Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupement economique de vanves

  • LE PRESIDENT D’HONNEUR DU GROUPEMENT ECONOMIQUE DE VANVES MET LES PIEDS DANS LE PLAT !

    Alors que Philippe Buffet a démissionné du poste de président du GEV (Groupement Economique de Vanves) au début du mois du Commerce, à peine 6 mois après son élection, quelques commerçants et artisans se posent des questions sur son devenir. Il est vrai que ce n’est pas la première association de commerçants dans les Hauts de Seine à disparaître pour de multiples raisons : le développement des franchisés qui  n‘y voient aucun intérêt, le manque de liens et de solidarité entre tous ses commerçants et artisans à cause du « chacun pour soi » qui touche tous les corps de métiers, surtout en ces temps de crise, et une reprise en main par les municipalités des animations commerciales qui ne veulent plus être embêtées par des électrons libres.

     

    C’est la raison pour laquelle, depuis l’annonce de cette démission, c’est « silence radio » de tous côtés. Sauf chez Serge Helbert, président d’honneur du GEV, qui a signé un courrier envoyé aux membres du Conseil d’administration et aux adhérents pour s’étonner de l’absence de réactions depuis l’annonce de la démission du président Buffet. D’autant plus que la nouvelle équipe élue était prête à s’investir avec beaucoup d’idées, et pour certains de leurs supporters, en faisant preuve d’un formalisme un peu poussé concernant le fonctionnement d’une association. Et l’ex-président du GEV de renvoyer la balle : « Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que notre association est en déliquescence. Il est donc urgent que le bureau prenne l’initiative de réunir un conseil d’administration pour prendre des décisions et préparer la prochaine assemblée générale pour proposer soit la mise en sommeil de l’association, soit sa dissolution ». Et de rappeler que « notre associations fonctionne avec de l’argent public (Municipalité, Conseil Général, FISAC) et les cotisations des adhérents. Il est donc important de justifier l’emploi des fonds restant. Le dernier président et trésorier élus en sont responsables devant les adhérents et les administrations » écrit il. 

     

    « Force est de constater que l’association ne survit que par le travail de Carine Jamet que Bernard Gauducheau maire de Vanves a mis au service des commerçants et artisans de Vanves. Mais ce soutien, montre le manque de cohésion et de liens entre les commerçants, ce qui est important vis-à-vis des consommateurs. En cette période économique, je ne suis plus que jamais convaincu qu’il faut travailler ensemble, le rempli sur soi est l’ennemi du petit commerce indépendant » explique t-il en rappelant qu’en 2011 le GEV comptait 60 adhérents à jour de cotisation, qu’à Noêl 2011, 40 vitrines ont décoré. « Qu’en sera t-il pour Noêl 2012 ? » demande t-il en listant d’autres propositions faites par la nouvelle équipe ou de bonnes volontés comme cette idée de rapprochement du GEV et du Stade de Vanves.  

  • ETONNANT PASSAGE DE RELAIS AU GROUPEMENT ECONOMIQUE DE VANVES !

    Vanves l’a échappé belle ! Il n’y aura pas deux associations de commerçants comme certains auraient pu le craindre : Le GEV (Groupement  Economique de Vanes) et l’ACAV(Association des Commerçants et artisans de Vanves). Tout simplement parce que, contrairement à ce que pensait la « dream Team » du « quartier de la Gare », le bureau sortant du GEV n’a fait aucune difficulté à la réunion du Conseil d’administration le 28 Mars dernier, pour que ses animateurs prennent le relais en annonçant faire, comme d’habitude, dans ce cas là, table rase du passé, en leur souhaitant beaucoup de plaisir  

     

    Comme prévu, et contrairement à ce que craignait cette « dream team », Francine Aurand, présidente du GEV, a confirmé son intention de céder sa place. D’autant plus qu’il y avait des candidats (pour une fois) qui ont été élu, contrairement à l’habitude au GEV, par bulletin secret, vu le manque de confiance qui régnait du côté des instigateurs de soi disant coup de force  : Philippe Buffet (Croque Midi), Président, Valérie Habert (Moulin des Lavandières) trésoriére  et Janine de Normandie (Agence OGIM) secrétaire. Francne Aurand a déclaré sa satisfaction de voir une nouvelle équipe prendre le relais, en rappelant tout de même que la fonction de présidente du GEV, et l’animation de cette association, est assez lourde comme elle a pu s’en apercevoir au fil de ses 6 ans de présidence et 4 de vice-présidence.

