Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vœu - Page 2

  • VANVES SOUTIEN L’ORGANISATION D’UNE EXPOSITION UNIVERSELLE EN 2025

    Avec ce vœu de soutien,  trés oécuménique,  à une candidature de la France à l’exposition Universelle de 2025, proposé par Anne Laure Mondon présidente du groupe PS et soutenu par Bernard Gauducheau avec sa majorité, sauf EELV et le FdeG/PC,  le conseil municipal de Vanves a répondu à l’appel d’ExpoFrance 2025, hier soir. Une initiative lancée début 2012 par un collègue du maire de vanves, le député maire UDI de Neuilly, Jean Christopohe Fromantin qui constatait que la France n’a plus organisée d’exposition universelle ou internationale depuis 1937. Et pourtant, elles ont toujours été de puissants vecteurs de dynamisation et d’innovation,  elles ont été à l’origine de l’expansion et du rayonnement international de la France dans la seconde moitié du XIXéme  et du succés de nombreuses entreprises (Vuitton, Michelin, Peugeot, Renault…) « La France a aujourd’hui, besoin d’un grand projet  qui confirme sa vocation dans la mondialisation, fixe ses axes de croissance et stimule son attractivité. L’organisation d’une exposition universelle en 2025 concrétiserait cette ambition »

    « C’est un défi pour tous ceux qui partagent ce projet fédérateur et mobilisateur à un moment où rien ne nous fédére. On redonne du long terme. C’est un projet multiplicateur avec des effets économiques et sociaux avant, pendant et après. Avec ce projet, on parle d’autre chose que de chômage, de dette publique… et on crée de la solidarité intergénérationnelle » indiquait Christian de Boissieu, vice Président d’ExpoFrance 2025 lors d’un point d’étape sur le projet le 30 Avril dernier. Rappelons que ce projet d’exposition universelle a fait l’objet d’une conférence de presse de lancement le 10 Avril 2013 avec JC Fromantin entourée des 3 porte paroles du Comité de soutien, Maud Fontenoy, célébre navigatrice,  Cédric Villani, célèbre mathématicien et directeur de l’Institut Henri Poincaré et Anne Sophie PIC, célébre chef 3 étoiles au guide Michelin. Un club des partenaires  fondateurs a été créé, réunissant des entreprises comme Carrefour, SNCF, Bouygues, ADP, RATP, Unibail-Rodamco, Suez Environnement…

    Les maires ont été invités à soutenir ce projet lors de leur congrés en Novembre 2013, et le comité de soutien a obtenu une réponse de plus de 1000 élus dont 550 maires et 250 adjoints au maire. Une mission d’information parlementaire a été créé dont le président est JC Fromantin et le rapporteur Bruno Le Roux président du groupe PS avec 30 députés qui devrait remettre son rapport à l’automne prochain.

    Les jeunes ont été associés à ce projet car des étudiants (400) de sept grandes écoles et universités ont été invités à plancher sur ce projet à la Rentrée Universitaire 2013-14 dont les premières restitutions de travaux ont étonnés : Les étudiants de Paris I Panthéon Sorbonne/IREST ont développé le théme de l’hospitalité, ceux de l’ENS Architecture Paris La Villette poursuivent des travaux autour du théme « 9 milliards d’êtres humains en 2025 – explorons nos énergies »,  ceux du Centre Michel Serres (Pres HéSam) travaillent sur « le génie du corps » et sur les territoires et infrastructrures existantes que pourrait occuper l’exposition universelle. D’autres établissements devraient être mobilisés à la Rentrée prochaine.

    « L’organisation en France d’une exposition universelle permettrait de montrer aux peuples de la terre combien note pays a gardé cette envie de contribuer à un monde plus juste, plus beau, plus respectueux des valeurs humaines. Elle donnerait à nos enfants un espoir, un nouvel horizon et une formidable occasion de s’impliquer dés à présent dans un cycle de renouveau » affirme JC Fromantin. Ainsi ce projet repose sur l’idée maitresse de mettre à disposition de façon éphémére des infrastructures du Grand Paris et des monuments existants de la métropole et des grandes villes françaises. Le Grand Paris dont l’achèvement est prévu pour 2025-30 serait le réceptacle principal de cette exposition universelle, mais il le serait en étroite association avec les grandes métropoles régionales et tous les territoires.

