Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

département des hauts de seine - Page 5

  • PISTES CYCLABLES : RECORD A LA STATION MALAKOFF-PLATEAU DE VANVES

    En sortant du souterrain  des Reflets au niveau de la station de métro «Malakoff-Plateau de Vanves » ou en s’y engouffrant, les vanvéens passent sous la piste cyclable de la coulée verte qui détient un record à ce niveau là. Les services du département des Hauts de Seine ont enregistré le plus grand nombre de passages, avec une moyenne de 883 cyclistes par jour et même un pic à 2146 vélos le dimanche 16 Septembre 2028.

     Là comme sur une trentaine de points répartis dans le département, 43 compteurs avaient été déployé sur l'ensemble du territoire altoséquanais depuis Novembre 2017. Il s’agissait d'avoir une meilleure connaissance de l'évolution de la pratique cyclable sur le territoire.  Les comptages ont permis d'analyser les fréquentations des différents aménagements cyclables et d'identifier les secteurs les plus fréquentés. Les secteurs qui ressortent particulièrement sont les franchissements de la Seine, la Promenade des Vallons de la Bièvre (Coulée Verte) où passe la Véloroute Paris - Mont-Saint-Michel, les aménagements cyclables réalisés le long des tramways T2 et T6, la coulée verte à Malakoff bien sûr, et la Route départementale 906, entre Clamart et Montrouge, avec 499 cyclistes par jour au droit du cimetière de Clamart.

    Les comptages continus ont permis également d'identifier les jours et heures pour lesquels les fréquentations sont les plus importantes. Ainsi, les aménagements cyclables le long du tramway T6 sont plus fréquentés en semaine. La différence est encore plus flagrante pour les compteurs positionnés sur le pont d'Issy-les-Moulineaux sur la RD 72 et la RD 62 respectivement à Vanves et Montrouge, aménagements en moyenne deux fois plus fréquentés la semaine que le week-end. Les compteurs positionnés sur les itinéraires de Véloroutes (Avenue Verte London - Paris, Véloscénie), affichent quant à eux une plus grande fréquentation les week-ends et jours fériés (597 cyclistes en moyenne contre 411 en semaine). L'arrivée des beaux jours augmentent fortement les fréquentations quotidiennes. Une hausse de 71 % est constatée entre l'hiver et le printemps sur l'ensemble des postes de comptage (6 100 cyclistes à près de 10 450).

    Les hausses les plus spectaculaires concernent les compteurs implantés sur les itinéraires à vocation récréatives, principalement le long de la promenade bleue départementale à Nanterre et le long de la Coulée Verte à Antony. Sur ces itinéraires, près de 1 800 cyclistes ont été comptabilisés le 8 mai 2018 à Nanterre, et une fréquentation record de 2 344 vélos a été enregistrée à Antony le dimanche 2 septembre.

  • RUE MARCHERON A VANVES : PROBLEMES D’ALIGNEMENT, DE CIRCULATION, DE NUISANCES

    Il a été beaucoup questions de rue, de circulation, de vélo, de piétion,  de trottoir, d’alignement durant cette troisième réunion publique de quartier consacré au Centre ancien-Saint Remy lundi soir, mais surtout à ce secteur autour de la rue Marcheron entre la place de l’Insurrection et le commissariat où les travaux de construction d’un immeuble à la place du garage devraient commencer, alors que les premiers habitants de la résidence NIWA commence à s’installer côté rue Aristide Briand qui sera requalifié par GPSO entre les rues René Coche et Diderot.

