars a durée plus de 4H. Rappelons qu’il  réunit 5 représentants des parents d’élèves (2 API, 2 FCPE, 1 Indépendant), 5 du personnels de l’animation, 5 des enseignants, 5 des associations avec l’IEN (Inspectrice de l’Education nationale,l’adjoint au maire chargé de l’école… Deux sujets particulièrement brûlant ont été soulevés et devraient faire l’objet de rendez-vous du maire avec les parents d’élèves : Les écoles maternelles, où les parents souhaitent un retour à la normale avec des activités seulement à partir de 16H30 et non plus ces nouveaux rythmes scolaires qui fatiguent énormément les enfants, avec notamment l’absence de cette véritable coupure qu’était le mercredi.Et la facturation des NAP aux familles qui devraient intervenir à partir de la Rentrée

    CHAISES MUSICALES : L’élection départementale aura une conséquence pour Isabelle Debré, tout comme pour Jean Didier Berger. Ils devront quitter l’un de leur 3 mandats pour respecter la régle du non cumul et ce, dans le délai d’un mois après leur élection. Mais ils ne pourront pas démissionner de leur dernier mandat pour lequel ils ont été élu : Ainsi le maire de Clamart devrait démissionner de son mandat de conseiller régional. La vice présidente du Sénat avait déjà fait savoir qu’elle démissionnerait du conseil municipal de Vanves. Ce qui devrait donner à un subtil jeu de chaises musicales au sein de l’UMP pour deux postes. Tout d’abord le poste de 1er adjoint pour lequel il y a deux candidats parmi les adjoints qui sont déjà entré en intense campagne interne, certes feutrée mais déjà biaisée : Bertrand Voisine (finances) serait surement choisi au détriment de  Maxime Gagliardi (Sports) par Isabelle Debré, à cause de ses absences répétées. Elle  devrait faire connaitre son choix jeudi soir lors d’un rendez-vous avec le maire. Mais la sénatrice a toujours avantagé l’un des membres de sa garde très, très, très rapprochée… Ce qui permet au maire de garder la main au grand dam de certains caciques UMP ! Ensuite, un  nouveau poste de maire adjointe pour lequel les jeunes conseillères municipales UMP sont pratiquement toutes candidates, notamment Delphine Roy, Sandrine Bourg, et peut être  Hélène Gengoux-Freke, la benjamine du Conseil,  en outisder. Mais c’est la disponibilité qui pésera dans le choix final, car  pour cette délégation des affaires sociales, il faut disposer de temps ou de la protection de la Sénatrice. Pour la conseillère municipale qui monte, la chef de file de l'UMP vanvéen  peut être tranquille avec l’épouse du couple Soubie, Encore qu'elle ne le souhaitait pas vraiment. Mais on prend vraiment goût à ces postes là, avec le temps.

     

     

  • VANVES ET LES ELECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 : LES TICKETS PS ET UMP MONTRENT LEURS MUSCLES SUR FOND DE GALETTES DES ROIS LA VEILLE DE LA CHANDELEUR

     

    A l’occasion de ce lancement de campagne des deux quatuors UMP et PS, les vanvéens qui s’intéressent de prés à la campagne, ont découvert plusieurs choses : Tout d’abord ce nouveau canton constitué de Clamart et de Vanves avec 2 conseillers généraux et deux remplaçants/suppléants va amener les candidats et leurs staff de campagne à se déplacer dans ses deux villes aux liens multiples. Ensuite, cette belle salle des fêtes Hunebelle de la ville de Clamart qui peut contenir jusqu’à 800 personnes (assises) où chaque binôme a lancé sa campagne, vendredi soir  pour le PS, Dimanche après-midi pour l’UMP avec l’UDI. Certains vanvéens ont fait la différence avec La Palestre, bien sûr, "qui aurait pu être plus grande " ont pensé certains vanvéens. Enfin l’ambiance politique : Si Vanves peut paraître très « bizonour »par rapport à Clamart, l’atmosphére est électrique et sujet à polémique, dans cette commune, semblable à celle qu’a connue Vanves au lendemain d’une élection qui s’est joué à une voix. L’ancienne équipe de Philippe Kaltenbach (PS) fait la gueguerre à Jean Didier Berger (UMP) comme l’avait celle de Didier Morin contre Guy Janvier 20 ans plus tôt.    

