Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Developpement Durable - Page 9

  • L’AIR DE VANVES POUR LES ECOLIERS EST PASSABLE SELON L’ASSOCIATION RESPIRE

    L’association Respire a suscité de multiples réactions politique et sociétal en publiant la semaine dernière une carte des écoles du Grand Paris et de l’IDF, associée à leur pollution locale de l’air extérieur, à partir des données d’Airparif sur  les particules fines (PM 10 et PM 2,5) et le dioxyde d’azote (NO2), marqueurs du trafic routier dans les zones urbaines et principalement liés aux moteurs diesel.  L’information que l’air du Grand Paris est pollué n’est pourtant pas nouvelle mais cette cartographie des données d’Airparif, école par école, sur plusieurs années, permet à chaque grand parisien de rendre un peu plus concrète et objective cette pollution invisible, qui vaut aux petits Grands Parisiens le record national d’asthmatiques et de maladies respiratoires. 682 établissements scolaires d’IDF (sur 12 520 crèches, écoles, lycées et collèges) dépassent les seuils réglementaires. La majeure partie se situe à Paris (548) et sa proche couronne (125). Le facteur principal d’exposition est la proximité des axes routiers tel que l’autoroute A86 - c’est à l’intérieur de ce périmètre que se trouve la majorité des ERP (soit 78 % des ERP de la Métropole et la grande couronne) et du bd périphérique où le niveau serait sous estimé.

    Pour Vanves le diagnostic est passable pour les écoles et les créches

    Concernant les PM10, le seuil réglementaire européen est fixé à 40μg/m3 contre une recommandation de l’OMS à 20μg/m3. Pour les PM2,5, le seuil légal européen est situé à 25μg/m3 contre une recommandation de l’OMS à 10μg/m3. Pour le NO2 les normes légales (soit 40µg/m3),

    Ecole primaire Jacques Cabourg :

    PM2,5 ( 14 µg/M3)  ; PM10 ( 24) ; NO2 ( 40) : Tous passable

    Ecole élémentaire Larmeroux :

    PM25 (14) et PM10 ( 23) : passable ;   NO2 (39) :  correct

    Ecole élémentaire publique Gambetta :

    PM25 (12) et PM10 : 20 passable ; NO2 (32) :  correct

    Ecole maternelle  Gambetta :

    PM25 ( 13)  et PM10 ( 22) :  passable ; NO2 ( 38) :  correct

    Ecole maternelle Le Parc :

    PM25 (12) et PM10 (20) :  passable ; NO2 ( 30 ) :  correct


    Ecole élémentaire publique Le Parc :

    PM25 (12) et PM10 ( 20) :  passable ; NO2 (30) correct

    Ecole : Groupe scolaire Marceau :

    PM 25 ( 12) et PM10 ( 20) : passable ;  NO2  (31) :  correct

    Ecole : Goupe scolaire Max Fourestier :

    PM25 (12)  et PM10 (20) : passable ; NO2  (32) : correct

    Ecole : Ecole maternelle Claude Lemel :

    PM25 (12) et PM10 ( 20 passable) ;  NO2 ( 30) :  correct

    Etablisements secondaires :

    Collège Saint-Exupéry :

    PM25 (12) et PM10 (20) : passable ; NO2 (31): correct

    Lycée professionnel Louis Dardenne :

    PM25 (12) et PM10 (20 passable) ; NO2 (31) :  correct

    Lycée Michelet :

    PM2,5 (12) et PM10 (20) : passable ; NO2(31 : correct

    Créches :

    Pain d'épices :

    PM25 : 16 ; PM10 : 24 ; NO2 : 41touys passable

    Nougatine et Caramel :

    PM25  (15 ),  PM10 (24),  NO2 ( 42) :  tous passable

    ELPHY :

    PM25 : 15 ; PM10 : 24 ; NO2 : 41, tous passable

    POMME CANNELLE :

    PM25 (12) et PM10 ( 20) : pasable ;  (NO2): 32 correct

    SUCRE D'ORGE :

    PM25 : (12 ) et PM10 ( 20) :  passable ; NO2 (30 ) : correct

    BERLINGOT :

