Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

quotient familial - Page 2

  • INTERVIEW D’ANTONIO DOS SANTOS, SECRETAIRE DE LA SECTION PS DE VANVES : Tout ne va pas mal, mais tout ne va pas bien ! »

    Si l’UDI a finalement choisi son président en la personne de Jean Christophe Lagarde  et tient congrès aujourd’hui à la Mutualité où seront présents de nombreux élus centristes de Vanves avec le maire Bernard Gauducheau, si l’UMP est encore en pleine campagne pour l’élection de son président – les élus et militants UMP devraient participer le 25 Novembre prochain à une réunion publique de Nicolas Sarkozy à l’île de Puteaux – le PS est en train de se mettre en ordre de bataille pour les prochaines échéances électorales, notamment les cantonales en ayant engagé le processus de désignation de ses candidats dans le canton de Vanves/Clamart prévu le 3 décembre avec un vote sur la charte d‘identité du PS sur laquelle les militants de Vanves ont planché depuis la Rentrée dans le cadre d’Etats Généraux. Occasion de faire le point avec son secrétaire de section : Antonio Dos santos

    VAQ – Quel est le ressenti chez les militants socialistes de tous ces événements qui ont marqué cette période entre le remaniement ministérielle avec les départs de Montebourg, Hamon, Fillippetit et  l’affaire Jouyet ?

    Antonio Dos Santos : « Avec l’université d’été de la Rochelle, l’épisode des frondeurs, un terme que je n’aime pas beaucoup, même s’il veut bien dire ce qu’il en est, et que je prends plutôt comme un espace de débat plus ou moins approprié, ce ressenti est plutôt à l’image des citoyens : une sorte de désespérance, d’impatiences face à des réformes qui ont du mal à aboutir même s’ils espèrent toujours, peut être plus que les citoyens moyens, que les mesures prises aboutiront. Mais un certain nombre d’orientations politiques, notamment en matière économique, sont lourdes à mettre à place, avec des acteurs multiples.

    VAQ – N’y a-t-il un essoufflement du militantisme, des militants qui s’effilochent ?

    A.D.S. : « Les adhésions nouvelles, les renouvellements traînent un peu à Vanves comme ailleurs. On estime qu’en France ces renouvellements de cartes trainent de l’ordre de 30 à 40% sous réserve du phénomène de mobilisation qui accompagnera le vote sur notre charte d’identité, la désignation de nos candidats aux cantonales qui sont toujours des périodes précédées de débats et de re-mobilisations. La présence  et la mobilisation sur le terrain s’est ralentie puisque nous avons perdu les municipales, qu’ensuite, rien n’a suivi comme on le souhaitait, un doute salutaire s’est alors installé, une certaine forme aussi d’essoufflement qui permet de se poser  car il y a eu un très gros investissement militant, car  nous avons beaucoup donné entre les présidentielles, les législatives, les municipales, les européennes… avec des succés et des échecs. D’autant plus que nous sommes tournés vers des débats internes depuis quelques semaines.

    VAQ – Avec les Etats Généraux du PS ?

    A.D.S. : « C’est un gros chantier qui manque pas d’intérêt du fait qu’il n’y pas d’échéances très prégnantes, ni renouvellement de nos instances. C’est un moment idéal pour prendre un peu de recul et réfléchir, notamment à la charte d’identité du PS, pour l’actualiser parce que dans le contexte national et international actuel, nous avons connu une évolution dans nos positions. Certains s’interrogent même sur le nom, mais c’est le contenu qui est important. On ne se pose  même  pas la question de sa suppression à Vanves. Mais en même temps, le fait qu’elle soit posée, à un moment donné, sous une forme interrogatrice par le premier Ministre, peut être salutaire. D’autant plus qu’elle intervient à un moment où on est train de redéfinir notre charte. Est-ce que c’est plus de socialisme au sens où nous l’avons connu dans les pays de l’Est dont certains aspirent à ce retour en arrière, est-ce plus de social démocratie ou social libéralisme ?  Faut il encore l’installer, l’adapter et le partager

    VAQ – Sur quels thèmes avez-vous travaillé ?

