Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 4

  • LE CENTENAIRE DU 11 NOVEMBRE A VANVES (3) : UNE CEREMONIE ANNIVERSAIRE PLUVIEUSE ET DENSE

    S’il n’y avait qu’une chose à retentir de ce 11 Novembre 2018 à Vanves, c’est le nombre important de vanvéens présents, malgré la pluie qui n’a cessé de tomber, durant les deux héures de cérémonie, la présence des jeunes, des scouts, du Conseil Municipal des Jeunes, des colléges Michelet, dont 3 portes-drapeaux, qui ont été associé à chaque dépôt de gerbes par les associations d’anciens combattants et les autorités publiques.

    Mais aussi la lecture des morts pour la France en 1918, des morts pour la France dans les Opérations Extérieures (OPEX) en 2018 cités par le maire dans son discours, la priére des Evêques de France pour ce 11 Novembre lu par le curé Bertrand Auville l’hommage à Clemenceau de Marie Françoise Goloubtzoff, maire adjointe, ses cloches qui ont sonné lorsque le cortége s’est déplacé du carré du cimetière au monument aux morts  la présence d’un ministre, avec Gabriel Attal secrétaire d’Etat à la Jeunesse, qui a lu le message du Président de la République, ce poéme d'Appolinaire lu par des éléves du collége Michelet, cette Marsellaise des Chanteurs du Val de Seine…

    Tout cela restera dans la mémoire vanvéenne, 100 ans après l’armistice, après 4 ans de guerre où Vanves a été durement éprouvé, avec plus de 600 morts, comme l’a rappelé le maire de Vanves dans son discours. «Si je suis venu, c’est pour rendre hommage à tous ces morts, mais surtout à un homme que j’ai connu dans ma jeunesse, qui a vécu avec tout son côté droit arraché par un obus, sans plus de bras, ni main droite, et une jambe de bois. C’était la joie de vivre, malgré ce terrible handicap. Il avait une passion : l’élevage des pigeons voyageurs, qui ont marqué ce conflit, avec lesquels il participait à des championnats qu’il remportait haut la main, et un sacré perroquet qui chantait la marseillaise et imitait le téléphone. Mon seul regret, est de ne pas avoir su à l’époque parce que trop jeune, parler de cette guerre et cette terrible blessure, sur lesquels il restait très discret, lorsqu'il avait 20 ans. Mais c‘était un ancien combattant de 14-18 très respecté et admiré dans son village » confiait un participant à cette cérémonie lors du verre amical offert par la mairie à La Palestre.    

  • LE CENTENAIRE DU 11 NOVEMBRE A VANVES (4): CE QU'AURAIT DIT LE PRESIDENT DE L’UNC POUR SES 100 ANS

    Paul Guillaud, président de l'UNC Vanves  qui a conseillé le service du protocole pour une bonne tenue des cérémonies, et veillé durant celles-ci à leur bon déroulement, avec Michel Judde, ex-président du CLAP (Comité Local des Associations patriotiques)  aurait bien voulu dire un mot pour le centenaire de l’armistice et de l’Union Nationale des Combattants créé dans la foulée par Clémenceau et le pére Brottier : «Nous rendons hommage aux millions de poilus, à tous les soldats alliés et à ceux qui les commandaient. Cent ans nous séparent de ces hommes et femmes ayant vécu quatre années de guerre, de privations. Les sacrifices de nos anciens nous rappellent qu’il nous faut demeurer, unis, …. comme ils l’ont été au front… « Unis comme au Front » devise de l’UNC, (Union Nationale des Combattants), qui est née quelques jours après l’armistice. « Unis comme nos pères » …formule inscrite sur un drapeau vanvéen présent ce 11 Novembre  et porté par un jeune. Quel beau signe pour l’avenir» aurait il expliqué.

