Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

artisans

  • RETOUR SUR LE BUDGET 2014 DE VANVES (Suite) : LA VILLE MANAGER DU DEVELOPEMENT ECONOMIQUE

    Le Blog continue à lire le budget 2014 de la ville de Vanves avec le Commerce et l’artisanat qui font l’objet pour cette nouvelle mandature d’une délégation attribuée à un maire adjoint, alors qu’auparavant, son titulaire qui n’a pas changé, n’était que conseiller municipal délégué. Mais il y a eu une victime : Le GEV (Groupement Economique de Vanves) qui a disparu, ce qui a arrangé finalement tout le monde, les commerçants démobilisés et la ville qui souhaitait maîtriser l’ensemble des animations, avec notamment une Manager du Commerce, dont le rôle ne s’arrête pas là bien sûr ( travailler sur le paysage commercial de la ville en étudiant les implantations de novueaux commerces, rechercher des enseignes qui viendraient enrichir le paysage économique de la ville….) grâce à un partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie des Hauts de Seine. Il faut rappeler qu’en 2013/14 se sont ouvert  une crêperie « la Girafe », un magasin de vêtements branché « Vanves en Poup ‘ », un restaurant « Soan » presqu’en face du centre Albert Gazier, une parapharmacie à côté de chez Picard, et un salon de coiffure ( le plus petit de Vanves) place du Val (De Lattre de Tassigny) a changé de patron. Et qu’en 2014, le restaurant « L’envie des Mets » a changé de propriétaire suite au décés de Patrick Philippe, et les patrons de l’Amandine chercheraient à vendre.

    Le service Développement Economique ne dispose que d’un budget fonctionnement de 51 000 € ( - 4,70%). « Sans association de commerçants, la ville souhaite aider et accompagner les commerçants en les valorisant grâce à des manifestations qui seront mises en place tout au long de l’année et touchant ainsi tous les corps de métier » indique le document budgétaire en parlant bien sûr du Mois du Commerce qui « reste l’action financière marquante sur le budget global », avec  « la poursuite de l’animation au profit des commerçants et la mise en place d’un plan de communication fort et déployé ». A ce propos, le service du développement économique pourrait s’inspirer de ce que vient de lancer l’association des commerçants, artisans et prestataires de services de Meudon : Elle a distribué via la revue municipale le premier chéquier shopping avec bon de réduction chez chaque participant. Enfin, un travail sur la signalétique commerciale et la mise en place d’un mobilier urbain répondant aux attentes des commerçants sera réalisé.

  • LE PRESIDENT D’HONNEUR DU GROUPEMENT ECONOMIQUE DE VANVES MET LES PIEDS DANS LE PLAT !

    Alors que Philippe Buffet a démissionné du poste de président du GEV (Groupement Economique de Vanves) au début du mois du Commerce, à peine 6 mois après son élection, quelques commerçants et artisans se posent des questions sur son devenir. Il est vrai que ce n’est pas la première association de commerçants dans les Hauts de Seine à disparaître pour de multiples raisons : le développement des franchisés qui  n‘y voient aucun intérêt, le manque de liens et de solidarité entre tous ses commerçants et artisans à cause du « chacun pour soi » qui touche tous les corps de métiers, surtout en ces temps de crise, et une reprise en main par les municipalités des animations commerciales qui ne veulent plus être embêtées par des électrons libres.

     

    C’est la raison pour laquelle, depuis l’annonce de cette démission, c’est « silence radio » de tous côtés. Sauf chez Serge Helbert, président d’honneur du GEV, qui a signé un courrier envoyé aux membres du Conseil d’administration et aux adhérents pour s’étonner de l’absence de réactions depuis l’annonce de la démission du président Buffet. D’autant plus que la nouvelle équipe élue était prête à s’investir avec beaucoup d’idées, et pour certains de leurs supporters, en faisant preuve d’un formalisme un peu poussé concernant le fonctionnement d’une association. Et l’ex-président du GEV de renvoyer la balle : « Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que notre association est en déliquescence. Il est donc urgent que le bureau prenne l’initiative de réunir un conseil d’administration pour prendre des décisions et préparer la prochaine assemblée générale pour proposer soit la mise en sommeil de l’association, soit sa dissolution ». Et de rappeler que « notre associations fonctionne avec de l’argent public (Municipalité, Conseil Général, FISAC) et les cotisations des adhérents. Il est donc important de justifier l’emploi des fonds restant. Le dernier président et trésorier élus en sont responsables devant les adhérents et les administrations » écrit il. 

