Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parents d’éléves - Page 3

  • LES RYTHMES SCOLAIRES A VANVES : 2 – GROSSE FATIGUE EN MILIEU DE SEMAINE ET A LA VEILLE DES VACANCES D’AUTOMNE

    Certains parents, mais aussi les animateurs, ont constaté une fatigue en milieu de semaine à cause de l’absence de cette coupure du Mercredi 

    « Le Mercredi, j’ai le plus grand mal à lever mon fils pour l’emmener à l’école maternelle,  d’autant plus que son frère qui est à Notre Dame  continue à dormir. Et le petit ne comprend pas ,car il a encore l’idée que l’année dernière, il ne se levait pas à un moment donné dans la semaine » raconte Patrick Gaidamour, parent d’élève à l’API  « C’est le même constat pour les primaires, où ils sont fatigués, ils se déconcentrent plus facilement. Les instituteurs nous disent qu’à partir du Jeudi, les enfants se concentrent beaucoup moins sur ce  qu’ils ont à apprendre. Le corps enseignant est fatigué et désorienté, ainsi que les animateurs » indique Stéphanie Gazel.   L’API a attiré l’attention de la mairie sur ce point là  D’ailleurs, cette association, comme beaucoup de directeurs d’école,  était pour un regroupement des NAP en une seule après midi.  « Il y avait la possibilité de prendre le décret Hamon. Mais par manque de temps et d’investissement,  la mairie qui s’était engagée sur le décret Pellion, a préférée en restée là et s’en tenir au premier système sur lequel elle avait travaillé. Mais beaucoup de parents et d’enseignants préféraient le système Hamon ! » indiquent ces deux parents d’élèves.

    « Dés le départ, nous pensions que ce système était très mauvais pour les Maternelles. De toute façon, il y a des choses à corriger, à travailler notamment sur le contenu, la sieste et le réveil des petits » expliquent ils, en ajoutant sur le réveil des petits « qu’on a l’assurance que les enfants ne sont pas réveillés. Lorsqu’un enfant dépasse 15H, les animateurs le laissent dormir au maximum jusqu’à 15H45 et ils sont levés doucement. Ils  les habillent, leur proposent de faire un petit dessin, une lecture, et ils les réintégrent dans le NAP tranquillement. Mais in fine, lorsqu’on prend les enfants à 15H, on les met 20 mn dans la cour pour qu’ils se défoulent, puis on les envoie aux toilettes, et on les prépare un quart d’heure avant l’arrivée des parents, on passe 30 à 40 mn de NAP seulement.  Mais pourquoi pas ?  Certaines écoles (pas à Vanves) qui avaient supprimé les dortoirs, ont dû les remettre, ce qui a calmé le jeu et a fluidifié le système pour les enfants ». Le même constat a été fait par les animateurs dans les Maternelles, où la NAP se limite à 20mn lorsque la sieste s’est prolongée, en se posant vraiment  la question des NAP en maternelles.

    Pour les parents, tout cela est liéé à la loi sur la refondation de l’Ecole. « Elle était censée refaire les programmes en parallèle. Et elle ne fait que commencer. Elle a imposée à toutes les communes de France de mettre en place ces nouveaux rythmes scolaires et les programmes viendront après. Elle a commencée à l’envers. Les enfants ont des pics de vigilance dans une semaine. Avec un rythme de 4 jours, l’enfant a la meilleure perception de son programme en milieu de matinée et après la digestion l’après midi entre 15H et 16H30. Soit 8 pics d’activité  pour 4 jours. Là on a remplacé 2 après midi  par des NAP. Pour acquérir le socle commun des programmes (maths, français, histgéo) on perd deux après midi pour des activités qui ne constituent pas le savoir que je demande à la sortie de l’école primaire. On a remis une matinée certes. Mais on a perdu une aprés-midi. Les enfants sont, du coup, fatigués » explique Patrick Gaidamour qui a  mis un de ses fils dans le privé en élémentaire,  pour éviter les rythmes scolaires. « Beaucoup de vanvéens ont envoyés leurs enfants à Notre Dame pour éviter les nouveaux rythmes scolaires. Car ils n’ont pas  changé  la méthode d’apprentissage dans le privé.  Ils focalisent sur les activités péri-scolaires, mais cela ne change rien à la base de l apprentissage d’un enfant à l’école. En tant que parent, je suis très inquiet pour eux. Autant les NAP sont très bien gérées par les mairies, autant au niveau apprentissage avec l’Education Nationale, cela ne colle  pas ! Nous allons nous retrouver au bout d’un an avec une baisse des connaissances !  Il faudra faire une évaluation des enfants pour voir s’ils ont le même niveau scolaire que ceux de la fin Septembre 2013, de 2012 et de 2011. Et on pourra voir le bien fondé de cette réforme ! »

     