    « Commémorer le 11 novembre 1918, c’est espérer un avenir où jamais plus personne n’aura à endurer ce qu’ont vécu nos ainés. En 1918, et plus encore en 1945, nous avons partagé la victoire avec d'autres nations, quelquefois plus puissantes que nous. A présent, la France, comme de nombreux autres pays, est engagée, sur son territoire, dans une « guerre » qui ignore tous les principes humanitaires pour s'attaquer à des êtres sans défense. La France n'est pas seule dans ce combat, mais elle ne peut compter que sur elle pour faire régner la paix sur son sol. Face à cet ennemi qui espère nous soumettre par la terreur et nous imposer son idéologie totalitaire, affirmons les qualités qui ont permis à notre pays de vaincre en 1918 » aurait il ajouté en citant le Général de Gaulle  « Commémorer c’est se souvenir, et se souvenir c’est d’abord se rappeler ceux qui sont tombés, en uniforme et au combat, pour notre liberté et la République. Ne pas comprendre une telle chose … C’est ignorer ce que signifie le mot de Patrie »

  • CENTENAIRE DE LA GUERRE 1914-18 A VANVES : 41 - LENDEMAINS D’ARMISTICE : l’UNC RASSEMBLE LE MONDE COMBATTANT

    Le Blog Vanves Au Quotidien a rappelé au fil de l’actualité, tous les événements qui se sont déroulés voilà cent ans, à  Vanves et à Paris à l’occasion des célébrations du centenaire de la « der des der », depuis maintenant de quatre ans. Il termine cette semaine pour le centenaire de l’armistice du 11 Novembre dont les lendemains vont être marqués par le rassemblement de ses poilus dans des associations d’anciens combattants dont la première et la  plus ancienne tant en France qu’à Vanves est l’UNC créé par le pére Brottier et Georges Clemenceau, quelques jours après l’armistice.

    Une partie des six millions et demi d’anciens combattants (environ un homme adulte sur deux) trouvent cependant dans les associations un moyen d’exprimer leur solidarité et leurs revendications au sein de la société française. Leur état d’esprit se caractérise avant tout par la fierté d’avoir «tenu» dans l’épreuve, en s’accrochant à leurs positions, comme à Verdun, pour empêcher la masse des troupes allemandes de se déverser sur le pays. Ils ressentent infiniment plus la satisfaction du devoir accompli que l’exaltation de l’exploit guerrier, même si tous n’y ont pas été insensibles. Plus la guerre s’éloigne, plus se renforce chez la majorité d’entre eux un patriotisme très pacifique, voire pacifiste, marqué avant tout par la condamnation de la guerre, et un rejet de tout ce qui peut la faciliter : notamment le militarisme, l’exaltation de l’héroïsme guerrier voire même, dans certains cas extrêmes, il est vrai, de l’honneur qui fait préférer la mort à la servitude» indique l’historien François Giet.

    La première  association d’anciens combattants à Vanves sera la (71éme) section de l’UNC créée en Mai 1924 par Jean Drugeon, un grand brûlé de la face, et un prêtre, le révérend père Croizier de l’action Populaire de Vanves, avec pour devise « Unis comme au front » : « Les combattants ont des droits, mais ils ont aussi des devoirs à remplir et non content de resserrer les liens d’amitiés qui les unissaient au front ils doivent se soutenir moralement et financièrement, aider les mutilés, les veuves et les orphelins. Tel est le but de la section de Vanves » indiquait il lors des deux réunions constitutives qui se sont tenues à la mairie de Vanves, les 22 et 30 Mai 1924. Elles ont été suivies d’une assemblée générale de l’UNC Vanves-Malakoff-Clamart le 5 Juin 1924 en présence des maires de ces 3 communes à la salle de Justice de Paix : « Notre but est non seulement de resserrer les liens d’amitiés qui nous unissent au front, mais de sauvegarder aussi les intérêts de toutes les victimes de la guerre et en dehors de toute discussion politique ou religieuse » ajoutait il ce jour là. Le 30 Mars 1926, la section Vanves-Malakoff de l’UNC se divisait en deux avec la création d’une section propre à Malakoff.