Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 3

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CONSECRATION EPISCOPALE :  Le pére-curé de Vanves Bertrand d’Auville (sur la photo) sera bien sûr présent cet après midi à la cathédrale Sainte Geneviève à Nanterre pour la messe d’ordination épiscopale du nouvel évêque Matthieu Rougé, avec quelques vanvéens. Il avait organisé jeudi soir une veillée spirituelle pour préparer cet événement diocésain avec un temps de louange puis un temps de prière, après un temps d’enseignement où il a expliqué «ce qu’est un évêque et ce qu’il fait : Il enseigne sanctifie, guide… Vatican II ayant élargi son horizon : Administrateur de son diocèse, il doit avoir le souci de l’église universelle. Il participe à un collége épiscopal. Le pape est l’évêque de Rome qui permet aux évêques de vivre en communion ; Là où est l’évêque, là est l’église »

    MINISTERE :  Voilà 3 ans que le pére Bertrand Auville assure son ministère à Vanves, à un moment particulier, et douloureux : « J’aime l’église. Elle est le peuple de Dieu, elle est le temple du Saint Esprit, elle est le corps du Christ qu’elle célèbre. Les affaires actuelles  mettent à mal l’amour et à la confiance envers l’église. Ses péchés sont d’abord ceux de chrétiens et non de l’Eglise, d’hommes et de femmes déchus. Ne jetons pas la pierre à l’église ! Que chacun balaie devant sa porte » s’est il exprimé Jeudi soir en citant le pape Benoit XVI : « La plus grande persécution vient du péché dans l’Eglise ». « Peut être que ce qui s’abat sur nous doit nous permettre de purifier notre église » s’est il interrogé. « On ne peut s’en sortir avec des postures incantatoires » en citant le cardinal vingt-trois, ex-archevêque de Paris,  qui voit dans cette crise, un sursaut, car l’église fait du bien au monde !

    APERO : Gabriel Attal député LREM de Vanves/Issya bien déposé sa candidature jeudi dernier pour la présidence du groupe LREM à l’Assemblée Nationale. Ils sont dix sur la ligne de départ,  chacun mène campagne durant ce week-end jusqu’à mardi où interviendra le vote. Gabriel Attal a choisi d’organiser des apéro tous les soirs, alors que d’autres tiennent une permanence pour recevoir ses collègues. Les jeux sont très ouverts pour cette élection sans favoris, mais où il n’aurait aucune chance selon les spécialistes. Mais la politique réserve quelquefois des surprises

  • UN PATRIMOINE EXTREMEMENT RICHE A DECOUVRIR A PIED DANS VANVES

    Le patrimoine vanvéen est à  l’honneur  durant ce week-end à l’occasion des journées européennes du patrimoine (JEP). Un focus est fait sur  Marina Tsetaeva ((1892-1941) grande poétesse russe qui a vécut à Vanves de 1934 à 1938 avec des animations et des visites au 65 rue Jean Baptiste Potin où elle a vécu. Il y a les incontournables : Le lycée Michelet, l’église Saint Remy, l’église des nouveaux martyrs de la terre russe, la cité Payret Dortail, label patrimoine d’intérêt régional depuis le printemps 2018, le prieuré Saint Bathilde qui fait partie du patrimoine remarquable d’Ile de France  où sont organisé des visites ce week-end qui les mettent en avant.

    Mais le patrimoine de Vanves ne se résume pas seulement à ces sites mis en avant, car il y en a d’autres bien sûr que vous pouvez découvrir au gré d’une promenade dominicale : Le parc F.Pic sauvé des lotisseurs par le maire dont il porte le nom, vec ses anciens pavillons de  la maison de santé du docteur Arnaud, le restaurant de la Tourelle, la créche du parc, mais aussi sa glacière et sa chapelle que les habitués du parc devinent sous son monticule de terre 

    Le lotissement voisin du lycée Michelet et du parc des expositions, dit des artistes, encadré par les rues J.Jaurés, M.Yoll, Jullien et V.Hugo,  implanté sur des parcelles en lanières issus des anciens terrains agricoles et viticoles (Ouest des Hauts de Vanves) ou il est l’héritage d’un passé ouvrier de la commune : Ses pavillons avaient été construit par la SA de la Plaine de Vanves dont le promoteur était l’ingénieur Emile Cacheux, spécialiste des maisons ouvrières qui exerça ses activités jusqu’à la fin du XIXéme siécle à Vanves. Ses caractéristiques : étroitesse des parcelles, constructions sur les limites séparatives et en recul de la voie laissant place à un jardinet à l’avant. Sans parler de certains pavillons dans les Villas, petites voies privées, desservant plusieurs maisons étroites implantées sur de petits terrains : Quincy, Dupont, Léger…  Avec quelques immeubles de l’Immobiliére 3 F entre S.Carnot et V.Hugo, à l’angle Barbés/J/Bleuzen, place de la République au dessus de la pharmacie ou du bâtiment HLM sur pilotis de la rue J.B. Potin.

