Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

voirie - Page 3

  • INAUGURATION DE L'AVENUE JACQUES JEZEQUEL A VANVES : DU PETIT SENTIER A L’AVENUE, DU PASSAGE A NIVEAU AU PONT GARE

    L’inauguration de l'avenue Jacques Jézequel donne l’occasion de rappeler quelques souvenirs et événements qui ont touché cette voie qui méne à la gare, site central de ce quartier de Vanves, qui était voilà plus de 130 ans, un petit sentier  

    Cette gare SNCF Vanves-Malakoff  a été aménagée entre 1982 et 1883, bien après la construction de cette ligne entre 1837 et 1839, après de multiples demandes de la municipalité en 1848, puis en 1871 et en 1881 avec moultes pétitions des vanvéens. Inaugurée le 1er Février 1883, c’était une petite gare avec deux voies. « On y accédait par un petit escalier en bois, après avoir emprunté un sentier qui la reliait à la rue de Paris » indiquait Frédéric Pic, maire de Vanves entre 1919 et 1934. Ce sentier qui était à l’emplacement de la rue Jacques Jézequel actuelle, fut agrandi au fil du temps pour devenir une avenue, du Progrés dans un premier temps, puis Aristide Duru pour rendre hommage au maire qui administra Vanves pendant la grande guerre. Mais elle butait toujours sur ce passage niveau - Il y en avait 5 à Vanves -  qui a souvent défrayé la chronique à cause de ses vanvéens imprudents qui ont été happé ou écrasé par un train. Il était gardé de jour mais n’était surveillé la nuit que par deux gardes qui obstruaient le passage par des chaînes entre 2H30 et 4H30 du matin. Mais à cette époque, peu de trains passaient la nuit, seulement un train postal qui venait de Chartes.  Les conseils municipaux de Vanves s’en sont fait souvent l’écho par des vœux ou des pétitions à la suite d’accidents dramatiques,   pour obtenir justement un pont à l’emplacement du passage à niveau.  Et ce fut un pont gare, un édifice qui apparaissait ambitieux à l’époque, qui a été construit en 1934 par l’architecte Jean Philippot. Il permettait vraiment de créer un véritable axe entre Vanves et Malakoff qui passait sous la voie ferrée. Et c'est toujours le cas. 

  • REQUALIFICATION DE L'AVENUE JEZEQUEL A VANVES : UN DOUBLE SENS CONTRAINT ET FORCE !

    L’inauguration de la requalification de l'avenue Jacques Jezequel est l’évébement de la semaine. Elle se déroulera Vendredi prochain à 18H30 et sera présidée par Pierre Christophe Baguet président de GPSO et de Bernard Gauducheau, maire de Vanves, avec l’ensemble de la municipalité. A 3 jours prés, l’inauguration aurait coïncidé avec cette soirée qui se tenait voilà un an, dans la salle Henri Darien, un certain 19 Mai 2014, où au cours d’une réunion publique, les riverains avaient voté à 53 voix pour le double sens, 30 pour l’instauration d’un sens unique place de l’Insurrection-gare SNCF qui était souhaité par le maire de Vanves. Mais beaucoup n’en voulait pas, et surtout les commerçants, qui avaient un allié de poids avec le maire adjoint chargé du commerce qui ne s’en cachait pas et a tout fait pour y arriver. Ce qui a laissé quelques traces au sein de la majorité municipale et surtout de l’UDI, le jeune maire adjoint Jeremy Coste étant furieux de la façon dont avait été menée la réunion et surtout le vote. Mais le maire avait au moins un mérite en répétant l’une de ses phrases fétiches : « Je ne veux surtout pas faire le bonheur des vanvéens contre leur volonté ».

    Dans son discours, vendredi prochain, Bernard Gauducheau, ne reviendra pas sur ce bel exercice de démocratie locale, mais au moins, il est l’un des rares élus à respecter la décision de ces administrés car beaucoup d’autres collègues, et pas très loin, ont même organisé des référendums locaux pour prendre finalement la décision contraire à celle qui avait obtenu la majorité.  

    Mais il rappellera que cette requalification de l'avenue Jacques Jezequel est la dernière étape de la municipalisation de la voie départementale constitué par l’axe Pasteur-Marcel Martinie et Jacques Jezequel. L’état et le diagnostic de cette voie établi par le cabinet SCE était accablant : 260 m de long, 9 m de largeur pour la circulation, en mauvais état (fissures, nid de poules) avec 4200 véhicules/jour dans un sens (Insurrection-gare) et 2400 dans l’autre (Gare-Insurrection) avec 100 à 150 véhicules/heure heures de pointe uniquement le matin, trottoirs encombrés et étroits, hors norme PMR (Personne à mobilité réduite) par endroits, 18 arbres d’alignement dont 16 avaient des lésions et des saignées, l’éclairage était vétuste, hétérogène, disparate… avec 20 places de stationnements...