    Guy Janvier et Yannick Geoffroy ont lancés leur campagne vendredi soir, en réunissant une centaine de clamartois et vanvéens, à la salle Hunebelle, pour présenter les candidats et partager une galette des rois. Ils ont été  accueillis par Pierre Ramonino, ex-maire de Clamart et président du groupe PS au conseil  municipal,  en présence de Philippe Kaltenbach qui a insisté sur les enjeux locaux, et de Jean Marc Germain, député et chef de file des frondeurs à l’assemblée nationale. Guy Janvier, conseiller général depuis 10 ans, a surtout insisté sur le bilan de Patrick Devedjian, président du conseil général des hauts de Seine : « Les Hauts de Seine sont un département inégalitaire en terme de territoires et de populations, et ses inégalités ont tendance à s’accroître. Notre département est un très bel exemple de ghettoïsation, avec ses villes d’un côté qui accueillent plus de 60 à 70% de logements sociaux, et d’autres qui refusent d’en construire, ne respectant pas la loi SRU » a-t-il dénoncé en citant Neuilly (4% de logements sociaux), Boulogne (13%). « Les dépenses sociales,  obligatoires  pour les départements puisque c’est l’une  de leur compétence principale, représentent 64 % des dépenses des conseils  généraux en moyenne. Dans les Hauts de Seine, elles ne représentent que 59%, soit 5 points de moins que la moyenne nationale. Les investissements dans les collèges sont passés de 100/120 M€ par an à 75/60 M€ en moins de 3 ans, et les aides aux collègiens de 1,2 M€ à 800 000 € ».

    Yannick Goeffroy a insisté sur les effets de la nouvelle politique mise en place par le nouveau maire UMP : Démolition des 700 logements sociaux de 3 F qui avaient été rénovés, fermeture du restaurant Poly Song de Jean Arp qui employait des handicapées, l’aménagement du quartier de la gare  où le nouveau maire veut construire des logements le long de la voie ferrée, et l’arrêté anti prospectus qui vise à nous empêcher de faire campagne. Cet ex-maire adjoint de Philippe Kaltenbach chargé de la démocratie locale puis des associations, a des liens très serré avec Vanves : Son arriére grand père, M.Lescarou, a été maire adjoint sous les mandats de Fréderic Pic. Tous les deux, avec leurs remplaçants, Remi Carton et Marie Anne Boyer, vont mener une campagne de proximité, avec du boîtage, du porte à porte, avec ce premier tract où il explique le découpage de ce nouveau canton de Vanves/clamart, le rappel du vote des 22 et 29 Mars et donner une meilleure visibilité aux candidats.    

    Deux  jours plus tard, c’était au tour d’Isabelle Debré et Jean Didier Berger, avec leurs remplaçants Bertrand Voisine et  Christine Quillery, d’accueillir plus de 450 clamartois et vanvéens, UMP et UDI en présence de  Philippe Pemezec (UMP) maire du Plessis Robinson  qui n’a pas mâché ses mots comme à son habitude – « Il faut gagner les cantonales et les Régionales pour nous débarrasser de François Hollande, et sortir notre pays de l’ornière. Comme les socialistes veulent gagner les régionales, ils ont regroupé en deux les Régions, et les départementales, ils veulent supprimer les départements » -  et Bernard Gauducheau : « Cela nous rajeunit, cela nous raméne à 2001 lorsqu’on a gagné et repris la mairie à la gauche. Il y a un quatuor qui fera le meilleur de lui-même pour gagner ce canton » a-t-il déclaré en reconnaissant que « ce quatuor est particulier. Il fallait sortir de Polytechnique pour conjuguer UMP et UDI avec la parité. On aurait aimé avoir une petite place. On a fait preuve d’agnégation. L’essentiel est de gagner ! ». Elus et militants UDI de Vanves présents à cette réunion,  en avaient malgré tout, « gros sur la patate », même si leur chef de file a tout fait pour peser jusqu’à la dernière minute pour imposer son candidat Pascal Vertanessian à la place de Bertrand Voisine, comme remplaçant,

