Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 2

  • CENTENAIRE DE LA GUERRE 1914-18 A VANVES : 33 – LES HEROS VANVEENS D’UNE GUERRE FRATICIDE

    Le Blog Vanves Au Quotidien rappelle au fil  de l’actualité qui marque l’année, les événements qui se sont déroulés voilà cent ans à l’occasion des célébrations du centenaire de la « der des der », depuis trois ans maintenant. Chaque 11 Novembre, depuis maintenant 3 ans, au carré militaire du cimetière, sont lu le nom des morts pour la France de Vanves voilà 100 ans, 53 en 1917. Le service des Archives a réalisé  avec un nouveau panneau de « Vanves endeuillé » qui évoque le souvenir de certains d’entre eux : Henri Isaac, René Audigier, Raoul Chenu, Jean Vigouroux  

    Jean Vigouroux, maréchal des Logis, artilleur devenu pilote aviateur a trouvé la mort au mont Mesnil Amelot (77) lorsque son avion s’est écrasé le 8 Janvier 1917. Le sous-lieutenant Henri Emmanuel Isaac, promis à un bel avenir de magistrat colonial, meurt le 20 Juin 1917 des suites de ses blessures après la chute de son avion lors d’un vol d’exercice. Il était un engagé volontaire comme simple soldat dans l’infanterie, après avoir été réformé. Il avait été blessé une première fois en Champagne en 1915, décoré de la Croix de Guerre, et promu sous-lieutenant. De nouveau blessé dans la somme, il a dû subir une mutilation partielle du pied. Mais pas question de lâcher, il obtenait d’être affecté dans une école d’aviation.

    Le 27 Juillet, le sous lieutenant à la 17éme Compagnie du 228e RI, René Audigier trouve la mort à Longueval (Aisne) après avoir été présent dans les désastreux combats du Chemin des Dames qui vaudront à sa compagnie d’être cité dans l’ordre de l’armée. Il avait, lui aussi, été affecté dans l’infanterie, à sa demande, en 1915, à l’âge de 21 ans. Enfin Raoul Chenu, a combattu sur le front français comme soldat de 2éme classe dans l’artillerie jusqu’à l’été 1917, après avoir été blessé deux fois, en Lorraine en Août 1914, et en Champagne en 1916, ce qui lui vaudra d’être cité à l’ordre de son régiment en Juillet 1917 après l’offensive du Chemin des dames. Il s’est porté volontaire dans l’armée d’Orient, où il a fait partie du 241éme RA, régiment d’artillerie qui a débarqué en Gréce en 1916. Il trouva la mort à cause de bombardements ennemi à Kupa village grec situé au nord de Salonique 

  • LES ATELIERS D’EXPRESSION DE VANVES ONT 40 ANS AUJOURD’HUI MAIS LES CELEBRERONT EN JUIN

    Les Ateliers d’Expression ont 40 ans ce 18 Novembre 2017. Mais ils le célébreront en Juin par différentes manifestations avec un élargissement des «puces des couturiéres» à d’autres ateliers (encadrement, tapisserie), un week-end portes-ouvertes à l’école Marceau, une œuvre mémoire en cours de constitution

    L’histoire de cette association est liée à son fondateur, Michel Latapie (sur la photo devant le stand lors d’un forum des associations à la fin des années 80) dont une salle porte son nom rue de Châtilllon, où il s’était installé en 1946,  dans un pavillon alors qu’il travaillait à l’ADP (Aéroports de Paris) comme responsable des activités aéroportuaires. C’était un militant associatif qui a oeuvré pour la création d’un office de concertation culturel dénommé VAL (Vanves Animation Loisirs) à la fin des années 70, préfigurant Le PHARE. C’est au hasard d’une rencontre avec l’un des professeurs de ses enfants qu’il s’est engagé pour s’occuper tout d’abord de la jeunesse en l’absence d’une MJC à Vanves. Il a ainsi créé le Club des Castors, fit ouvrir un centre municipal des Jeunes qui se situait au parc F.Pic en 1966 avec l’aide de M.Monfron. Cette sorte de MJC s’était même installé dans le bâtiment qui accueille le SQUARE rue Murillo jusqu’en 1974. Mais différents problèmes l’avaient amené à y mettre fin.

