Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grand paris - Page 2

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : LES MAIRES FER DE LANCE POUR DEFENDRE LES DEPARTEMENTS

     «On est si convaincu de la malfaisance de ce que on nous fait, que votre présence ce soir l’affirme !» a déclaré Patrick Devedjian président du département des Hauts de Seine à l’origine, avec ses 6 collégues franciliens, de cette réunion pour défendre  «ses départements qui doivent devenir le moteur de l’attractivité de l’Ile de France». Prés de 1500  élus (maires, conseillers régionax et départementaux), ceints de leur écharpe tricolore,  avec des représentants des forces vives avaient fait le déplacement dont certains vanvéens, Mercredi soir jusqu’à la Seine Musicale. Pas de grands discours éloquents et violents, mais des témoignages des acteurs de terrain départementaux, à travers deux tables rondes consacré à lasolidarité et aux investissements, même si  Gérard Larcher, président du Sénat, Dominique Bussereau président de Départements France étaient aux côtés des 7 présidents de départements ou leurs représentants.

    Ce sont surtout les maires qui ont portés le fer, beaucoup ayant signé l’appel des élus d’IDF pour une métropole ambitieuse, solidaire et démocratique avec les départements d’IDF  (plus de 500 représentants 7 millions d’habitants dont le maire de Vanveset la vice présidente du Conseil départementale) : «P.Devedjian expliquait que 9% de la dette publique est le fait des collectivités locales, et que de leur part dans l’investissement est de 75%. Si les collectivités locales n’ont plus la possibilité de le faire, c’est 53,6% de la commande publique qui disparaitrait » indiquait un président d’une association départementale de maires seine-et-marnais en insistant sur «la capacité des départements à aider les communes à investir alors que l’Etat nous a retiré 30% de dotations et de notre capacité d’autofinancement. Heureusement qu’il y a le département qui a créé un fonds d’équipement rural et mis en place des contrats avec les communes. C’est le maillon le plus juste de péréquation, de solidarité. Si c’est le cas (suppression des départements franciliens), ce sera la mort des départements, mais aussi des communes. Ce sera un acte irresponsable pour notre démocratie» a-t-il conclu. « Est-ce que c’est vraiment utile de supprimer des départements. Aucun autre échelon ne peut mieux répondre aux problèmes de notre quotidien » indiquait un président d’une interco des Yvelines

    Quatre exemples frappants ont été donnés. Tout d’abord sur la Seine Musicale qui est «l’exemple de ce peut faire un département. En même temps que la Philarmonie qui a coûté 3 fois plus cher et été livrée en retard, la Seine Musicale était livré dans les temps avec un respect stricte du coût des travaux» indiquait Patrick Devedjian. Ensuite l’U Arena : «Nous avons eu besoin du département à deux occasions : Pour nous aider à trouver le terrain (des Bouvets) parce qu’il créait une liaison entre la Défense et Nanterre. Pour convaincre les banques de nous aider, ce qu’il a fait notamment en décidant d’installer son siège dans les bâtiments de l’U Arena» a témoigné le Directeur général de l’U Arena en ajoutant que «le Racing 92 est une exception car il est le club d’un département et non d’une ville. C’est une force d’être attaché à un département!. Enfin,  la création d’une plateforme pour mener à bien le projet de 2 foyers de vie pour handicapés dont un pour les autistes qui n’aurait pas été possible sans la volonté des deux départements Yvelines/Hauts de Seine, et surtout le génopole créé voilà 20 ans qui a reçu l’appui et de la région, et du département de l’Essonne.

    «Le président de la République nous a dit tout le bien qu’il attendait de la Décentralisation à l’Elysée, pour les vœux, lundi soir. Mais si le gouvernement et l’administration l’écoutaient, ce serait mieux ! Ces départements marchent, et ils sont l’interlocuteur de tous les jours de ses habitants. Dans une France qui veut innover, il ne faut pas casser ce qui marche. Tous les départements se sentent solidaires. Si on commence à casser les départements en changeant la carte, ce sont tous les départements qui sont concernés» a conclu Dominique Bussereau président des départements de France. Comme l’exprimait Philippe Laurent, maire de Sceaux dans le Parisien : « On a tellement d’autres travaux plus prioritaires à mener pour les logements sociaux, les transports en commun…Ce serait dommage de tout foutre en l’air. Si on supprime les départements, on en a pour dix ans de merdier ! ».

