Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éclairage public

  • CENTENAIRE DE LA GUERRE 1914-18 : 2 - A LA DECLARATION DE LA DER DES DER, VANVES ETAIT SILENCIEUSE ET RECUEILLIE

    Le Blog Vanves Au Quotidien rappelle au fil de chaque week-end (d’ici le 11 Novembre) et de l’actualité qui marque l’année, les événements qui se sont déroulés voilà cent ans en commençant bien sûr par cet été 1914, avec la mobilisation générale et la déclaration de guerre.

     Tout s’est enclenché rapidement depuis le conseil municipal du 20 Juin 1914 : l’Archiduc Françis-Ferdinand a été assassiné à Sarajevo le 28 Juin, l’Autriche a posé à la Serbie un ultimatum sous 48H le 23 Juillet que celle-ci refuse, l’Autriche-Hongrie, soutenue par l’Allemagne déclare la guerre à la Serbie soutenue par la Russie, Jean Jaurés est assassiné à Paris le 31 Juillet…. Ce jour là, le Conseil Municipal votait à l’unanimité le vœu suivant : « Considérant que dans les circonstances présentes, tous les français doivent se serrer autour du drapeau et de ceux qui le portent. Adresse au gouvernement de la République et à l’armée nationale, l’expression de son ardente confiance patriotique et un salut affectueux à ceux de ses membres mobilisables qui vont aller combattre pour la défense sacrée de la patrie ».  Le lendemain, le tocsin sonnait appelant à la mobilisation des troupes. Deux jours plus tard l’Allemagne déclarait la guerre à la France. On imagine l’ambiance alors qui doit régner à Vanves comme ailleurs alors que beaucoup d’images d’actualité montrait une France partant en guerre le fleur au fusil persuadé que la bataille serait courte. Rien de tel selon le témoignage de Camille Audigier, écrivain vanvéen de 47 ans,  que possède les Archives de la commune : « Vanves était silencieuse et recueillie » en ces jours de mobilisation et de déclaration de guerre qui mettaient fin à l’insouciance d’un été doux et féérique. Il se souvenait de ce 14 Juillet 1914 « où des vanvéens s’étaient massés sur le terre plein devant le lycée (sûrement au niveau de l’entrée sur la cour d’honneur au carrefour Jullien-4 Septembre-G.d’Estrée) pour contempler les feux d’artice parisiens, aprés une retraite aux flambeaux -  A l’époque, on pouvait le faire ! -  Tout le monde était à la joie, mais quel réveil, 15 jours plus tard, lorsque le coup de tonnerre de la mobilisation nous apprit que l’Austro-Boche, envieux, pillard, assassin, nous déclarait la guerre !!! C’est sur le pan coupé de la maison neuve qui fait l’angle des avenues Pasteur et Victor Hugo que, rentrant le soir de mon bureau, je lus les premières affiches. Elle éclatait cette guerre, au moment où le soleil répand sa paix dorée sur les blés et sur les arbres ».

    Le Conseil Municipal s’est réunit le 14 Août 1914, 11 jours après la déclaration de guerre de l’Allemagne contre la France, et 2 jours après la déclaration de guerre de la France et du Royaume Uni contre l’Autriche, alors que les effets de la mobilisation se font sentir dans la population. Plusieurs élus ont été mobilisés, comme MM Pic, Ginest, Candon,  Fournet, Marme  auxquels le maire, Aristide Duru, adresse, au nom de tout le Conseil, des vœux pour « un prompt retour ainsi que celui de tous les citoyens de Vanves partis si courageusement dés le début de la mobilisation ». Il a  indiqué à ses collègues que la Mairie fait face à ses obligations de mobilisation et pour rassurer ceux qui partaient sur le sort de leur famille. 800 dossiers sont instruits par la Préfecture de la Seine pour permettre à des familles de recevoir l’allocation de l’Etat. Il a ouvert un crédit pour distribuer des secours aux familles des mobilisés.

