Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sondages

  • RYTHMES SCOLAIRES A VANVES : Une grande attente de changements des parents d’enfants en maternelle !

    Les rythmes scolaires, 8 mois après leur mise en  place, reviennent sur le devant de l’actualité, à l’occasion de questions orales au gouvernement, le 19 Mars au Sénat le 24 Mars à l’Assemblée National. Et de la tenue d’un second comité de pilotage  Vanves le 31 Mars qui réunit 5 représentants des parents d’élèves (2 API, 2 FCPE, 1 Indépendant), 5 du personnels de l’animation, 5 des enseignants, 5 des associations avec l’IEN (Inspectrice de l’Education nationale, l’adjoint au maire chargé de l’école… L’attente des parents d’élèves est importante surtout pour ceux qui ont des enfants en maternelle face à leur fatigue

     

    QUESTION ORALE D’ISABELLE DEBRE AU SENAT

    Isabelle Debré, sénateur des Hauts de Seine a eu l’occasion de poser une question orale, Jeudi dernier, au Sénat sur la réforme des rythmes scolaires qui est « un échec aux dires des enseignants, des parents et des pédiatres : les élèves sont fatigués et beaucoup de communes n'ont pas les moyens de financer les nouvelles activités périscolaires. Que de tergiversations ! Le président de la République insiste sur la maîtrise de la langue française dès la maternelle, la ministre de l'éducation nationale ne veut pas qu'on fasse travailler les enfants avant le primaire. On annonçait la suppression de l'évaluation. On s'est ravisé. De la laïcité à l'anglais, on multiplie les matières dès le CP, alors que l'illettrisme touche un élève sur cinq à la fin de la scolarité obligatoire. La réforme des rythmes scolaires coûte plus de 1 milliard par an au contribuable. C'est une dépense insensée. Quand allez-vous y mettre un terme ? ».

    Malheureusement comme la ministre de l’Education Nationale était à Toulouse pour commémorer la tuerie survenue dans l'école juive, c‘est Patrick Kramer, ministre de la politique de la ville, de la jeunesse et des sports qui lui a répondu : « La réforme des rythmes scolaires était nécessaire. L'école vaut mieux que les décisions qui lui ont été imposées par votre majorité (que la réforme Darcos). Il fallait adapter le rythme scolaire au rythme de l'enfant.Une réforme de cette ampleur ne peut avoir des résultats immédiatement. Pourtant, on en mesure déjà les effets sur la lecture. Il a fallu des ajustements en maternelle, c'est bien normal. Mais l'école ne peut pas tout ! Afin que tous les enfants, quel que soit leur milieu social, aient accès au sport, à la musique, au théâtre, nous avons développé les activités périscolaires et prolongé le fonds de soutien aux communes ».

    REACTION D’UNE ENSEIGNANTE VANVEENNE

    Ce qui a fait réagit une enseignante de Vanves qui préfère garder l’anonymat tout simplement, parait il, parce que c’est un sujet extrêmement brûlant, sur lequel l’IEN (Inspection  de l’Education Nationale) exerce des représailles vis-à-vis des enseignants qui s’exprime là-dessus : « Deux choses me choquent: Le bénéfice constaté en lecture!  Concrètement j’aimerais savoir comment ces bénéfices ont été constaté sans évaluation, et comment scientifiquement prouver qu’une amélioration de la lecture cette année a pour origine les rythmes scolaires…Deuxième chose, qui m’agace depuis le début: « l’école ne peut pas tout faire, il faut trouver d’autres formes d’apprentissage donc le périscolaire est là pour cela! ». Ah bon il n’y a pas que l’école qui est formé pour enseigner ? J’ai moi même le bafa et on m’a jamais formé pour enseigner quoi que ce soit, seulement pour amuser… l’inspectrice nous a bien dit qu’on ne devait pas alléger notre part donné au sport ou l’art plastique au profit des fondamentaux sous prétexte des NAP. Donc où est l’intérêt de vouloir partager ces apprentissages ? On a fait en sorte d’alléger les exigences sur l’embauche des encadrants des NAP,  donc on partage les apprentissages pour les donner à des gens non formés et dont la qualification est inférieure aux animateurs d’avant! Ca cela va dans le sens du bénéfice! En bref: ça m’énerve ces gens qui parlent en niant la réalité du terrain!! »