  • VANVES ET LE GRAND PARIS : BEAUCOUP D’ELUS PENCHENT POUR UNE METROPOLE REGION

    «Qui sera capable de faire à notre place, tout ce que nous réalisons, tout ce que nous investissons comme les Hauts de Seine» s’interrogent nos conseillers départementaux comme Isabelle Debré en citant, comme Patrick Devedjian,  la voirie (770 M€), les collèges (plus de 840 M€ de travaux), la rénovation urbaine (290 M€ en 15 ans), le soutien aux projets communaux, grâce aux contrats de développement passés avec les maires (264 M€ investis depuis 2011), deux équipements majeurs comme la Seine Musicale, l’U ARENA….Pourquoi remplacer une institution qui fonctionne bien par une nouvelle entité qui fonctionne mal  

    La plupart se prononce pour une métropole à l’échelle régionale avec des compétences stratégiques, avec une lisibilité internationale, avec une gouvernance élue au suffrage universel.  « Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est renforcer ce qui marche, et donc renforcer la décentralisation. Le rapprochement Yvelines/Hauts-de-Seine qui est opérationnel depuis 2 ans, va dans ce sens. Certains de nos services (comme la voirie) ont déjà fusionné, et nous réalisons de nombreux groupements de commandes, pour des économies d’échelle importantes.  Nous apportons la preuve qu’on peut faire des réformes simples, audacieuses, connectées avec le réel, sans avoir besoin d’inventer des usines à gaz comme les EPT, et sans faire dépenser un centime de plus au contribuable» explique Patrick Devedjian

    Son collégue des Yvelines, Pierre Bédier a même donné son schéma : L’organisation d’une zone dense répartie en 4 entités à la fois départementales et intercommunales avec un panel de compétences fortes, complémentaires. Avec des communes libres de se regrouper dans un périmètre et pour des compétences librement consenties, et la possibilité de fusions volontaires de communes et de départements.

    En tous les cas, il va être beaucoup question du Grand Paris avec la grande réunion publique du 31 Janvier à la Seine Musicale des défenseurs des départements, et la grande conférence des territoires du Grand Paris le 14 Février

  • A VANVES, LES PARTIS FETENT NOEL ET PREPARENT LES RENDEZ-VOUS DE L’ANNEE NOUVELLE

    Gabriel Attal, député LRM de la 10éme circonscription a participé samedi à un tractage etune distribution de ballons sur le parvis de la Défense samedi dernier avec des collégues altoséquanais. «Cette dernière action terrain de grande ampleur sur 2017 avait pour objectif de défendre et promouvoir les mesures du gouvernement engagées en faveur de l’augmentation du pouvoir d’achat». Il participera à la réunion du comité vanvéen LRM Mardi soir au Tout Va Mieux, où la section UDI de Vanves fête ce soir Noël, avec plus de 70 adhérents et sympathisants autour du maire de Vanves. Voilà pour les dernières actions d’une année bien remplies en élections des élus et des antennes vanvéennes de l’UDI et de LRM, alors que du côté PS et des LR, c’est plutôt un électrocardiogramme plat, lorsque ce c’est la démissionnite chez les Républicains et la débendade chez les socialistes. En attendant LRM occupe le terrain sur le Grand Paris qui sera au rendez-vous du début de la nouvelle année, n otamment avec le Grand Paris.

    Ainsi la marche du Grand Paris organisé voilà plus d’une semaine, a mobilisé des centaines de marcheurs parisiens et franciliens. «À partir d'un travail réalisé depuis plusieurs semaines par un groupe de travail d'une centaine d'experts, la marche a permis de former les adhérents aux problématiques parfois complexes du Grand Paris, puis à aller à la rencontre des habitants de la métropole. Le questionnaire en ligne réalisé pour l'occasion a déjà récolté près de 2000 réponses, nous allons continuer de le diffuser. Une première synthèse sera présentée ces jours-ci et sera enrichie par la suite pour un échange avec le gouvernement et les élus» indiquait Philippe Zaouati, référent LRM de Paris qui ajoute : «La République En Marche souhaite que le projet du Grand Paris soit un vaste et ambitieux projet de développement économique, social et culturel pour la première métropole française. Nous avons pourtant le sentiment qu’il est aujourd’hui trop souvent réduit à des enjeux d’infrastructures et de transports et surtout, mal compris et éloignés des attentes concrètes des franciliens qui doivent pourtant en être les premiers bénéficiaires. C’est pourquoi, afin de rapprocher ce grand projet des citoyens, La République En Marche a lancé cette «Marche du Grand Paris» pour comprendre comment les habitants appréhendent les enjeux du Grand Paris et pour recueillir leurs attentes et préoccupations concrètes».
    LRM a d’ailleurs créé un groupe dédié au Grand Paris pour réfléchir à la contribution de LRM à ce grand projet. Ce groupe, composé de plus d’une centaine d'adhérents de la métropole, est structuré autour de plusieurs thématiques : Institutions, démocratie et citoyenneté ; Transports et mobilités ; Environnement, air, énergie et climat ; Urbanisme, aménagement et cadre de vie ; Logement, cohésion sociale et territoriale ; Développement économique, numérique et innovation. Il rassemble également plusieurs députés LREM : Pacôme Rupin, député de la 7ème circonscription de Paris, Céline Calvez, députée de la 5ème circonscription des Hauts-de-Seine et Guillaume Gouffier-Cha, député de la 6ème circonscription du Val de Marne, ainsi que Julien Bargeton, sénateur de Paris. Ue initiative à suivrede près, alors que Emmanuel Macron devrait annoncer ses intentions concernant laRégion et la métropole du Grand Paris en Janvier.