Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

plateau de vanves - Page 4

  • LE PLATEAU EST LE QUARTIER DE VANVES LE PLUS TOUCHE LORS DES VAGUES DE CHALEUR COMME C’EST LE CAS ACTUELLEMENT

    Vanves et sa région traversent un nouvel épisode de fortes chaleurs avec des chaleurs montant jusqu’à 34/36°. Selon une étude de l’Insitut Paris Région (ex-IAU IDF) qui a édité une carte sur son site internet, la moitié des Franciliens est exposée aux fortes chaleurs. Les experts ont classifié chaque pâté de maisons selon un indice de vulnérabilité allant de 1 à 9 (très faible à très forte), en croisant les données sur les îlots de chaleur, l’urbanisme et la capacité des populations à faire face. Il montre que plus un quartier est urbanisé, haut, étroit, sujet à une activité humaine (automobile, rejet d’air climatisé, industrie), plus il capte et accumule la chaleur en journée.

    C’est le cas du Plateau, dans sa partie dense entre Jean Jaurés/Jean Bleuzen/LouisVicat/Pasteur qui est le quartier le plus chaud de Vanves, pas sa partie pavillonnaire en partie verdoyante, avec ses pavillons, son square Etienne Jarrousse, comme du reste l’ensemble de son territoire qui bénéficie des parcs du Lycée Michelet même s’il est fermé au public, Frédéric Pic mais aussi de ses jardins qui forment des îlots de fraicheurs au sein du prieuré Saint Bathilde des Sœurs Bénédictines, ou entre pavillons, côté jardins entre des rues comme Sadi Carnot/Victor Hugo, Victor Hugo/Murillo… ou les fameuses Villas Quincy, Dupont etc….

    En tous les cas, cet effet «îlot de chaleur urbain» amplifie les aléas climatiques, notamment la nuit, en limitant le refroidissement en ville. Lors de la canicule de 2003, des écarts de température entre Paris et les zones rurales pouvaient varier jusqu'à 10°C selon l’Institut Paris Région qui classe Vanves parmi les villes non vulnérables. Par contre le point chaud est le centre de Paris. «Plus on va vers le centre de la métropole parisienne, plus on note la présence d’îlot de chaleur urbain : 21% en grande couronne, 63% en petite couronne, 99% dans Paris intra-muros ! Les quartiers de Beaubourg, Marais, Saint Lazare, Sainte-Anne, les Grands Boulevards seraient propices au développement de cet effet » selon les experts de cet institut. La Seine-Saint-Denis serait plus exposée avec Aubervilliers, Saint-Denis, Le Bourget… Ces trois villes concentrant le plus de difficulté.

    En tous les cas, un tiers de la population (3 685 000 Franciliens) est considéré comme très vulnérables à la chaleur, en raison du lieu où ils habitent. 845 000 sont considérés comme « très sensibles » en fonction de leur âge (moins de 5 ans, plus de 65 ans). Les experts suggèrent de préserver les espaces d’îlot de fraîcheur et de « renaturer» les villes. Notamment en  (re) plantant des arbres qui permet de créer îlots de fraicheur. Même si la ville s’y est engagé, il reste beaucoup à faire à  cause des (trop nombreux) arbres des jardins privés abattus lors des opérations immobilières : sur les 119 rues de la commune, 62 (52 %) ne comportent aucun arbre dans l'espace public, selon ces experts sachant que 3275 arbres ont été recensés sur la superficie de la commune et 2740 dans des espaces et propriétés privées. Mais aussi en aménageant des cours Oasis dans tous les écoles et pas seulement à l’école du Parc à l’occasion de sa reconstruction : Il s’agit de  cours d’école plus végétales, plus rafraichies et avec moins d’asphalte, une meilleure gestion de l’eau de pluie, des points d’eau et des aménagements plus ludiques…dont les riverains peuvent profiter pendant les week-ends ou les vacances, et surtout lors des canicules,  à Paris et dans l’autres villes, surtout lors des canicules.

    En tous les cas, la carte doit servir de support aux collectivités dans la mise en œuvre de leurs plans climats.

