Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sécurité - Page 2

  • LES ELECTIONS A VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    COUT DES ELECTIONS  

    Plus de 600 M€ !  C’est l’estimation du coût global des élections présidentielles et législatives de 2012, d’après le rapport « Moderniser l’organisation des élections » de l’inspection générale de l’administration (IGA), publié en avril 2015. Parmi ceux-ci, 200 M€ ont été engagés par les communes. Qu’en sera-t-il en 2017. Pour Vanves, les frais d’élections (Présidentielles et Législatives)  devraient s’éléver à 8500 € puisque le budget « citoyenneté » passe de 10 500 € à 19 000€ entre 2016 et 2017 (+2,30%). Mais il ne prend pas en charge les 250 € d’indemnité versées à chaque agent municipal qui tient un bureau de vote – 2 par bureaux, soit 42 au total – les chauffeurs et les installateurs du matériel électoral dans les écoles. Ces indeminités sont insrites dans le budget personnel

    SECURISATION DU VOTE

    Ses élections se sont déroulées sous haute tension, même si elle était moins visible à Vanves, après la tuerie sur les Champs Elysées Jeudi dernier, à Paris et en Ile de France. Ce dimanche a été dense pour la police natonale mais les équipes de Sentinelles  amenés à surveiller des lieux aussi variés que des mairies, des écoles ou encore des gymnases, ses véhicules étant visibles dés l’ouverture des bureaux à Vanves. Certains villes ont pris des mesures adaptées  (fouilles, organisation des files d'attente), en cas de forte affluence notamment, avec au moins un policier municipal ou un agent de sécurité à l’entrée de bureaux de vote. « La difficulté de ce genre d’opération, c’est qu’il s’agit de lieux de passage. Il faut être constamment aux aguets. C’est bien plus compliqué que de protéger une foule réunie à un seul et même endroit » expliquait on à la préfecture de police compétent non seulement à paris et la petuite couronne, où s’étaient succédées les réunions la semaine dernière en liaisoin avec les préfets de chaquedépatement. . D'autant que le Code électoral interdit la présence d'hommes armés dans ou à proximité immédiate d'un bureau.  D’ailleurs le préfet de police a, pour la pemière fois, écrit aux maires, avant les élections,   pour préciser « qu’ il appartenait alors « aux maires et aux présidents de bureaux de vote d’arrondissements […] de mettre en œuvre les mesures de vigilance adaptées ».Cela concerne le filtrage et le contrôle visuel des personnes et du contenu des sacs à l'entrée, mais aussi la vérification avant l'ouverture du scrutin de la condamnation des accès non indispensables pour les opérations électorales ou pour assurer l'évacuation du public ainsi que la gestion des files d'attente qui, en cas d'affluence, devront dans la mesure du possible être positionnées à l'intérieur des sites et à l'écart des voies publique

  • RELATIVE STABILITE DE LA SECURITE MAIS HAUSSE SENSIBLE DES ATTEINTES A LA TRANQUILLITE PUBLIQUE A VANVES

    Lors du dernier conseil municipal de Vanves du  22 Février, le groupe PS a posé une question orale à la municipalité pour  « faire un état des lieux de l'année 2016 en matière de sécurité en nous communiquant l'évolution chiffrée et comparée de la délinquance par quartier (délinquance générale, délinquance sur voie publique, gardes à vue et mis en cause) » car comme l’a expliqué Jean Cyril Le Goff (PS) « Notre commune a connu en 2016 plusieurs faits de délinquances (braquage de commerçants, règlement de compte entre bandes rivales, trafics de drogues, nuisances de voisinage) ». Marie Françoise Goloubtzoff maie adjoint chargé de la sécurité lui a fait une réponse détaillée en précisant d’emblée : « Les chiffres de la délinquance sont répertoriés uniquement au niveau du commissariat de Vanves Malakoff selon une modélisation établie par le Ministère de l’Intérieur. Ces chiffres ne détaillent pas le nombre de faits par quartiers et il n’est pas possible de disposer d’une analyse comparative selon les secteurs de la commune.Cela nécessiterait un traitement spécifique des données qui devrait être réalisé par le commissariat de police puisque seuls les services de la police nationale ont accès aux éléments complets concernant les faits de délinquance ».

