Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

économies

  • BUDGET 2016 DE VANVES A LA LOUPE : DES ECONOMIES DRASTIQUES

    Le Blog revient sur le budget 2016 de Vanves qui a été voté la semaine dernière par le conseil municipal. Il se monte à 41,50 M€ en fonctionnement et à 11,67 M€ en investissement. Il est marqué, comme l’année dernière par des économies drastiques, même si elles sont moins spectaculaire que la suppression du feu d’artifice, et qu’elles n’ont pas empêché d’augmenter les impôts locaux de 3%.

    Elles touchent surtout les charges de gestion courante à hauteur de 590 000 € - « c’est la baisse la plus importante depuis au moins 15 ans hors transfert de compétence à l’intercommunalité » selon le maire. Et dans une moindre mesure les charges de personnel qui se montent à 22 699794 €, soit 64,57% du fonctionnement avec une progression de + 83,46 k€ (+0,37%) « Les charges de personnel qui représentent les deux tiers de nos dépenses de fonctionnement ont connu leur plus faible évolution depuis 2001 (hors effet intercommunalité). Ce résultat est du à diverses réorganisations de service ayant entraîné des suppressions de poste ainsi qu’à une vigilance sur certains éléments variables tels que les heures supplémentaires, le recours aux vacataires ou aux intermittents. Ainsi alors qu’habituellement les évolutions des frais de personnel étaient de 400 à 600 000€ supplémentaires par an, l’augmentation ne dépassera pas 85 000 € en 2016 » indiquait Bernard Gauducheau lors du débat budgétaire

    Pour voir les économies effectuées cette année il faut examiner les dépenses de gestion courante (8 844 567 €) qui sont certes importantes, car pour la première fois elles comprennent un versement du Fonds de Compensation des charges territoriales (FCCT) estimé à 6 386 000 € et reversé à GPSO, résultat de la création de la MGP qui a complexifié la gestion financière des collectivités qui la composent. Mais il faut prendre en compte la somme de 2 458 000 € (-8,87%) en diminution de 239 999 €. Et les dépenses à caractère générale ( 7 912 600 €) qui permettent aux services municipaux de fonctionner et d’assurer l’entretien du patrimoine de la ville, même si certains services bénéficient d’une augmentation : la restauration scolaire (+70,93 k€) du fait de l’augmentation des tarifs et l’ajustement du nombre des repas au nombre d’élèves, le domaine public (+37,87 k€) en raison de l’augmentation du nombre de reprises sur concession dans le cimetière et de l’entretien planifié des statues du patrimoine communal ; la sécurité (+24,44 K€) à cause des frais de sécurisation du parc des expositions lors des grands salons ; l’urbanisme (+8 k€) dans le cadre de la mission d’assistance confiée à Seine Ouest Aménagement pour la consultation à engager sur la mutation de l’emprise de l’ancien conservatoire de musique ; les sports (+2,79 K€) en raison d’un contrat de location de 4 auto-laveuses et travaux d’élagages

    Ses augmentations de charges ont été largement compensés par des réductions de crédits d’une forte ampleur dans différents secteurs :
    - Enfance/Education (-265 000 €) : Annulation des classes de découverte et séjours dans des centres de vacances afin de recentrer ses activités sur la Féclaz (-128 000 €), nouvelle formule des NAP dégageant prés de 137 000 €, et ajustement des dépenses obligatoires pour les enfants scolarisés en dehors de la commune
    - Culture ( - 39 020 €), le service de la Vie Artistique continuant de ré-aménager sa programmation en adéquation avec les contraintes budgétaires et de réduire ses crédits de – 44 900 €, même si la bibliothéque connait une augmentation de +5 880 € parce qu’elle achète des livres numériques intégralement remboursés dans le cadre de la convention de partenariat que la ville a signé avec Hachette Livres jusqu’en 2017
    - L’animation locale (-29780 €) répartie entre le protocole (-16 720 €), la participation locale (-8 000€), le PHARE (-11 260 €). La formule inaugurée en 2015 des vœux pour le personnel communal a permis de dégager des économies, sachant que d’autres seront réalisées sur les frais de réception, le budget Quartier en Fêtes, le coktail des Présidents, la fête de la musique étant supprimée.
    - La communication (-26 420 €) grâce à un recalibrage des campagnes de communication, une limitation du nombre de supports imprimés
    - l’ESCAL (-25 920 €) avec le pôle « Enfance-Adolescents-Parentalité » qui privilégiera les activités directement réalisées par l’équipe permanente. Les ateliers non complets à la Rentrée 2016 seront supprimés
    - le pôle 17/235 ans (-5 970 €) du fait essentiellement d’une réduction de certaines activités pour des raisons de sécurité liées au contexte d’état d’urgence
    - Commerces et artisanat (-8 000 €) avec une réduction des animations de rues.

