Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gpso - Page 3

  • SCOT, PANNEAUX SOLAIRES, LES ECOLOGISTES DE VANVES RENVOYES DANS LES ROSES

    Les écologistes vanvéens ont posé deux questions orales intéressantes, la première totalement abscom pour les non initiés sur le SCOT, et la seconde sur des panneaux solaires, lors du conseil municipal du 30 Juin dernier. La première a été suscité par l’élaboration actuelle du SCOT (Schéma de Cohérence Territorial) Métropolitain en cours d’élaboration sur lequel GPSO  a donné un avis.

    Un document de planification stratégique à long terme (environ 20 ans) créés par la loi solidarité et renouvellement urbains (SRU) en décembre 2000, dont le périmètre et le contenu concerne le territoire de la Métropole du Grand Paris. il est destiné à servir de cadre de référence pour les différentes politiques sectorielles, notamment celles centrées sur les questions d’organisation de l’espace et d’urbanisme, d’habitat, de mobilités, d’aménagement commercial, d’environnement, dont celles e transition écologique,  de biodiversité, de l’énergie et du climat...qui encadreront par exemple l’ensemble des documents d’urbanisme (PLU de Vances, PLUI de GPSO). Les écologistes se sont étonnés que «la Ville cosigne cet avis de GPSO, sans qu’ait été fait le moindre débat interne. Elle  proteste contre un document d’orientation qu’elle juge « trop prescriptif «l’avis  invoque entre autres le risque de contentieux que ces recommandations seraient susceptibles de générer en donnant pour exemple le projet de construction de la porte Brancion (ex Woodeum) justement porté par la Métropole et-dont on a appris au cours du présent Conseil Municipal qu’il était réactivé bien qu’il suscite de nombreuses oppositions chez les riverains du secteur ».

    Ils lui reprochent d’invoquer au nom des concitoyens vanvéens qui n’ont pas été consulté qui «interfèrent ou durcissent inutilement des réglementations existantes comme le plan de prévention du risque inondation (qui a pourtant failli au printemps 2020 au Clos Montholon)» qui prévoit « la transformation de certains axes routiers en boulevards urbains qui selon vous ne correspondrait pas à l’attente des citoyens», «30% de terres pleine» que vous fustigez comme «peu réaliste» qui contraindrait inutilement le projet de PLUI que nous initions cette année », où vous prétendez «la densification en hauteur du secteur pavillonnaire entre en contradiction avec l’objectif de préservation de la richesse architecturale et paysagère du même SCOT » mais sans invoquer les 36 m du projet Mixcité qui va, lui aussi, boucher des perspectives….»  

    Comme d’habitude, l’exécutif municipal  a réfuté leur réflexion sur l’absence de concertation s’en référant à la loi, à la majorité de l’époque qui a établi ce document, aux travaux approfondi de GPSO, aux ateliers thématiques et séminaires organisés par la MGP et à l’enquête publique qui devrait avoir lieu où chaque citoyen aura la possibilité de donner son avis…Mais sans apporter de réponse sur le fond.

    Quant à des panneaux voltaïques installés sur le toit de l’école Cabourg proposé par l’association Solaire Citoyens Seine Ouest en 2019, elle a bûté sur un refus de la municipalités en arguant que «pour I ‘heure d'autres projets en réflexion sur cet espace ».  Les écologistes ont demandé quelles étaient ses projets  «Le projet a été étudié par nos équipes afin d’envisager sa faisabilité. Il n’a effectivement pas été retenu pour les raisons suivantes.  Lors de sa construction, ce toit terrasse a été conçu avec une toiture végétale. Y installer des panneaux solaires compromettrait tout développement des végétaux plantés sur le toit. Il serait en outre nécessaire de faire une étude de faisabilité afin de s’assurer que la structure est dimensionnée pour supporter un poids supplémentaire. Cette étude représenterait un coût pour la ville estimé à 4 000€ » a précisé Xavière Martin, adjointe au Maire chargée des écoles. «De plus, il semble que l’énergie solaire, bien que comportant des avantages, ne soit pas toujours un bon investissement en terme de développement durable. En effet, ces panneaux nécessitent une grande quantité de matières premières (900 tonnes de minerai pour une tonne de produit fini). Celles-ci sont, de plus, importées majoritairement de Chine ce qui limite l’effet vertueux de l’action si on appréhende l’action de manière globale.  De surcroît, l’installation de panneaux générerait une pollution visuelle pour les riverains ainsi que de potentiels risques d’éblouissement. Enfin, rassurez-vous, nous ne sommes pas en manque d’idées et la ville a, pour ce même espace, d’autres projets favorisant la préservation de la biodiversité» a-t-elle conclu. Circulez, y a rien à voir !

