Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 4

  • VANVES RENOUE AVEC LE BARBECUE DE LA CONVIVIALITE DURANT L’ETE A SAINT REMY

     « Sous la chaleur écrasante ( ?) que nous apprécions depuis le début de l’été ( ?) il sera très agréable de partager quelques moments d’amitiés autour des barbecues qui seront organisés chaque Mercredi de Juillet et d’Août à partir de 19H30 dans les jardins de Saint Remy » était il écrit sur l’une des invitations lancé dans « Sel et Lumière »  pour ce barbecue de l’été au cours de ses 15 années d’existence. Car cette idée a été lancée en 2002 par le père Pascal Saïté pour les célibataires ou les personnes qui se retrouvaient seules durant cette période estivale. 15 ans aprézs, ils continuent grâce notamment à Nathalie et Pascal Le Gouallec comme ce fut le cas mercredi dernier

    « C’est une opportunité sympathique comme la fête des Voisins. L’idée générale est toujours de permettre à des personnes seules de se retrouver. Et le barbecue est vraiment l’instrument de l’été qui plait à tous. Et la paroisse c’est une vie de famille » expliquait l’un des prêtres de Vanves qui a participé dans le passé à ce rendez-vous convivial. 15 à 20 personnes sont présentes généralement, dans le jardin ou alors dans la salle de l’entresol lorsque le temps est frais et pluvieux, et même très chaud, car l’un des participants se souvient que, lors de la canicule (en 2003), ils s’étaient réfugiés dans l’entresol plus frais  

    La règle du jeu est simple : Un responsable est  chargé d’ouvrir les locaux. Le père curé prête le jardin, le barbecue. Chacun amène quelque chose à manger que les participants partagent  avec tout le monde : une tarte fait maison avec ricota, jambon et estragon,  une pizza, une salade et du taboulé, et d’autres quelques bouteilles de bons vins. Ils commencent généralement par l’apéritif avec quelques biscuits apéritifs, vin doux. Ainsi les présentations se font à ce moment là entre ceux qui ne se connaissent pas, d’autres étant devenus des habitués de ces agapes simples. « A Vanves, comme la paroisse est constituée de 2 églises, ce barbecue permet de nous rencontrer ! » indique un habitué. « Nous nous sommes même retrouvés à 20 et même 40 une fois » ajoute son voisin en se rappelant d’un dîner aux bougies, d’une soirée guitare les années précédentes.

    Mais ce barbecue dans le jardin du presbytère prend des airs  magique  quelquefois : « Il nous fait penser à nos soirées scouts ! ». Curieusement, personne n’a récité le Bénédicité. Il est vrai qu’il y a des cathos et des non cathos, des pratiquants et des non pratiquants. « Mais nous évitons les râleurs, les gémissants, les mauvaises têtes » insiste l’une des participantes. Les conversations se prolongent jusqu’à prés de 22H/22H20, sur de nombreux sujets divers et  variés, les vacances, les chrétiens d’Orient et les méfaits de Daech, la révélation, les lectures de l’été, … mais il faut ranger et faire la vaisselle, et tout le monde s’y met.  Ce barbecue est une traduction d’un fort développement de la convivialité au sein des paroisses vanvéennes qui est l’une de leurs caratéristiques.

  • VANVES ET LES SENATORIALES : ISABELLE, ROGER, JACQUES…ET LES AUTRES…DISSIDENTS !

    Le processus pour les élections sénatoriales du 24 Septembre prochain a été engagé dés la fin des élections législatives. Sur le plan administratif,  les conseils municipaux ont désignés  des délégués supplémentaires lorsque la commune compte plus de 30 000 habitants (20 sur 36 communes) et  des délégués suppléants, comme Vanves l’a fait  le 30 Juin dernier avec 5 UDI, 4 LR. Du côté de Républicains, la Commission Nationale d’Investiture des Républicains a confirmé le 28 Juin dernier, l’investiture des trois premiers de la liste des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi, Isabelle Debré et Jacques Gautier,  « à charge pour eux de compléter la liste avant le dépôt des candidatures début septembre » a-t-elle précisé dans un communiqué. Ce qui va être sportif, car beaucoup ont l’intention d’être candidat, à une place éligible, notamment parmi les battus des législatives, les maires Berdoati (Saint Cloud),  Pemezec (Le Plessis Robinson), Siffredi (Chatenay) et même l’épouse du maire d’Asnières,  MJ. Aeschlimann, ainsi qu'une élue de Levallois qui veut conduire une liste des moins de 40 ans…

