Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean paul ii

  • LA JOURNEE D’UN LOCALIER DE VANVES AVEC JEAN PAUL II

    La canonisation de Jean XXIII et de Jean Paul II  est le grand événement de ce dimanche de la Miséricorde qui suit le dimanche de Pâques dans le calendrier de l’église catholique. Quelques vanvéens sont présents au atican pour vivre sur place cet événement dont le pére Vincent Hauttecoeur, curé de Vanves. Occasion de rappeler une nouvelle fois que Jean Paul II est venu tout à côté de Vanves, au Séminaire Saint Sulpice d’Issy les Moulineaux lors de sa première visite en France, un certain Dimanche 1er Juin 1980 où l’auteur de ce Blog qui faisait ses premières armes de journaliste, a pu faire un reportage paru dans la Tribune Régionale, Point d’Appui, journal municipale de la ville d’Issy Les Moulineaux.

    Ainsi en ce dimanche 1er Juin, le pape Jean Paul II est arrivé du Bourget, dans un hélicoptére blanc et bleu qui s’est posé dans le jardin  intérieur grâce à un pilote expérimenté, mettant à mal toutes les fleurs avoisinantes à cause du souffle dégagé par les palmes, au grand dam du jardinier du séminaire. Il a été salué dés sa descente par le tout jeune maire André Santini, entouré par la municipalité, Mgr Delarue alors Evêque de Nanterre, le pére Castagné curé de Saint Etienne. Le Saint pére se vit remettre la médaille de la ville et signa le livre d’or de la ville. Déjà, beaucoup de ceux qui l’ont approché de prés à cette époque, étaient impressionné par son regard, l’attention aux autres que portait celui que l’on nommait « l’athléte de Dieu ». C’était bien avant l’attentat place Saint Pierre qui l’a affaiblit. 

    Très vite, il rejoignait la chapelle du séminaire, exacte réplique de celle du Château de Versailles où les 130 évêques de France l’attendait pour une réunion à huis clos de 2H (immortalisé par le photographe officiel du Vatican, un journaliste  de Paris Match et un modeste localier). Une réunion où il avait dressé un bilan sans complaisance de la situation religieuse en France, après les avoir interpellé au Bourget le matin même par cette question restée sans réponse : « France, fille ainée de l’Eglise es-tu fidéle aux promesses de ton baptême ? ».

    « La question fondamentale que nous devons nous poser, nous, évêques sur lesquels pése une responsabilité particulière en ce qui concerne la vérité de  l’Evangile et la mission de l’Eglise, est celle de la crédibilité de cette mission et de notre service ». Toutefois il remarquait « qu’on ne peut pas nier que l’Eglise en France ait entrepris, et entreprenne de grands efforts en vue d’atteindre ceux qui sont loin, surtout dans les milieux ouvriers et ruraux déchristianisés ». Il ajoutait alors : « On ne peut surtout pas oublier la très grande contribution de l’église et du catholicisme français dans le domaine missionnaire de l’Eglise par exemple, ou le domaine de la culture chrétienne. On ne peut pas accepter que ces chapitres soient clos ». 

    En dehors des photos et des discours, il reste un autre témoignage de cette réunion : les fauteuils utilisés par Jean Paul II, l’Archevêque de Paris Mgr Marty et quelques grands cardinaux, étaient ceux du Conseil Municipal de l’époque qu’André Santini avait accepté de prêter. Ils trônent maintenant dans la salle des mariages de l’hôtel ville (ex-salle du Conseil) avec une plaque rappelant le nom de ces éminences qui s’y sont assis. Mais ce n’est pas tout, car André Santini a joué un grand rôle pour que Jean Paul II sorte en voiture décapotable du séminaire pour traverser les rues d’Issy les Moulineaux où s’était amassée une foule très nombreuse. Il avait négocié pied à pied avec Mgr Marcinkus, célébre cardinal américain à la carrure de rugbyman qui était chargé de la sécurité du Pape et lui avait expliqué qu’il n’avait « aucune confiance dans les services de sécurité français ». Pendant ce temps là Jean Paul II rencontrait les représentants des autres cultes dont le grand rabin de France, Jacob Kaplan, puis les 130 séminaristes avec lesquels il a dîné.

    Cette négociation fut couronnée de succès. Il est vrai que la sécurité d’alors, n’avait rien à voir avec celle d’aujourd’hui, surtout après l’attentat de la place Saint Pierre. Le Saint Père apparaissait beaucoup plus accessible. Et quelle ne fut pas la surprise de l’un des officiers de police du commissariat d’Issy les Moulineaux de voir sa petite fille soulevée et embrassée par Jean Paul II pour le plus grand plaisir de la foule, lorsque le pape est repartit pour sa rencontre mémorable avec les jeunes au parc des Princes, en voiture décapotable à travers les rues d’Issy. La Papamobile n’existait pas encore. « Si le pape Jean Paul II n’avait pas élu par les cardinaux, il le serait, à l’unanimité par la population » déclarait alors André Santini devant les caméras des journalistes de France 2. Cette journée resterait à jamais gravée dans la mémoire de ceux qui ont vu,  approché de prés et même salué ce pape qui a marqué le monde de son empreinte, a rassemblé bien au delà de sa religion, et qui doit être béatifié dans deux jours à Rome. Jamais un localier aujourd’hui n’aurait pu réaliser ce reportage dans ces conditions et approcher d’aussi prés un pape, et surtout Jean Paul II… son regard impressionnant, son attention aux autres. Mais c’était avant les attentats, le terrorisme !