  • LES RENDEZ-VOUS A VANVES D’UNE SEMAINE QUI COMMENCE A PRENDRE DES AIRS DE VACANCES

    Les vanvéens espérent une semaine plus calme que la semaine dernière sur le Plateau qui s’est enflammé, comme partout ailleurs en Ile de France, mais dans une stricte mesure, par rapport à d’autres quartiers, à la suite du décés du jeune Nahel à Nanterre - le café Le Soleil Levant aurait été attaqué et cambriolé en pleine nuit vendredi, -  suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux : «Cette nuit au plateau, ça encore brûlé et tirs de mortiers. Ça va continuer cette nuit. J’espère que le commissariat est prêt car beaucoup de commissariat ont été attaqués. Ou est l’armée ?Les contribuables vont payer la note !!!! » ou encore « Des tir de mortier en bas de chez nous ça fait froid dans le dos on se croirait en guerre ma fille à peur »… « J'ai entendu également. j'habite à 300 m de la rue Jean Jaurès et c'était impressionnant d'entendre, encore plus les autres fois. Mais si c'est toujours au même endroit pourquoi la police ne campe pas là bas ? Est-ce qu'il faut que ça soit les habitants qui interviennent au bout d'un moment ? Genre tous à vos fenêtres on les arrose avec des seaux d'eau/tuyau d'arrosage jusqu'à ce qu'ils décampent ? oui ça paraît marrant dit comme ça. Mais cela ne peut plus durer ! » etc…. et pendant ce temps là, silence radio côté mairie. Pas un mot rassurant du maire alors que ses collégues ont tweeté, se sont exprimés sur les réseaux sociaux, envoyés des communiqués de presse pour appeler au calme, annoncer un couvre-feu, l’annulation d’événements festifs… jusqu'à ce qu'il invite, dimanche,  les vanvéens, en réponse à l’appel de l’association des maires de France à une mobilisation civique contre les violences urbaines, à se rassembler, lundi 3 juillet à 12h devant l'Hôtel de Ville, suite à l'agression contre la famille de Vincent Jeanbrun, maire de l'Hay les Roses, et président du groupe LR  et de la majorité régionale à la Région, qu'il connait bien. 

     «Face à ces événements, décision a été prise d'annuler plusieurs événements festifs et rassemblements dans les départements qui sont les plus sensibles» a annoncé le chef de l'État, lors d’un comité interministériel. Une décision destinée à la fois à protéger les mairies, visées par des dégradations, et à protéger la population, relayée par les préfectures des Hauts de Seine et de la police de Paris, visant à assurer la sécurité et la tranquillité publique dans le contexte actuel . A Vanves, comme dans toute l'académie de Versailles, les fêtes de fin d'année dans les écoles comme à Larmeroux, ont été annulé. Le concert pour les Estivales prévu initialement place de la République samedi soir, a été annulé, mais les autres animations prévus dans l’après-midi sur le Plateau et le parc F.Pic ont été maintenu ainsi que la manifestation sportive au PMS A.Roche. Les bus ne circulent plus à partir de 21H  à Vanves, après la décision de Gérard Darmanin d’arrêter tout service de tramway et de bus sur toute la France dé Vendredi, en prenant exemple sur l’Ile de France, où une telle décision avait été prise par Valérie Pécresse dés jeudi soir,  y compris le Noctilien (service de bus la nuit) dont une ligne dessert la station Plateau de Vanves-Malakoff 

    Mardi  4 Juillet

    A 9H au Conseil Régional (à Saint Ouen) : Bernard Gauducheau assiste à une séance pléniére où il sera question d de la révision  du SDRIF-E 

    A 19H à l’Hotel Mercure : Réunion mensuelle du Challenger Club  sur le thème de « la période estivale compliquée à gérer » pour les petits chefs d’entreprises

    Mercredi 5 Juillet

    A partir de 19H30 à la Maison paroissiale de Saint Remy : Reprise des barbecues de l’été

    Vendredi 7 Juillet

    A 10H au Conseil Départemental des Hauts de Seine : Sandrine bourg participe à la séance plénière

    Samedi 8 Juillet

    A 22H30 au parc F.PIC : Cinéma en plein air dans le cadre des Estivales avec la projection du film « Le grand bain » de Gilles Lellouche

