Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 3

  • PRECISION SUR LES ELECTIONS DE LEHRTE VILLE JUMELLE DE VANVES

    De manière simplifiée, la moitié des sièges est attribué à la proportionnelle sur des listes régionales, et l’autre moité des sièges est attribué par scrutin uninominal par circonscription (Wahlkreis). Lehrte se situe dans la circonscritption 47 : Hannover-Land 2, qui couvre le sud des alentours d’Hannovre (12 communes). Jessica Kaussen (sur la photo), de la ville de Laatzen près de Lehrte, est la candidate DIE LINKE de la circonscription 47 (Hannover-Land 2) pour le Bundestag ce dimanche. Pour les élections régionales au Landtag de Basse-Saxe le 15 octobre, ce seront Thomas Schwieger (Conseiller Communal de Lehrte) et Fritz Wilke (de Sehnde) qui seront les candidats de la circonscription.

  • LES ELECTIONS SENATORIALES A VANVES : DERNIERE REUNION POUR LE BINOME KAROUTCHI/DEBRE AVANT LE SCRUTIN A J -1

    Pour leur dernière réunion de campagne, le binôme de la liste LR officielle, Roger Karoutchi, secrétaire départemental LR 92 et Isabelle Debré vice présidente du Sénat, avait choisi Vanves, Jeudi soir,  avec Jacques Gautier, maire de Garches pour rencontrer les grands électeurs vanvéens et isséens dont Paul Subrini, vice président du Conseil Départemental : «Le Sénat est la seule tribune où la droite peut encore s’exprimer. Il est bon que des représentants qui connaissent bien cette assemblée, soient élu » a déclaré ce dernier venu avec quelques conseillers municipaux d’Issy les Moulineaux. « C’est un enjeu important parce que le but du jeu est de garder le Sénat, que Macron n’obtienne pas les 3/5e au Congrés pour faire voter ces réformes institutionnelles » a plaidé Isabelle Debré qui a surtout expliquée pourquoi elle apprécie ce mandat de sénateur : « On travaille mieux au Sénat. On peut prendre des décisions qui peuvent paraître incorrectes sans subir la pression de lobbying. On peut prendre du recul grâce à son mode de scrutin»

    « Elle sait présider,  gentiment  rappeler à l’ordre ses collègues, loin de ce que l’on a vu à l’Assemblée Nationale cet été » a constaté Jacques Gautier qui a précisé qu’ils avaient, tous les trois, déposé 207 propositions de lois et 13 000 amendements sans compter des centaines d’interventions en assemblée ou en commissions. « Macron n’a pas une culture de territoire, de collectivité territoriale, considérant que nous défendons des intérêts particuliers, des avantages. Nous avons deux cultures qui s’affrontent »a constaté de son côté Roger Karoutchi qui ne cache pas que « Le sénat risque de lui poser quelques problèmes ! Il a essayé de susciter la création d’un groupe LRM. Conserver la présidence du Sénat est quand même le minimum pour notre famille politique » a-t-il conclu. Rendez-vous dimanche.       

  • ELECTIONS SENATORIALES A VANVES ET DANS LES HAUTS DE SEINE : DERNIERE LIGNE DROITE A J- 2

    Les 2274 grands électeurs sont convoqués dimanche à la préfecture des Hauts de Seine entre 9H30 et 12H30  pour élire 7 Sénateurs. Pour obtenir un siége, il faut en théorie recueillir 325 voix. Mais, avec la dose de proportionnelle  (à la plus forte moyenne) qui s’applique aux départements ayant plus de 3 sénateurs, ce palier peut être ramené à 220/250 voix selon les circonstances.

    Avec 11 listes, dont 5 listes LR et 1 UDI à droite, des voix vont se perdre à cause des petits listes dissidentes qui n’obtiendront pas de sièges tout en risquant  de faire perdre le 5éme siége à la droite promis grâce la vague bleue de 2014. Et surtout permettre à l’opposition de gauche, partie désunie avec des listes PC/DVG, EELV, PS, LRM d’obtenir un ou deux sièges : Les communistes devraient préserver le siège de Brigitte Gonthier-Maurin qui reviendrait, dans ce cas là, à Pierre Ouzoulias, CD Bagneux/Bourg la Reine.  LRM pourrait conquérir le siège PS occupé par P.Kaltenbach, ex-sénateur-maire de Clamart, grâce à André Gattolin, sénateur sortant qui resterait alors au Sénat pour un second mandat. Mais il a de sacrés handicaps puisque beaucoup d’écologistes lui en veulent de les avoir quitté et rejoint les macronistes,  et du coup, fait disparaître le groupe EELV au Sénat. Et il ne dispose de réserves de voix de partisanes garanties, LRM ayant vu le jour après les élections locales, avec la vague bleue de 2014.

    Certains à droite rêvent d’obtenir les 7 sièges grâce à l’impopularité de Macron après les annonces de cet été qui frappent de plein fouet les collectivités territoriales, et à la désunion à gauche : La liste des maires LR conduite par Philippe Pemezec maire du Plessis Robinson a le vent en poupe, soutenu par le président du CD92, Patrick Devedjian. La liste LR officielle conduite par le binôme Karoutchi/Debré devrait bénéficier d’un vote légitimiste, soutenu par le président du Sénat, Gérard Larcher qui est venu dans les Hauts de Seine dimanche dernier. Et Eric Berdoati maire de Saint Cloud pourrait tirer son épingle du jeu. Quant à l’UDI, Hervé Marseille sénateur Maire de Meudon, il espère bien tirer profit de cette foire d’empoigne chez les républicains en obtenant deux sièges au lieu d’un, mais au détriment de qui chez Les Républicains ?