    Il a réorganisé les services municipaux pour qu’ils fonctionnent de façon aussi régulière qu’en temps de paix. Une commission du ravitaillement de la population est constituée afin qu’elle ne manque pas de vivres dans la mesure du possible. Un premier montant de 1000 frs a été voté pour faire face aux secours et le bureau de Bienfaisance qui a voté un crédit de 3000 frs pour venir en aide aux chômeurs, a été chargé de lancer un appel aux personnes aisées pour aider à soulager « toutes les infortunes »  Il a fait un appel aux économies d’eau, de gaz et d’électricité en prévoyant des coupures de l’éclairage public le soir à partir de 22H, en ménageant le stock de charbon disponible dans la ville, ce qui deviendra un problème de plus en plus crucial au fur et à mesure que l’état de guerre se prolongera. D’ailleurs le conseil municipal donne tout pouvoir à la Municipalité « pour agir au mieux dans l’intérêt de la commune et de ses habitants pendant les événements actuels »  Enfin, il a décidé de faire revenir les enfants, envoyés en Colonie de vacances.

    A Suivre : La Rentrée des classes en 1914

  • REUNION PUBLIQUE A VANVES : « LE PLATEAU SERA LE CHANTIER DE L’AVENIR »

    La seconde des trois dernières réunions publiques de quartier de la mandature se tiend ce soir à la mairie pour Saint Remy-Le Centre ancien. Jeudi dernier, c’était à Marceau où le maire a fait le plein des chaises et répondu de bout en bout aux questions des participants, en donnant la parole à Yann Texier sur les travaux de GPSO. Aucun élu présent n’a finalement pris la parole, même ceux qui l’entouraient à la tribune. « Ce n’est pas sans une certaine émotion que j’ouvre cette réunion de quartier. C’est la dernière pour le Plateau qui clôturera le cycle : 36 réunions ont ététenus sans en manquer une seule pour informer, consulter, échanger avec les vanvéens. Votre présence montre l’intérêt de cette rencontre. Certains se forcent (pour venir) car ils savent que c’est important. Même si on n’est pas nombreux au regard du nombre d’habitants, ces réunions rassemblent beaucoup de vanvéens. Les gens se mobilisent et se rassemblent lorsqu’il y a des problèmes » a-t-il expliqué en saluant son équipe qui  fait son boulot avec l’intérêt général chevillé au corps. « Un sondage important réalisé par l’AMF (Association des Maires de France), à l’occasion de son congrés la semaine dernière, a montré que c’est la commune qui prime pour les français, l’écoute du maire et de son équipe. Le maire est un référent, la personne à qui s’adresser et être entendu. Et on fera tout pour que l’on ne touche pas à la commune. On peut les regrouper pour réaliser un certain nombre de missions. Mais la relation directe, c’est la commune. Elle est la garantie d’une bonne démocratie pour notre pays ».

     

    En quelques mots Bernard Gauducheau avait dressé le tableau de la situation en cette fin d’année 2013 à quelques mois des élections municipales, avec notamment un sujet inscrit à l’ordre du jour des 3 réunions : le projet de Métropole du Grand Paris  que le Blog suit de très prés - il  doit repasser devant l’Asemblée Nationale, le 10 Décembre. - et sur lequel il  reviendra un peu plus tard et notamment sur les questions posées par les vanvéens. Il a présenté le projet de rénovation du parc des expositions qui devrait s’étaler sur 10 ans, déjà présenté sur le Blog. « On sera vigilant sur les effets collatéraux » a-t-il indiqué en ne cachant pas que Vanves, lors de l’élaboration de son PLU,  comme Issy les Moulineraux,  avait eu l’occasion de dire que « cet espace au cœur de l’agglomération devait être consacré aux congrés, aux séminaires, plutôt qu’aux gros salons nuisants, comme Bâtimat qui a déménagé à Villepinte. Il faut commencer à penser à ce qu’un tel parc des expositions puisse évoluer vers autre chose » avec cet hôtel prévu à l’emplacement du hall 8, ce centre de congrés prévu à l’emplacement du parking sur le toit du hall 7 qui supprimera les places de stationnements.