    La présentation de la ligne de bus 59 entre la gare de Clamart et la porte de Clichy qui passera par Larmeroux-Raymond Marcheron a ouvert les échanges. «Mais la circulation rue R .Marcheron va être épouvantable» remarquait un participant. «On travaille à encourager à utiliser moins les véhicules, plus les transports en commun, les vélos, l’autopartage…avec des projets comme le Grand Paris Express, cette nouvelle ligne de métro» indiquait Bernard Gauducheau  « Et la navette ?» s’interrogeait un  autre participant : «Elle coûte chére et ne rapporte rien. On  réfléchit à un transport à la demande» indique t-il. «Et le plan vélo ? alors que la pratique s’étend !» demande un troisiéme : « On a pris des initiatives. Un groupe de travail a été constitué. Des propositions ont été faîtes : piste cyclable sécurisé, parking à vélo, mais aussi local à vélo dans les immeubles, obligatoire, et c’est inscrit dans le PLU,  pour les nouvelles constructions, avec des bornes électriques pour les VAE (vélo à assistance électrique) » a-t-il indiqué. Un quatriéme se plaint d’une difficile cohabitation entre piétons et cyclistes qui roulent sur les trottoirs : «On essaie de résoudre ces  problèmes, de protéger les piétons, en développant une reconquête de l’espace public où il n’y a plus de cabines téléphoniques, de panneaux d’affichage. Il faut travailler sur le civisme et les bonnes pratiques entre les deux roues »

    C’est à ce moment que des riverains du projet de construction d’un immeuble par Boyugues Immobilier à l’emplacement de deux pavillons ont posé la question de son alignement sur les autres habitations, afin d’améliorer la circulation des piétons sur ce trottoir étroit. «Cette voie appartient au département. J’ai donné un avis pour améliorer ces conditions de passage des piétons » a-t-il indiqué en précisant que la ville ne s’est pas opposé au déclassement d’une partie du terrain (qui permet cet alignement) en laissant entendre  que tout défend du département. «Si on peut trouver une solution pour améliorer la circulation des piétons, je le ferai. Et si cette voie départementale était rétrocédée à la commune je la requalifierai. Mais j’ai un désaccord avec le département sur ce point par rapport aux coûts des travaux !». Un riverain insiste tout de même : « Pourquoi n’y a-t-il pas alignement ? » - « Je vais regarder cela de très prés ! ». Un autrre riverain s’inquiéte du projet de supérette bio au rez-de-chaissée avec ses poubelles, son aire de livraison : «Le projet envisagé par Intermarché ne se fera pas. On s’oriente vers une activité qui ne générera pas les mêmes nuisances ». Du coup les échanges se sont orientés vers les nuisances de l’activité d’Intermarché avec ces camions de livraisons qui arrivent dés 5H30 du matin, et ses cartons et cageots sur les trottoirs.

  • SOLIDARITE : A VANVES, LE DEPARTEMENT DU 92 MONTRE SON UTILITE

    En quelques chiffres, en présentant un extrait du rapport d’activités des services solidarités du Conseil Départemental au Conseil Départemental, Patricia Kazan, maire adjointe aux affaires sociales a démontré l’utilité des départements que le gouvernement veut supprimer dans la petite couronne dans le cadre de la réforme territoriale du Grand Paris, tout comme l’ont montré les inondations et l'épisode neigeux.

    Ainsi les assistantes sociales de l’espace Départemental de l’aide social (EDAS) ont reçu à Vanves, 836 personnes. Et ont accompagnés 62 situations dans le cadre de la procédure d’expulsion.  345 RSA Vanvéens sont suivis et aidés, 43 ont reçu des subsisdes du Fonds solidarité logement. La PMI a reçu 432 enfants en consultations, vacciné 787 enfants, et 82 familles en entretien.

    Elle a indiqué que 47 enfants en situatin préoccupante avaient été  suivis, 5 signalés au Procureur de la République, 24 Jeunes  en AMO et 15 en ASO. Enfin, Vanves compte 360 bénéficiaires de l’APA, 1300 handicapés suivis et pris en charge par la MDPH (Maison Départementale des personnes handicapés) UN département qui organise avec l'Institut des Hauts de Seine, Giga Seniors tous les deux ans (sa directrice avec I.Debré sur la photo).