    Ces baisses touchent les fluides (-94 000 €) grâce à une vigilance efficace portée par les services de la ville, les charges de copropriétés/loyers ( - 47 840 € ), l’entretien (- 26 450€), les achats (-4 850€), la santé (-3700 €), l’intergénération (-3 380 €), la petite enfance (-2 760 €), l’hygiéne-sécurité (-2 550 €) et le Secrétariat Général (8500 €), les indemnités d’élus ( - 17 000 €)puisqu’il y a deux adjoints en moins, avec - 40 000€ sur l’enveloppe des subventions aux associations et – 170 000 € sur la subvention d’équilibre du CCAS.

  • VANVES PAR LE PETT BOUT DE LA LORGNETTE

    ECONOMIES : Les économies décidées par la ville à hauteur de 430 800 € dans son budget 2015 vont être très visibles  durant cette fin de premier semestre 2015 car elles touchent notamment les  secteurs de la communication et de l’animation. Ainsi il n’y aura pas  de feu d’artifice (économies de -25 000 €), le bal du 14 Juillet  sera reconfiguré et déplacé place de la République (-12 5600 €),   le nombre de spectacles et de concerts sera diminué notamment dans  le festival Aires de Fêtes (-3000 € ) qui se recentrera autour des Arts de la rue et des Musiciens amateurs locaux pour la fête de la musique, mais aussi la programmation artistique du village des terroirs (-2500 €), le concert des jeunes artistes vanvéens (-1650 €) qui est annulé . Plusieurs projets dans  le cadre du Jeumelage  sont reportés notamment les voyages solaires d’une classe de St Ex à Ballymoney et d’une autre de Michelet à Lehrte, et les échanges avec Rosh Ha Ayin, notamment le projet d’échange musical projet ambitieux datant de 2013 plusieurs fois reporté suite au contexte international et au changement d’équipe lors des dernières élections municipales à Rosh Ha Ayin (Concerts avec la Cie Escarboude, réalisation d’un documentaire et envoi de 15 éléves du Conservatoires). CE qui n’empêchera pas la présence de délégations artistiques des 3 villes jumelles (Lehrte, Ballymoney et Rosh Ha Ayin lors de l’inauguration du nouveau conservatoire de musique les 19-20-1 Juin prochain.

    RETARDS ET DECEPTIONS : Il se pourrait bien que les travaux  de reconstruction de la tribune du terrain d’honneur avec sa transformation en terrain synthétique, prennent un an de retard, notamment pour des raisons d’économie dans les investissements de la ville, et d’ajustements à réaliser dans le projet.  Ainsi « le projet d’installation de poteaux de rugby amovibles sur le terrain d’honneur a malheureusement été refusé » a constaté le président de la section rugby du Stade Vanves, Laurent Cazenave-Lacroutz. « Par ailleurs, le projet de rénovation des terrains du lycée Michelet ne prévoyant pas de terrain de rugby avec poteaux, je suis au regret de vous annoncer qu’il n’y aura donc sûrement jamais de match de rugby en compétition sur Vanves. Nous continuerons donc à jouer tous nos matchs à l’extérieur (sauf quelques matchs amicaux joués par la section rugby à Vanves) » regrette t-il. Difficile de faire du rugby à Vanves

    VOITURES ELECTRIQUES : Comme la législation sur le droit à la prise applicable  pour la recharge des voitures électriques et hybrides dans les parkings des immeubles d’habitations neufs  étaient centré sur les copropriétés,  Isabelle Debré, Vice-Présidente du Sénat, a posé une question écrite à Ségolène Royal, ministre de l’écologie et du Développement durable  pour que la position du Gouvernement soit éclaircie concernant les 4, 5 millions de logements HLM :  « Le décret n° 2011-873 du 25 juillet 2011, pris pour l'application de l'article 57 de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, fixe notamment les dispositions nécessaires à l'installation d'équipements électriques permettant la recharge des véhicules électriques et hybrides dans les parcs de stationnement des bâtiments d'habitation et de bureaux. Il prévoit l'équipement des bâtiments neufs dont la date de dépôt de la demande de permis de construire est postérieure au 1er janvier 2012 et des bâtiments existants à compter du 1er janvier 2015 dès lors qu'ils sont dotés d'un parc de stationnement bâti clos et couvert d'accès réservé aux seuls occupants des places de stationnement et aux salariés. Or, une part non négligeable des locataires sont logés dans des habitations à loyer modéré (HLM) qui ne disposent pas, en règle générale, de parcs de stationnement bâtis clos et couverts mais uniquement de places de stationnement en pied d'immeuble. Le développement des véhicules électriques et hybrides étant un des objectifs de la transition énergétique, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement entend mettre en œuvre afin de favoriser la réalisation d'installations dédiées à la recharge pour le stationnement de surface, en particulier près des HLM »