    « L’union de la droite et du centre est le seul chemin de la victoire. Ce redécoupage fait sur mesure, est une magouille : Ils ont regroupé 3  cantons de droite d’un côté (Plessis Robinson/Chatenay…) et 2 cantons de gauche de l’autre (Clamart et Vanves )», pensant pour le premier provoquer une gueguerre des candidats de droite, ce qui n’est le cas, Philippe Pemezec ayant choisi les Régionales en laissant Georges Siffredi maire de Chatenay,  se représenter; et pour le second assurer une victoire la gauche, ce qui ne sera pas évident avec ce ticket Berger/Debré, expérant surfer sur la vague bleue des municipales,  pour 3 raisons selon le maire de Clamart : « Tout d’abord local : On ne peut pas se passer du Conseil Général. Il faut des élus de la majorité départementale pour bien travailler avec lui » a-t-il expliqué en prenant l’exemple de ses conventions ville-département triennal : Vanves en a signé une, pas Clamart. « Ensuite politique : Avec votre aide, on les a battu voilà un an et on ne va pas leur permettre de rebondir. On a en face de nous, des candidats qui veulent supprimer le département. On a conscience de tout ce qu’il fait pour les personnes handicapées, âgées dépendantes qui ont besoin d’un soutien de proximité. Enfin politique car nous avons le droit de dire que ce que fait le gouvernement, est nul ».   

  • LA RENTREE DE L’EQUIPE PREMIERE DE HAND BALL DE VANVES : INTERVIEW DE YOANN MARCET SON CAPITAINE : "Il faut avoir un grain de folie et surtout avoir de la force mentale"

    « Après la désillusion de l’an passé, le Stade de Vanves n’aura pas tardé à réagir. Les handballeurs ont réalisé un parcours sans faute cette saison et finissent sur la 1ère marche du podium du championnat pré-national ! En 26 matchs disputés cette année, les Vanvéens ont remporté 21 victoires et enregistré seulement 3 défaites, notamment contre leurs principaux adversaires Plaisir et Antony, respectivement 2e et 3e du championnat. L’équipe peut se vanter d’avoir marqué 856 buts ce qui lui donne le statut de meilleure attaque du championnat » indiquait un communique de l’équipe première à la fin de saison dernière. Elle est ainsi remontée en Nat.3,  c'est-à-dire la 5éme division nationale, et au dessus du niveau amateur, presque semi-pro. Cette équipe est constituée de 20 joueurs dont 12 sont inscrits sur la feuille de matchs. Les entraînements ont repris le 20 Août dernier pour préparer une saison qui commence le 20 Septembre. « L’équipe est quasiment la même avec le départ d’un joueur qui a dû partir à Nimes pour raisons professionnelles, et quatre nouveaux joueurs qui ont évolué en Nat.2 » indique Yoann Marcet que le Blog Vanves Au Quotidien a rencontré la semaine dernière en ajoutant : «  A partir du moment où on arrive à jouer en championnat de France, on attire des joeurs de melleurs nouveaux. Ils ont commencé à s’entraîner dés le mois de Juin avec nous. Et puis nous les connaissions déjà. Il n’y aura pas de souci ! ». Le premier match de préparation de l’équipe a eu lieu le 26 Août dernier. « Les Rouge et Noir jouaient contre Serris-Val d'Europe qui évolue en Nationale 3. Un match plutôt bien maîtrisé. Les recrues ont montré de belles choses malgré le peu d'automatismes de l'équipe ». Résultat: après avoir mené à la mi-temps 14-11, le Stade de Vanves l'a emporté 30-23.

    Vanves Au Quotidien - Quel est le secret de la réussite de l’équipe première de hand ?