  • LE CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES DU 30 JUIN EN BREF

    PLAN DE RELANCE DES ASSOCIATIONS

    La Ville de Vanves souhaite accompagner les activités associatives à travers un plan de relance local. Parmi les aides proposées aux associations, la Ville de Vanves propose une subvention exceptionnelle dédiée au numérique à hauteur de 150€ maximum chacune. Il s’agit du Challenger Club, du club d’échecs e Vanves, la Compagnie l’Echauguette, Du grain à moudre, Du sport et plus, Le Cap, Les Caractéres, Les généalogistes de Vanves, Musicio Aris Paris, Passion Latina, Pré textes, Scrabble Club de Vanves, Vanves Art e culture, Vanves Billard Club, Viet Vo Dao de Vanves

    ADHESION A L’ASSOCIATION «LES BOïTES A VELO»

    La ville serait la première collectivité à adhérer à cette association auprès du collectif local d’Ile-de-France après la décision du conseil municipal. Née en 2012, cette association a pour but d’encourager et soutenir l’entreprenariat à vélo en France dans un objectif non partisan, d’utilité sociale et d’intérêt général afin de promouvoir l’usage du vélo comme mode de déplacement professionnel principal en alternative aux véhicules motorisés, autant pour le transport des biens que des personnes. Elle  prône un cadre de vie apaisé et un ancrage territorial fort et fonctionne sur une logique constructive en faisant appel à la proposition, la pédagogie et la collaboration. «Ainsi la commune pourrait avoir dans l’accès à un partage de connaissance, d’expériences et dans la mutualisation d’outils autour de la mobilité» selon Charles de Van de Casteele conseiller municipal délégué aux espaces verts, qui a précisé que « ce choix s’explique  car elle est complémentaire aux appels à projets lancés par GPSO sur le sujet», lorsque les écologistes se sont étonnés que la municipalité n’aient pas fait appel appel à des associations plus pertinentes que cette association qui se concentre sur l’entrepreneuriat à vélo.

    DES INFOS SUR GPSO

    A l’occasion de l’approbation de la convention relative à l’organisation de la mise en maquette, de la mise en page et de l’impression des articles consacrés à l’EPT (établissement public territorial) GPSO  Grand Paris Seine Ouesy) dans le journal communal de Vanves, Thibault Ljeune (EELV) a proposé  que GPSO puisse disposer d’un cahier détachable (au même titre que le cahier « culture ») dans Vanves Le Mag pour valoriser son action sur le territoire, et Jean Cyril Le Goff (LREM) a regrette qu’il n’y ait que 5 pages par an consacrées à l’action de GPSO, qui dispose pourtant de beaucoup de compétences sur la ville de Vanves. Et c’est le bien le drame de cette interco qui ne communique pas en dehors de l’information institutionnelle, comme d’autres en Ile de France grâce à des conférences ou des communiqués de presse, des retransmission de ses conseils territoriaux sur Internet etc…alors que ces décisions influent beaucoup sur la vie des vanvéens dans de nombreux domaines. D’autant plus que GPSO n’est pas une petite interco