     

    UN COMITE DE PILOTAGE BIENVENU

    Ces interrogations et ces réactions sont intéressantes 7à 8  mois après la mise en place de ces nouveaux rythmes scolaires alors qu’un second Comité de Pilotage sur la mise en place en place des rythmes scolaires devrait se tenir à Vanves le 31 Mars prochain, conformément aux engagements pris sur le projet éducatif territorial. Occasion de faire le point notamment sur les propositions d’évolutions indispensables afin de respecter les rythmes nécessaires aux enfants, et de se projeter sur l’année prochaine  en tenant compte de l’expérience acquise et du contexte actuel. « L'attente des parents est grande, surtout en maternelle » nous indique une parente d’élèves de Vanves : « La fatigue redoutée est au rendez-vous. Les enfants sont encore trop petits pour encaisser les changements d'intervenants. Les enfants sont déstabilises par des rythmes différents d'un jour à l'autre (fin des cours à 15H ou 16H30). L'absence de coupure le mercredi réduit les moments de récupération dans la semaine. Ils sont en pleines croissances » explique t-elle en faisant remarquer « qu’à notre époque, nous avions école le samedi matin et non le mercredi ».

     

    7 PARENTS SUR 10 VIVENT MAL CETTE REFORME

    Selon une enquête récente effectuée pour le Journal des Femmes, 7 familles sur 10 vient mal cette réforme. « Ils sont toujours 69% à juger que cette réforme a un impact négatif sur leur enfant . Et de façon surprenante, alors que l’ajout de la matinée de cours supplémentaire avait pour objectif de mieux respecter les rythmes des enfants, c’est ce principe même qui est remis en cause par plus d’un parent sur deux (56%).  80% des parents trouvent leur enfant plus fatigué depuis la mise en place de la réforme ! Pour 66% des parents, il est devenu plus difficile de tirer les petits du lit le matin depuis la mise en place des nouveaux rythmes,  et le soir, ce n’est guère mieux puisque 38% les trouvent plus turbulents qu’avant. Un  quart des parents « seulement » met en cause le manque de moyens, et 20 % pointent une mauvaise communication, que ce soit entre les institutions elles-mêmes ou envers les familles ». Enfin,  « dans les établissements où des temps d’activités périscolaires (TAP) sont proposés,  65% des parents choisissent d’en faire profiter leurs enfants. Un choix qui n’est pas dû uniquement à l’envie de les faire profiter de nouvelles activités : au global, 32% des parents choisissent de laisser leurs enfants aux TAP parce qu’ils ne peuvent plus s’organiser pour les récupérer directement après la classe »

  • VANVES ET LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES : UN FRONT DE GAUCHE QUI RONRONNE DANS SES NEURONES REVOLUTIONNAIRES

    « Chacun a pris la parole ! Tout le monde s’est écouté et après ? » a demandé l’un des participants à la réunion du Front de Gauche (FdeG) hier soir à l’école Max Fourestier. Plus d’une quarantaine de militants, sympathisants, de curieux s’étaient déplacés pour écouter Manser Naouri (syndicaliste, économiste) et Catherine Jouanneau, secrétaire nationale du Parti de Gauche) sur le théme « La dette : un pretexte pour détruire les services publics ». Bastien Lachaud animait cette réunion  à laquelle participait Lysiane Alezard, candidat du FdeG dans la 10 éme circonscription dont il est le suppléant, et Claudine Charfe, conseillère municipale à Vanves.

