Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville de vanves - Page 2

  • LE PETIT SQUARE DU CENTRE ADMINISTRATIF DE VANVES EN VOIE DE RECONQUETE

    La ville après avoir réaménagé la petite placette Sadi Carnot entre la tour et le théâtre, s’atèle au petit jardin qui entoure le centre administratif municipal à l’angle des rues Sadi Carnot/Mary Besseyre  qui était dans « la ligne de mire » du maire depuis longtemps, décidé à rattraper un certain retard considérable depuis 16 ans sur ces petits espaces verts qui agrémentent les rues de Vanves.

    Un square quelque peu oublié, inexploité, peu valorisant, des haies fatiguées, des allées défoncées et creusées qui ne sont plus aux normes pour les PMR, des arbustres sur le déclin, des pelouses dégradées, une canisette inadaptée qui a pur conséquence de transformer les pelouses en crottoirs, ce qui rend le travail des jardiniers peu ragoûtant… ont constaté les services de GPSO en dressant un état des lieux. La ville  n’est pas resté sans réagir précédemment puisque l’éclairage a été refait, et l’inauguration d’une plaque en mémoire des victimes du génocide arménien a donné lieu à la plantation d’un abricotier et d’un cerisier.

    « Nous allons intervenir sur les plantations avec suppression des clôtures, plantations de nouveaux arbres, de plantes grimpantes et résistantes, avec un nouveau systéme d’arrosage et implantations de nouveaux bosquets avec réfection des pelouses et des allées en stabilisées, avec la création d’un passage à partir de l’angle M.Besseyre/S.Carnot, , déplacement de la canisette vers le parking, l’installation de bancs… pour un coût de 20 000 € » a indiqué Yann Texier, le représentant de GPSO . Le conseil de quartier a émis le souhait très original de baptiser cet espace vert « Jardin du théâtre ». Bien évidemment, une riveraine a soulevé le problème posé par les chiens et de leurs crottes, « qu’on n’a pas encore réussi à résoudre ! Mais vous savez, on a d’autres fauteurs de troubles place de la République bien plus important » a répondu le maire qui en a profité pour annoncer que la ville a en vue de s’occuper, ensuite du square de l’Insurrection, d’aménager un petit square rue V.Basch

  • LEGISLATIVES A VANVES : UN GENERAL TRES MEDIATIQUE VA T-EN CAMPAGNE !

    Tous les candidats se copient actuellement : Si Jeremy Coste (UDI) a organisé un pique-nique dans le parc de l’Ile Saint Germain pour rencontrer les familles lors du Jeudi de l’Ascension, Gabriel  Attal (LREM) tractait et échangeait avec les familles, à l’entrée du  parc F.Pic. Si Jeremy Coste (UDI) prévoit cet après midi un tour en vélo de la circonscription en commençant par Vanves, en partant à 15H de l’îlot du métro, le Général Bertrand Soubelet (DVD) invite tous les électeurs à le suivre dans son jogging matinal chaque samedi à travers, la circonscription.

    Il fait partie de ses nombreux généraux qui se présentent aux élections législatives, sous des étiquettes diverses, à la retraite comme lui, ou alors en activité, comme le Général Bertrand Ract-Madoux candidat LR dans la Drôme, qui était Gouverneur Militaire de Paris jusqu’au 22 Mai dernier puisqu’il a démissionné le jour de l’ouverture de la campagne. Mais auparavant, il avait respecté les formes, en sollicitant le feu vert de JY Le Drian, alors ministre de la Défense, en concluant un « accord de paix armée » : « Je te laisse faire campagne pour la droite, tu ne critiques pas mon bilan au ministére de la Défense »  

