Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bertrand auville curé de vanves - Page 4

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CONSECRATION EPISCOPALE :  Le pére-curé de Vanves Bertrand d’Auville (sur la photo) sera bien sûr présent cet après midi à la cathédrale Sainte Geneviève à Nanterre pour la messe d’ordination épiscopale du nouvel évêque Matthieu Rougé, avec quelques vanvéens. Il avait organisé jeudi soir une veillée spirituelle pour préparer cet événement diocésain avec un temps de louange puis un temps de prière, après un temps d’enseignement où il a expliqué «ce qu’est un évêque et ce qu’il fait : Il enseigne sanctifie, guide… Vatican II ayant élargi son horizon : Administrateur de son diocèse, il doit avoir le souci de l’église universelle. Il participe à un collége épiscopal. Le pape est l’évêque de Rome qui permet aux évêques de vivre en communion ; Là où est l’évêque, là est l’église »

    MINISTERE :  Voilà 3 ans que le pére Bertrand Auville assure son ministère à Vanves, à un moment particulier, et douloureux : « J’aime l’église. Elle est le peuple de Dieu, elle est le temple du Saint Esprit, elle est le corps du Christ qu’elle célèbre. Les affaires actuelles  mettent à mal l’amour et à la confiance envers l’église. Ses péchés sont d’abord ceux de chrétiens et non de l’Eglise, d’hommes et de femmes déchus. Ne jetons pas la pierre à l’église ! Que chacun balaie devant sa porte » s’est il exprimé Jeudi soir en citant le pape Benoit XVI : « La plus grande persécution vient du péché dans l’Eglise ». « Peut être que ce qui s’abat sur nous doit nous permettre de purifier notre église » s’est il interrogé. « On ne peut s’en sortir avec des postures incantatoires » en citant le cardinal vingt-trois, ex-archevêque de Paris,  qui voit dans cette crise, un sursaut, car l’église fait du bien au monde !

    APERO : Gabriel Attal député LREM de Vanves/Issya bien déposé sa candidature jeudi dernier pour la présidence du groupe LREM à l’Assemblée Nationale. Ils sont dix sur la ligne de départ,  chacun mène campagne durant ce week-end jusqu’à mardi où interviendra le vote. Gabriel Attal a choisi d’organiser des apéro tous les soirs, alors que d’autres tiennent une permanence pour recevoir ses collègues. Les jeux sont très ouverts pour cette élection sans favoris, mais où il n’aurait aucune chance selon les spécialistes. Mais la politique réserve quelquefois des surprises

  • LES RENDEZ-VOUS DE VANVES D’UNE SEMAINE AUTOMNALE

    Pas un jour de cette semaine ne s’est passé sans un événement quotidien relayé par les réseaux sociaux des pieds noirs avec leur grillage party (sur la photo) lors d’un dimanche sénatoriale tristournet pour Vanves, à la soirée « Orfeo Negro » à la pizzeria Il Giardino avec l’ESCAL. Entretemps, la saison du théâtre Le Vanves 2017-18 était présenté mardi,  un court conseil municipal s’était déroulé, Mercredi, des nouveaux citoyens français ont été accueilli à l’hôtel de ville Jeudi, Boyugues a procédé à la cérémonie du drapeau qui marque le fin du gros oeuvre, sur le chantier de la résidence Niwa avec l’ouverture de l’appartement témoin, vendredi et le champion de natation Camille Lacour a failli venir en catimini à Vanves à l’invitation de la section de Natation. Comme le remarquait une vanvéenne, que d’événements pour une si petite commune, sans compter tout ce qui se déroule dans les coulisses. Même le kiosque  du Plateau est ouvert depuis Jeudi, et même le dimanche matin, ce qu’ont apprévié beaucoup d’habitants. «Aller acheter son pain, l’Equipe et le JDD puis aller prendre un café au Soleil Levant, et tout cela à pied, voilà un plaisir du dimanche matin retrouvé» confiait un habitant. Une cliente aurait même demandé au Kiosquier s’il vendait le journal l’Humanité

     

    Mardi 3 octobre 2017

    A 19h au Théâtre de Vanves : Cocktail des présidents des associations

    Mercredi 4 Ocobre

    A 14H chez Oprodz : Apprentissage de la photo pour les enfants et ados dans le cadre du mois du commerce

    A 19h à l’église Saint-François : Fête de la Saint-François et inauguration de la statue Saint-François sous la présidence de Mgr Aupetit Evêque du diocése des Hauts de Seine et le pére Bertrand Auville curé de Vanves