    Les 2274 grands électeurs devront désigner 7 sénateurs, tous les sortants étant bien sûr candidats, Roger Karoutchi, Isabelle Debré et Jacques Gautier pour les Républicains, Hervé Marseille pour l’UDI, André Gattolin pour EELV, Brigitte Gonthier-Maurin (FG/PC),   le sénateur PS Philipppe Kaltenbach étant hors jeu depuis sa condamnation même s’il a fait appel,  Xavier Iacovelli, secrétaire fédéral du PS 92 et élu de Suresnes, étant prêt à prendre la tête de liste PS. Mais voilà, le risque de voir apparaître des listes dissidentes à droite, devrait empêcher la majorité départementale (LR/UDI) d’avoir un cinquième siège après ses victoires aux municipales de 2014 et aux Régionales de 2015. D’autant plus que la République en Marche qui a 10 députés sur 13, va tenter chance en montant une liste

    «Quelle que soit la légitimité des ambitions, les divisions ont toujours, par le passé, conduit à notre affaiblissement collectif. Face à la liste En Marche en préparation, notre Mouvement ne peut se permettre de perdre des sièges dans les Hauts-de-Seine : au-delà de notre département, nous devons tout faire pour que le Gouvernement ne dispose pas de la majorité des 3/5èmes au Congrès. C’est un objectif majeur pour le bon exercice de la démocratie dans notre pays » ont déclaré les sénateurs Karoutchi, Debré et Gautier dans un courrier aux grands électeurs républicains,  en rappelant que « depuis des années, dans le cadre de nos différents mandats, nous sommes à vos côtés, avec vous, sans jamais épargner nos efforts, pour soutenir et défendre tous les dossiers que vous nous avez transmis. Profondément attachés aux valeurs de notre Mouvement, loin des querelles partisanes, soucieux avant tout de l’intérêt de la France, nous sommes fiers de vous représenter et de vous être fidèles. Dans ce nouveau contexte politique issu des élections, et au-delà des liens qui nous unissent, nous pensons que la solidité de notre expérience, notre connaissance du terrain et notre loyauté sans faille seront utiles à tous les élus de notre département et de notre pays ».

  • VANVES ET SES CONSOEURS VICTIME DE LA RECENTRALISATION RAMPANTE DE L’ADMINISTRATION

    « La France est le seul pays à avoir un tel encadrement des collectivités locales par l’administration » dénonce sans cesse  Patrick Devedjian, président du Conseil Départemental des Hauts de Seine, comme il l’a fait encore lorsque son assemblée a voté, vendredi dernier, sa volonté de fusionner avec le département des Yvelines. Bernard Gauducheau, et ses collègues vérifient chaque jour cette recentralisation rampante par l’administration avec notamment  la loi sur l’égalité et la citoyenneté du 28 Janvier 2017 qui a sûrement des qualités et des répercussions indéniables, mais qui a quand moins amoindrie les compétences des maires. Au moins sur deux points. Et les sujets d’inquiétudes ne manquent pas alors que le Président de la République s’est exprimé devant le Congrés hier et que le premier Ministre Philipe va le faire devant l’assemblée nationale cet après-midi

    Cette loi sur l’égalité et la citoyenneté  lui a ainsi enlevé le droit de préemption urbain pour le confier à l’EPT (Etablissement Public Territorial) GPSO (Grand Paris Seine Ouest) comme c’est le cas pour l’ensemble des 130 communes de la MGP (Métropole du Grand Paris) et des 11 EPT. Il a dû demander de lui transférer délégation du droit de préemption urbain sur la totalité du périmètre de son territoire, comme il l’a fait lors du conseil municipal du 31 Mai dernier. Car heureusement,  le code de l’urbanise prévoit que le titulaire de ce droit de préemption urbain peut le déléguer de droit à une collectivité locale sur tout ou partie de son territoire. Ce transfert de compétence est d’autant plus important pour Vanves que ce droit de préemption a été renforcé sur les secteurs d’interventions de l’EPFIF (Etablissement Public Foncier d’Ile de France).    

    Mais ce n’est pas tout, car cette loi  a supprimé la possibilité de déléguer le contingent préfectoral aux communes en matière de logement social, qui faisait l’objet de conventions pour  32 communes sur 36. Le préfet des Hauts de Seine a rassuré les maires : « Le fonctionnement des attributions de logements sociaux doivent se pratiquer avec vous pratiquement dans les mêmes conditions que lorsque nous avions ces conventions de délégations » a-t-il indiqué en rappelant que le contingent préfectoral ne concerne que 30% des logements sociaux, 70% étant réservé aux communes, aux bailleurs et Action Logement. Et sur ce contingent, le préfet doit gérer le public prioritaire  soit 4900 personnes dont (2500 DALO) sur 100 000 demandeurs,   et les publics concernés par des opérations de démolition au titre de l’ANRU qui ont à vocation à être relogé dans de bonnes conditions de rapidités. Par ailleurs il existe dans le département, un accord collectif qui fixe les objectifs de relogements des publics prioritaires par commune et par bailleur. Mais il n'empêche que c'est une compétence en moins pour les maires.