    PM25 ( 15) ; PM10 ( 24) et NO2 (40) :  tous passable

    BOULE DE GOMME :

    PM25 ( 12) et PM10 ( 20) :  passable ;  NO2 (31) : correct

    LES P'TITES CANAILLES :

    PM25 (12) et PM10 (20) : passable ; NO2(31) :  correct

  • OUVERTURE DU 11e FESTIVAL CINEMA ECOLOGIE A VANVES : l’INTELLIGENE DU VIVANT

    Le 11ème Festival Cinéma Ecologie à Vanves organisé du 30 mars au 6 avril a été ouvert hier soir à Vanves, au Lycée Michelet, avec pour théme, «L’Intelligence du Vivant». C’est le thème de la 11ème édition du festival Cinéma-Ecologie de Vanves (Hauts de Seine). «Hommes, plantes, animaux, nous faisons tous partie du monde du vivant. Les films que nous vous proposons montrent que ce monde est essentiellement constitué d’un immense tissu de relations entre tous ces êtres vivants. C’est ce qui en fait un tout auquel nous appartenons. Nous vous proposons d’appeler cet extraordinaire tissu de liens «l’Intelligence du vivant» et de venir la découvrir au cours de ces 4 soirées-débats pour, finalement, réfléchir ensemble à la juste place que nous devrions y tenir» expliquent ses organisateurs (La Ruche et Alternatives Ecologiques et solidaires) . Vanves Au Quotidien a rencontré l’une de ses co-organisatrice, Catherine Naviaux 

    Vanves Au Quotidien - Comment s’inscrit ce festival dans le contexte actuel où l’on a vu le 15 Mars des lycéens marcher pour le climat et ou le ministre de l’éducation national a engagé un débat sur le changement climatique dans les lycées comme il l’a montré le 22 Mars au LEP Dardennes avec 4 autres ministres ? 
    Catherine naviaux : «  C'est une prise de conscience incroyable si on se reporte de quelques années en arrière seulement. Ce combat est d'autant nécessaire quand on voit comment est menacée la bio-diversité.  La bio-diversité, c'est à dire l'interaction entre tout ce qui vit sur terre est indispensable à la vie, elle est menacée par des produit chimiques dont les pesticides et les engrais qui sont les formes les plus médiatisées, elle est menacée par le réchauffement climatique qui désorganise ses modes de vie à une vitesse telle qu'elle a toujours plus de difficulté à s'adapter : décalage des saisons, désertification accélérée, fonte des glaces...La richesse et l'intelligence des plantes, leur capacité à communiquer entre elles, celles des animaux non humains capables de s'adapter à diverses situations et spécialement celles créées par l'Humain, nous laisseraient elles un peu d'espoir pour nos enfants et petits enfants, si nous modifions drastiquement nos mode de vie?

    VAQ --Pourquoi ce théme « l’intelligence du Vivant «  ?
     
    C.N. : « Nous avons mis beaucoup de temps à trouver ce titre car notre idée était bien de replacer l'Humain à sa juste place parmi les plantes et les autres animaux, nous voulions que par ce titre que l'Humain soit vu comme partie intégrante de la nature et non comme à coté. On ne voulait pas le remettre dans la nature car il est quoi qu'il fasse partie intégrante de celle ci. Le Vivant est donc bien le vivant du «Tout», plantes, animaux non humains et humains.
    VAQ-Avec quels temps forts selon vous à ne pas rater si l’on doit faire un choix, et pourquoi ?
    C.N. : « Il est toujours difficile de faire un choix car nous pensons que les quatre films ont une cohérence sur l'ensemble du festival. Quel choix faire? tout dépend si l'on veut comprendre l'interdépendance de tout ce qui vit sur terre avec le film d'Hubert Rives ou comment les plantes se battent pour leur survie ou comment les animaux non humains  se sont adaptés à notre domination avec les deux films du milieu de semaine . Le dernier film a une approche plus originale mais maintenant connue grâce à la pétition «L'affaire du siècle» ,  faut il légiférer pour donner aux plantes et aux animaux non humains leur place dans ce monde dominé par l'être humain? Nous en débattrons avec des membres de l'association Notre Affaire à Tous.

