Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

transports - Page 4

  • AVEC LE MAIRE DE VANVES DANS UN HEMICYCLE REGIONAL SURCHAUFFE PAR LES FUTURES ECHEANCES ELECTORALES

    Bernard Gauducheau dans sa fonction de conseiller régional a été très assidu à ce débat budgétaire où les 208 conseillers régionaux examinent chapitre par chapitre le budget 2012 qui se monte à 4,7 milliards d’euros et les 216 amendements déposés  dont 150 par les groupes de la majorité régionale (PS, EELV, PC, FdeG, MRC, PRG),   68 par l’UMP et le NC. Occasion d’échanges vifs, quelques dérapages…et surtout d’un débat sur deux types de gestion entre la droite et la gauche... avec en toile de fonds les présidentielles et les législatives.

     

    Pour commencer, la gauche était divisée tout d’abord sur l’enveloppe totale des amendements : 44 M€ selon EELV en se référant aux dépenses supplémentaires escomptés par les verts, 20 M€ selon l’Exécutif se référant aux dépenses supplémentaires engendrées par l’ensemble des sommes engagées et gagées par ses amendements dont les plus importants concerneront le logement (15M€)  et les lycées (10 M€). Le PS a d’ailleurs fait de la lutte contre le décrochage scolaire la grande cause régionale, ses amendements contribuant à hauteur de 10 M€ à lutter contre les « sorties de route » scolaires.  « Nos amendements au budget constituent un signal fort des élus socialistes aux acteurs engagés au quotidien auprès des jeunes et des familles ». Alors que «  La lutte contre le décrochage scolaire n’est envisagée que sous l’angle de la répression ou du fichage par Luc Chatel et Jeannette Boughrab » expliquait leur chef de file.

     

    Ensuite sur l’initiative prise par les verts et le FdeG de  supprimer le recours aux agences de notation.  « En juillet 2011, la région a renouvelée le marché qui l'unit aux agences, choisissant de se faire noter par Standard & Poor's et Fitch Ratings, pour un montant de 197 340€. Si notre note est intégralement corrélée à celle de l'Etat (qui risque de perdre son AAA), cela ne sert à rien de se faire noter » a expliqué Cécile Duflot, présidente du groupe EELV pour qui « la prééminence des agences de notation » amène « la disparition du pouvoir du politique ». Du côté socialiste, les élus se sont réunis hier pour discuter de l’attitude à adpoter. Ca promet !

     

    Pour l’opposition qui a déposée 68 amendements (33 UMP et 35 NC) tout au long de ses débats, l’UMP a présenté carrément un contre budget  « Ce budget est la démonstration que Jean-Paul Huchon ne tient pas ses promesses. Les dotations allouées aux transports et la jeunesse sont loin d’être à la hauteur des ambitions affichées de la majorité PS-EELV-PC » déclarait son chef de file en accusant :  « Alors que l’Etat a versé à la région un Super bonus de 119 M€ pour la rénovation des RER, le budget ne prévoit qu’un investissement de 86 M€ : que fait la majorité régionale des 33 M€ restants ? » -  « Quand j’étais petit,  mes parents achetaient de la lessive Bonux dans laquelle il y avait de petits cadeaux minables. Votre superbonus, c’est comme ces cadeaux Bonux, c’est l’arnaque pure et simple » a répliqué JP Huchon 

     

    « Du côté de la jeunesse, nous assistons à un désengagement indéniable de la région : -21% pour la formation professionnelle et l’apprentissage, -14% pour les logements des jeunes et apprentis, -13% pour l’enseignement supérieur et la recherche, -11% pour les lycées et  - 10%  pour la sécurité dans les établissements scolaires » a surenchérit l’UMP en expliquant que son contre-budget «  s’inscrit dans une logique rigoureusement inverse, selon trois axes : un investissement en hausse (+ 12,4 M€), un fonctionnement en baisse (-137,5 M€) et une réduction de l’emprunt (-125M€) ».

