Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

solidarité - Page 3

  • ELECTIONS DEPATEMENTALS A VANVES : CARNETS DE CAMPAGNE

    L’image de la campagne électorale pour les élections départementales durant ce week-end à Vanves, est celle de la place de l’Insurrection devant l’agence de la Poste où l’ensemble des candidats et/ou de leurs militants républicains, étaient présents pour tracter et rencontrer les vanvéens, en ce samedi matin de marché : Ainsi UMP, PS, FdeG/PC et EELV se cotoyaient avec certains de leurs chefs de file : Guy Janvier (PS), Boris Amoroz (FdeG/PC) et Catherine Naviaux (EELV). Mais pas de FN qui ne fait pas campagne, à Vanves, en dehors de quelques affiches. Pendant ce temps là, Isabelle Debré se promenait en ville, avec Bernard Gauducheau  aux Puces des Couturières dans le pavillon de l’avenue Victor Hugo, aux portes Ouvertes du LEP Dardenne, à la braderie Bout-choux qui attire de plus en plus de jeunes parents, et dans les points de tractages. Mais la vice présidente du Sénat n’est pas venue déjeuner avec les joueurs d’Expograph Vanves aux Platanes avant leur match, ce qui en a déçu plus d’un, alors qu’elle était attendue. Mais elle s’est rattrapée en donnant le coup d’envoi du match contre l’équipe de Marseille devant une tribune où s’étaient assis le maire avec Maxime Gagliardi et Bernard Gauducheau, Guy Janvier avec Antonio Dos Santos et Jean Cyril Le Goff. Le score : 1 à 1. Ce qu’espérent  les  candidats UMP et PS pour le 1er tour en espérant que le FN n’arrive à provoquer une triangulaire. « Je suis persuadé que les candidats UMP ne seront pas élu dés le 1er tour, car nous avons 5 tandems qui se présentent » expliquait Guy Janvier samedi après midi.

     

    CAFE POLITIQUE   

    Guy Janvier (PS) conseiller général sortant n’a pas pu rester jusqu’à la fin du Match, car il animait un Café politique au Tout Va Mieux avec Remi Carton. Occasion de faire le point sur la campagne à une semaine du 1er tour : Les 40 000 exemplaires du programme des candidats socialistes ont été boités sur Vanves et Clamart, permettant aux électeurs d’avoir entre leurs mains leurs 75 propositions. « Je n’en ai pas vu chez les autres ! Le programme de l’UMP se résume à expliquer qu’il est important d’avoir des représentants de la majorité au Conseil département pour obtenir des subventions. Ce qui n’est pas vrai, car j’en ai obtenu, alors que je suis dans l’opposition, pour Vanves » expliquait il en revenant sur cette dernière semaine de campagne : « Nous avons choisi de faire venir la secrétaire d’Etat à la ville, Myrian El Khombi à Clamart, car il y a un intérêt à tenir une réunion dans ce quartier du Pavé Blanc où se trouvent les 700 logements ded 3 F que le maire de Clamart veut détruire. C’est un moment fort de cette campagne avec la réunion départementale du PS 92 lundi soir à Boulogne avec Stephane Le Foll, porte parole du gouvernement et ministre de l’Agriculture »

    En dehors de ses temps fort, les candidats et les militants socialistes continueront le porte à porte, et le vendredi sera consacré à une visite chez tous les commerçants de Vanves et de Clamart. « La situation à Vanves me parait plus facile. Le simple fait qu’Isabelle Debré se présente est bon pour nous. Elle a reconnue n’avoir pas pu assister à l’ensemble du match d’Expograph Vanves à cause de ses responsabilités sénatoriales. Que va-t-elle faire de son 3éme mandat ? »  s’est il interrogé en rappelant qu’il est conseiller général depuis 10 ans, qu’il n’a jamais pu obtenir un bureau pour tenir ses permanences de conseiller général.  « L’UMP et l’UDI ne seront pas élu au 1er tour. C’est pourquoi ce 1er tour est important. Aucune voix ne doit nous manquer. On aura un 2éme tour. Il faudra parler avec nos partenaires de gauche si nous sommes en tête. Il y a une fenêtre de tir qui s’explique  par la multitude des mandats d’Isabelle Debré qui va se retourner contre elle, et le nouveau maire de Clamart a fait plusieurs fautes avec la destruction (programmée) des 700 logements 3 F qui ont été rénovés, et le projet (de densification) du quartier de la gare de Clamart ».