     MISE EN PLACE DU PLAN DU MERCREDI  

    Durant l’été 2018, le gouvernement a lancé un nouveau dispositif appelé « PEdT/Plan Mercredi », pour soutenir le développement d’accueil de loisirs de qualité sur les mercredis en complémentarité avec le temps scolaire à l’occasion de la repriss d’un rythme scolaire de quatre jours (lundi, mardi, jeudi et vendredi) er le PEdT a n’a donc pas été renouvelé.  Or, ce dispositif prévoit un taux d’encadrement adapté pour les accueils périscolaires et un soutien financier accru pour les accueils du mercredi. Pour cela, la commune doit s’engager dans une convention tripartite avec l’Etat (les services de l’Education Nationale) et la Caisse d’Allocations Familiales (CAF).  Ainsi, la convention approuvée par le conseil municipal, définit les modalités de pilotage et coordination, les objectifs et les moyens ainsi que l’organisation de ce « PEdT/Plan Mercredi ». Les principaux objectifs sont les suivants : Favoriser et proposer des activités de qualité et diversifiées culturelles et sportives, assurer la mise en cohérence du projet d’école et des projets pédagogiques des accueils périscolaires, veiller au respect des rythmes de vie de l’enfant en tenant compte de la spécificité du mercredi, favoriser l’accueil de tous les publics.

  • UN CONSEIL MUNICIPAL DE VANVES PLEIN DE SURPRISES ET DE DEBATS

    Pas moins de 39 délibérations étaient inscrites à l’ordre du jour d’un conseil municipal dense qui a duré 4 H entre 19H et 23H. Avec des décisions très techniques qui reviennent régulièrement (compte administratif, évolution de tarifs publics, délégations de services publics, ressources humaines), des questions orales sur l’affichage libre… avec une incongréuité totale : Ne voilà t-il pas que pour la majorité, la question a failli être posé avec la réponse par la même personne comme dans les régimes illibéraux. Heureusement, Bernard Gauducheau a rattrapé le coup en posant la question auquelle la maire adjointe à la culture a répondue sur les Estivales de Vanves

    En introduction de cette réunion, bien sûr, il y a eu  les félicitations du maire à Sandrine Bourg pour son élection au Conseil  départemental  qui a été officiellement installée hier matin, avec l’élection  de Georges Siffredi à sa tête  - Aucune délégationne lui a été attribué contrairement à son binôme Yves Coscas chargé du personnel – et à Valérie Pécresse réélue à la tête de la Région. Bernard Gauducheau a annoncé sa démission de conseiller métropolitain, où il sera remplacé par Xavière Martin

    Parmi les décisions importantes, le Conseil municipal a  tout d’abord donné son feu vert à la fusion de Montrouge Habitat avec Seine Ouest Habitat dont fait partie Vanves  dans une cadre d’une fusion des offices HLM Imposée par la loi ; et  à une convention de financement avec la fondation  du patrimoine qui versera 97 000 € pour la réhabilitation des glacières du parc F.Pic (sur un budget de 417 000 €), laisant une grand part du financement à supporter par la commune, le maire ayant reçu un accord du département pour l’aider. Il a ensuite obtenu un avenant du département au contrat de du CD 92-ville de Vanves : Elle lui permet de répartir le financement pour la requalification de l’école du parc (retardée ?) sur 2 projets : la médiathéque, la réhabilitation d’un logement à l’école Larmeroux pour le centre municipal de loisirs qui répond à une attente selon le maire.  Il a voté l’exonération de la redevance généralement payée par les cafés-bars-restaurants pour leurs terrasses pour 2001 ce qui représente un coût de 9300 €. Ce qui a donné l’occasion à Jean Cyril le Goff de rappeler ce qu’a fait le gouvernement en matière de commerce grâce au « quoi qu’il en coûte », ce qui a profondément agacé Bernard Gauducheau. «On souhaiterait que cette décision fasse jurisprudence et que les copropriétés bénéficient d’une telle aide pour leurs travaux de rénovations thermiques » a surenchérit Thibault Lejeune (EELV). Enfin, des subventions municipales exceptionnelles ont été attribuées aux associations dans le cadre du plan de relance de tout ce secteur