    Marie Françoise Goloubtzoff a ensuite communiqué  les éléments sur les types d’infractions et leur évolution chiffrée entre 2015 et 2016 :

    ATTEINTES VOLONTAIRES A L’INTEGRITE PHYSIQUES : 214 faits en 2015 / 220 faits en 2016 soit +2,8%. « Dans cette catégorie, on peut noter que les faits de coups et blessures volontaires passent de 74 en 2015 à 57 en 2016, soit une baisse de 23%. Les vols avec violences passent de 36 en 2015 à 41 en 2016 soit une hausse de +14%. Les violences sexuelles passent de 13 faits en 2015 à 17 en 2016, soit une hausse de 30% sur un nombre de faits relativement faibles. Les menaces de violences n’évoluent pas avec 65 faits signalés en 2015 ainsi qu’en 2016 ».

    ATTEINTES AUX BIENS  : 814 faits en 2015, 797 en 2016 soit une baisse d’environ 2%. « Dans cette catégorie, le nombre de cambriolages passe de 87 faits en 2015 à 100 faits en 2016, soit une évolution de +15%. Le nombre de vols liés à l’automobile passe de 162 faits en 2015 à 176 faits en 2016 soit une évolution de +8,6%.  La diminution concerne les faits de dégradations volontaires des biens qui passent de 186 en 2015 à 153 en 2016 soit une baisse de 18% ». 

    COMPORTEMENTS PORTANT ATTEINTE A LA TRANQUILlITE PUBLIQUE : le nombre d’interventions des forces de police est passé de 336 en 2015 à 380 en 2016 soit une hausse de 13%.  « Dans cette catégorie, le nombre d’interventions pour des comportements dits dangereux ou gênants, passe de 247 en 2015 à 316 en 2016 soit une hausse de 28% ».

    « On peut constater à la lecture de ces chiffres une relative stabilité entre 2015 et 2016 avec des indicateurs en baisse sensible dans certaines catégories telles que les coups et blessures volontaires qui constituaient 74 infractions en 2015 pour seulement 57 en 2016. La baisse des dégradations volontaires de biens est également notable avec 186 faits en 2016 et 153 en 2015.

    Les catégories qui augmentent le plus en pourcentage sont celles où le nombre de faits signalés est peu élevés tels que les vols avec violences qui augmentent de 14% mais avec seulement 5 faits supplémentaires (36 en 2015, 41 en 2016). C’est le cas également pour les violences sexuelles dont la hausse mentionnée est de 30% mais pour un nombre de faits heureusement bas qui était de 13 en 2015 et 17 en 2016 » a-t-elle expliquée.

    « Le nombre d’interventions pour les atteintes à la tranquillité publique augmente sensiblement avec une hausse de +30% mais les forces de police constatent clairement que les plaignants appellent plus systématiquement le commissariat pour des faits de troubles et de tapages. Cela est dû notamment à la communication relayée régulièrement par les autorités locales (Mairie et police) incitant les victimes de troubles de voisinage et de troubles à la tranquillité publique à se signaler auprès des autorités de police »  a-t-elle constatée.

    « Par ailleurs les statistiques répertorient les faits constatés par les agents de police et si en 2016 on constate une hausse de certains faits, c’est aussi dû à l’augmentation du nombre de fonctionnaires en poste sur la voie publique qui a été plus important qu’en 2015 en rapport avec la réorganisation du dispositif vigipirate et la forte diminution des gardes statiques.

    Enfin, il est à noter que les chiffres de janvier 2017 comparés à ceux de janvier 2016 sont en forte baisse sur les atteintes à l’intégrité physique qui diminuent de 52% et sur les troubles à la tranquillité publique en baisse de 32% par rapport à janvier 2016.L’arrivée en décembre dernier au commissariat de Vanves de 4 agents supplémentaires après plusieurs lettres successives du Maire de Vanves au Préfet de Police a certainement eu un impact dans cette évolution favorable. La commune en lien avec les forces de police continuera à travailler dans le cadre de ses moyens et compétences pour que cette évolution favorable se confirme dans les prochains mois » a-t-elle conclue.