  • LE BUDGET DE VANVES EN 2015 : DES ECONOMIES DRASTIQUES POUR EVITER UNE HAUSSE FISCALE

    Pour preuve que la vie a continué à Vanves durant cette campagne, la ville a même voté son budget entre les deux tours, alors que toutes les autres ont réuni leur conseil municipal cette semaine ou la semaine prochaine, pour éviter de gêner les candidats, d’autant plus, ceux de leur majorité. Même le Conseil Communautaire de GPSO prévu le 26 Mars a été reporté au 8 Avril. Ainsi ce budget de 35,5 M€ en fonctionnement et de 14,8 M€ en investissement a été voté le mercredi 25 Mars par un conseil municipal presqu’au complet, avec beaucoup de vanvéens dans le public, malgré la campagne électorale. La question était de savoir comment la majorité municipale avait bouclé son budget dans un contexte très difficile pour les collectivités locales, en évitant d’augmenter les impôts locaux mais en faisant des économies drastiques sur un total de 500 000 €

    Bernard Gauducheau (UDI) maire  et Anne Laure Mondon (PS), présidente du groupe PS se sont livré à un affrontement oral, le premier avec une critique en régle des mesures gouvernementales et sur ces conséquences « particulièrement dommageable » sur les collectivités territoriales, l’Etat leur imposant « la pire période de rigueur depuis l’existence de la décentralisation » ;  la seconde avec un soutien à ces mesures en expliquant : « vous ne parvenez que mal à faire croire que le gouvernement assèche les collectivités locales, quand on sait le sort que la droite leur réserverait si elle était encore au pouvoir ». Un exercice qu’ils avaient commencé à effectuer lors du débat sur les orientations budgétaires début Février. Avec au milieu les deux élus EELV et FG/PC : « A la lecture du budget, on voit bien que la difficulté de Vanves est d’être une ville intermédiaire, entourée par des villes plus privilégiées, mais finalement considérée comme riche parmi d’autres plus riches » a déclaré Lucile Schmid (EELV) qui a salué le travail d’économies : « Les vanvéens ne s’en pas encore aperçus, et ils s’en rendront compte avec la suppression du feu d’artifice ». Boris Amoroz (FG/PC)a repris son antieme sur la réduction du budget, des services publics… « C’est un démantèlement de la France à laquelle on assiste… avec des décisions difficiles pour Vanves » 

    Point n’est besoin de revenir sur les conséquences à Vanves d’une diminution de la DGF qui  entrainera une perte de 750 000 € par rapport à 2014,  à l’augmentation des dépenses de péréquation avec une hausse de 150 000 €, des charges comme celles dues  « à l’inutile réforme des rythmes scolaires » dont le coût net sera de 300 000 € en 2015. « Au total, c’est plus de 2 470  000 € de dotations supprimées, de charges imposées que nous avons dû subir dont 88 % à compter de l’année 2013 » a expliqué le maire en ajoutant « qu’il  est clair que la poursuite de ce rythme infernal prévu pour les deux années qui viennent nécessitera des choix majeurs et de nécessaires arbitrages pour assurer la continuité et la qualité du service sur nos missions prioritaires ». Ce à quoi, Anne Laure Mondon lui a répondu : «  Certes la commune doit participer, comme toutes les collectivités à l’effort financier nécessaire à la réduction du déficit, mais vous ne pouvez occulter que les choix qui ont été les vôtres, et ceux de votre majorité, ces dernières années ne sont pas sans conséquences sur la réduction de marge de manœuvre et la nécessité de   concentrer ce budget sur les actions prioritaires de la commune.  La hausse des emprunts et des charges financières ces dernières années entraînant une diminution de l’autofinancement et de l’épargne nette sont en effet également largement responsables de la situation ». 