     

    DEBRE SOUTENUE PAR LA MODEM LEMEUR

    Nicole Lemeur (Modem) répond sans sourciller à ses détracteurs qui l’accuse le Modem d’être une girouette après avoir soutenu Antonio Dos Santos (PS) aux Municipales et de soutenir maintenant Isabelle Debré (UMP) aux Départementales. « Aux Municipales, on soutenait un homme avec lequel on partageait des valeurs humanistes que l’on retrouve avec Isabelle Debré. Et puis, nous n’étions pas d’accord avec Bernard Gauducheau, notamment sur certains aspects de son projet et notamment vis-à-vis de la tour Triangle et du Parc des Expositions. La cohérence de tout cela, est que nous dépassons les étiquettes, les notions de partis, pour soutenir des gens dans ce qu’ils peuvent apporter, il est vrai,  dans un contexte qui est loin d’être simple, avec l’objectif de dépasser les invectives. Nous soutenons ainsi des gens qui dialoguent, échangent, dépassent les jeux des partis » explique Nicole Lemeur au lendemain de la réunion publique, où elle a expliqué les raisons du soutien du Modem, avec beaucoup d’émotions  car elle savait qu’elle s’adressait à une assemblée hostile au Modem. « C’est une gaulliste sociale, qui a toujours tenue le même discours. Elle s’est engagée, bien avant la politique, dans la lutte contre l’enfance maltraité au sein de l’association « L’enfance Bleue ». Les compétences des départements ne sont pas encore assez claires, mais une chose est sûre, ils s’occuperont toujours de la solidarité. Elle a les compétences en matière sociale et de solidarité » explique t-elle en ayant noté qu’elle a rédigé un excellent rapport sénatorial sur les mineurs étrangers isolés en France. « Le Conseil Départemental des Hauts de Seine va être obligé, dans un contexte contraint, notamment à cause de la péréquation, de s’occuper du RSA  et de l’insertion, des personnes âgées, des handicapés. Il faut qu’il y ait des élus  qui soient pragmatiques et ont le souci de l’efficacité, pour répondre aux besoins grandissants, avec la crise, en faisant mieux avec moins. Il faut des élus de dialogue, capable de se mettre autour de la table, convaincre ses pairs,  capable de jeter des ponts, ce qui est rare en politique, et de dire qu’une idée est bonne même lorsqu’elle vient de l’opposition ».

  • ELECTIONS DEPARTEMENTALES A VANVES : JEAN SAGLIETTI, UN CANDIDAT DU FN « LIGHT »

    Le mérite de « l’entrevue citoyenne » organisée par la JCE GPSO le 4 Mars dernier  est d’avoir donné l’occasion aux vanvéens de rencontrer l’ensemble des candidats, et notamment les moins connu. Le Blog Vanves Au Quotidien va revenir au fil des jours sur les déclarations des candidats faîtes à cette occasion et dans d’autres lieux, et sur leur programme qu’ils ont commencé à distribuer en cette première semaine de campagne officielle. D’autant que selon les dernières prévisions et statistiques en possession des spécialistes,  Jean-Didier Berger et Isabelle Debré (UMP) devrait faire 36% des voix, Guy Janvier et Yannick Geffroy (PS) 25%, Jean-Charles Saglietti (FN) et Gabrielle Girard (FN) 16%, Catherine Naviaux (EELV) et Roland Rabeau (EELV) 15%, Boris Amoroz (PCF-FDG) et Lucie Heurtier (PG-FDG) 8%. 

    Jean Charles Saglietti (FN) qui se présente avec Gabrielle Girard sur Vanves/Clamart, avec pour suppléants Frank Lozé et Marcelle Carpentier font parti de ces candidats peu connus, et beaucoup de vanvéens et de clamartois se demandent même s’ils habitent l’un de ses deux villes formant le canton. Ce chef d’entreprise, gérant d’ADPI, agence pour le développement du patrimoine immobilier installé à Rungis, était le seul du FN à s’être déplacé à Vanves et a expliqué finalement les raisons de sa candidature. Mais les Hauts de Seine sont un territoire de mission pour le FN qui ne prend pas pied dans ce département, même si le siége de ce parti de la famille Le Pen est y installé (Nanterre après Saint Cloud), même s’il fait de très bon score dans certains quartiers populaires de villes communistes comme Gennevilliers et Nanterre par exemple.

