Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 3

  • BIENTOT UNE GRANDE FERME URBAINE A COTE DE VANVES AU PARC DES EXPOSITIONS

    Les vanvéens qui passent par la porte de la Plaine s’aperçoivent que le plan de restructuration du parc des expositions avance à grand parc, avec ses deux hôtels le long de l’avenue de la porte de la Plaine et derriére, le nouveau hall 6, en cours de construction. Celui-ci  devrait accueillir, sur son toit, une exploitation agricole urbaine de 14 000 m2. Il s'agira là de la plus grande ferme urbaine en rooftop du monde selon Viparis le gestionnaire du parc des expositions. Agripolis et Culture en ville ont été chargé de piloter cette exploitation maraîchère et potagère, avec 20 maraichers qui auront pour mission, chaque jour, de s'occuper de 1000 fruits et légumes de saison de plus de 30 espèces. Avec bien sûr, des normes biologiques, responsables et respectueuses de l'environnement ! Et les productions de cette immense ferme urbaine alimenteront les restaurants du Parc des Expositions, les hôtels, restaurants et habitants du Sud de Paris et de la proche banlieue, ainsi  que le nouveau restaurant gastronomique de Guy Martin qu devrait ouvrir un peu plus tard au sein du Parc des Expositions

    A côté, plus d’un an après son ouverture, le centre de congrés géant du parc des expositions, le Paris Convention Center qui est devenu une locomotive pour le tourisme d’affaires parisiens, affiche complet jusqu’en 2023 : «Nous avons d’ores et déjà 27 congrès prévus pour les 4 ans à venir.  Les organisateurs du monde entier savent désormais que notre Paris Convention Center et un lieu de très grands événements internationaux» indiquait récemment  Pablo Naklé Cerruti DG de Viparis qui cite notamment les 33 000 spécialistes  qui seront réunis par la Société européenne de Cardiologie, en août 2019, après avoir accueilli l’été dernier, le congrès annuel de l’European Respiratory Society (ERS), le plus important portant sur la médecine respiratoire au monde

  • L’EGLISE MISE A MAL : LE PERE CURE DE VANVES, BERTRAND AUVILLE REAGIT

    Lors des obséques de Serge Bauville, jeudi dernier,  le pére curé Bertand Auville a eu ses mots pour sa famille: « Je vous remercie pour votre confiance en l’église mise à mal par des scandales ». Il faisait référence bien aux affaires d'agressions sexuelles qui secouent l’église déjà depuis un certain moment, avec la condamnation avec sursis de Mgr Barbarin en France, cette réunion des Evêques autour du pape François au Vatican, et le livre enquête de Frédéric Martel…

    Il avait d’ailleurs signé l’éditorial du dernier « Sel et Lumière » lien de la paroisse de Vanves, titré »Fluctuat Nec Mergitur » : «Ces derniers temps, l’eglise est bien trop souvent au cœur d’une actualité désastreuse. Les scandales sexuels pleuvent. L’incurie de la Curie est offerte en pâture. La suspicion est de mise : les prêtres seraient, tous, au mieux des frustrés ou des dépravés et au pire des déviants. Comme beaucoup d’entre vous, peut être, je partage ce double sentiment de honte et de ras-le-bol mâtinée d’interrogations vives : comment la Saint Eglise peut-elle être si pécheresse en tant se ses membres ? Qu’est-ce que le Seigneur attend de nous en ces temps tellement troublés ? Je pourrais me rassurer en rappelant l’adage qui veut qu’on ne tire pas sur l’ambulance. C’est-à-dire que si l’Eglise est à ce point assaillie par les hommes et le malin, c’est qu’elle encore bien vivante » écrit il. « Je voudrais surtout que l’on accepte de saisir le problème dans sa radicalité temporelle. Nous ne traversons pas tant une crise de l’Eglise qu’une crise la foi. Soyons davantage disciple du Christ. Son Eglise révélera alos sa sainteté ! La barque de l’Eglise est bien ballottée, tant par les vents contraires que par l’indiscipline de ses passagers. Cependant elle ne coulera pas…à la condition express que le Christ soit toujours à son bord. Le remettre à la barre, voilà un chemin de conversion, un chemin de carême. Souquons ferme ! »

  • GRAINES DE CINEASTE A VANVES : TIMOTHEE SUR LES PAS DE SPIELBERG ?

    Avant les vacances d’hiver, le Blog de Vanves indiquait  que Timothée Desouliére, un jeune vanvéen de 13 ans s’était fait remarquer sur l’Instagram de la ville de Vanves #vanves pour un clip ou un court métrage dynamique et créatif tourné entièrement dans la commune dénommé le «bus». Une course poursuite d’un jeune pour rattraper un bus qu’il rate, illustrant parfaitement bien, 40 ans après un grand succésdu cinéma français « Elle court, elle court la banlieue » avec Higelin, cette époque où l’on fustigeait le « boulot-dodo-métro ». Le Blog l’a rencontré justement pendant ses vacances qu’il a consacré à tourner d’autres courts métrages

    «Tout me passionne ! Je ne m’oriente pas sur un type de film particulier. La comédie, l’action comme je l’ai fait avec « Bus », à l’image d’un classique comme le film « Taxi » explique ce jeune vanvéen qui agit déjà comme un « pro » en partant d’un scénario qu’il écrit, « un story board » précise t-il. « On tourne avec une petite caméra pour vidéaste hybride. Pour le « bus »  qui est  l’histoire d’un jeune qui a raté son bus,  j’ai écrit les répliques du début, et pour les scénes d’actions, on a improvisé selon les lieux et les possibilités d’acrobaties de mon copain Jeremy. Le tournage a duré 2 à 3H pour un clip de 2 mn » explique t-il. Il a tourné 3 courts métrages pendant ses vacances,  écrit plusieurs scénarios en réserves…

    Il ne sait plus où est né cette passion pour le 7éme art, mais lorsqu’il était en CE1, il a eu l’occasion de visiter un musée, avec des plateaux de tournages, où on a pu jouer au présentateur météo à la TV . Rentré à la maison, j’ai piqué l’ordinateur de ma mére avec lequel je suis allé sur You Tube où j’ai découvert un logiciel, et c’est comme cela que je suis mis à tourner des clips » raconte t-il comme une évidence. 

    Mais là où c’est encore plus étonnant, c’est qu’à 13 ans en 4e à Michelet, il sait ce qu’il veut faire, réalisateur,que c’est un chemin difficile – «je prends de l’avance parce que je sais ce que je veux faire » -  en visant une école comme l’ESRA- «même si c’est asez coûteux parce que privé ». Il se rêve comme un Spielberg qui a commencé à 18 ans,  et souhaite suivre les traces d’un James Cameron, Luc Besson…. Avec des films cultes à ses yeux : « Forest Gun », « la ligne verte », « Retour vers le futur », « Titanic ». En attendant, il fait ses premières armes avec ses deux copains dont l’un est passionné d’audiovisuel, avec un sens de l’information et de la mise en scéne inné. Allez-voir ses autres courts-métrages sur sa chaine Youtube : https://bit.ly/2BF2pKi