     

    Les élus centristes se sont étonnés de la forte diminution des AP Autorisations de Programmes  (-24,8 M€)) et Crédits de Paiement (-7,2M€) dans le logement social :  « Un comble en pleine période de crise du logement et alors que le SDRIF prévoit de passer à un rythme de construction de 60 000 logements contre 35 000 actuellement…Le logement des jeunes et des apprentis n’est pas non plus épargné.  Décidemment, nous sommes bien loin des promesses de campagne d’il y a… à peine deux ans » constatait Laurent Lafon, président du groupe ARES dont fait parti Bernard Gauducheau .

     

    Ainsi, à ses yeux, « Sous l'effet des très nombreux amendements déposés par les groupes de la majorité régionale l'emprunt en 2012 devrait être proche de 900 M€. D'après les simulations effectuées par la région elle même dans le document d’orientations budgétaires, un tel niveau d'endettement met durablement en danger les finances régionales et induit un effet d'éviction sur les politiques publiques ».

    Même constat de la part de Roger Karoutchi  (UMP) président de la Commission des Finances qui a noté que « l’on est passé en 5 ans  de 420 à prés de 900 M€ d’emprunt,  ce qui a renforcé  l’allongement des délais de remboursement  à 6,6 ans, alors qu’elle était de 2,4 ans en 2007 et la charge liées aux  intérêts de la dette qui passent de 170 M€ en 2011 à 185 M€ en  2012 ».

     

    Ainsi le débat tout au long de  cette session a portée finalement sur l’emprunt, la dette, le fonctionnement : « On ne sous-estime pas le poids de l’emprunt sur nos dépenses de fonctionnement. Mais c’est la solution pour venir en aide à nos concitoyens qui attendent beaucoup de la Gauche » expliquait le représentant du PC..  « D’un côté on dit que la Région s’endette trop et de l’autre on dit qu’elle n’investit pas assez ! Et on met en cause le fonctionnement, ennemi perpétuel de l’UMP ; mais quand on créé une ligne de bus, il faut le faire fonctionner, l’entretenir, payer ses chauffeurs. Quand on prend des agents TOS, il faut les payer ! Ce n’est pas de la graisse  car le fonctionnement est le suivi logique de l’investissement » ajoutait un élu socialiste.

     

    L’UMP calculait que « depuis le débat sur les orientations budgétaires voilà un mois, l’emprunt de 2012 aura augmenté de 12 M€, et avant même que l’année commence un demi million sera chaque jour venu grossir une dette déjà colossale….Et ces millions n’incluent pas les 36 ME d’amendements…qui vont alourdir le fardeau de la dette. Le vote de votre budget est désormais acquis : Mais à quel prix ! 550 M€ par an, c’est le prix du Pass Navigo à tarif unique, c’est le prix du vote des verts : plus de 10 M€ la voix ! » 

    De son côté Cécile Duflot, chef de file des écologistes a tenu à dire que ce budget est une question de projets : « tenir nos engagements de campagne ! Oser malgré la crise !  avec un budget volontaire en hausse de 2,5% la région n’étant pas tombé dans le piége de la rigueur ! » en ajoutant à l’intention de l’opposition  « Nous sommes capables de résoudre nos difficultés et nos désaccords sans nous cacher derrière des portes capitonnées ».

     

    Ambiance qui a failli déraper avec quelques incidents surtout durant la première journée de débats, Valérie Pécresse ministre du budget n’étant pas là pour tenir ses troupes , l’un de ces colistiers s’en prenant à JP Huchon à propos des dépenses immobilières de la région : « M. Huchon, nous savions que vous appuyiez sur le champignon, vous avez perdu le permis mais à cette vitesse vous allez perdre votre mandat » en  faisant référence à l'excès de vitesse du président Huchon, flashé à 171 km/h.  « Vous même qui roulez en Saab, bravo pour le « made in France » a attaqué un second en référence à sa voiture de fonction avec laquelle il s'est fait flasher. Du coup, Michèle Sabban (PS), qui défendait ses crédits de fonctionnement, a réagi en les qualifiant de « duo digne d'Elie Semoune et Dieudonné »… alors que JP Huchon les qualifiait de « jeunes turcs » sur BFM jeudi matin.