     

    Occasion d’annoncer que le FdeG est mobilisé sur le terrain vanvéens pour cette présidentielle  avec une réunion chaque premier Lundi du mois à l’espace Tuileries, des soirées citoyennes comme celle-ci, des écoutes collectives des discours de Jean Luc Mélenchon puisqu’ils seront diffusés sur Internet dorénavant, et pour commencer,  une distribution de tracts samedi prochain, 28 Janvier, sur le marché et devant la Poste. « Le moyen de briser le silence des médias, c’est notre travail » a déclaré Bastien Lachaud. « Et distribuer des tracts, c’est parler aux gens » a ajouuté une participante à cette réunion.  Ses militants et sympathisants sont manifestement pas du tout satisfait du traitement par les médias de leur candidat qui pourtant créve les écrans TV. Pas un jour sans déclarations, ni reportages, sans compter France 2 voilà prés d’une quinzaine de jours. Mais ils n’ont pas aimés l’image  - « orchestrée par les médias » - montrant Jean Luc Mélénchon et Marine Le Pen au Parlement Européen, ni les reportages du Petit Journal de Yann Barthés.

     

    Ils étaient loin, dans certaines interventions du théme de la soirée « cette dette, pretexte pour détruire le service public ! », « cette dette qui est la dernière invention pour nous faire avaler la pilule », et « la volonté du Front de Gauche de remettre le service public au cœur de l’Etat ». Surtout lorsque l’un des participants a commencé à aborder la question de « la manipulation de l’information concernant les principaux candidats (Sarkozy, Hollande, Bayrou) en ignorant les petits comme Mélenchon. Comment peut on stopper cette fausse communication ? ». Un  autre  a expliqué qu’ils devraient « arrêter de pleurnicher puisque François Hollande reprend même leur théme en ayant notamment déclaré que « son principal ennemi, c’était les finances ! » auquel a répondu Bastien Lachaud : « Si l’ennemi de F.Hollande est la finance, cela ne l’empêche pas de participer du diner du « Siécle » (un clib politique très sélect), sans parler des amis de Nicolasx Sarkozy ! Et nous, on sait où les trouver pour leur prendre leur argent. Notre objectif est d’abattre cette oligarchie ! ».

     

    Pourtant certains ont réagis moins violemment comme Catherine Jouanneau : « On est plutôt content ! Et on dit que c’est très bien ! Sauf lorsque F.Hollande veut faire supporter par les impôts locaux des missions de service public de l’Etat » en citant bien sûr la santé « où on a vu qu’il y avait contradiction sur le financement de la sécurité sociale entre le Fdeg et le PS ». Et en  invitant à « placer les candidats devant leurs contradictions ! ». Un jeune a constaté que « depuis le début de la campagne, F.Hollande fait une campagne social-démocrate. C’est une posture idéologique ! Il y a une opposition radicale entre Fdeg et PS, surtout avec ce que l’on voit en Europe. Et si jamais, F. Hollande l’emporte, il ira vers les centristes et les éclogistes ». Auquel a répondu un autre en déclarant « la Gauche ne peut pas être majoritaire sans se rassembler ! Le vote utile est mélechon…pour éviter au PS d’être social démocrate. Plus nos idées seront présentes, et plus on rendra le PS plus révolutionnaire, avec cette partie de la gauche qui refuse le capîtalisme ».  Enfin Lysiane Azélard a déclarée « le discours de F.Hollande refléte l’opinion publique. Le fait que JL Mélenchon se soit adressé directement aux socialistes (à Nantes ?) me semble intéressant. Ce qui fera la différence, c’est  la rupture que F.Hollande accepterait sur le plan européen » en constatant « qu’il ne s’est pas prononcé sur la régle d’or. On a 3 mois de campagne pour montrer quelle est la différence ».