    Le maire a présenté le schéma de requalification du square Jarrousse qui avait fait l’objet d’une réunion publique voilà un an à cette époque : Un état des lieux qui n’est pas brillant, a été réalisé, où il apparait que « la conception architecturale est contestée, avec ses canaux, sa fontaine et sa cascade usées dont l’alimentation en eau a été arrêté. Les riverains ont été consultés ». Et comme il l’avait déjà annoncé, lors de la précédente réunion publique de quartier, que « la période délicate que nous traversons au niveau des finances (locales), nous améne à être modéré ». Ainsi les canaux seraient supprimés et remplacés par des allées, seul le bassin au pied du kiosque étant gardé, avec la cascade car la détruire aurait coûté très cher, les entrées et le mobilier étant réhabilités. Le coût prévisionnel des travaux étalé sur 2 ans est de 500 000 €  

    Beaucoup de questions ont été posées sur des sujets très divers après l’intervention de Yann Texier sur les travaux réalisés par GPSO dans ce quartier qui ont notamment concernés la réfection de trottoirs, de chaussées, de l’éclairage et le marquage de nombreuses voies publiques, avec l’installation de chaînes téléscopiques rue Auguste Compte pour éviter le stationement sauvage et abusif sur cette voie piétonne :   

    - La Couverture du Bd Périphérique : « Il y a une volonté de le faire. Mais c’est un coût énorme. Et ce n’est pas possible partout ». Tout le monde, au premier rang, s’est regardé lorsqu’ils ont entendu dire, de la part d’une élue, que « le kilométre coûtait 1 M€ ! ». C’est 10 et même 100 fois plus.

    - La Porte Brançion qui donne le sentiment de n’être pas terminé : « Elle devait faire partie de l’aménagement de la couverture du Périph. On nous a demandé d’attendre car laville de Paris avait des priorités. Cela a faillit se faire, mais la ville avait prévu d’installer un entrepôt d’engins de voirie (sur un espace compris entre les deux bretelles du Périph côté Ouest). On a préféré rien du tout ! ».

    - Le stationnement et les manœuvres des cars devant l’hôtel Mercure rue du Moulin qui s’avérent dangereux : « On sensibilise régulièrement la direction de l’hôtel. La police municipale intervient sans résultats satisfaisants. On ne peut pas couper la rue ».

    - Le projet de coupure de l’éclairage public, la nuit, dans certains quartiers : « Nous avons choisi une autre option grâce à la mise en place d’un systéme de télégestion permettant de régler et varier l’intensité lumineuse selon la présence ou non de personnes » a indiqué le Maire en annonçant que « les décorations de Noël consommeront beaucoup moins que voilà 5/4 ans » 

    L’entretien de la place des Provinces au niveau des dalles et de l’éclairage dont se plaignent beaucoup de riverains a donné l’occasion au maire d’expliquer qu’il faut envisager « une réfection de l’ensemble des places et des espaces publics du Plateau qui a 40 ans. Mais la ville ne peut pas le faite toute seule, sans les copropriétés. Ce qui sera très complexe à monter. Il faudra le faire tronçon par tronçon. Ce sera un chantier pour l’avenir ». Il a indiqué qu’une première étape avait été franchie avec l’étude de domanialité, réalisé par des géomètres qui ont établis une carte consultable, pour un coût de  80 000 € financé avec l’aide de GPSO. « On sait qui est chez qui à 2 ou 3 exceptions prés ». 

  • BILAN D’UN MANDAT SUR LE CADRE DE VIE (SUITE) : PROTEGER LES HABITANTS ET LES PIETONS

    Vanves au Quotidien poursuit sa série d’articles sur le bilan de l’équipe municipale avant les Municipales de 2014, à partir de son programme municipal pour 2008-14,  axé autour de 3 grands objectifs : Vanves Agréable, Vanves Vivante et Vanves Solidaire. Dans le cadre de Vanves Agréable, l’un des objectif poursuivis était d’assurer un cadre de vie encore plus humain, plus convivial et plus beau au travers de 4 actions qui seront déclinés ses 3 prochains jours. Continuons par la protection et la sécurisation (en gras les objectifs, en clair ce qui a été réalisé ou non) qui a concerné tant la sécurité et la tranquilité des vanvéens que l’amélioration de la voirie

     

    GO, AVIATORS, GO !!

    UN CADRE DE VIE, ENCORE PLUS HUMAIN, PLUS CONVIVIAL, PLUS BEAU

    2) Portéger : le droit à la sécurité, premier droit du citoyen

    - Extension du réseau de vidéoprotection

    12 caméras de vidéo protection ont été mises en place depuis 2005.  