    A.D.S. : « Sur 12 thèmes proposés, même si les contributions pouvaient se faire sur d’autres sujets, qui semblaient balayer tous les sujets, Vanves a choisi de travailler sérieusement sur 2 d’entre eux : « Démocratie et représentativité » parce qu’effectivement les institutions nous interrogent par moment, étant passé du septennat au quinquennat qui ne résout pas les problèmes, avec les questions sur les limitations de mandat dans le temps et la durée avec le souci de garder le lien avec la vraie vie, la défense de nos valeurs  notamment à la suite de l’affaire Cahuzac. « République et laïcité » qui a été le thème le plus coopté au départ, parce que la République est très important au déjà d’un régime, car elle représente des choix d’orientation, d’organisation citoyenne auxquels nous sommes attachés. Et que la laïcité ne doit pas devenir une religion d’Etat, mais bien une co-existence et le respect de toutes les religions avec les valeurs qui s’inscrivent dans celles de la République. Sachant que ces valeurs ne pourraient pas perdurer et vivre sainement si la laîcité n’était pas à sa juste place. Nous avons travaillé au travers de 3 réunions générales, de 2 groupes travail qui se sont réunis plusieurs fois depuis la Rentrée pour proposer un texte sur lequel la section a travaillé, amendé avant de les approuver et lers transmettre au siége du PS.

    VAQ – Comment se présente les cantonales pour le PS à Vanves

    A.D.S. : « Les candidatures (à la candidature) sont ouvertes depuis le 10 Novembre jusqu’au 17, les militants ayant été informés des régles et les critères à remplir en terme de stratégie. Et nous voterons le 3 décembre sur le ticket qui représentera le canton de Vanves-Clamart.

    VAQ – N’y a-t-il pas une prime au sortant ?

    A.D.S. : « Il faut d’abord qu’il en ait envie et  qu’effectivement, il arrive à constituer un ticket. Nous avons un conseiller général sortant qui a envie d’y aller. Et il présentera un ticket pour ses élections internes. La prime n’est pas automatique. Elle est le résultat d’une analyse du travail fait et du contexte politique local et cantonal. Je n’ai pas l’intention d’y aller car j’avais dit lors des minicipales car je n’avais pas vocation à me présenter à toutes les élections. D’autant plus que Guy Janvier veut y aller et qu’il est sortant. Cela dépaysera moins les citoyens au moment où on change de territoire. Nous avons travaillé avec nos camarades de Clamart, avec deux vanvéens et deux clamartoises

    VAQ – En tous les cas, les jeunes socialistes de Vanves ne se sont pas essoufflés après les municipales ?

    A.D.S. : « C’est vrai que la combatitivité, l’enthousiasme sont l’apanage de la jeunesse. Et nos gens en ont dans la tête et les bras, en restant très actifs pour l’essentiel. C’est une richesse pour la section, après la campagne des municipales qui a été un moment pour les faire éclore, car ils restent très enthousiastes pour l’action politique avec leurs interrogations, et un sens du devoir très important.  Il y a un moment où on s’exprime et le moment où on décidé et on agit ! Ils savent faire la part des choses. Et j’en suis très fier

    VAQ – Ne regrettez-vous pas d’avoir laissé votre place (légitime ) au conseil Municipal à l’un de ses jeunes  avec le recul ?

    A.D.S. : « Comment ne pas regretter de ne pas avoir garder une fonction auquel vous avez été élue. Et en démissionnant d’avoir forcément l’impression d’avoir abandonné le combat ? C’est un regret de ce point de vue là. En même temps, c’est une décision à laquelle je ne m’étais pas préparé puisque jusqu’au bout je voulais gagner, même si j’étais lucide, mais c’est une décision qui s’est imposé à moi très vite, parce que c’est ma façon de concevoir la politique que de faciliter le renouvellement, les énergies jeune. Et cela me satisfait d’être auprès d’eux, un peu l’ancien qui rappelle, qui écoute ...

    VAQ- Qu’est-ce que vous pensez des 8 premliers de ce 3éme mandat du maire ?