  • DES LYCEENS PERTINENTS A VANVES POUR UN GRAND DEBAT SUR LE CLIMAT AVEC DES MINISTRES A « LA MASSE »

    A peine les échanges sur le changement climatique avec ses jeunes lycéens au LEP Louis Dardenne, vendredi dernier, Gabriel Attal secrétaire d’Etat auprès du ministre de l'Éducation, s’est envolé pour Aix en Provence où il a ouvert une conférence citoyenne avec 80 jeunes tirés au sort. Parmi les sujets de préoccupations : «l'environnement» bien sûr et «la vie quotidienne». «C'était quelque chose qui me tenait beaucoup à cœur» avait il confié sur RTL avant de rejoindre ses 4 autres collègues à Vanves. «La parole des jeunes se libère facilement quand ils sont entre jeunes. Quand on est jeunes et qu'on va dans une réunion avec des moins jeunes, qui ont tous un vécu, une expérience, qui souvent s'appuient sur ce vécu et cette expérience pour s'exprimer, ça peut être intimidant !  On peut se dire est-ce que je suis vraiment légitime ?».

    Mais là à Vanves, les quelques journalistes présents ont pu s’apercevoir qu’ils n’ont pas hésité à interpeller les ministres en rendant ce débat très enrichissant: «On a travaillé sur la transition écologique sous forme d’ateliers participatifs animés par les élèves qui se sont posés la question : «Qu’est-ce c’est la transition écologique» sans avoir eu de réponses !» a constaté Etienne. Ce qui a fait bondir François de Rugy ministre de la Transition écologique : «Je vous comprends, parce que cette question, je me la pose ! La transition écologique, c’est organiser le chemin pour aller vers une situation meilleure et éviter les catastrophes, notamment dans des domaines où cela se dégrade comme le climat». Jean Marc Blanquer, ministre de l’Educatioon   a ajouté que «l’éducation nationale travaille depuis 20 ans sur l’environnement dans  l’enseignement et nos programmes. Vous faites partie d’une génération qui a eu des enseignements sur cette question. Ce qui n’étaient pas le cas des générations précédentes». A ce moment là, il fut interrompu par plusieurs lycéennes : «Mais cela reste insuffisant. La sensibilisation est inexistante en primaire et au collège. Les jeunes se mobilisent par eux même, avec quelques professeurs. D’autres trouvent cela ridicule» ont-elle expliqué.

    «Pourquoi le gouvernement et les ministres ne sont pas plus ambitieux pour appliquer les décisions de la COP 21 ? Comment se fait il que l’on n’a pas encore appliqué les solutions proposées par les scientifiques ? C’est maintenant qu’il faut bouger pour éviter d’atteindre + 3° ! Pourquoi le gouvernement soutient de grands projets d’aménagements qui vont à l’encontre des objectifs poursuivis en matière de transition écologique ? Pourquoi ne pas parler de la disparition de la biodiversité et de ne pas avoir interdit le gyphosate ? » se sont ils interrogé. Et les ministres ramaient : «C’est une transformation très profonde que vous nous demandez. Cela va prendre du temps !» constatait Emmanuelle Wargon secrétaire d’Etat à la transition éxologique.  «L’accord de Paris (COP 21) a été signé voilà 3 ans .C’est la première fois que les Etats se sont engagés. Mais voilà un pays s’est retiré, et pas des moindres. Je peux espérer que ce mouvement de jeunes puisse se lever aussi aux USA. Beaucoup de transformations sont en cours. On se bat au niveau européen pour des objectifs plus élevés» a répondu François de Rugy.

    D’autres lycéens ont posé quelques questions plus locales sous l’œil attentif de Marie Carole Ciuntu vice présidente Lycées de la Région IDF  qui était présente : «Pourquoi avoir attendu 4 ans pour obtenir l’installation de cendriers aux portes du lycée Duruy à Paris ? Pourquoi ne pouvons nous pas réserver nos repas à la cantine pour éviter le gâchis ? Pourquoi ne pas instituer un repas végétarien par semaine ? » ont demandé des lycéens parisiens.