    - Renouvellement de l’opération tranquillité vacances

    Une opération menée chaque été par la préfecture et relayée par la ville grâce à la police municipale

    - Sécurisation des parkings publics

    La police municipale a en charge la surveillance des parcs de stationnement

    - Poursuite du plan de modernisation de l’éclairage public avec Arc de Seine puis GPSO

    Après un diagnostic effectué en 2009, la communauté d’agglomération (Arc de Seine puis GPSO) a lancé un plan quadriennal pour remplacer la majeure partie du parc lumineux par du matériel plus moderne et moins gournand en énergie avec des Led ou des diodes électroluminescence.  GPSO s’appuie sur un Partenariat Public Privé et sur un schéma directeur pour renouveler son patrimoine afin de réduire significativement sa consommation énergétique. Depuis 2010, plus de 15% du parc a été renouvelé, avec une baisse de la consommation électrique constatée de l’ordre de 40 % sur le matériel renouvelé. « Avant 2002, ce réseau d’éclairage n’avait fait l’objet d’aucune politique d’entretien et de renouvellement sérieuse pendant plusieurs décennies et il a fallu rattraper un retard considérable.Dès 2002 il a fallu travailler en urgence sur les sites qui menaçaient la sécurité publique avec le remplacement de candélabres dangereux. Toutes les réfections de voirie menées à Vanves ont également été accompagnées d’un renouvellement de l’éclairage public (Bleuzen, Fratacci, Sadi Carnot, République…). Plus récemment on peut citer la réfection totale de l’éclairage public dans les rues Cabourg, Arnaud, Gresset, Mansard, Clémenceau, Hoche, Potin, Sahors, Falret, Martinie, Pasteur… » indiquait le maire lors des réunions publiques. «  L’effort financier consenti par GPSO depuis trois ans avec le démarrage du schéma pluriannuel est de 1 100 000 euros et il a permis un gain énergétique de 40 % sur les équipements installés grace à la pose de lampes moins consommatrices en énergie ».

    - Protection des usagers de la voirie les plus vulnérables notamment les personne à mobilité réduite, les enfants en sortie d’établissement scolaire

    - Renforcement de la signalisation des passages piétons protégés

    La comune a favorisé les aménagements contribuant à offrir plus de places aux piétons  en ville  en élargissant les trottoirs, en réaménagement les place, en renforcant la signalisation des passages piétons protégés, en installant des barrières dites de Croix de Saint André sur les trottoirs …. Elle a commencé à installer des radars pédagogiques en 2009 pour inciter les automobilistes à lever le pied, le dernier l’ayant été rue Sadi Carnot au niveau du Théâtre car beaucoup de riverains se plaignaient que les véhicules accéléraient au niveau de la descente sur une voie où la vitesse est limitée à 20 km/h

    - Généralisation des zones 30 avec les aménagements adéquates

    3 « Zones de Rencontre » ont été aménagé depuis 2010  : Le mail Sadi Carnot entre la rue Jean Jaurés et la rue Antoine Fratacci, à l’occasion du réaménagement de cette rue qui traverse toute la commune. Le Centre Ancien en dehors de la rue de la République sur laquelle ont été aménagée deux ralentisseurs au nivea de l’église, où la circulation a été limitée à 30 km/h avec les rues Gaudray, de l’Eglise, Vieille Forge, Kléber, Louis blanc… Enfin les quartiers du PMS André Roche, c'est-à-dire Docteur Arnaud, Gresset,  Mansat-Hochen, de la gare/SNCF avec Coche-Briand-Clemenceau, de la mairie avec René Sahors(Guy Mocquet-Mary Besseyre, puis du Lycée avec Gabiel d’Estrée-Jullien-Baudoin, et Louis Darddenne à l’occasion de sion réaménagement 

    Il faut rappeller que  7 grands axes « 30 km/h » avaient été définis selon les prévisions de la Mairie,  qui sont déjà pour la plupart à sens unique pour certaines et qui permettront d’éviter les grands axes de circulation :  Chevalier de la Barre - d’Issy ;  Jean Baptiste Potin – Hoche - Clos Montholon ; Valentine Jacquet-Falret-Georges Clemenceau ;  Docteur Georges Delfosse – Aristide Briand ;  Louis Dardenne – Rebé Coche- Victor Basch – Verdun – Barbés avec la rue Paul Lefebvre ;  Mary Besseyre- Jullien ;  Yoll- Jean Jaurés – Gambetta ;  Marcel Martinie -  Pasteur