     

    Les élus centristes n’ont pas cherché à provoquer mais tenter de faire avancer les débats. Bernard Gauducheau a ainsi défendu un amendement pour abonder les crédits prévus aux Contrats régionaux, après être intervenu sur le budget aménagement du territoire jeudi matin. Sans succés regrettant « d’entendre parler de clientélisme alors qu’il s’agit d’un montage financier et spécifique qui reste très administratif ». Et les maires comme lui le savent très bien.  Enfin, tout le monde a parlé de triple A, exercice obligé en ces temps de crise : « Abracadabra, Amnésie, Arnaque » pour l’UMP, « Autonomie, Ambition, Audace » pour EELV qui curieusement s’est inspiré de JP Huchon dans son discours pour les vœux de 2011. Preuve que l’on ne s’ennuie durant ces longues séances dans l’hémicycle régional

  • VANVES ET LA REGION ILE DE FRANCE : SON MAIRE ENTRE EN SESSION BUDGETAIRE MERCREDI POUR 3 JOURS COMME LES MOINES A LA RETRAITE

    C’est comme rentrer en retraite pour les élus régionaux,  car le  Conseil Régional entame sa session budgétaire Mercredi à 9H30 pour une durée de 3 jours, sans l’épée de damoclés des Verts sur son vote Vendredi prochain, mais avec des séances de nuit jusqu'à 1H et peut être 2H du matin. Certains parmi les plus éloignés ont pris une chambre à l'hôtel. D'autres leur mal en patience, surtout dans l'opposition. Le maire de Vanves a prévu d'apporter du courrier et du travail à faire durant ses longues séances, pas toujours intéressantes où cela pinaille sur des amendements, quelques millions d'euros à ajouter là, à enlever ici. Heureusement les alliés écologiques de JP Huchon  n’en sont plus à déclencher le feu nucléaire en faisant du pass navigo unique une condition de leur vote du budget 2012 après l’accord passé le 3 Décembre dernier dont il a été beaucoup question la semaine dernière.  Où sinon, cela aurait sûrement rallonger la séance  jusqu'à la fin du week-end. Bernard Gauducheau devrait intervenir notamment sur le budget aménagement du territoire avec la révision du SDRIF et le dossier du Grand Paris qu'il suit plus particulièrement, et pour défe^ndre quelques amendements de son groupe centriste (ARES).

     

    Le budget 2012 de la Région devrait  s’élever à 4,748,19 M€ si l’on rajoute la charge de la dette (0,49 milliards) en hausse de 2,5% sur le budget 2011 ( soit + 115, 77 M€ ). Compte tenu du montant des recettes permanentes (3 915,56 M€),  l’emprunt nécessaire à l’équilibre s’éléverait autour de 832,63 M€, soit une baisse de 74,5 M€ par rapport à 2011 (-8,2%). « Toutefois au vu des prévisions de dépenses pour 2011, le montant de l’emprunt à mobiliser effectivement en 2011 devrait être en hausse significative par rapport à 2010 (625 M€) si les ressources permanentes de l’exercice se révèleraient inférieures » indiquait on du côté de l’Exécutif  qui a décidé d’accroître son effort de financement sur deux priorités fortes au vu des contraintes financières et de la conjoncture :

     

    Tout d’abord le développement des transports en commun   de 5,4% avec 833 M€ et surtout une augmentation de 25% des crédits de paiement, « signe incontestable que nos engagements se traduisent en réalisations » selon l’Exécutif  et la révision du PDU IDF à l’occasion duquel la Région a l’intention d’intégrer des innovations en matière de mobilité, de nouveaux véhicules, de nouveaux usages et pratiques de déplacements. Ensuite l’action  en faveur des lycées dont le budget augmente de 8,5% avec 426,26 M€ et des crédits de paiement de 257,3 M€ pour le lancement du pluriannuel d’investissement et de rénovation  ainsi qu’un plan ambitieux de rénovation thermique des bâtiments conforme au plan climat. Sachant qu’actuellement une trentaine de gros chantiers de rénovation sont en cours dans les 8 départements franciliens pour un montant total de 630 M€ et qui devraient atteindre le nombre de 50 en 2012, avec le démarrage par exemple de la rénovation du lycée en cité mixte Lakanal à Sceaux et du lycée Buffon à Paris. Mais rien pour le lycée Michelet !    

