Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion - Page 3

  • JOUR DE FETES DANS LA PAROISSE DE VANVES : 100 ans pour Saint Luc et 40 ans pour le Rosier Rouge

    Ces jours de fêtes à Vanves permettent de retrouver un certain esprit de paroisse, ancêtre de ces communes ancrées dans le territoire parisien comme pronvincial. Et c’est le cas ce week-end avec justement la kermesse des paroisses de Vanves  à Saint François qui se déroulent en même temps que la Brocante du plateau aujourd’hui. Tout le monde va s’y retrouver en fin de matinée, vers 11H30, le député André Santini pour une visite avec le maire Bernard Gauducheau, la Sénateur Isabelle Debré avec Maxime Gagliardi, de nombreux élus UDI et UMP, l’Opposition avec le conseiller Général Guy Janvier, Antonio Dos Santos qui conduira la liste aux élections municipales de Mars 2014, les élus PS. L’acualité sera présente, avec les municipales de Mars 2014 en toile de fond qui les améne tous à être là. Guy Janvier a été l’un des rares élus PS à avoir réagi à la disparition de Pierre Mauroy, premier des premiers ministres de François Mitterrand : « J’ai assisté à son discours d’investiture en 1981 à l’Assemlblée nationale. IL allait redonner espoir aux classes populaitres. Nous allions pouvoir changer la vie avec lui. Il avait le socialisme chevillé au corps » témoignait il comme ses milliers de français et surtout ces gens du Nord qui viennent signer des témoignages et des remerciements sur les livres de condoléances à la mairie de Lille. Il se souvient l’avoir reçu à Vanves, avec les maires socialistes de France, lors du Congrés des Maires à la Mi-Novembre, lorsqu’il dirigeait la ville de Vanves. Il avait pris l’habitude d’organiser un petit déjeuner le Mercredi matin entre 1995 et 2001, où il a ainsi reçu, mais sans qu’il s’exprime, Pierre Mauroy, avec Lionel Jospin, et François Hollande.

     

    Deux lieux emblématiques de Vanves seront finalement les vedettes de cette semaine à Vanves qui célébre un annibversaire le week-end prochain  : Tout d’abord la paroisse Saint Luc qui célébrera le centenaire de sa chapelle construite en 1913 et qui vient d’être rénovée. Une initiatuve du pasteur alsacien Buschenchutz qui faisait la cathéchisme dans une salle à manger d’une paroisienne qui souhaitait absolument avoir une église à Vanves. Il a alors lancé un appel à tous les protestants luthériens de Vanves qui se sont cotisés pour construire cette chapelle sur un terrain alors disponible place du Général Leclerc. Ainsi sa création est liée à une communauté alsacienne qui était fortement implantée à Vanves, après avoir immigré, consituée ded jeunes femmes alsaciennes employées de maison. La chapelle était tout en bois, parce que provisoire, ses batisseurs s’étant inspirés des de l’intérieur de ces petites chapelles de Scandinavie. Il n’y avait que ce corps de bâtiment central sans l’orgue, ni la petite pièce à coté avec cuisine et commodités. Elle a été modifiée et agrandie dans les années 1960/61 à défait d’un projet plus ambitieux  à cause de son coût. « On se chauffait àl’époque avec des poëles à mazout. Quelqu’un venait le dimanche matin à 8H pour allumer afin qu’à 10H30/11H, il y ait de la chaleur. En 1970/75,  nous avons installé le chauffage central, l’irgue en kit a été installé grâce au pasteur Rudwig qui l’a monté » raconte l’un des paroissiens. Elle a pris le nom de Saint Luc le 23 avril 1965 grâce à ce pasteur. « C’est une tradition dans l’église Luthérienne d’avoir un nom qui n’est pas lié à un saint mais à un évangéliste, l’un des 4 auteurs de l’évangile ou un nom qui parle de la vertu comme la résirrection, la rédemption. Saint Luc est l’évangéliste de la misécorde »

     