    Jean Charles Saglietti se présente « pour défendre une certaine idée de la République qui doit être servie avec exemplarité et intégrité alors que dans les Hauts de Seine ne sont pas un exemple » en citant Levallois. « Cette élection est l’occasion de parler de justice sociale, de solidarité pour les aînés, les jeunes, les chômeurs, dans ce département qui est le plus riche de France alors que 250 000 habitants vivent en dessous des minima sociaux. Les organismes de tutelle reconnaissent que de nombreux bénéficiaires potentiels du Fonds de solidarité sur le logement ne savent pas qu’ils peuvent en bénéficier pour vous donner un  exemple. Il y a une véritable information à réaliser à ce niveau là et ce sont des choses que nous voulons défendre dans ce département. Car nous tenons à cet échelon départemental qui est de proximité, qui permet de prendre en compte les préoccupations de chacun » a-t-il expliqué en ajoutant « que nous sommes très attaché à l’action sociale. On pourrait revaloriser certaines prestations sociales. Mais on est dans le brouillard de la réforme territorial, car on ne sait pas encore quelles vont être les compétences exactes du département ». Le FN est très réservé vis-à-vis de la métropole du Grand Paris ! « Nous sommes très attaché à la notion de commune, à  préserver et retrouver un lien social. Pourquoi organiser de nouveaux échelons, superposer des strates sur des strates qui ne rend rien compréhensible »

    A ses yeux, « ces élections peuvent être l’occasion d’une respiration démocratique. Ce n’est pas un hasard qu’il y ait  autant d’abstention. Les électeurs ne se sentent pas représentés correctement . On a tenu à travailler sur notre fonctionnement démocratique pour que les attentes de chacun soient mieux pris en compte. On ne peut pas être satisfait de notre représentation démocratique. Quel est le mandat que les candidats vont privilégier lorsqu’ils en ont déjà deux, s’ils sont élus conseiller départemental. Les électeurs ont besoin de savoir avant d’aller voter, pour qui, ils vont voter, pour le titulaire ou pour le suppléant » s’est il interrogé en visant Jean Didier Berger déjà maire de Clamart et Conseiller régional, et Isabelle Debré vice président du Sénat et 1ere adjointe à la mairie de Vanves. « Ce sont des choses très importantes en terme de valeurs que nous avons envie de défendre sur ce canton »

    Un militant du FdeG/PC a essayé de le désarçonner en l’interrogeant sur les excès du FN et la « préférence nationale » défendu par son parti. « Le FN est exemplaire sur le fait de retirer son soutien aux candidats qui dérapent. Si je me suis engagé au FN, c’est parce que j’y ai retrouvé une véritable représentation populaire. Ce qui pose véritablement problème aujourd’hui, c’est le déficit démocratique, le fait que les électeurs ne se sentent pas représentés par les élus ». Une jeune membre de la JCE GPSO lui a posée une question sur les jeunes et l’engagement politique : « Nous les accueillons largement au FN ! Ils doivent demander des comptes aux politiques qui laissent la dette s’amplifier, car ce sont nos enfants qui supporteront et payeront cette dette car ils n’ont pas été capables de faire des économies. Et ils seront en droit de demander des comptes ».

    A la fin de la réunion, les avis était bien partagé sur ce candidat du FN qui apparaissait bien « light » pour certains persuadé qu’il était auparavant à l’UMP ou bien « chez Dupont Aignan ! »

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE DE GRANDE REPRISE APRES LA TREVE DES CONFISSEURS

    Les vanvéens seront tout de suite mis dans le bain, après cette trêve de 15 jours, avec les vœux qui commencent à Issy les Moulineaux avec le député (de Vanves), les premières galettes des rois, l’actualité avec la manifestation contre le Mariage pour tous. Ce fameux projet de loi adopté le 7 Novembre par le Conseil des Ministres qui n’en finit pas de susciter des réactions souvent vives, des réflexions et des interrogations légitimes de part et d’autre. Les manifestations « pro » et « anti » vont se succéder en ce début d’année, chaque camp voulant jauger sa mobilisation à l’aune du nombre de manifestants. Et les vanvéens ne seront pas absents du débat.