    Yoann Marcet : « C’est d’être un groupe de copains et de compétiteurs. C’est très difficile à obtenir comme alchimie. Il faut réussir à créer une très bonne ambiance de gens qui se soutiennent et en même temps de gens qui veulent être dans l’équipe, qui veulent jouer les matchs et les gagner. C’est toujours délicat, car dans l’équipe il y a des titulaires, des remplaçants. Il faut à la fois qu’on se soutienne et que l’on tire tous vers le haut.

    VAQ - Son capitaine ?

    Y.M. : « Le rôle d’un capitaine est justement de réussir à garder la cohésion de groupe, et en même temps, de montrer l’exemple dans l’investissement. On est à 3 entraînements par semaine plus le match, ce qui demande beaucoup d’investissement dans sa vie personnelle car on a tous, à côté, un travail. Et on vient le soir s’entraîner de 20H30 à 22H, ce qui demande d’être présent. Si on veut, et c’est un des secrets de la réussite, vraiment réussir à continuer à progresser, il faut s’entraîner. Et l’un des rôles de capitaine c’est de savoir faire cela. 

    VAQ - Sa hargne sur le terrain ?

    Y.M. : « Il paraît que je n’ai pas le même regard lorsque je suis sur le terrain. Le Hand ball est un sport de duel, de contact. Je ne suis pas particulièrement grand pour un handballeur, ni imposant, donc, on arrive à compenser par autre chose, et notament des forces mentales. Et les duels se gagnent aussi par l’envie. Et l’envie, lorsqu’on est capitaine, il faut en montrer encore plus que ls autres. 

    VAQ - Ses qualités de meneurs d’hommes ?

    Y.M. : « C’est quelque chose que j’ai toujours en moi. Lorsque j’avais 16 ans, j’étais déjà capitaine de mes équipes de jeunes. C’est quelque chose que j’ai toujours eu en moi, savoir diriger les personnes. Mais c’est quelque chose qui se cultive après avec le temps. Je pense être beaucoup plus mature qu’avant, parce que j’étais avant quelqu’un de beaucoup plus énergétique. Avec le temps je me suis rendu compte qu’on était bien meilleur dans sa qualité de leadership en sachant garder son calme.

    MEILLEUR ATTAQUANT  

    VAQ- Comment expliquez-vous justement les résultats de cette dernière saison ?

    Y.M. : « Nous avons changé d’entraîneur, avec Philippe Marcet, déjà présent lorsqu’on était déjà monté en Nat.3 qui a plus un rôle de manager pendant les matchs et Julien Bournac qui est entraîneur et joueur, et nous avons eu quelques recrues intéressantes qui avaient joué en Nat.2

    VAQ - Pourquoi étiez-vous descendu lors de la saison 2012-13 ?

    Y.M. : « Nous n’avions remporté aucunes victoires en Nat.3 sur toute la saison. Il y avait eu changement d’entraîneur qui était venu avec des joueurs qui n’ont pas du tout correspondu à ce qu’était le club. Et notamment, il n’y avait pas cette ambiance de camaraderie qui est vraiment importante car nous passons beaucoup de temps ensemble.

    VAQ – Pourquoi avez-vous  obtenu le statut de meilleure attaquant du championnat ?

    Y.M. : « Parce quel’équipe a marqué beaucoup de but cette année, parce qu’elle avait la meilleure attaque et la meilleure défense. Notre style de jeu était basé sur défense et montée de balle. Du coup, on marquait beaucoup de buts parce que nous faisions beaucoup de contre-attaque et avec les contre-attaques c’est plus facile à marquer. Cette année ce sera la même chose. Comme nous n’avons pas une équipe avec des grands gabarits, nous devons donc nous adapter et faire notre jeu en fonction des joueurs qui sont plutôt rapides, avec des attaques un peu foudroyantes

    VAQ- Ne faut il pas être un peu barjo pour faire du hand et surtout gagner ?

    Y.M. : « Il faut un grain de folie. Le hand ball ne s’apprend pas dans les livres. On peut réciter du hand ball, avoir un niveau technique très propre, et pas réussir à gagner, parce qu’il faut cette force mentale. Et c’est aussi un peu de folie. Les plus fous dans ce sport, ce sont les gardiens de but, lorsque l’on voit la vitesse avec laquelle arrive la balle. Et on a eu les meilleurs gardiens de but de championnat pré-national. C’est un poste à part et c’est tellement important pour l’équipe !