     

    Ils ont bien évidemment parlé des sondages « qui ignorent que  Jean Luc Mélenchon  existe», et de la saisine du Conseil Constitutionnel par le FdeG, de la VIéme République avec la suppression du Président de la République élu au suffrage universel et l’instauration d’un régime parlementaire, de l’Europe qui a une grande responsabilité dans cette crise en posant la question du rôle de la BCE… Alors que les invités ramaient un petit peu pour revenir sur le théme de la dette et du service public. « On voit bien qu’ils vont tout faire pour qu’on ne prenne pas la parole. Ce qu’on fait ce soir est important pour convaincre les gens qu’il y a du possible…qui se traduit dans le vote ».

  • VANVES EN CAMPAGNE REGIONALE : MEETING, SONDAGE, TIC

    Les réunion publiques se sont multipliées cette semaine, peut être parce que les franciliens sont partis ce week-end pour une semaine à quinze jours de vacances, avec notamment le meeting de Valérie Pécresse et d’André Santini à Issy les Moulineaux, Jeudi soir où beaucoup de vanvéens se sont rendus en voisins, alors qu’Olivier Besançenot (NPA) et Pierre Laurent (PC) avec Jean Luc Mélenchon (Front de Gauche) étaient à Nanterre. Cette semaine a aussi été marquée par de nombreuses polémiques  sur les transports, sur le logement, sur la violence scolaire. Mais voilà, pour l’instant, le président sortant, socialiste, ne s’en sort pas trop mal, vu les derniers sondages

     

    HUCHON 58%, PECRESSE 42 AU SECOND TOUR

    Le socialiste Jean-Paul Huchon, remporterait largement le second tour des régionales, le 21 Mars,  avec 58% des intentions de vote contre 42% pour son adversaire UMP Valérie Pécresse, selon un sondage de TNS Sofres-Logica pour Le Monde, Radio France et France Télévision, rendu public jeudi dernier, et réalisé entre les 15 et 16 février par téléphone auprès d'un échantillon de 700 personnes inscrites sur les listes électorales d'Ile-de-France, représentatif de la population de la région de 18 ans et plus (méthode des quotas).  

    Par contre, au premier tour, le 14 mars, la liste UMP-NC de Valérie Pécresse se placerait en tête (32%), devant la liste PS de Jean Paul Huchon (26%), Europe Ecologie conduite par Cécile Duflot recueillerait 14% des voix. Les autres listes ne franchiraient pas la barre des 10% nécessaire pour se présenter au second tour, en revanche, plusieurs listes recueilleraient entre 5% et 10% des intentions de voix, ce qui leur laisserait la possibilité de fusionner avec une liste qui a eu plus de 10% des scrutins : Le Front de gauche mené par Pierre Laurent ferait 7%, le NPA d'Olivier Besancenot 5,5%, et le Front national conduit par Marie-Christine Arnautu 5%. En revanche, le MoDem d'Alain Dolium et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan auraient 4% des intentions de vote, Lutte ouvrière avec Jean-Pierre Mercier 1,5%, Alliance écologiste indépendante de Jean-Marc Governatori 1%.

     

    MEETING UMP A ISSY …CONTRE LES SONDAGES

     

    Ils étaient 1500 selon Philippe Pemezec, secrétaire départemental UMP 92, 1200 selon les capacités de la salle, avec un beau plateau hier soir autour de Valérie Pécresse, tête de liste : Christine Lagarde, ministre de l’Economie qui a beaucoup parlé d’économie,  André Santini avec ses bons mots, Roger Karoutchi qui a fait un excellent numéro sur la Région, déjà apprécié à Vanves, lors de la galette UMP/NC avec le « Dirigeable », les « crapeauducs », Frédéric Lefebvre et Patrick Devedjian qui s’en sont pris bien évidemment à ces sondages avec Philippe Pemezec : « Il parait que l’on va perdre. Je ne suis pas d’accord ! Ce n’est pas le moment de manifester sa mauvaise humeur » a déclaré ce dernier. « Alors selon les sondages, JP Huhon serait reconduit pour ne rien faire ! » s’est étonné le suppléant d’André Santini. « Qu’est-ce que c’est cette histoire de sondage ? Vous en avez vu des gens satisfait dans le métro, le RER ? » s’est interrogé Roger Karoutchi.