  • APRES LES FETES DE PAQUES A VANVES, LES VACANCES CONTINUENT

     

    Ce grand week-end « Pascal » a été fort calme contrairement à l’année dernière. Souvenez-vous de cet incendie du garage Vaysse, rue Marcel Martinie face au squatre Etienne Jarrousse le samedi 30 Mars. D’autant plus que les vanvéens sont partis en vacances dés le Vendredi Saint en prenant les quatre jours de cette semaine de vacances scolaires. Et le marché de samedi l’a bien montré, où il y avait bien moins de monde que le week-end précédent.

    Ce qui n’a pas empêché de nombreux vanvéens de participer aux différentes célébrations de ce week-end Pascal avec de nombreux temps forts : Le chemin de croix et la lecture de passion vendredi après-midi au prieuré Sainte Bathilde où les Bénédictines avaient rassemblés les communautés des Xavières et de Simon de Cyréne. La Vigie Pascale à Saint Remy samedi soir avec le baptême de la jeune Nina très émue après la liturgie baptismale lorsqu’elle a traversée la nef avec sa bougie pour ré-allumer toutes les bougies de l’assistance pour la rénovation de leur foi baptismale, apergée par des péres Hauttecoeur et Bouleau en mémoire de leur propre baptême. Elle avait commencé par la liturgie de la lumière dans la cour de la maison paroissiale autour d’un feu de bois puis d’une procession juste dans l’église St Remy plongée dans la noir éclairée par la lueur des bougies, et d’une longue liturgie de la parole menée avec Maestria par le pére Bouleau, avec la lecture de tous ces textes de l’ancien testament qui rappelaient certains souvenirs de cathéchisme à beaucoup. Et les vanvéens étaient tous aussi nombreux dimanche matin, pour les messes de Pâques.  

    Peu de rendez-vous sont prévus pour cette semaine de vacances : Expograph Vanves qui est en 1/2 finale de la coupe après sa belle victoire sur le terrain de l 'Apsap 94, un des ténors de la division d'honneur, par le score sans appel de 3/0, joue la demi-finale samedi 26 Avril à 15H au PMS André Roche, en espérant que « la pelouse être digne de cette 1/2 finale » selon Jean Royer, l’entraîneur et René Jeandonnet, le président de l’AS Expograph Vanves. L'équipe de Basket rencontrera le FC Mulhouse le soir à 20H au gymnase André Roche. Le lendemain, Dimanche 27 Avril, Vanves rendra hommage à 11H devant la stéle  du square de l’Insurrection, aux victimes vanvéennes du nazisme à l’occasion de la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation. Cette cérémonie sera prolongé par la célébration de Yom Hashoah à 19H à la Palestre organisée par l’ACCIV. Entretemps à 15H au PMS André Roche, l'équipe première defootball du stade de Vanves rencontrera  Neuilly Olympique.

    Pâques se prolongera quelque peu lors du dimanche de la divine miséricorde (Dimanche après Pâques) institué par Jean Paul II, avec la canonisation justement de ce dernier avec Jean XXIII par le pape François. L’abbé Vincent Hauttecoeur devrait être présent au Vatican pour ces deux canonisations. Le Foyer d’Accueil de Saint FrançoisFrançois-Xavier et Lucie Choutet, a prévu une soirée film le dimanche 27 Avril à 20H à Saint François « pour accompagner ce grand jour pour notre église, et découvrir la vie exceptionnelle de Jean XXIII » avec la diffusion du film de Guiorgi Capitani « le bon pape Jean XXIIII, le pape du peuple ».

  • VANVES ET LES PAPES : LE FUTUR JEAN XXIII EST VENU CONSACRER L’EGLISE DU PRIEURE DES BENEDICTINES

    Les communautés catholique, paroissiales et religieuses de Vanves, ont accueilli avec joie, l’élection de leur nouveau pape François 1er venu d’Argentine. Et ils l’ont exprimé dans leurs prières, lors des vêpres chez les sœurs bénédictines et lors des messes de ce week-end  tant au prieuré que les paroisses de Vanves dont l’une est bien sûr baptisée Saint François. « Après un Jean Paul II du « Nord » venu des pays de l’Est, voilà un « Jean Paul II du « Sud » venu d’Argentine, c'est-à-dire du continent où il y a le plus de catholiques aujourd’hui » confiait un paroissien persuadé que ce pape va autant marquer l’église que Jean Paul II, « déjà par son style ».

     

    Dans l’histoire de Vanves, aucun pape n’est passé par notre commune. Par contre tout d’abord, l’un d’entre eux, voilà 33 ans, a séjourné quelques heures à quelques centaines de métre de notre ville, au séminaire Saint Sulpice d’Issy les Moulineaux : Jean Paul II lors de sa première visite en France en Mai/Juin 1980, pour y rencontrer les évêques français. Un parc qui porte son nom rappelle ce souvenir. Ensuite, un futur pape, Mgr Rocalli (Jean XXIII) qui devait être nonce apostolique à Paris à cette époque,  est venu consacrer l’église du prieuré Sainte Bathilde en 1949, remplaçant au pied levé Mgr Suard qui avait, parait il, rejoint le seigneur.