  • APRES LA MORT DE NAHEL A NANTERRE, NUITS D’EMEUTES MEME A VANVES SUR LE PLATEAU

    «L’appel au calme» du président Emmanuel Macron  - qui a parlé de «l’émotion de toute la nation» - n’aura pas suffi à éteindre «la colère des jeunes qui s’est au contraire «propagée de la capitale à la province» mercredi soir, à la suite de la mort d’un adolescent tué par un policier après un refus d’obtempérer mardi matin. Une «situation électrique qui fait resurgir le spectre des émeutes de 2005» notait les média,  un conseiller de l’exécutif, s’inquiétant de «voir des mouvements se structurer sur les réseaux sociaux» autour de l’affaire : «il y a tous les ingrédients pour que cela pète potentiellement».  Et cela a été le cas dans de nombreuses communes des Hauts de Seine comme Asnières, Clichy, Colombes, Gennevilliers, Villeneuve-la-Garenne, Rueil-Malmaison, Suresnes, Boulogne-Billancourt, Bourg-la-Reine, Clamart, Montrouge, Bagneux, Malakoff ou encore Vanves, alors que cela n’a pas été le cas en 2005 après la mort de deux jeunes poursuivis par la police en Seine Saint Denis

    Le Plateau, mercredi  soir, a été le centre du soulèvements de quelques individus avec tirs de mortiers, feux d’artifices qui se sont entendus jusqu’au centre ancien-saint Remy,  certains habitants croyants même  que les émeutiers étaient place de la Répubique. Ils ont brulé des poubelles, cassés des caméras de vidéoprotection, des vitrines de la boulangerie rue Sadi Carnot, du poste de police, s’en sont pris à des abris bs…Du jamais vu à Vanves dont les photos circulaient sur les réseau sociaux dés jeudi matin. D’autant plus qu’il est très rare que de tels événements aient pris une telle ampleur même si à Vanves, les attroupements, les tirs de mortiers, les feux d’artifices sont récurrents en été sur le plateau  «Mettre le feu à une poubelle qui risque de mettre le feu à la boulangerie et aux habitations voisines ne fera pas revenir Nahel! Pas plus que de s'attaquer à une mairie, une crèche, un centre de loisirs, une nouvelle ligne de tramway! Ce sont les personnes les plus modestes qui vont souffrir de ces manques de service! Nahel ne mérite pas un tel traitement et n'aurait pas souhaité être responsable ces dégradations» soulignait Jacqueline Fernand-Détrie sur facebook.  « Mais ça me dégoute ! A quoi ça leur sert de faire ça ? ! » ajoutait Tiphaine Hub. Mais aucunes réactions de la mairie pour l’instant, alors que la municipalité réagit généralement à la suite de tels événements. En tous les cas, dés poltron minet, jeudi, les services de GPSO et de la ville, avaient tout nettoyé.

    Cette affaire a vite pris un tour politique, même si Patrick Jarry maire de Nanterre, «choqué» par la vidéo du drame avait «appelé chacun et chacune à la retenue et à la dignité, malgré l’émotion légitime suscitée par ce drame » : «Arrêtons cette spirale destructive, cette spirale de violence qui, au final, ne se retourne que contre les quartiers, les équipements, ceux qui y vivent, y travaillent, y étudient » ajoutait il. Des maires franciliens demandaient l’application du couvre-feu, et même de l’Etat d’urgence. Des vanvéens qui ont l’habitude de prendre le 189 pour aller à Clamart ou à Meudon La Forêt, ont pu voir les rames du tramway T6 incendiés, bloquant son service pour longtemps, car des caténaires ont été brulés.  «Tout ce qui est en train de se passer en ce moment, les commissariats de police municipale, les mairies de quartier brûlées, les centres sociaux brûlés, les écoles brûlées, les bus brûlés, les tramways brûlés… Tout ça c’est des millions d’euros de service public partis en fumée. C’est des millions d’euros de service public des quartiers populaires partis en fumée, c’est irresponsable, c’est coupable et il faut que ça s’arrête» déclarait Valérie Pécresse président de la région qui  «recommandait à la préfecture de police d’arrêter toutes les lignes  de bus, de tram…jeudi là où il y a eu des violences». Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin annonçait pour jeudi soir la mobilisation de 40 000 forces de l’orddre sur l’hexagone dont 5000 à Paris, en prévenant : «Ce (jeudi) soir, des interpellations seront faites dès que nous constaterons que des personnes veulent s'en prendre à des bâtiments publics, des policiers, des gendarmes, des élus municipaux». Et même à Vanves.