    Le conseil municipal est revenu la convention pluriannuelle de partenariat et d’objectifs entre la commune et Vanves GPSO Basket, en avalisant la baisse de la subvention accordée à l’équipe première qui évoluait en nat 1 et y avait été maintenue par la FFB pour la saison 2021-2022. Elle a eu pour conséquence de la  rétrograer en nat 2. La ville a fixé de nouveaux objectifs pour favoriser  la pratique locale de ce sports, notamment par les jeunes, donner une image positive. Jean Cyril Le Goff (LREM) s’est félicité que «la ville laisse une nouvelle chance à cette équipe ». Les  écologistes ont  félicité la municipalité pour sa démarche transparente et pour avoir défini de nouveaux objectifs dans le cadre d’une nouvelle politique sportive de la ville» a expliqué Loic Mechinaud (EELV). «Sans la crise sanitaire, l’équipe de basket serait redescendu en nat.2. Son budget en nat.1 était colossal. Allouer une telle somme uniquement à cette équipe ne paraissait pas responsable. La redistribuer  pour soutenir le sports (dans sa globalité) est un bon choix » a expliqué Anne Caroline Chahen, adjointe aux sports. «. En Nat2, cette équipe va pouvoir briller mieux qu’en nat 1. La ville de Vanves n’a pas les riens assez solides pour évoluer en Nat 1 où en plus son évolution passe inaperçu en région parisienne, contrairement aux équipes en province. Et les retombées pour a ville ne sont pas à la hauteur. Evoluer en Nat 2 est honorable ? Et ce n’est pas se désengager » a précisé le maire

    Deux autres séries de décisions concernant le projet Mixcité de Viparis avec ses deux hôtels dont la tour hôtelière face à Mercure (étude d impact accompagnant la demande de permis de construire),  et celui de Woodeum avec la résidence étudiante prévu rue J.Bleuzen en bordure de la rue Louis Vicat ( protocole de vente sur une partie des terrain transféré de l’Etat à Vanves) sont passés comme une lettre à la poste, ne suscitant pas de vives oppositions de la part des écologistes, ni  des marcheurs. Les premiers se sont inquiétés des espaces verts prévus par Viparis. Les seconds qui ne sont pas hostiles à la construction de l’hôtel se sont félicités de la prise en compte de l’avis de l’AE (Autorité Environnementale) en demandant s’il y aura enquête publique. «Les riverains ont été déjà consultés. On ne peut pas dire qu’il n’y ait pas eu déchanges, que les riveraines aient été ignorés» selon Pascal Vertanessian, adjoint au Maire

    La vente d’une partie des terrains par l’Etat avec cession par la ville au promoteur pour permettre la construction de la résidence étudiante qi est passé de 150 à 100 chambres, pose problème aux écologistes selon Pierre Toulouse. Les marcheurs se sont inquiétés du devenir du skate parc déplacé et des terrains de jeux selon Jean Cyril Le Goff, mais tous étant d’accord sur l’opportunité d’une requalification de cette porte Brancion. « Il y a peut être autre chose à faire dans ce site avec des jardins partagés » a suggéré P.Toulouse. «On a écrit dans notre programme  qu’on privilégiait un projet plus étendue, moins étriqué, entre ses portes de la Plaine et Brancion» a rappelé le maire adjoint à l’urbanisme. « Avec tous ces projets, nous avons la chance de pouvoir changer l’allure de notre entrée de ville un peu désuet qui bénéficiera à tous, propriétaires, habitants, commerçants, et de revaloriser ce secteur" »