     

    Ce qui ne l’a pas empêché d’avoir beaucoup de satisfaction tout au long de ces années, le maire ayant remercié sa présidente (et ses adhérents)  pour son engagement en lui remettant l’ordre National du Mérite (tout de même). Contrairement à ce que pensait la nouvelle équipe, elle n’a pas du tout cherché le conflit en s’attachant à son poste, comme elle l’avait d’ailleurs annoncé dés l’Assemblée Générale, ce qui les a beaucoup surpris. Bien au contraire, car elle va pouvoir se consacrer à faire vivre ce petit éditeur indépendant « Au bout de la rue » Berthelot qui va jusqu’à intéresser des revues littéraires ukrainiennes avec sa collection « Detectivarum »   

     

    Cette nouvelle équipe n’a pas caché ses intentions dans un document qui a circulé dans la ville ses dernières semaines et confirmé lors de la réunion du 28 Mars dernier : Transformation du nom du GEV en ACAV, refonte des statuts qui nécessiteront une Assemblée Générale  Extraordinaire, bureau réorganisé avec 3 chefs de quartiers dont deux ont déjà été nommé – MM Turpeau (Crédit Mutuel) et Laurent Boscher (Ty Coif et Métamorphoses) pour le Plateau, MM Jocou (Auto Ecole) et Crépineau (Café de la Gare) pour la gare, personne pour l’instant pour Saint Remy -  des responsables informatique, communication, relations internes,  cotisation revue (et augmentée malheureusement), révolution dans les actions avec des événements annuels, une grande fête des lavandières au parc F.Pic, « Diners concerts » de Panopée…

     

    Enfin, grâce à ce changement de bureau, la ville devrait avoir moins de difficuilté pour intégrer le « mois de Commerce » lancé à l’automne 2011 dans les actions menées par le GEV, mais ce dernier point n’est (curieusement) pas indiqué dans le programme de cette nouvelle équipe, alors que c’est peut être le plus important !   

  • LE GROUPEMENT ECONOMIQUE DE VANVES A LA CROISEE DES CHEMINS 22 ANS APRES SA CREATION !

    Le GEV s’est réunie mardi dernier au Club Murillo pour tenir sa 22éme assemblée générale. Pendant près de 2H, ses membres ont pu échanger sur le devenir de cette association en présence du maire de Vanves qui a expliqué son action en matière commerciale, suite à l’ouverture réalisée ou annoncée de nouveaux commerces

     

    L’assemblée Générale du GEV a donné l’occasion au maire d’expliquer son action en matière de commerce dans une ville qui est devenue attractive. « Elle attire notamment des familles parisiennes – 20 000 habitants ont changé en 10 ans soit 70% de la population vanvéenne – 15 projets immobiliers sont en cours réalisation dans une commune qui a modifié son PLU en donnant quelques possibilités et facilités d’extension aux propriétaires de  pavillons notamment, de constructions nouvelles aux promoteurs immobiliers, de façon raisonable. Et ces familles qui arrivent sont des clients (potentiels) » a expliqué Bernard Gauducheau en parlant des nouveaux commerces et des projets comme la transformation de la brasserie Tout Va Mieux fermé depuis plusieurs années en restaurant italien et son extension dans les locaux du pressing automatique qui a déménagé à côté du café Le Bistroquet. L’ouverture de Picard rue J.Bleuzen  qui a battu les records de ventes en Ile de France le jour de son ouverture avec 500 clients: « On s’est battu pour avoir Picard alors que le promoteur avait payé à prix d’or une société spécialisée pour chercher un commerçant, et pas seulement pour éclairer la rue » a expliqué le maire alors que la présidente du GEV Francine Aurand rapportait que beaucoup de vanvéens consdérent que ce nouveau magasin éclaire et anime la rue le soir.