     

    Lundi 7 Janvier – DES VANVEENS SUR LES PLANCHES

    A 19H au Théâtre (et jusqu’au 13 Janvier) : « Platonov » piéce d’Anton Tchekhof mise en scéne par Benjamin Poirée avec la compagnie La musicienne du silence. « Benjamin Porée avait 25 ans lorsqu’il m’a présenté son premier projet. Il est revenu pendant 2 ans, puis une après-midi avec toute son équipe, il  nous a présenté Platonov comme si c’était une soirée. On a trouvé cela superbe e réussi » raconte José Alfarroba, directeur du Théâtre. Platonov est la première piéce de Tchekhov écrite à l’âge de 18 ans. Mêlant comédie et tragédie, la piéce dépeint une société russe bourgeoise en train de dépérir, incapable de se sortir de l’ennui. Finalement toute cette piècetente de répondre à la question posé par Platonov : « Vivre ? Comment fait il faire ? ». 50 comédiens confirmés mais aussi amateurs se retrouveront sur la scéne dont une vingtaine de vanvéens, beaucoup du foyer Danton, « dont certains ont pris l’habitude de venir au théâtre, assister à nos spectacles, nous rencontrer au Bar avant de venir eux-même sur scéne comme Maadame Cassous qui vend les enveloppes du Club Murillo au forum » indique t-il en ajoutant : « On voudrait faire beaucoup plus de choses comme cela avec la population. Mais ce qui nous manque, ce sont les lieux pour faire les répétitions, et des moyens pour payer les animateurs ».

    Mardi 8 Janvier – SOLIDARITE

    A 10H à la Maison Paroissiale de Saint Remy : « Un accueil pour rien » organisé par le conseil pastoral à l’iniative de colette Pantin, à destination des personnes souffrant de la solitude. Rappelons que le Conseil Pastoral  réfléchit sur « la place du pauvre dans notre communauté ». « Il nous a semblé que la solitude était la détresse qui était la plus répandue et en même temps que la plus difficile à vivre, à côté du manque de logement, de nourriture, car elle touche tout le monde quel que soit sa condition sociale. Malheureusement, on ne se rend pas compte que son voisin ne va pas, même lorsqu’on le voit assez régulièrement. D’où l’idée de ce café pour  apporter un petit mieux, sans démarche à organiser, sans papier à écrire, sans inscription » explique t-elle.

    Jeudi 10 Janvier – MARIAGE POUR TOUS

    A 19H30 à l’Hôtel de Ville : Réunion du Comité Consultatif « Environnement/Développement durable » avec à l’ordre du jour : Présentation du service de l’eau, échanges abec les équipes locales de VEOLIA Eau Ile de France

    A 20H30 à l’église Saint Remy : Veillée de prière sur la question du « Mariage pour Tous » organisé par l’EAP et son curé pour « porter dans la prière les événements, en les présentant à Dieu ». Avant la manifestation du 13 Janvier.  

    Vendredi 11 Janvier- VŒUX

    A 18H30 au Palais des Sports de GPSO  Robert Carpentier : Vœux d’André Santini, député de Vanves auxquels participent généralement de nombreux  vanvéens, et notamment les Santni’s boys dont Bernard Gauducheau  qui se réunisent toujours autour de lui ce soir là dans un restaurant de sa ville.

    Samedi 12 Jabnvier – ECHANGES

    A 10H30 au café Le Bistroquet : Café Théo sur le théme : « qu’est-ce qu’un couple ». Il s’agit d’un temps d’échange ouvert à tous à l’initiative de chrétiens catholiques et protestants de Vanves, mise sur pied en Janvier 2011

    Dimanche 13 Janvier – MANIFESTATION

    A 12H au métro Plateau de Vanves/Malakoff et à 12H30 à Saint Remy : Les paroissiens de vanves ont rendez-vous pour partir ensemble à la manifestation. « Nous sommes tous invités à nous sentir concernés par la question du « Mariage Pour Tous. C’est une question qui dépasse le clivage religieux mais qui atteint les fondements même de l’institution du mariage. La moblisation est importante. Certes, la manifestation dans la rue n’est pas la seule manière de dire notre désaccord mais elle est un moyen qui peut parler à tous » explique t-on dans Sel et Lumière en indiquant que l’évêque du diocése,  Mgr Daucourt,  a invité les chrétiens à écrire à leurs députés ou leurs élus pour qu’ils puissent prendre en compte leur position