Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

villle de vanves

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES EN BREF

    Très très intéressant ce conseil municipal où la municipalité a commencé d’entrer dans les actes concrets pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre la ville moins minérale aprés ses déclarations d’intentions et programmatiques. L’aide à la plantation d’arbres dans les copropriétés en est une. L’avis sur le SCOT dont personne ne comprend rien mais qui devrait se traduire par la révision du PLU, maintenant intercommunal (PLUI) au niveau de GPSO, mais il manque une lettre « E » pour Environnemental, comme à la ville de Paris qui se soucie dans ce cadre de l’esthétique urbaine, mais surtout de créér des ilôts de fraicheur alors que notre Région est traversée par cette vague de chaleur qui devrait faire monter la température à 33° en Ile de France

    ARBRES

    La Ville de Vanves a adopté à l’unanimité une aide financière de 200 € (par arbre) pour l’acquisition d’un ou plusieurs arbres aux syndicats de copropriétaires possédant un jardin. Ils pourront choisir les espéces avec un avis de GPSO selon leur implantation.  Elle entre dans le cadre du programme de végétalisation de l’espace public et afin de poursuivre l’objectif de plantation de 100 arbres par an sur la totalité du territoire vanvéen . Il s’agit, comme l’a expliqué Pascal Vertanessian adjoint au maire chargé du développement durable., d’œuvrer pour la protection de la biodiversité et lutter contre les îlots de chaleur et faire redescendre la température de 2°C en moyenne. «Il y a un potentiel important dans les copropriétés qu’on  ne voit pas toujours depuis l’espace public« a constaté le maire de Vanves. « Cette décision va dans le bon sens ! n’y aurait il pas moyen d’élargir cette aide aux HLM » a demandé Loic Michonaud (EELV)  qui en a profité pour s’inquiéter de la coupe d‘arbres prévu autour de la Glaciére du parc F.Pic. « Cette glacière est une structure compliquée. Après analyse de l’ABF, il a été convenu d’enlever les arbres de la butte pour l’alléger, refaire l’étanchéité…On replantera les arbres après les travaux que l’on a arrêté avec la commission des sites » lui a répondu pascal Vertanessian. «Tout peut s’effondrer aussi en enlevant les arbres » a fair remarquer Pierre Toulouse (EELV)  

    SCOT

    Le conseil municipal a donné son avis sur le projet de schéma de cohérence territoriale métropolitain arrêté le 24 janvier 2022 comme toutes les communes (150) de la métropole du Grand Paris. Un document de planification à long terme (20 ans environ) élaboré à un échelon intercommunal, et un cadre de référence pour les politiques publiques dans des domaines très divers tels que l’organisation de l’espace, l’habitat, les transports et les déplacements, les équipements, le développement économique, l’environnement…. qui doit être compatible avec les autres documents de planification au niveau de la Région. Au plan local, il s’imposera aux PLUI, en cours d’élaboration à GPSO  qui a mené un travail avec ses 8 communes  et a fait des propositions d’amendements sur la consommation des espaces naturels et forestiers, la pleine terre, les opérations d’aménagements  le long d’axes de transports bruyants. «Certais prescriptions étaient très restrictives sur lesquels GPSO a fait des remarques pour les rendre moins directives, et pour réduire la possibilité de contentieux » a indiqué Pascal Vertanessian. «On regrette que la ville affiche un mépris de l’environnement» a regretté Pierre Toulouse (EELV) dont le groupe a voté contre, LREM s’abstenant   

  • L’EVENEMENT DE LA SEMAINE A VANVES : UN DECONFINEMENT EN 4 ETAPES AVEC UNE EPEE DE DAMOCLES

    Ce déconfinement en quatre étapes annoncé par Emmanuel Macron, pourratt toutefois être retardées dans les départements où le taux d'incidence est durablement supérieur à 400 cas pour 100 000 habitants, en actionnant «les freins d’urgence sanitaires dans les territoires où le virus circulerait trop, i ly  aurait  une augmentation très brutale de ce taux et une menace de saturation des services de réanimation». À l'heure actuelle, huit départements sont concernés : les Bouches-du-Rhône, l'Oise, Paris, la Seine-et-Marne, l'Essonne, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d'Oise, mais heureusement pas les Hauts de Seine et les Yvelines. Même si les commerçants vanvéens, restaurateurs, cafetiers mais aussi les salles de sports…sont rassurés, il n’en reste pas moins une épée de damoclés au dessus de la tête des franciliens. Beaucoup attendent de voir ayant été échaudés par les reports de l’an dernier

    Un travail de concertation a été lancé avec les secteurs professionnels concernés, pour définir les assouplissements à venir «d'ici le début de l'été, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire fragile, ce qui imposait d'organiser la réouverture du pays par étape, de manière forcément prudente et progressive» selon Matignon qui semble privilégié un déconfinement territorialisé par département. D’autant plus que la France est dans une situation moins favorable que le 11 Mai 2020  lors du 1er confinement avec 6000 patients hospitalisés en réanimation (2600 en 2020) et 30 000 nouveaux cas par jour (1000 à 2000 en 2020) selon les chiffres publiés par Santé Publique France. Selon les modélisations de l’Institut Pasteur «le déploiement de la vaccination ne suffira pas à éviter une nouvelle vague dés l’été si les mesures de restrictions sont levées trop vite» à cause notamment de la contagiosité du variant britannique +60% supérieure au variant historique). «Si on lève les mesures de freinages de façon plus progressive, le rebond sera décalé à une période où on aura davantage vacciné et où la reprise épidémique sera moins importante» soulignait Simon Cauchemez, modélisateur à l’Institut Pasteur cité par Le Monde.