    A.D.S. : « Je ne vais pas dire que tout va mal parce que ce n’est pas dans ma nature ! N’attendez pas de moi que je vous dise que tout va bien ! Il y a notamment des choses qui sont me semblent important et qui n’ont pas changés. C’est à dire que, malgré toutes ces qualités et le respect que l’on doit à l’homme, nous avons un maire qui a tendance à décider beaucoup tout seul, à ne pas écouter véritablement. Il est vrai qu’il a pris tout de suite quelques mesures qui étaient dans notre programme qu’il a mis en œuvre : le quotient familial alors qu’il n’en était pas question à chaque fois qu’on le proposait, il a déclenché tout de suite l’analyse des besoins sociaux alors qu’il s’y refusait parce que cela coûtait cher. Mais il a été moins adroit alors que nous défendions l’accès au numérique, c’est à dire  à l’information des vanvéens, en diminuant la fracture numérique, en nous sortant les tablettes numériques pour les élus. Cet argent serait mieux utilisé pour remplacer les bornes Internet de la ville qui renvoie sur le blog de Bernard Gauducheau ou de la ville et de GPSO, et permettre l’accès plus facile au WI-FI des citoyens vanvéens.

  • RESTAURATION SCOLAIRE A VANVES : I - UNE RENTREE SOUS LE SIGNE DU NUMERIQUE DANS LES LYCEES ET COLLEGES

    En dehors des nouveaux rythmes scolaires sur lequel reviendra le blog vanves Au Quotidien l’autre fait marquant concerne la cantine scolaire, qui est l’un des points sensibles de la gestion tant des établissements du primaire que du secondaire. Le Conseil Général des Hauts de Seine a lancé un nouveau système d’inscription, de facturation et de paiement en ligne dans ces 56 collèges dont profite le collège Saint Exupery. La ville de Vanves a renouvelé en Juin dernier,  la délégation de service public de la restauration municipale. Commençons par les collèges et le lycée.

    « Je pense être arrivée à ce qui se fait dans le primaire depuis des années, se fasse dans le secondaire pour les collèges qui en étaient encore l’année dernière à 3 paiements en forfait annuel. Ainsi les familles peuvent s’inscrire en ligne – elles n’y sont pas obligées –  et surtout de ne payer que les repas qui sont effectivement pris et facturé, alors qu’auparavant, que l’enfant déjeune ou pas, c’était de toute façon facturé. Et surtout de payer en ligne ou par prélèvement automatique ou avec leur smartphone. Ce système permet une plus grande souplesse, les familles pourront payer pas mois en évitant de grosses factures d’un coup » expliquait récemment Christiane Barody Weiss, vice président du Conseil Général des Hauts de Seine (CG92) chargée des collèges. Ce nouveau système permet aux familles de savoir si elles bénéficient de l’aide départementale à la demi-pension  (30% des parents) calculé à partir du quotient familial mensuel  et connaître le tarif du repas qui lui sera facturé. Six tranches de quotient familial mensuel ont été définies pour les repas, chacune correspond à un prix variant de  0,60 € à 4 €  le repas.

    Le lycée Michelet devrait connaître une évolution semblable mais pas tout de suite, malheureusement, car la Région a décidée d’uniformiser et de baisser ces tarifs progressivement à raison de deux départements par Rentrée.  Cette réforme vise à une tarification plus juste fondée sur le quotient familial -  alors qu’auparavant c’était le Conseil d’Administration qui décidait du prix du repas avec des tarifs évoluant de 2,20 à 6 ou 7 € -  avec une nouvelle grille  de tarification à 10 tranches,  avec un tarif plancher à 1,50 € et un tarif plafond à 4 €. Un fonds de solidarité, abondé par l’Etat, permet d’aider ceux qui ne peuvent pas payer le tarif minimal, car l’objectif est de mieux lutter contre la précarité alimentaire.

    Cette réforme s’accompagne par une action sur la qualité nutritionnelle et  gustative, et une lutte plus efficace contre le gaspillage alimentaire grâce à une formation des personnels de restauration et la sensibilisation des élèves pour les guider dans la constitution de repas équilibré. Des bornes de réservation, ou l’extension des installations existantes dans les cantines, devraient permettre de diminuer  les temps d’attente et de gérer de manière optimisée les stocks et quantité de repas  servis dans les lycées.  Le CG92 s’est aussi engagé  pour une restauration scolaire de qualité, grâce à des repas bien équilibrés adoptés en concertation avec les parents et les diététiciens, sachant que 34 000 repas sont servis par jour dans tous les collèges. Plusieurs critères sont pris en compte : la saisonnalité des produits ; la qualité des produits (poulet label rouge, bœuf race bouchère, produits bio, fromage à la coupe, poisson en filet…) ; le recours à une agriculture raisonnée favorisant les circuits courts et la production locale….