  • DANS CETTE PERIODE POST ATTENTAT, LA POLICE DE VANVES, TRES SOLLICITEE, A PRIORISEE SES INTERVENTIONS URGENTES

    Le maire a lancé le 9 Mai ses réunions publiques de quartiers trimestrielles avec les habitants du quartier Saint Remy et du Centre Ancien  à l’hôtel de ville. Elles avaient été interrompues en Novembre à cause des attentats et la mise en place de l’Etat d’Urgence. Pour cette première réunion, le commissaire de police était présent pour parler de la sécurité à Vanves car depuis plusieurs mois un point de fixation s’est créé rue de la République entre la place et le carrefour Vieille-Forge et Dardenne. Occasion pour Jonathan Ouazan d’expliquer que le contexte post-attentat implique un certain nombre de missions (sécurisation de bâtiments, de marchés, de manifestations…)  et des priorités qui ont réduit la présence de ses hommes et ses moyens (véhicules) sur le terrain, et les ont amené à faire des choix dans leurs interventions et même les hiérachiser …  dans une ville où, malgré tout,  le niveau de délinquance reste relativement bas, et qu’il n’y a pas plus d’agressions qu’avant….

    « Nous sommes conscients que tous les appels au commissariat n’ont pas été honorés. Mais nous avons recentré la priorisation donné à ces appels : Atteintes à l’intégrité physique des personnes,  atteintes aux biens, incivilités qui sont de plus petites infractions contraventionnelles (en deça des autres). Et c’est le cas pour les rues de la République et de Châtillon, avec des regroupements de jeunes. Nos équipes sont déjà engagés par ailleurs, et ne peuvent intervenir sans cesse, mais nous devrions de nouveau réagir, comme nous l’avons déjà fait après plusieurs appels provenant de riverains de la place et de la rue de la République   qui se plaignaient qu’une quinzaine de jeunes jouent au football sur la place gênant les passants. En fait, ils étaient une quarantaine. Deux d’entre eux ont été interpellés » a-t-il expliqué en reconnaissant que « les efforts faits ne sont pas suffisants aux yeux des habitants concernés, mais nous faisons le maximum. Ce phénomène perturbateur s’est déplacé vers un  autre secteur de la ville. Mais les agents de police lorsqu’ils patrouillent, contrôlent les identités, vérifient s’ils ne sont pas en possession de stupéfiant » a assuré le commissaire de police. « Globalement, le travail de la police est efficace ! On a un bon niveau de sécurité ! Mais le risque zéro n’existe pas ! » a ajouté Bernard Gauducheau.

    Les riverains ont apporté des témoignages édifiants : « Ces jeunes utilisent 4 véhicules garés en position irrégulière pendant des heures ! Est-ce qu’on ne pourrait pas verbaliser pour les dissuader de rester là » demande l’un d’entre eux. « On les verbalise régulièrement » assure le commissaire de police qui souhaite que l’on voit cela avec la police municipale avec laquelle ses agents de police travaillent en bonne coordination. « Le maire ne peut il pas régler le problème d’une manière radicale en fermant le café (Le Maryland ) ? » suggére un autre . « Le maire ne le peut pas, car c’est une activité économique. Mais on observe bien qu’on a des soucis lorsqu’il est ouvert. J’ai pris un arrêté municipal de fermeture anticipée de l’épicerie à côté, qui est génératrice de perturbations. On a pu constater qu’elle faisait l’essentiel de son chiffre d’affaire le soir  (et la nuit). Et je tiendrais ferme sur cette position. Mais  la situation radicale de fermeture ne se fait pas comme cela ! Il faut des faits tangibles de troubles à l’orde public » a expliqué le maire

    « On est trois à prendre des risques de se faire casser, 50 à se faire embêter ! Depuis la semaine dernière, c’est moto cross. C’est devenu une zone de non droit  avec cette BMW toujours garé à l’emplacement du dépôt minute. Les agents de police municipaux ne passent que le matin, pas l’après-midi ! » s’est plaint un commerçant.  « Ils n’en ont rien à foutre ! Ils fument des pétards » s’est lamenté un collègue. « C‘est une zone de non droit ! Mes clients font le tour pour éviter de passer par cette rue. On doit faire avec car ils nous connaissent, et on les connaît. Le dépose-minute n’est jamais contrôlé ! J’ai reçu un mortier à l’intérieur du magasin" a témoigné un troisiéme

    Un riverain a demandé au commissaire si la police avait identifié les meneurs. Et ce dernier a expliqué que ses agents ont repéré que les jeunes  (12 ans) qui viennent squatter cette rue et  le hall de l'immeuble avec les anciens, sont les plus perturbateurs. Un autre a demandé si la vidéosurveillance était utile et dissuasive en permettant de les repérer lorsqu’ils font des actes malveillants. Apparent pas selon les réponses du commissaire et du maire qui a conclu à ce stade par ces mots : « On ne néglige pas cette question, mais on ne pas tout faire n’importe comment ! »