    DES ECONOMIES POUR 480 300 €

    Bernard Gauducheau et Bertrand Voisine, son adjoint aux finances ont expliqué les choix effectués par l’équipe municipale : La stabilité fiscale,  la conservation  pour l’ensemble du personnel communal des mêmes conditions de travail. Ils ont demandé « qu’aucune économie ne soit faite sur les régimes indemnitaires et les évolutions de carrière » ; l’adaptation de l’offre de service à un contexte déjà dégradé tout en préparant  « le choc qui nous attend sur les exercices à venir »,  grâce à des économies de fonctionnement « tout en préservant la qualité de service et les secteurs qui participent plus directement à la solidarité et au lien social ». Ainsi « les économies de fonctionnement réalisées ont porté sur environ 480 300 € prioritairement dans les secteurs de la communication, du protocole, de l’animation, de la culture, des prestations techniques sur nos bâtiments. En revanche les secteurs sociaux, éducatifs, jeunesse et prévention ont été préservés, ainsi qu’un niveau de soutien au monde associatif tout à fait satisfaisant malgré le contexte difficile » en  privilégiant les associations les plus impliquées dans le maintien du lien social. Les arbitrages les plus lourds ont été effectués en investissement  avec des reports de programme « puisque nos opérations d’équipement en 2015 concerneront surtout des travaux de gros entretien du patrimoine et des acquisitions foncières liées au secteur Briand ». L’opération la plus notable sera l’aménagement des locaux du 34/36 rue Jean Bleuzen qui accueilleront le CMP ERASME, la Croix Rouge et  l’équipe de prévention spécialisée. « Cette opération illustre parfaitement nos priorités actuelles : l’éducation, la solidarité, la jeunesse ».

    « Si la commune est si « étranglée », comme vous semblez le dire, nous ne doutons pas que des marges sont encore possibles notamment au niveau de la communication où la réduction du « Vanves Infos » de quelques pages vous permettrait encore de communiquer suffisamment sur vos actions et celles des acteurs de notre ville ainsi qu’au niveau du budget du protocole de 61.600 € qui pourrait être revu à la baisse en mutualisant certaines cérémonies pour n’en faire qu’une. Par ailleurs nous sommes certains que beaucoup d’élus présents ce soir seraient prêts à se passer de tablettes tactiles pour voir réorienter la dotation parlementaire de 60.000 € vers le financement du feu d’artifice pour 2 à 3 ans… » a répondu Anne Laure Mondon en ayant pris quelques  exemples : « L’augmentation prévue cette année pour la contribution de Vanves au FSRIF (Fonds de Solidarité des communes de la Région Ile-de-France) et au FPIC (Fonds de Péréquation Intercommunal) représente 152.260 €, Rappelons à titre de comparaison que cette année la baisse du secteur communication dans le budget représente elle 200.000 €… » 

    LES ECONOMIES REALISEES

    ENFANCE ET EDUCATION :   Réduction du nombre de séjours, pas de spectacles de Noël pour les écoles maternelles et diminution des prestations de lingerie,  et nouveau marché concernant les couches pour les créches qui permettra de faire des économies importantes, réduction de la participation communale à la scolarisation dans les établissements privés

    ESCAL : Il fera davantage appel à des prestataires extérieurs et le séjour de Juillet est supprimé pour une autre formule de type mini-séjour

    SPORTS : Suppression des stages d’hiver et d’été

    ANIMATIONS : Pas de feu d’artifice, un bal du 14 Juillet reconfiguré, une diminution du nombre de spectacles et de concerts.

    JUMELAGES : Plusieurs projets sont reportés notamment les voyages solaires, et les échanges avec Rosh Ha Ayin

    COMMUNICATION  : Un numéro de VI a été supprimé et l’ensemble des supports a été recalibré

    SERVICES TECHNIQUES : Les économies ont été ventilées entre les Espaces Publics, le Garage municipal, les bâtiments notamment sur les fluides

    CULTURE : La vie artistique voit ses crédits réduits de 44 000 €. Une nouvelle orientation devrait être donnée à la programmation. IL se pourrait même que le festival ArtDanthé (dont J.Alfarroba serait propriétaire du titre) disparaisse ou soit réduit à une ou deux semaines selon les dernières rumeurs. La bibliothéque voit son budget diminuer

    PROTOCOLE  ET PARTICIPATION : Les économies toucheront la soirée des vœux au personnel communal qui changera de formule et les fr’ais de réception.

    URBANISME : Les diminutions porteront sur les études, les frais d’actes et de contentieux qui pourraient ralentir les dépôts de permis de construire et les contentieux pouvant en  découler

    SECURITE  : Les frais de gardiennage liés aux salons se tenant au parc des expositions seront limitées à 2 manifestations

    DIVERS : Ces économies touchent à la restauration, l’action commerciale  tout en consolidant les rendez-vous mis en place ces dernières années (mois du commerce), les achats de fournitures, l’hygiène, la santé, la citoyenneté, l’entretien, les archives/documentation