Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfance maltraitée

  • ELECTIONS DEPATEMENTALS A VANVES : CARNETS DE CAMPAGNE

    L’image de la campagne électorale pour les élections départementales durant ce week-end à Vanves, est celle de la place de l’Insurrection devant l’agence de la Poste où l’ensemble des candidats et/ou de leurs militants républicains, étaient présents pour tracter et rencontrer les vanvéens, en ce samedi matin de marché : Ainsi UMP, PS, FdeG/PC et EELV se cotoyaient avec certains de leurs chefs de file : Guy Janvier (PS), Boris Amoroz (FdeG/PC) et Catherine Naviaux (EELV). Mais pas de FN qui ne fait pas campagne, à Vanves, en dehors de quelques affiches. Pendant ce temps là, Isabelle Debré se promenait en ville, avec Bernard Gauducheau  aux Puces des Couturières dans le pavillon de l’avenue Victor Hugo, aux portes Ouvertes du LEP Dardenne, à la braderie Bout-choux qui attire de plus en plus de jeunes parents, et dans les points de tractages. Mais la vice présidente du Sénat n’est pas venue déjeuner avec les joueurs d’Expograph Vanves aux Platanes avant leur match, ce qui en a déçu plus d’un, alors qu’elle était attendue. Mais elle s’est rattrapée en donnant le coup d’envoi du match contre l’équipe de Marseille devant une tribune où s’étaient assis le maire avec Maxime Gagliardi et Bernard Gauducheau, Guy Janvier avec Antonio Dos Santos et Jean Cyril Le Goff. Le score : 1 à 1. Ce qu’espérent  les  candidats UMP et PS pour le 1er tour en espérant que le FN n’arrive à provoquer une triangulaire. « Je suis persuadé que les candidats UMP ne seront pas élu dés le 1er tour, car nous avons 5 tandems qui se présentent » expliquait Guy Janvier samedi après midi.

     

    CAFE POLITIQUE   

    Guy Janvier (PS) conseiller général sortant n’a pas pu rester jusqu’à la fin du Match, car il animait un Café politique au Tout Va Mieux avec Remi Carton. Occasion de faire le point sur la campagne à une semaine du 1er tour : Les 40 000 exemplaires du programme des candidats socialistes ont été boités sur Vanves et Clamart, permettant aux électeurs d’avoir entre leurs mains leurs 75 propositions. « Je n’en ai pas vu chez les autres ! Le programme de l’UMP se résume à expliquer qu’il est important d’avoir des représentants de la majorité au Conseil département pour obtenir des subventions. Ce qui n’est pas vrai, car j’en ai obtenu, alors que je suis dans l’opposition, pour Vanves » expliquait il en revenant sur cette dernière semaine de campagne : « Nous avons choisi de faire venir la secrétaire d’Etat à la ville, Myrian El Khombi à Clamart, car il y a un intérêt à tenir une réunion dans ce quartier du Pavé Blanc où se trouvent les 700 logements ded 3 F que le maire de Clamart veut détruire. C’est un moment fort de cette campagne avec la réunion départementale du PS 92 lundi soir à Boulogne avec Stephane Le Foll, porte parole du gouvernement et ministre de l’Agriculture »

    En dehors de ses temps fort, les candidats et les militants socialistes continueront le porte à porte, et le vendredi sera consacré à une visite chez tous les commerçants de Vanves et de Clamart. « La situation à Vanves me parait plus facile. Le simple fait qu’Isabelle Debré se présente est bon pour nous. Elle a reconnue n’avoir pas pu assister à l’ensemble du match d’Expograph Vanves à cause de ses responsabilités sénatoriales. Que va-t-elle faire de son 3éme mandat ? »  s’est il interrogé en rappelant qu’il est conseiller général depuis 10 ans, qu’il n’a jamais pu obtenir un bureau pour tenir ses permanences de conseiller général.  « L’UMP et l’UDI ne seront pas élu au 1er tour. C’est pourquoi ce 1er tour est important. Aucune voix ne doit nous manquer. On aura un 2éme tour. Il faudra parler avec nos partenaires de gauche si nous sommes en tête. Il y a une fenêtre de tir qui s’explique  par la multitude des mandats d’Isabelle Debré qui va se retourner contre elle, et le nouveau maire de Clamart a fait plusieurs fautes avec la destruction (programmée) des 700 logements 3 F qui ont été rénovés, et le projet (de densification) du quartier de la gare de Clamart ».

     

    DEBRE SOUTENUE PAR LA MODEM LEMEUR

    Nicole Lemeur (Modem) répond sans sourciller à ses détracteurs qui l’accuse le Modem d’être une girouette après avoir soutenu Antonio Dos Santos (PS) aux Municipales et de soutenir maintenant Isabelle Debré (UMP) aux Départementales. « Aux Municipales, on soutenait un homme avec lequel on partageait des valeurs humanistes que l’on retrouve avec Isabelle Debré. Et puis, nous n’étions pas d’accord avec Bernard Gauducheau, notamment sur certains aspects de son projet et notamment vis-à-vis de la tour Triangle et du Parc des Expositions. La cohérence de tout cela, est que nous dépassons les étiquettes, les notions de partis, pour soutenir des gens dans ce qu’ils peuvent apporter, il est vrai,  dans un contexte qui est loin d’être simple, avec l’objectif de dépasser les invectives. Nous soutenons ainsi des gens qui dialoguent, échangent, dépassent les jeux des partis » explique Nicole Lemeur au lendemain de la réunion publique, où elle a expliqué les raisons du soutien du Modem, avec beaucoup d’émotions  car elle savait qu’elle s’adressait à une assemblée hostile au Modem. « C’est une gaulliste sociale, qui a toujours tenue le même discours. Elle s’est engagée, bien avant la politique, dans la lutte contre l’enfance maltraité au sein de l’association « L’enfance Bleue ». Les compétences des départements ne sont pas encore assez claires, mais une chose est sûre, ils s’occuperont toujours de la solidarité. Elle a les compétences en matière sociale et de solidarité » explique t-elle en ayant noté qu’elle a rédigé un excellent rapport sénatorial sur les mineurs étrangers isolés en France. « Le Conseil Départemental des Hauts de Seine va être obligé, dans un contexte contraint, notamment à cause de la péréquation, de s’occuper du RSA  et de l’insertion, des personnes âgées, des handicapés. Il faut qu’il y ait des élus  qui soient pragmatiques et ont le souci de l’efficacité, pour répondre aux besoins grandissants, avec la crise, en faisant mieux avec moins. Il faut des élus de dialogue, capable de se mettre autour de la table, convaincre ses pairs,  capable de jeter des ponts, ce qui est rare en politique, et de dire qu’une idée est bonne même lorsqu’elle vient de l’opposition ».