    A SUIVRE….

  • RESTAURATION SCOLAIRE A VANVES : GLOBALEMENT SATISFAIT

    Les conseillers Municipaux ont pu prendre connaissance lors du dernier conseil municipal du rapport d’activité pour l’année (scolaire) 2008/09  de la société « Avenance Enseignement & Santé » qui est charge de la restauration collective municipale et sociale depuis le 6 Novembre 2008 et pour une durée de six ans.  Ce bilan est intervenu à un moment où l’on parle beaucoup de cantines scolaires. Le Parisien titrait Lundi dernier sur ses « éléves privés cantines » en expliquant que « face à l’augmentation des demandes d’inscriptions », « certaines villes ont établi des critères d’accés ». Ce qui n’est pas le cas à Vanves, heureusement.

    Par contre, la Région, où siége Bernard Gauducheau,  a décidé lors de la dernière réunion de son assemblée plénière, de faire l’expérimentation du prix de la cantine basé sur le quotient familial dans quelques lycées.  Mais les élus du groupe UMP ont déploré que, parallèlement à celle-ci, l’exécutif régional augmente significativement pour toutes les familles les tarifs de l’ensemble des cantines des lycées franciliens : 1,7% pour les tarifs supérieurs à la moyenne régionale (3,59 € pour un tarif au ticket, 2,70 € pour une tarification au forfait 5 jours et 8,53 € pour les tarifs de pension) et 3,4% pour les lycées dont les tarifs sont inférieurs aux moyennes régionales.

    Enfin, en hommage à Henri IV, peut être que les lycéns de Michelet ont pu déguster à l’occasion de la semaine du goût, organisé par la Région et le CERVIA (Centre Régional de Valorisation et d’Innovation agricole et Alimentaire de Paris Ile-de-France) un menu « francilien » spécialement élaboré autour de la poule au pot en cette année du 400ème anniversaire de la mort du roi Henri IV  élaboré sous l’égide du grand chef Jean-Pierre Biffi (Potel et Chabot).

     

    Mais revenons à nos moutons. Entre Septembre 2008 et Août 2009, Avenance a servi 258 301 repas : 3 975 dans les créches. 237 145 dans les écoles dont 83 117 en maternelles et 122 369 en primaires sans compter les adultes (enseignants etc…) qui en représentaient 31 659. Mais il faut faire la distinction entre les repas servis les jours d’écoles (66 848 en maternelles, 107 662 en primaires) et ceux des Centres de loisirs, le mercredi (16 269 en maternelles et 14 707 en primaires).  L’un des restaurants scolaire de la ville, celui de l’école Larmeroux, est le plus fréquenté avec jusqu’à 350 repas par jour parce qu’il accueille les enfants de cette école et d’une partie du Parc Elementaire.  7490 repas ont été servis en portage à domicile et 9 691 à la Résidence Danton dont 7 861 pour le déjeuner et 1 829 pour le dîner.

    Ce rapport fait le point les travaux de la commission de restauration qui se réunit 5 à 6 fois par an, et auquels participent  la diétécicienne de la ville, des représentants des associations de parents d’éléves, des animateurs sur le temps de restauration, des responsables de satellites, d’Avenance pour les écoles, afin notamment de valider les menus des deux mois suivants et voir ce qui va ou ne va pas.  Ainsi elle a demandé de respecter les saisons dans les produits bio proposés. Les responsables des satellites réalisent désormais eux même la vinaigrette maison qui est du coup mieux apprécié. Les goûters transportables du Parc Elémentaire sont très apprécié et ont été mis en place au cours  de l’année 2009 à cause d’une forte fréquence des accueils périscolaires. Il y a des plats qui sont appréciés – omelette/pâtes, crique-monsieu – d’autres moins comme le riz car trop dur, le service de deux poissons par semaine, les merguez sont trop grasses- sachant qu’une vigilance doit être portée sur la maturité des fruits servis.

    Pour les personnes âgées, cette commission qui réunie la responsable des livraisons des repas à domicile, des représentants de personnes déjeunant à Danton, des agents de restaurantion et de la société Avenance bien sûr, a constaté que nos seniors apprécient mieux le couscous poulet que merguez, trouvent généralement les pommes trop dures, les légumes pas assez cuit,  regrettent les grillades de poissons qui ont été supprimés pour des raisons d’hygiéne à Danton.