    UNE POULE BRETONNE-NORMANDE

    VAQ - Comment se présente cette nouvelle saison ?

    Y.M. : « Nous allons avoir des déplacements intéressants dans notre poule qui couvre l’ouest de la France, c’est à dire regroupant la Bretagne et la Normandie, ce qui nous amènera à Brest pour le plus loin, à Rennes, Caen, Grandville, Falaise, Vernon, avec quelques rencontres parisiennes.

    VAQ - Quels objectifs vous êtes-vous donné ?

    Y.M. : « Sur 12 équipes, nous visons les 5 premières places en sachant que le premier, et peut être le second, pourront monter en Nat.2. Nous avons fait des recrutements intéressants qui vont permettre d’atteindre cet objectif. 

    VAQ - N’avez-vous pas des problèmes de salles ?

    Y.M. : « Plus on augmente de niveaux et plus on nous demande de respecter des critères importants notamment pour les salles lors des rencontres. A un mois du début du championnat, nous n’avons toujours pas de solutions, c’est  dire que nous avons demandé à la Fédération de donner une dérogation pour pouvoir  jouer au gymnase Maurice Magne. Au gymnase A.Roche, c’est impossible car la taille du terrain ne le permet pas. Nous avons besoin d’un terrain de 40 m sur 20 m. La solution, déjà utilisée, serait de faire nos matchs au complexe sportif Marcel Bec, très belle installation, mais où nous n’aurons pas de spectateurs car ils ont beaucoup de mal à venir voir les matchs car difficile d’accès. Et ce n’est pas formidable de jouer devant une salle vide. On recherche des solutions. Et le Palais des Sports Carpentier n’est possible que pour un ou deux matchs dans la saison, parce que ce n’est pas tout le temps disponible.

    PREPARER LA RELEVE

    VAQ - Comment préparez la relève ?

    Y.M. : « Dés 8/9 ans les jeunes peuvent commencer par l’école de hand. Et nous essayons de plus en plus d’avoir un bon niveau avec les jeunes, de commencer à faire en sorte qu’ils se frottent aux meilleurs. Si un club veut réussir sur le long terme en championnat de France, il faut que le vivier vienne de plus bas. On ne peut pas se permettre chaque année d’aller chercher des joueurs dans d’autres clubs. C’est compliqué et ce n’est pas une situation pérenne. Nous avons de bons joueurs de 18 ans qui, petit à petit,  vont pouvoir s’entraîner avec l’équipe première, pour se rendre compte de la différence de niveau physique. Car, à cet âge là, même s’ils ont un niveau technique, ils ne sont pas toujours prêt à se frotter à des joueurs de 30 ans. Nous allons commencer à le faire cette année. Sans oublier l’équipe réserve, où il faut veiller ce que le niveau ne se creuse pas trop vite  avec l’équipe première, afin qu’elle ait vraiment un rôle d’équipe réserve. Le souhait est de faire jouer  des joueurs de l’équipe réserve dans l’équipe première pour donner des coups de main et réussir à l’intégrer. Il faut que cette équipe réserve arrive à monter au niveau régional pour faire des échanges de joueurs entre les deux effectifs.     

    VAQ - Comment conciliez-vous vie professonnelle, capitaine de l’équipe première de hand, et conseiller municipal ?

    Y.M. : « Cela demande d’avoir un bon agenda. Ayant un cabinet d’Osthéopate depuis 3 ans,  tout prés du gymnase sur le Plateau, cela facilite les choses. Et la vie municipale m’occupe quelques soirées dans la semaine.

    VAQ - Que pensez-vous du capitaine Gauducheau à la tête de l’équipe municipale ?

    Y.M. : « Il a rempli son contrat en menant son équipe à la victoire plus rapidement que ce que l’on pensait, avec un beau score. Si les électeurs l’ont ré-élu, c’est que justement c’est un bon  capitaine. Et si un capitaine est renouvelé, c’est qu’il fait du bon travail.