     

    Ses deux secteurs sont les seuls en augmentation avec les services généraux avec 64,24 M€  soit +33%,  le chapitre culture, sports et loisirs avec 85,40 M€ soit +15%. Tous les autres sont en baisse : - 6,2% pour l’aménagement du territoire (400,89 M€), - 16% sur l’action économique (159,94 M€), -7% pour l’environnement (152,02 M€), -2% pour la formation professionnelle (38,90 M€), seuls le secteur Santé et action social restant au même niveau (77,19 M€). Enfin les dépenses de fonctionnement s’élèveront à 2 716, 55 M€ (+3%)  incluant 178,68 M€ pour le fonctionnement de l’institution régionale (égale au montant 2011), 194,3 M€ (+16,8%) de charge des intérêts et frais financiers de la dette.

    Ainsi les proportions respectives des dépenses d’investissement et de fonctionnement s’établiraient en 2012 entre 42,8% et 57,2% (contre 43,1% et 56,9% en 2011). « Cette évolution est très largement due aux transferts de compétence résultant de la loi du 13 Août 2004, et à des décisions prises par le Conseil régional dans et hors champ des compétences transférées. L’exécutif régional évalue à 303 M€ pour 2012 les dépenses projetées non compensées « liées à la Décentralisation » de sorte que la « charge de la dette non compensée » depuis 2006, pourrait atteindre en cumulé, 1,412 milliard »

     

    Valérie Pécresse, chef de file de la Majorité présidentielle  a déjà commencé à accuser « Jean-Paul Huchon d’être prêt à sacrifier la sécurité, l’environnement et l’enseignement privé …pour conserver sa majoritéIl pensait avoir définitivement acquis les voix des Verts pour son budget en payant le prix fort : un Pass Navigo à tarif unique à plus de 550 M€ par an, sur le dos de l’emploi francilien et au détriment de la modernisation des RER. A l’occasion de cette session budgétaire,  Jean-Paul Huchon sera  obligé de composer avec les nouveaux caprices de ses alliés » accusait elle la semaine dernière après la commission « citoyenneté, politique de la ville et sécurité» où « les Verts ont demandé  la suppression de l’ensemble des crédits destinés à la construction ou la rénovation des commissariats et des gendarmeries. Au total, 7 M€ de moins pour assurer la sécurité des Franciliens ! ».

     

    UMP et NC vont monter au créneau contre ce budget « qui est dangereux pour l’avenir » à leurs yeux. « Alors que la majorité régionale de gauche nous promettait l’orthodoxie budgétaire en 2012, en limitant le recours à l’emprunt, force est de constater que, derrière les effets d’annonce, la réalité des chiffres est là » expliquera le sénateur Roger Karoutchi en relèvant que « la Région s’endettera massivement à un niveau sensiblement équivalent à celui des années précédentes avec un emprunt de plus de 850 M€.  La Région ne peut plus et ne doit plus se permettre ses dérapages. Elle doit impérativement recentrer son action sur les 3 fondamentaux que sont les transports, les lycées, l’apprentissage et l’activité économique, sous peine de quoi, elle se liera les mains et hypothéquera un peu plus l’avenir, à un moment où des efforts d’investissements importants doivent être effectués, notamment dans le secteur des transports » 

  • VANVES ET LE CONSEIL REGIONAL QUI ENTAME SON MARATHON BUDGETAIRE

    Le Conseil Régional entame aujourd’hui un marathon budgétaire de 3 à 4 jours (et nuit) auquel participera le maire Bernard Gauducheau (NC)  pour voter son budget de 4,5 milliards dans un contexte politique qui aura été marquée par l’affaire Huchon et les polémiques sur les chutes de neige. D’autant plus que 274 amendements ont été déposé dont les 2/3 par les groupes de la majorité régionale (PS-PC, FdeG, Verts, MRC, PRG…), dont une quarantaine devrait être sous-amendé par l’exécutif