    Dans un registre devenu habituel, André Santini a traité M. Huchon de « flibustier programmatique, car il pique le programme de Valérie », et lui a reproché de « s'attaquer sans cesse » à elle, « alternant la querelle des egos avec celle des égoûts, à la tête d'une gauche de bric et de broc. Huchon rassembleur, soyons sérieux! Inconséquence, impotence, n'ont jamais été des gages de compétence » a-t-il expliqué en rappelant « qu' il n y a que les combats qui ne sont pas menés qui sont perdus d'avance » à propos des sondages : « Sondages douteux ! Lorsqu’on m’a dit que Valérie faisait 42, j’ai pensé que c’était sa pointure ! Il reste 24 jours pour redonner l’espoir ! » a clamé André Santini. « Bien placé, du 39 cela peut faire mal ! Car je sais qu’elle fait du 39 » a répliqué Patrick Devedjian qui a rappelé la formule utilisée lors de la campagne présidentielle de 1995 par Philippe Séguin, « circulez y a plus rien à voir », à propos des sondages qui donnaient Edouard Balladur en nette avance par rapport à Jacques Chirac, alors que ce dernier, que soutenait M. Séguin, a finalement distancé M. Balladur, puis gagné l'élection. On a l’habitude de perdre avec les sondages et de gagner avec les élections. C’est un bon moyen pour nous démobiliser. Il ne faut pas se laisser impressionner par les sondages. Ce n’est pas très républicain ! On sous estime la qualité de citoyen. Indignez-vous ! Faîtes-les mentir ! ». Il était suivi sur le même registre par Valérie Pécresse qui a appelé à la "mobilisation" de son camp pour "faire mentir les sondages" qui la donnent largement perdante face à Jean-Paul Huchon (PS). « Dans les 25 jours qui viennent, pas une minute à perdre, il y a des vacances scolaires, il va falloir mobiliser, notre adversaire c'est l'abstention, et vous, vous êtes des antidotes à l'abstention », a-t-elle déclaré.

     

     

    HUCHON SUR FACEBOOK

    L’équipe de campagne de la liste Huchon 2010 a lancée le 22 Janvier dernier  la première expérience de mobilisation politique intégré sur Facebook : SpaceMob (http://bit.ly/74nKfr) conçue et développée par La Netscouade. « Cette application participative repose sur chaque E-militants et sympathisants chargés d’élargir en permanence le réseau. Chaque internaute devient ainsi « un maillon » de la chaîne, mais aussi une « tête de pont » chargé d’E-recruter et de faire circuler l’information dans son propre réseau. Une fois installée sur un profil Facebook, SpaceMob Huchon 2010 permet à chaque E-militant de connaître tous les événements animant la campagne régionale et de les partager avec ses amis en les publiant sur son profil. Il peut également gérer sa propre campagne à l’aide d’un tableau de bord personnel et recruter de nouveaux soutiens » explique t-elle dans un communiqué. « On a tiré les leçons de la dernière campagne de Barack Obama » explique Sébastien Piétrasanta, élu coordinateur de la campagne numérique de l’équipe Huchon 2010, « Internet est aujourd’hui un formidable outil d'organisation des militants et sympathisants tant "off" que "on" line. C’est pour cette raison que nous avons souhaité cette application qui agrège candidat, élu, militants et tous les citoyens disposant d’un compte Facebook. C’est un parfait complément sur Facebook  pour la Coopol, le réseau social du PS ».  En moins de trois jours, après son lancement, prés de 400 personnes l’avaient adopté afin de démultiplier des arguments auprès de leurs « ami » Facebook. « Les utilisateurs de Facebook disposant en moyenne de 150 amis dans ce réseau, ce sont donc par capillarité, des dizaines de milliers de citoyens-internautes qui pourront disposer  d’informations en temps réel ».