    « L’époque contemporaine a marqué le paysage par une profonde restructuration urbaine où s‘illustrérent bien des architectes comme Henri Sauvage, les frères Perret, et les fréres Marne » ces derniers ayant construits notamment dans le style Bauhaus, jouant avec le béton et un parti pris de transparence  : La créche-maison de retraite Larmeroux (ex-maisons de retaites des vieux travailleurs) avec son entrée ornée de deux hauts reliefs des sculpteurs R. Coutin et l Piron sur les thémes de la vieillesse, de l’enfant et dela femme, avec  sa chapelle rénovée  ou le LEP Dardenne avec ses 3 étages de grandes verrières horizontale qui viennent aérer les murs de briques. Plus loin, l’hôtel de ville avec sa fresque d’Henri Darien , ou le tribunal d’instance construit en 1857 pour accueillir la première mairie de Vanves puis en 1897,  le premier tribunal de paix, la gare-pont de Vanves-Malakoff qui était une proussse architecturale à l'époque.  

  • LE « 13 », LA CITE JARDIN DE VANVES, LABEL « PATRIMOINE D’INTERET REGIONAL»

    Toujours dans le cadre  des journées européennes du patrimoine 2018, Vanves met  en avant plusieurs sites : C’est lecas de la cité Payret Dortail dit « Le 13 » fait parti des 30 premiers sites franciliens labellisés patrimoine d’intérêt régional, comme d’ailleurs de nombreux cités jardins de la Région dont notamment Suresnes. Derrière la façade rouge donnant sur la rue de Châtilon, si vous franchissez le portail du 13, pendant ce week-end des journées du patrimoine, vous découvrirez de petits immeubles de quatre étages accueillent près de 150 logements et 27 ateliers d’artistes, avec son petit jardin au fond vers la voie SNCF 

    Cette cité Payret Dortail est le résultat d’un débat qui a secoué durant de longues années la ville dirigée alors par Frédéric Pic et qui a vu la création  - mais éphémére – d’un Office Municipal d’Habitation entre 1930 et 1938.  Le Conseil Municipal s’était préoccupé entre 1921 et 1923 de constituer un « office Municipal d’Habitation à Bon Marché » (HBM). On ne parlait pas encore d’HLM. Mais voilà, il aurait fallu doter cet organisme de crédits importants. Or la commune se trouvait dans l’impossibilité de constituer les ressources nécessaires. Les effets de la Grande Guerre se faisaient encore sentir. Et puis nos élus s’en méfiaient faisant état des déboires vécues par des villes qui en avaient créés. 

    Il n’empêche que la municipalité cherchait à édifier un immeuble destiné aux personnes menacées d’expulsion ou habitant les propriétés frappées d’expulsion pour des causes diverses.  Ce n’est pas qu’après la construction de cette cité de 135 logements – la municipalité en avait souhaité 400 – que le Conseil Municipal s’est décidé le 8 Mai 1930 à créer l’Office Municipal d’HBM avalisé par l’Etat le 12 Juilllet 1931. Cet office avait pour mission de construire 40 logements sociaux rue Sadi Carnot. Des terrains furent acquis, des crédits d’Etat furent sollicités puis « sabrés » selon F.Pic « en raison de sa situation financière » et « parce qu’il considérait que la situation du logement à Vanves ne nécessitait pas la construction d’HBM ». Il faut rappeler qu’à cette époque la Ville de Paris avec son Office HBM de la Seine construisait dans la zone dite des « fortifications » toute une série de cité HBM. Du coup, F.Pic prit la décision de dissoudre le 29 Mai 1938 cet office municipal.

    Cet ensemble architectural fut réalisé par l’architecte Maurice Payret-Dortail qui travailla en collaboration avec l’Office public des Habitations à bon marché de la Seine pour lequel il assurera la construction de plusieurs cités jardins. Il a la particularité de réunir des logements sous forme d’immeubles collectifs et de pavillons, dont 27 ateliers d’artistes bénéficiant pour la plupart d’un logement attenant localisé dans la cité. Outre ses qualités architecturales, cette cité témoigne de presque 100 ans d'aventure du logement social dans les Hauts-de-Seine, marqués par un vécu collectif d'une grande richesse.

    Rénovée il y a une dizaine d’années cette cité d’exception a toujours été un atout patrimonial de la ville dont l’histoire a été contée par l’un de ses habitants, René Sedes,  dans « Ceux du 13 – L’histoire d’une cité HLM à Vanves». Il a raconté surtout que cette cité a été une cité expérimentale au niveau architecturale et une expérience intéressante de vie collective dans ses premières années avec le foyer des locataires, un ciné club, des spectacles artistiques…qu’essaie de faire renaître actuellement une amicale des locataires qui organise différentes activités. « Il y a un vrai art de vivre dans ce quartier ! » assurait au journal Le Parisien qui lui consacrait un  article, Sylvie, qui habite ici depuis 30 ans. « C’est interdit aux voitures donc très calme, il y a en rez-de-chaussée les ateliers d’artistes. On se connaît bien. ». Seul ombre au tableau, ces jeunes qui traînent, qui dealent  entre cette cité et la rue de Châtillon et dont a été victime le gardien