    Si cet ancien chef d’état-major de l’armée de terre  n’avait pas caché ses désaccords face aux coupes claires dans les budgets militaires effectués par la gauche gouvernementale, l’ex-général de la gendarmerie nationale avait été très critique lors d’une audition à l’assemblée Nationale par une commission parlementaire d’information au sujet de la politique sécuritaire et judiciaire, ce qui lui valut d’être muté en outre-mer, et dans un livre « Tout ce qu’il ne faut pas dire » qui lui avait valut d’être mis d’office à la retraite. Là encore, après l’attaque de Manchester, il s’est répandu dans les médias sur les nombreuses problématiques qu'elle souléve en France. Mais manque de chance, lorsqu’il a recherché des investitures notamment du côté d’en Marche, il s’est heurté au veto mis par JY Le Drian qui commençait à marcher pour Macron, alors qu’il était persuadé d’obtenir le feu vert de la Commission d’Investiture nationale présidée par JeanPaul Delevoye. Ce qui ne l’empêche pas d’expliquer maintenant que «  en toute  objectivité,  je ne suis pas l’homme  d’un parti, mais quelqu’un qui essaie de faire avancer les choses d’une manière pragmatique. C’est la raison pour laquelle je n’ai choisi aucun parti, parce qu’on voit qu’ils sont dans des situations difficiles, dans des logiques particulières, pas toujours d’intérêt général. Ainsi, ce qui motive mon action, c’est le sens de l’intérêt général, soclé sur des valeurs militaires qui sont les miennes, que tout le monde connaît, l’abnégation, l’honnêteté, la sincérité »

    « Je souhaite être un député qui ressemble aux électeurs, ce qui n’est pas le cas de nos députés » explique ce général à la retraite qui méne une campagne de terrain, « en essayant d’être le plus proche des citoyens parce que c’est en discutant avec eux, en essayant de les convaincre et d’écouter leurs attentes, qu’on peut être efficace »… « A 57 ans, on a encore beaucoup d’énergie. La question qui s’est posé, était de savoir parmi  toutes ces choses que je peux faire pour mon pays, quelle est la plus utile, la plus efficace, qu’est-ce qui pourra apporter une plus value ? J’ai pensé que c’était la politique alors même que, voilà un an, on m’aurait dit que je ferai de la politique, j’aurais éclaté de rire en disant que ce n’est pas possible ! Aujourd’hui, je vois dans quel état, est notre pays, les difficultés que nous rencontrons… Et l’expérience que j’ai acquise, les compétences que mon parcours professionnel m’a permis de développer, peuvent être extrêmement utile à l’Assemblée Nationale, non seulement dans le domaine de la sécurité,  mais dans des tas d’autres domaines, car la gendarmerie est une institution qui est immergée dans la société. Ce qui permet de la voir évoluer, d’avoir des contacts avec les citoyens tous les jours, avec les entrepreneurs, les commerçants, et  connaître leurs difficultés » explique t-il.

    « Je considère que j’ai encore de l’énergie, des capacités à mettre au service de mon pays. J’ai ainsi participé activement au programme « sécurité défense » de Macron au moment où personne n’y croyait. J’ai apporté un certain nombre de chose, parce que c’est lui qui me l’a demandé. J’ai pris de la distance, pas avec lui, mais avec le système En Marche. Au moment où tout le monde se ralliait à lui. Si j’avais été un calculateur, je serai resté, et il n’y aurait pas eu de difficultés. Mais j’ai un certain nombre de valeurs, une certaine cohérence. Quand je vois que l’on dit, dans le système En Marche, qu’on va faire de la politique autrement, avec d’autres têtes, avec des gens qui viennent de la société civile, et qu’à un moment donné, vous avez une grande partie du gouvernement de F. Hollande, des anciens de la politique comme Douste Blazy, Perben qui arrivent, je me dit « comment peut on renouveler le personnel politique et faire de la nouvelle politique, autrement, avec des gens qui sont là depuis 37 à 40 ans ? » explique cet isséen depuis 20 ans

    Il  ne craint pas du tout de se retrouver face à une ribanbelle de moins de 40 ans :  « Le fait d’être jeune, n’est pas forcément un gage d’efficacité, de réussite. C’est un avantage incontestable. Mais la jeunesse n’est pas tout. Pendant toute ma carrière, partout où je suis passé, sans les différentes responsabilités que j’ai exercé, on m’a dit que j’étais bien jeune pour les exercer. Et là maintenant, on me dit exactement le contraire, parce qu’en face de moi, il y a des jeunes probablement avec d’autres qualités que moi. Mais j’ai les miennes. La différence est que j’ai une certaine expérience ! »