    Le bureau d’études avait constaté plusieurs besoins : dépose-minute au niveau de la place de la gare qui avait besoin d’être apaisée avec élargissement des trottoirs, volonté d’avoir un espace de commerces vers la place de l’insurrection, de redimensionner cette rue à une chaussée de 6 m au lieu de 9, avec une limitation de vitesse de 30 km/h, de renforcer le stationnement à 35/40 places, et de changer les candélabres pour améliorer l’éclairage urbain, de prévoir du nouveau mobilier urbain (bancs…). La chaussée est aménagée sur un plateau surélevé, la place Albert Culot a été  rétrécie, avec suppression du petit îlot central et déplacement de la plaque commémorative sur la place donnant sur la gare, avec un dépose-minute, une piste cyclable, une vingtaine de places de stationnement. Le coût de ce projet s’élève 1,250 000 € financé par le département et GPSO, avec les travaux d’assainissement (300 000 €) très important et d’aménagement (950 000 €) qui ont nécessité le blocage au moins d’une partie de la voie en  créant un sens giratoire Victor Basch-Ernest Laval-Jacques Jezequel limité dans le temps, mais dont ne voulaient pas les riverains et les commerçants.

  • EXPERIMENTATION A VANVES : LA PLACE DE LA REPUBLIQUE PIETONNE PENDANT LES WEEK-ENDS DE L’ETE 2014

    Avec la requalification de la rue Jacques Jezequel, c’était la seconde annonce de cette première réunion publique du quartier Centre-Ancien-Saint Remy qui s’est déroulée Lundi dernier en début de soirée à l’hôtel de ville. « Les commerçants sont favorable à la création d’une zone piétonne place de la République » a affirmé Bernard Gauducheau en présentant le projet : Seul le centre de la place serait piétonne, laissant à la circulation d’un côté l’accès au petit parking derrière la fontaine et le monument célébrant la République, et la voie menant à la rue Kléber, de l’autre  rue de la République jusqu’au niveau du restaurant Le Tout Va Mieux qui pourra étendre sa terrasse et la pharmacie, les véhicules dégageant par la rue de l’Eglise. La rue Louis Blanc serait mis à double sens pour permettre l’accès au parking de la maison paroissiale Saint Remy. Le bus 189 serait dévié, comme c’est le cas, lors des grandes animations (village des terroirs, fête de la musique etc…) sur les rues Antpoine Fratacci et Raymond Marcheron. « Nous allons expérimenter cette piétonnisation de la place de la République pendant les beaux jours, le week-end de 17H le vendredi au dimanche soir, avant de l’étendre » a-t-il indiqué.

    La piétonnisation du Centre historique de Vanves est une question récurrente  dans ce quartier qui a avait été soulevé à l’occasion du réaménagement des 3 places du Centre Ancien démarrée sous le mandat de Guy Janvier avec la place du Président Kennedy, pourvuivi par Bernard Gauducheau avec la place du Val (De Lattre de Tassigny) où les riverains s’étaient prononcés contre une zone piétonne, et la place de la République qui va tenter une expérimentation cet été. Mais il est peut probable que l'essai soit transformé car pour beaucoup de personnes, c'est un axe de circulation important fort embouteillé le matin, comme sur l'axe Larmeroux-Marcheron où une partie de cette circulation serait reportée si la zone piétonne était définitive (l'autre l'étant sur une avenue du général de Gaulle tout aussi embouteillé). De surcroît, il faudrait trouver une solution au pavage de cette place fort glissant en temps de pluie comme l'a fait remarqué un riverain au maire

    Le maire en a profité pour faire l’état des chantiers en cours  dans ce quartier : « Le second oeuvre a été entamé pour le conservatoire de musique,  notamment dans ses sous sol » a-t-il indiqué pendant que des photos du futur auditorium avec sa fosse d’orchestre, brut de béton, étaient diffusés, en annonçant qu’une salle d’enseignement « témoin » devrait être visitable en Juillet prochain. Ce chantier qui a pris six mois de retard devrait permettre une livraison en Mars 2015. Pour Hachette, ce sera plus tôt, puisque le maire a annoncé une arrivée du personnel à la Rentrée puisque le chantier devrait être terminé avec livraison du nouveau bâtiment en Juillet 2014. Il a annoncé le renouvellement d’une canalisation d’eau importante (40 cm de diamétre) par le syndicat des Eaux entre Janvier et Juillet 2015 dans l’axe du CD 50 Bd du Lycée et rue Antoine Fratacci. Un système de remplacement de la canalisation dans la canalisation devrait permettre d’éviter de trop grandes et longues tranchées sur la voie publique.

    Enfin, à l’occasion de la présentation du projet de requalification de la rue Jacques Jézéquel, il n’avait pas caché que ce quartier de la gare quelque peu figé actuellement, devrait connaître quelques évolutions  grâce notamment au quartier qui entoure l’axe Aristide Briand, où prés de 5 projets immobiliers sont en cours de constructions ou en voie de se terminer. Ils devraient permettre de créer 300 nouveaux logements dont 150 à 160 sur les terrains dit Coche-Briand-Diderot où étaient installés la CPAM et la circonscription de la vie sociale du Conseil Général, avec le cente PMI qui fonctionne encore.Une réunion publique est d’ailleurs prévu pour présenter ce projet dans les semaines à venir.