     

    C’est le premier budget de la nouvelle mandature dont l’objectif est de « donner corps aux valeurs aux valeurs qui sont les nôtres » a exliqué Jean Paul Huchon (PS), dans un contexte marqué par la réforme des collectivités territoriales, le débat sur le grand Paris et ses rocades de transports publics, la réduction des dotations allouées par l’Etat. « Comme la conjoncture est mauvaise, on essaie de mettre en oeuvre un bouclier social, c'est-à-dire aider les franciliens à améliorer leur vie quotidienne, grâce à des actions de solidarité à destination des jeunes, personnes âgées, handicapés, en grande précarité…qui représenteront 560 ME. Et  nous déploierons des actions dans le cœur de notre métier » a t-il ajouté en parlant de privilégier l’écologie notamment au travers des Etats Généraux de la Conversion Ecologique et Sociale (EGCES), d’un effort accru en matière de logement de 212,5 ME (+3%), la Région étant prête à devenir le premier financeur des aides à la pierre. La Région a prévu d’augmenter de 43 ME les crédits transports (+3,73%) qui représente 29% du budget régional,  de passer de 51,1 à 84,9 ME le budget du développement économique et de l’emploi, de maintenir à 500 ME d’investissement et 200ME de fonctionnement l’effort effectué pour les lycées avec la création de nouveaux internat de proximité, ainsi que le budget Environnement (115 ME) qui sera réorienté notamment  vers une politique régionale de l’énergie avec la lutte contre la précarité énergétique et la rénovation de 200 000 logements. Il prévoit d’accroitre de 4% le budget logement des jeunes et étudiants, de 3% le budget formation professionnelle et l’apprentissage (573ME) avec le financements de 50 000 parcours de continuité professionnelle et le développement des écoles de la deuxiéme chance. Un plan Terrains de Grands Jeux en synthétique sera lancé comme ce fut le cas pour les piscines, ce qui devrait intéresser notre commune puisque la municipalité a décidé d’aménager son terrain de football annexe du PMS A.Roche en synthétique..

     

    Les débats risquent d’être long, animés, quelquefois ennuyants, vu le nombre d’amendements. Un record. Certains permettent de renforcer des crédits sous évalués  dans certains secteurs comme pour les lycées (+37 ME),  les emplois tremplins, l’aide à la tarification… Si tout le monde parait d’accord sur la  suppression de  la zone 6 et son alignement sur la zone 5, premier vers un Pass Navigo Unique,  le Front de Gauche demande la suppression de la zone 5 afin d’aligner tous les voyageurs sur la zone 4.  « Cet amendement a été rejeté par la Commission des Finances, mais il en dit long sur la mentalité et l’état d’esprit » constate Roger Karoutchi (UMP) qui préside la commision des Finances,  en parlant d’amendements lourds traduisant des choix idéologiques comme sur le logement très social (10 ME) qui a provoqué débat, « parce qu’en parallèle la Région supprime la quasi totalité des crédits sur le logement intermédiaire qui répond aux besoins des classes moyennes, ratiboise les crédits d’investissements sur les lycées privés, sur les routes et les protections phoniques pour en mettre un peu plus sur les transports (5 à 8 ME). Sachant que les crédits routiers et autoroutiers ont déjà diminués de 50% entre 2004 et 2010. Il ne fait pas s’étonner après qu’il y ait des problèmes lorsqu’il neige. Il y a quand même 5 millions de franciliens qui prennent la route pour de multiples raisons. Mais ces choix n’en sont qu’au balbutiement. Et on l’a vu avec les amendements écartés pour l’instant par l’Exécutif sur la critérisation des aides, afin de ne plus aider un certain type de commune ». D’ailleurs beaucoup  de ses amendements de dépenses lourdes étaient commun à plusieurs groupes de la majorité (PS-EELV-MRC-PRG voire du FdeG) de manière à ce que l’exécutif les accepte.