    A Suivre : Des dommages collatéraux 

  • LES RYTHMES SCOLAIRES A VANVES : 1 - DES PARENTS PLUTOT SATISFAITS…PAR LES ACTIVITES AVEC QUELQUES RESERVES

    Les vacances de la Toussaint ont été le bienvenue, tant pour les enfants qui étaient fatigués, surtout, ceux des maternelles, que les animateurs qui étaient crevés, mais aussi les professeurs d’écoles, en tous les cas, ceux qui participent à ces NAP. Et encore pas sûr qu’ils se aient pu se reposer pour les animateurs qui travaillent aux centres de loisirs pendant les vacances. Certains d’entre eux se sont même  réunis dans un café de Vanves le 16 Octobre pour faire le point, et surtout un cahier de doléances qui devrait être transmis au maire. Il apparait très nettement que certains sont sur-bookés avec ses rythmes scolaires enchaînant NAP et centre de loisirs, avec des heures supplémentaires (10 en moyenne par semaine pour certains d’entre eux). Certains enseignants accusaient une certaine fatigue à la veille de la coupure des vacances de la Toussaint, sans parler de ceux qui ont été déboussolés par ce changement de rythme scolaire pour eux aussi. Les parents sont plutôt satisfaits de la mise en  place de ces nouveaux rythmes scolaires à Vanves, mais beaucoup restent très critiques sur cette réforme. D’ailleurs une soixantaine de foyers vanvéens ont mis leurs enfants à Notre Dame à Malakoff à la Rentrée

    « Plus d’un mois après la Rentrée scolaire, on est plutôt satisfait ! Nous avions beaucoup de craintes, d’inquiétudes que nous avions exprimé effectivement lors des réunions de concertation avec la mairie et le service Education, sur l’encadrement, la sécurité, l’accessibilité et l’accompagnement des enfants handicapés. Nous redoutions une absence de coordination entre les  différents intervenants qui se sont démultipliés dans le cadre de cette réforme. Elles ont été en partie levée à la satisfaction des parents » indiquent Stéphanie Gazel qui a assisté à toutes les réunions l'année dernière sur la mise en place des rythmes scolaires et fera partis du comité de pilotage cette année en tant que représentant de l’API, avec Patrick Gaidamour qui suit de près ce dossier au sein de l'API. 

    En maternelle,  il y a un problème de circulation de l’information entre l’animateur, les parents et les enfants qui ne savent pas répondre aux questions de leurs parents. « Les parents  ne savent pas trop ce qu’ils font, parce qu’ils sont petits et ne savent pas raconter leur journée. Il y a eu des problèmes de saleté des locaux au début qui se sont posé, de dortoirs surchagés, de locaux pas très bien entretenus. Les maitresses doivent laisser leur classe à partir de 15H, et  ensuite tout le personnel d’entretien  doit venir nettoyer. Et il y a beaucoup d’affaires perdues surtout chez les maternelles, car ils changent de classes et de locaux, ce qui n’était pas le cas auparavant » indique Stéphanie Gazel.  « Cela m’arrive fréquemment de chercher le blouson de mon fils car il a fini une NAP le mardi soir, et le mercredi matin, je fais le tour de l’école pour le récupérer dans la cours, ou  au centre de loisirs ou dans les classes. Les porte-manteaux sont pleins de vêtements d’enfants. Ce n’est pas perdu, mais ils sont là dans les couloirs ! » constate Patrick Gaidamour.

    En élémentaire, les remontées des parents sont globalement positives. « Mais il y a des améliorations à apporter, notamment sur le contenu des activités, sachant que la mairie a proposé un large panel. Le titre en fait de l’activité est hyper-accrocheur mais il ne correspond pas toujours au contenu » indique Stéphanie Gazel. Les animateurs sont globalement compétents à leurs yeux, sauf quelques cas isolés, mais les parents ne comprennent pas ses animateurs qui, du jour au lendemain, préviennent qu’ils ne seront pas là : « Dans ce cas là, il faut trouver une autre activité, et il faut vite dépêcher un nouvel animateur sur une activité dont il ne maîtrise pas le contenu. Il est arrivé à plusieurs reprises que mon fils se retrouve dans une activité qu’il n’avait pas choisie, à cause de l’absence de l’animateur chorale qui est remplacé par l’animateur football par exemple. Cela demande un peu de recadrage, et à la mairie, de mieux gérer son vivier d’animateurs. On sent une concurrence entre les différentes communes et même la ville de Paris qui peuvent faire de la surenchère au niveau des animateurs qui n’hésitent pas à aller chez le plus offrant ».

    Au hit parade des activités proposées : le sport. « Parce que, pour les NAP artistiques, il y a un décalage, car les enfants s’imaginent faire quelque chose de très construits et très élaborés, et ce n’est pas toujours le cas. Les activités de dessin ressemblent trop à ce qu’ils font dans le cadre scolaire. Il faudrait un peu plus varier et diversifier. L’éveil corporel, les petits jeux de badminton les intéressent beaucoup, car ils préfèrent bouger, faire du foot, du basket. « Cela nous défoule » m’a raconté ma fille. D’autant plus que la récrée a été supprimée lorsqu’il y a les NAP » indique Stéphanie Gazel. « On sent lorsqu’ils sont content et que cela leur a  plû ! Mon fils qui est en moyenne section en Maternelle, fait du dessin, du collage et du coloriage. Il ne sait pas m’expliquer tout, mais on sent qu’il a passé un bon moment avec l’intervenant » ajoute Patrick Gaidamour qui a noté certaines activités originales : parcours motricité, fabrication de bougies, activité marmiton avec une enseignante, cours d’anglais avec des petits dessins animés très accessible, réalisé par des enseignants    

    A SUIVRE : GROSSE FATIGUE