    Selon cet Institut, un relâchement total des mesures de restrictions ne serait possible que si 90% de la population adulte était vacciné d’ici le 1er Septembre : Il faudrait injecter plus de 590 000 doses par jour contre un peu plus de 350 000 en moyenne actuellement. Or, comme le faisait remarquer Philippe Juvin, médecin-chef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou vendredi dernier, «le taux de vaccination en Ile de France, est moins important que dans d’autres régions, alors qu’elle est la plus touchée par le Covid-19 et en a le plus besoin». Aux yeux du maie de la Garenne Colombes,  «il faut s’appuyer sur les maires. Il faut que le gouvernement soit très pragmatique en la matiére, et indique que dés des doses n’ont pas pu être injecté à un public prioritaire, elle le soit à d’autres personne. Car je m’inquiéte, en tant que maire, de voir ma population tomber malade. On a perdu beaucoup de temps en Mars-Avril. Et on le paie aujourd’hui. Il faut accélérer les vaccins, surveiller les variants et déconfiner par territoire»

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE CONTRASTEE

    L’événement de ce week-end a été bien sur le décés d’Anny Cordy qui amarqué des générations de français et de vanvéens. Tous ont un souvenir d’elle, notamment ceux qui ont pu la rencontrer, comme l’auteur du blog, lors d’une émission de RTL animé par Fabrice venu jusqu’à Issy les Moulineaux au PACI,  où était présent André Santni bien sûr. Lors du pot qui avait suivi, avant qu’elle n’arrive, Fabrice avait confié au Maitre d’Issy les Moulineaux que la scéne était une passion pour Annie Cordy qui aurait pu très bien s’en passer, si elle avait voulu, loin d’être dans le besoin grâce à un époux qui avait fait fortune dans les travaux publics.  Mais non, elle avait cela dans le sang. D’ailleurs comme l’expliquait ce week-end, un réalisateur de film, la chanson qui la représente bien est « ça ira mieux demain ». En ces temps qui courent, n’est-ce pas un antidote contre le Covid-19.  Gabriel Attal, porte parole du gouvernement accompagnait le premier ministre Jean Castex sur le tour de France samedi. Ils ont suivi la fin de l’étape entre Cazéres-sur-Garonne et Loudenvielle dans les Pyrénées….

    La brocante de l’Automne de Vanves n’aura pas lieu, pour la première fois depuis 29 ans, à cause des mesures de prévention sanitaire vis-à-vis du Covid-19. Elle aurait créé un important brassage de visiteurs source de contaminations. La ville a préférée jouer la carte de la sécurité que de prendre le danger de créer un cluster. « Les conditions d’organisation de ce type d’évènement ne permettent pas le respect des gestes barrières et la distanciation sociale ».  Beaucoup de Vanvéens sont bien sûr déçu, parmi les affiniados.  « La logique dans ce cas aurait été d'annuler le forum. Malheureusement le ne suis pas sûre que les gestes barrières soient respectés » a réagit une vanvéenne sur les réseaux sociaux.  Enfin, les événements paroissiaux qui étaient prévus à la fin du second trimestre, annulés en Juin, se déroulent finalement lors de cette Rentrée, comme la célébration des 20 ans de sacerdoce du pére curé Auville curé de Vanves, samedi soir qui a rassemblée de nombreux vanvéens à l’église puis autour d’un buffet dans le jardin paroissial sur lequel reviendra le blog,  et les profession de foi et les confirmations des jeunes l’aumonerie qui se dérouleront le week-end prochain avec la présence de Mgr Rougié, Evêque des Hauts de Seine   

    Mercredi 9 Septembre

    A 17h à 20h  dans les 3 quartiers : Le pôle développement durable organise des ateliers «entretenir / réparer soi même son vélo » en partenariat avec Fleeter sur les bornes de réparation vélo installées.

    Samedi 12 septembre de

    10h à l’école du Parc (jusqu’à 17H) :  2ème bourse aux vélos pour vendre vos vélos ou en acheter.

    Dimanche 13 Septembre

    A 10H au parc F.Pic : 43e Forum des Associations qui est maintenu dans le strict respect des consignes sanitaires avec seulement une association par tente, au lieu de deux les années précédentes par exemple

    A 1H15 à l’église Saint Remy : Profession de foi et première communion des jeunes de l’aumonerie

    A 15H à l’aglise Saint Remy : Confirmation des jeunes de l’Aumonerie célébré par Mgr Rougié, Evêque des Hauts de Seine