     

    « Force est de constater que l’association ne survit que par le travail de Carine Jamet que Bernard Gauducheau maire de Vanves a mis au service des commerçants et artisans de Vanves. Mais ce soutien, montre le manque de cohésion et de liens entre les commerçants, ce qui est important vis-à-vis des consommateurs. En cette période économique, je ne suis plus que jamais convaincu qu’il faut travailler ensemble, le rempli sur soi est l’ennemi du petit commerce indépendant » explique t-il en rappelant qu’en 2011 le GEV comptait 60 adhérents à jour de cotisation, qu’à Noêl 2011, 40 vitrines ont décoré. « Qu’en sera t-il pour Noêl 2012 ? » demande t-il en listant d’autres propositions faites par la nouvelle équipe ou de bonnes volontés comme cette idée de rapprochement du GEV et du Stade de Vanves.  

  • SECURITE A VANVES : SENSIBILISATION DES COMMERCANTS

    Cette semaine début à Vanves par une réunion sur la sécurité à destination des comerçants et des artisans, avec la commissaire de police de Vanves. Le but de cette rencontre est « de nous retrouver en présence de Madame le Commissaire afin de dresser un bilan et de débattre ensemble des moyens de remédier à la recrudescence de certains actes tels que les vols à main armée... »comme l’écrit le maire dans sa lettre d’invitation. La ville relaie une campagne lancée au printemps par la Préfectuire des Hauts de Seine avec les deux chambres consulaires (Commerce et Industrie, des Métiers).

     

    «  La lutte contre les vols sous toutes ses formes dont certains visent particulièrement les commerçants et artisans, sont l’un des 5 objectifs poursuivis par la police d’agglomération à Paris et en petite couronne depuis sa mise en place. Et cela depuis que les braquages touchent surtout des petits commerçants qui n’ont pas idée d’être attaqué un jour par des amateurs pour de petites sommes » indiquait Patrick Strzoda Préfet des Hauts de Seine en citant quelques chiffres rassurant : Si les braquages ont augmentés en 2009, ils ont baissé de 29,33% en 2010 soit une diminution de 75 à 53 faits. Les vols avec armes blanches ou par destination sont passés de 12 à 9 faits. Par contre les vols avec violence sans arme sont passés de 14 à 15 faits, et les vols à l’étage ont augmentés de 20,57% en passant de 763 à 920 faits. Les magasins les plus touchés sont les petits commerces (magasins d’habillement, d’alimentation), les petites surfaces commerciales (superette/épicerie), les bars-tabacs, les banques, les boulangeries, les pharmacies, les bijouteries, les parfurmeries… La moitié des vols à l’étalage sont commis notamment à la Défense, Nanterre, Courbevoie, La Garenne Colombes, La Défense, Neuilly, Puteaux, Suresnes, Rueil. Et comme  beaucoup de braquages s’effectuent sur certains itinéraires fréquentés par ses auteurs, des contrôles sont effectués par la police notamment des gros scooters.

     C’est pourquoi, deux ans après une première campagne, les deux chambres consulaires se sont mobilisés avec la préfecture pour la relancer à travers plusieurs actions concrètes d’informations, de préventions, de sensibilisation : Tout d’abord un autocollant « artisans, commerçants, pensez à votre sécurité » édité à 22 000 exemplaires que les artisans et les commerçants recevront par le biais du journal de la CMA92 et lors des réunions d’informations de la CCIP92. Ensuite la désignation de correspondants – manager de centre ville dans 28 communes sur 36 qui ont réalisé beaucoup de réunions d’informations avec  les associations de commerçants,  officiers de prévention dans les commissariats afin d’être à l’écoute et mener des actions comme ce fut le cas à travers 6500 contacts…