     

    « Nous faisons le travail de négociation alors que ce n’est pas notre rôle. On s’est battu pour éviter d’avoir un « G20 », mais plutôt un petit « Carrefour Express » à la place du Vidéo club à l’angle des rues de la République et Antoine Fratacci, ce qui ne devrait pas déranger Franprix selon ses patrons,  pour obtenir un magasin Bio place d e la République. Nous travaillons la rue Raymond Marcheron pour caser quelques commerces (notamment une boulangerie) » a-t-il expliqué en ayant constaté l’arrivée d’une nouvelle génération de commerçants qui s’installent, ont envie de travailler et de réussir… Tout en rappelant la dérogation « FISAC » permettant d’allonger d’un an supplémentaire l’aide aux rénovations des commerces, l’amélioration de la signalétique, l’aménagement d’un second parking sous les écoles du centre –îlot Cabourg) qui a permis « de relancer le marché, de lui permettre de retrouver son attractivité  parce qu’on a facilité le stationnement tant des professionnels que de leurs client qui reviennent »

     

    Cette assemblée générale du GEV a suscité énormément d’échanges entre ses membres, avec comme d’habitude dans toute réunion, l’adhérent qui joue le pinailleur, le procédurier en empêchant la présidente de mener à un « bon train » l’ordre du jour. Ce qui a étonné certains membres, car ce nouvel adhérent exerce tout de même à Vanves depuis 10 ans, et personne à Vanves ne peut l’ignorer depuis qu’il a fêté en grande pompe avec tout le landerneau politique cet anniversaire voilà quinze jours… Il a quelque peu oublié un peu trop vite le fonctionnement convivial d’une association où tous ses adhérents se font confiance,  alors que certains d’entre eux essaient d’animer (difficilement). Ce qui ne l’empêchait pas de constater avec interrogation qu’elle ne réunissait que « 50 membres sur 200 ». Ce qui lui valut cette réponse : « Beaucoup nous ont répondu que cela ne les intéressaient pas ! ». En dehors de l’hostilité de quelques uns vis-à-vis du GEV qui ne veulent rien entendre « beaucoup ont le nez dans le guidon, à cause de la crise et des difficultés rencontrées à faire vivre  le commerce de proximité » confiait un participant.     

     

    En 22 ans, le GEV a essayé difficilement de fédérer les commerçants, de développer une animation commerciale comme ce fut le cas  en 2011, avec la fête des méres, le Vide Grenier du Plateau en regrettant que les commerçants du quartier restent fernés ce jour là (eh oui !), le mois du Commerce de proximité « avec plus de 140 commerçants qui ont joué le jeu, chaque quartier ayant été mis à l’honneur grâce à des animations et des jeux » comme l’a constaté Francine Aurand, l’animation de Noêl avec les décorations de vitrines à laquelle ont participé 40 commerçants, le Marché des Terroirs. Elle a parlé de la subvention versé par la ville (5000 €), de la convention ville deVanves-CCIP 92 avec le manager de centre ville qui était présente avec Alain Toubiana, conseiller municipal délégué aux commerces, marché, entreprises. 

     

    C’est à ce moment là que les échanges se sont développés sur le fonctionnement de cette association, sur le conseil d’administration incomplet auquel cette réunion a permit de remédier, avec des réunions semestrielles à défaut de pouvoir les faire tous les mois, les rentrées difficiles des cotisations car il faut aller jusqu’à solliciter sur place certains membres (lorsque ses responsables ont le temps), et surtout  le site internet qu’il faut faite vivre pour le rendre attrayant. « Cela vaut la peine de vous réunir, pour redéfinir vos missions, profiter de ces débats pour aller plus loin » a déclaré le maire en précisant « que si la ville apporte son soutien en tant que partenaire, pas question pour elle de se substituer à vous. C’est à vous de vous donner les moyens d’être dynamique »