    Enfin, ce projet a reçu une large adhésion populaire, car 90% des français ont une bonne et même très bonne image des expositions universelles et 84% des français soutiennent cette candidature selon un sondage réalisé par l’IFOP. Mais voilà, il est en concurrence avec un autre projet d’envergure mondial : la candidature de la Région Capitale des J.O. de 2024. Or, ce sondage montre que 36% des sondés  préfèrent une exposition universelle contre 18% les J.O., 33% plaidant pour les deux, 13% pour aucun

  • CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES : Vœu contre la métropole du Grand Paris tueuse d’intercos

    La Gauche vanvéenne n’a pas suivie la gauche régionale sur le vote du vœu concernant le projet de loi sur la métropole du Grand Paris proposé par la majorité municipale UMP/UDI lors du conseil municipal de Mercredi dernier,  sauf le PS qui a voté contre,  les verts s’étant abstenus et l’élu FdeG/PC n’ayant pas pris part au vote. Dans ce vœu le conseil municipal refuse « un texte déposé précipitamment, sas préparation sérieuse, ni concertation avec les acteurs locaux qui éloignera nos concitoyens des centres de décision et qui fait peser un danger direct pour des milliers d’agents communautaires », refuse « le démantélement des EPCI existants, qui ont été démocratiquement choisis par les élus locaux et qui ont fait la preuve de leur efficacité dans la gestion des compétences de proximité, dans la planification et la conduite des politiques de développement local », et demande « pour la région capitale, une métropole ambitieuse, tournée vers l’avenir et ses enjeux, partenaires de »s acteurs locaux et soutien des dynamismes territoriaux »

     

    Anne Laure Mondo, présidente du groupe PS a reproché au maire « de demander au conseil municipal de se prononcer contre un amendement qui  n’est plus d’actualité ». Il prévoyait la création d’un EPCI à fiscalité propre, la métropole du Grand Paris, disposant d’un statut particulier comprenant Paris et les communes des 3 départements de la petite couronne. « En fait si nous en sommes arrivé à ce texte, c’est parce qu’au Sénat, l’amendement de l’UMP et du FdeG/PC ont supprimé les articles consacré à la métropole  du Grand Paris » a-t-elle expliqué  en reprenant les arguments de Jean Yves Le Bouillonnec, député maire PS de Cachan et  ex-président de Paris Métropole qui regrette « la page blanche du Sénat » qui « a été une insulte pour nos territoires. C’est le pire service qu’il pouvait nous rendre ». Pour éclairer nos lecteurs il faut savoir que  le texte en seconde lecture devant le Sénat prévoit toujours la constitution d’un EPCI couvrant tote la métropole (Paris et les 3 départtements de la Petite Couronne) d’ici le 1er Janvier 2016, mais surtout la disparition de toutes les intercommunalités de la petite couronne, ce qui n’était pas le cas dans le texte originel.     

     

    Pierre Toulouse (EELV) a fait la même réflexion, en constatant que si « un certain nombre de communauté d’agglomération ont constitué un progrés », ce n’est pas le cas à « GPSO qui est la réunion d’une bande de copains pour éviter d’être soumis à la péréquation financière. Je ne pleurerais pas sur la suppression des EPCI. Il y a beaucoup de points obscurs à GPSO, même s’il y a eu des points positifs : l’agence de l’énergie, l’agenda 21 » a-t-il expliqué en constatant tout de même que « le texte est loin d’être satisfaisant ! On aurait préféré la suppression des départements ». Claudine Charfe (FdeG/PC) a expliqué très succintement qu’elle « ne se retrouve pas, ni dans la position prise par le PS, ni dans le vœu MP/UDI ».

     

    « Ce n’est pas un problème de droite et de gauche » a clamé Isabelle Debré (UMP) en relevant deux éléments graves : « Les maires n’auront bientôt plus de pouvoir. Et c’est cela que tous les élus contestent. Des maires ont travaillé depuis des années pour construire des EPCI qui tiennent la route. Velizy, du coup, ne veut plus rejoindre GPSO pour éviter d’être intégré dans la métropole. L’objectif de l’UMP et de l’UDI est de proposer un amendement au Sénat qui puisse sauver les EPCI. Nous voulons les protéger et laisser aux maires un minimum de pouvoirs ».

     

    Bernard  Gauducheau (UDI) est bien sûr revenu sur les bienfaits apportés à Vanves grâce à GPSO en condamnant « cette métropole de Paris pensée par des apparitchiks socialistes qui n’ont jamais dirigé une commune, et qui veulent rajouter une couche au millefeuille » et en rappelant qu’à une certaine époque « l’opposition accusait GPSO d’enlever des pouvoirs aux maires » alors que « cet outil a fait ses preuves depuis 10 ans ». Enfin, il n’a pas caché que derrière tout cela, « il y a une idéologie qui ne fait pas confiance aux élus », « un moyen détourné pour récupérer les moyens (financiers) de nos communes altoséquanaises sous couvert de rééquilibrage régional ».  Valérie Mathey (PS) a été choqué par « ces propos violents » que Bernard Gauducheau (UDI) assume complétement comme il le lui a répété.