    Par la suite, et très vite, il a créé ces ateliers d’expressions avec ce principe d’adhésions et de cours payants qui continuent à perdurer. Avec toujours le même objectif du fondateur : laisser toutes ces activités assessibles financièrement à tous.  Ils ont accueillis jusqu’à plus de 400 adhérents l’année de ses 25 ans (plus de 260 aujourd’hui), après avoir commencé avec 10 afhérents la première année,140 à 160 adhérents ses dix premières années, avec toujours de très nombreuses activités dont certaines sont pratiquées depuis le début : La tapisserie et la rénovation de siéges qui sont des activité emblématiques, la peinture/Modelage/aquarelle, le tissage et la couture etc…D’autres sont apparues après : Patchowork, mosaïque, peinture sur porcelaine, encadrement, rénovation de petits objetsd’aerts, avec desateliers pour enfants  averc des stages pendant les vacances.  Enfin, il y eu des activités plus éphéméres comme « Jeux de stratégies » avec des reconstitution de batailles « Boomerang », « astronomie », « théâtre »  qui comprenait une partie travail scénique et technique, la recherche de l’équilibre corporel et la maîtrise respiratoire. Avec l’improvisation, « modélisme et maquéttisme »…

    Un partenariat très fort s’est constitué avec le photo Club de Vanves animé par l’un des fils Jacques Lesuisse, architecte de métier au début. D’ailleurs durant ses 20 premières années, des échanges s’étaient développés à partir de 1982 avec Le Kreis de Burgdorf, ville voisine de Lehrte,  suscitant des expositions communes chez l’un une année et chez l’autre l’année suivante. Un jumelage qui fut à l’origine du mariage d’un vanvéen et d’une lehrtoise  

    Ces ateliers ont eu autant de présidents que de siéges : 3 femmes ont succédé à Micel Latape avec Agnés Rosier, Chistiane Rahmé puis maintenant Françoise Schneegans. 3 sites l’ont accueillis : le bâtiment de la rue Guy Mocquet, Le sous sol de l’école Marceau, toujours utilisé, un local avenue rue S.Carnot, et maintenant le pavillon de l’avenue V.Hugo.  Parmi les 13 animateurs, 8 sont salariés et 3 bénévoles, deux sont là depuis les débuts comme Claude Alaguillaume à l’encadrement, Maïté Tanguy au tissage. Une œuvre mémoire et une exposition devraient rappeler toute cette histoire en Juin lors des célébrations des 40 ans de ces Ateliers d’Expressions.

  • CROWDFUNDING COMMERCIAL : UNE SOLUTION POUR LE COMMERCE DE VANVES ?

    Vanves est le théâtre d’un phénomène nouveau avec le financement participatif (crowdfunding)  en immobilier qui prend de l’essor actuellement en France, et notamment commercial qui est encore une niche, avec l’exemple de la clinique vétérinaire du Plateau. Le crowdfunding consiste à assembler l’apport financier de plusieurs participants pour mener à bien un projet de l’humanitaire à l’immobilier en passant par les commerces, la suppression de l’intermédiaire laissant entrevoir une rentabilité accrue pour les investisseurs (entre 10 à 12% annuels) grâce à un apport de quelques centaines ou milliers d’euros 

    A Vanves, 6 amis viennent de racheter les murs de la clinique vétérinaire du Plateau installé au rez de chaussée à côté du fleuriste de la place Albert Legris. Chacun a apporté 15 000 €, en créant une SCI, monté le dossier de financement, et assure  maintenant la gestion quotidienne (loyers, travaux, comptabilité…) grâce  à une société Baltis Capital fondé par Alexandre Toussaint et Clément Dornier qui s’est spécialisé dans le crowdfunding commercial.

    Elle pourrait être une solution pour lutter contre la crise du commerce  de centre ville qui touche Vanves puisqu’ils s’intéressent justement aux commerces de centre ville. La participation minimum dans leurs opérations est de 5000 €, ce qui est accessible, avec un rendement de 6%, sans rien faire, participant seulement aux décisions en ligne. Baltis Capital a ainsi repris ou créé de nombreux commerces dans l’ouest francilien (Saint Germain en Laye, Mesnil Le Roi), Vanves étant la première ville des Hauts de Seine à avoir suscité leur intérêt avec cette clinique vétérinaire. Dans certains cas, ce sont des habitants du quartier qui se sont mobilisés pour garder ou créer un commerce qui manquait, comme une épicerie fine à Lille