  • LEGISLATIVES A VANVES : LE CANDIDAT « ALLONS ENFANTS » N’EST PAS UN « BEBE MACRON ! »

    Parmi les 17 candidats candidats recensés sur la 10éme circonscription cinq ont donc moins de 40 ans : Boris Amoroz (PC),  Gabriel Attal (La République en Marche),   Jeremy Coste (UDI), Thomas Puijalon (PS), et Messaoud Zazoun (allons Enfants). Ce dernier, 20 ans étudiant à Nanterre et boulonnais,  habite le nouveau quartier du Trapéze qui a voté en très grande majorité pour Macron, ce qui ne l’étonne guère

    Ce mouvement Allons Enfants qui est né dans les Hauts de Seine lors des municipales de 2014 grâce à Pierre Cazeneuve,  présente 65 candidats aux législatives  dont huit dans le département, tous ayant entre 18 et 25 ans, et un dans la 10éme : Messaoud Zazoun qui est  sorti de partiel pour entrer directement  en campagne électorale la semaine dernière : « Ma candidature n’est pas une quête de pouvoir, elle se traduit par la seule volonté d’accroître la représentation des jeunes à l’Assemblée Nationale et d’ainsi casser le cliché du député cumulard de 75 ans. Est-il normal que seuls 0,01% des élus ont moins de 25 ans, alors que notre classe d’âge représente 15% de la population française? Est-il normal que la seule député de moins de 25 ans élue sous la dernière législature soit Marion Maréchal Le Pen, une héritière politique ? Est-il normal que les jeunes préfèrent l’abstention parce qu’ils ne se sentent pas représentés? Chez Allons Enfants, nous pensons qu’il n’y a pas de fatalité ».

    Il était place de la République le 14 Mai dernier pour lancer la campagne de ce mouvement,  une marche jusqu’à la bastille, tous portant des masques  dé députés cumulards pour dire que « la place est aux jeunes ». Il est entouré d’une équipe de 5 à 6 étudiants pour gérer les réseaux sociaux, dispose d’une page facebook, mais va utiliser les outils classiques d’une campagne, avec un tract personnalité, un café politique  et une réunion publique, une présence sur les marchés… Et tout cela avec peu de militants et moyens financiers. « Le mouvement a pu créer un crowfunding sur Internet, validé par la commission nationale des comptes de de campagne, pour financer sa campagne, chaque candidat disposant de 2000 tracts nationaux et de une centaine d’affiches »   

    Ses candidats défendent un programme de 12 mesures phares fondées sur 4 piliers qui doivent être portée par leur génération : l’éducation, le numérique, le développement durable et l’Europe. « Dans un monde en pleine mutation, il parait tout à fait juste que la jeunesse soit porteuse d'idées novatrices, tournées sur le monde de demain. Ces axes sont primordiaux pour la jeunesse que nous sommes, et donc pour l'avenir de notre pays » explique t-il en  insistant sur la digitalisation de l’éducation, car « on a la chance de vivre sur un territoire composé de villes qui sont à la pointe dans ce domaine ! Mais justement si je me suis présenté dans cette circonscription, c’est qu’elle est détenue par un baron qui a, certes fait beaucoup de choses dans ce  domaine, pour sa ville, mais qui en est à son 6éme mandat, et c’est ce que l’on combat !».

    D’un point de vue individualiste, il trouve « dommageable qu’il y ait tant de candidats jeunes, mais j’en suis satisfait car justement on lutte contre l’abstention et le désintérêt des jeunes pour la politique ». Mais voilà « on nous a traité de « bébé Macron ! ». Mais Allons Enfants n’a rien à voir avec En Marche, parce qu’il a été créé pour porter Macron à la présidence de la république. Notre mouvement  veut seulement rajeunir la politique. Notre  but n'est pas d’écarter les plus expérimentés du pouvoir, mais d’être représentés de manière conséquente » insiste t-il.