    Jeudi 5 Octobre

    A 20H au Bristol : Soirée dégustation autour du jazz « The Blues Brothers » dans le cadre du mois du commerce

    Vendredi 6 Octobre

    A 20H au Tout Va Mieux : Soirée claquettes et ambiances musicale sur le théme du film « The Artist »

    Samedi 7 Octobre

    De 9H à 13H au marché : Promotion exceptionnelles chez l’ensemble des commerçants qui distribueront des cabas

    A 10H30 à la Créperie La Girafe : Reprise du café Théo sur le théme : « Quelle place pour le plus faible »

    A 14H Chez Optique Nicorelli : Atelier « transformation et personnalisation des lunettesde soleil

    A 20H aux Platanes : Soirée cubaine « Buena Vista Social Club 

  • VANVES DEBAT SUR L’ENCYCLIQUE LAUDATO SI GRACE A DES TEMOIGNAGES FORTS D’ACTEURS DE L’HUMANISME

    « L’encyclique « Laudato Si » a été un événement de libraire. Le texte a été travaillé en paroisse, à travers plusieurs groupes. De là est née l’idée d’une conférence dans un lieu public,  dont le texte du pape François n’est qu’un prétexte » a déclaré le pére Bertrand Auville, curé des paroisses de Vanves en présentant cette initiative qui attiré beaucoup de Vanvéens, mardi soir à Panopée. Après une rapide introduction en se posant la question de avoir « s’il y a une écologie chrétienne, une écologie paienne », il a repris des éléments de cette conférence commentaire qu’il a faite le 3 Novembre dernier  en parlant de « cette belle harmonie rompu par l’homme », et qui est à l’origine de cette réunion selon un souhait alors exprimé par Valérie Vignaud qui était présente mardi soir

    Il serait vain de revenir sur toutes les interventions faites ce soir là, qu’a d’ailleurs enregistré François Xavier Chouttet du foyer d’accueil de Saint François,  pour en faire sûrement un « verbatim », par l’ensemble des intervenants dont certains ont eu des propos très forts comme  Laurent de Cherisey  fondateur de l’association Simon de Cyréne – « comment est-ce qu’on habite une maison commune » est une question qui se pose à Simon de Cyréne » - ou ce couple, Marie Madeleine et Stéphane Lamy qui a témoigné en tant que parents dans sa vie de tous les jours, aller au travail à vélo, adhérer au  Panier Vanvéens,  vivre à 19° chez soi – « Pas facile au début, cela créé des tensions » -  et même apprendre à être bienveillant avec ses jeunes enfants  à travers un groupe de parents : « Ne pas s’énerver en le laissant apprendre à apprendre à faire son lacet ». A rapprocher du témoignage de cette bénédictine qui parlait d’une sœur centenaire qui beaucoup marqué la communauté de la rue d’Issy,  dont elle porte aujourd’hui la chasuple lors des cérémonies et prières en mémoire : « Elle n’arrêtait pas de la plier, déplier, de la replier. On la laissait faire, car elle avait été chargé de la lingerie du monastère » a-t-elle témoignée en ajoutant : « les bénédictines sont les plus écolos. C’est ce que je me disais en vous écoutant »

    Anne Florence Quintin, délégué générale Observatoire des Cadres et du Management CFDT a expliqué que le travail peut être une richesse  et que l’encyclique en relève plusieurs -  Travail lieu de créativité, lieu de projection dans l’avenir, lieu de développement des capacités – en mettant l’homme au centre.  « Ce n’est pas un hasard si le pape François a écrit l’encyclique « Laudato Si ». Il dit : « voilà l’homme » a expliqué Mgr Francesco Follo, observateur permanent du Saint Siége à l’UNESCO en ajoutant : « Et l’homme, c’est le  Christ ! ».  Jean Fontanieu secrétaire général de la Fédération de l’entraide protestante, a parlé d’écologie et de solidarité,  Vincent Morch philosophe a insisté notamment sur la solidarité intergénérationnelle…. « Ce dont a besoin  notre maison commune aujour’hui, ce n’est pas ce que pourront apporter les mêmes vieilles recettes : plus vite, plus d’efficacité, plus loin, plus de technologies, de lois, de règlements. Si elle va mal, c’est surtout du fait de folie des hommes – ce qu’il faut soigner d’abord, c’est celle folie… Comme Saint François, c’est notre regard qu’il fait changer, dans notre relation aux autres, la culture, le travail, l’éducation, la solidarité, la charité, l’entraide…Passer de la domination utilisatrice à l’humanisme actif et gratuit ». Et c’est finalement ce qu’ont voulu démontrer les organisateurs de ce débat.