    Ensuite le Rosier qui célébre les 40 ans de ce foyer d’hébergement des familles de malades hospitalisés dont l’ouverture remonte au 1e Juillet 1973 sur lequel le Blog reviendra. Mais au départ, c’était un couvent qui a ouvert ses portes en 1892 à l’initiative de la Congrégation des Sœurs franciscaines de Marie fondée en 1877 par Marie de la Passion. Il avait été construit pour accueillir ces sœurs missionnaires qui parcouraient le monde sur tous les continents. L’aspect du bâtiment n’a pas changé même s’il y a eu des extensions, ou des modifications : La chapelle où Mgr Rodhain a fait ajouter des roses aux vitraux pour rappeler le martyr de ces cinq soeurs en Chine à Taï Yang Fou le 19 Juillet 1900, une cheminée dans l’une des salles de séjour sur laquelle est inscrit cette devise : « Deus Meus et Omnia » (Mon dieu et mon tout), et le cloitre fermée, comme à Rome, à cause du climat parisien qui entoure un charmant jardin. Prés d’une centaine de sœurs ont vécu là, entre 1892 et 1972,  participant de prés aux actions religieuses et sociales des paroisses de Vanves. Beaucoup  de vieux vanvéens se souviennent de cette imprimerie qui leur rapportait des subsides pour financer leurs missions à l’étranger, d’où sortait une revue « Annales » lieu de fraternité entre toutes ses sœurs et les missions. D’autres de ce patronage, de ce jardin d’enfant qu’elles avaient ouvert où étaient accueillis de jeunes vanvéens. Mais lorsque leur effectif s’est réduit du fait des missions à l’étranger, elles ont cherché à vendre leur bâtiment, que le secours Catholique a acheté pour y installer le premier foyer de ce type en France. Et son fondateur-président, Mgr Rodhain, a souhaité le débnommer « Rosier Rouge » en souvenir des « sœurs martyrs ».  

  • VANVES ET LES PAPES : LE FUTUR JEAN XXIII EST VENU CONSACRER L’EGLISE DU PRIEURE DES BENEDICTINES

    Les communautés catholique, paroissiales et religieuses de Vanves, ont accueilli avec joie, l’élection de leur nouveau pape François 1er venu d’Argentine. Et ils l’ont exprimé dans leurs prières, lors des vêpres chez les sœurs bénédictines et lors des messes de ce week-end  tant au prieuré que les paroisses de Vanves dont l’une est bien sûr baptisée Saint François. « Après un Jean Paul II du « Nord » venu des pays de l’Est, voilà un « Jean Paul II du « Sud » venu d’Argentine, c'est-à-dire du continent où il y a le plus de catholiques aujourd’hui » confiait un paroissien persuadé que ce pape va autant marquer l’église que Jean Paul II, « déjà par son style ».

     

    Dans l’histoire de Vanves, aucun pape n’est passé par notre commune. Par contre tout d’abord, l’un d’entre eux, voilà 33 ans, a séjourné quelques heures à quelques centaines de métre de notre ville, au séminaire Saint Sulpice d’Issy les Moulineaux : Jean Paul II lors de sa première visite en France en Mai/Juin 1980, pour y rencontrer les évêques français. Un parc qui porte son nom rappelle ce souvenir. Ensuite, un futur pape, Mgr Rocalli (Jean XXIII) qui devait être nonce apostolique à Paris à cette époque,  est venu consacrer l’église du prieuré Sainte Bathilde en 1949, remplaçant au pied levé Mgr Suard qui avait, parait il, rejoint le seigneur.   

  • DES PRETRES DE VANVES A L’HONNEUR

    Beaucoup d’événements ont touché ces derniers temps la communauté catholique de Vanves sur lequel ce blog revient à l’occasion de ce 1er dimanche de Juillet ensoleillé. C’est le temps des départs, des bilans, des annonces… avec la célébration des 25 ans de la nouvelle église de Saint François prévue le 9 Octobre prochain avec Mgr Daucourt, Evêque du diocése des Hauts de Seine,   mais aussi du retour  Barbeccue de l’été qui se déroulera dorénavant chaque Vendredi à partir de 20H dans le jardin  de la maison paroissiale de Saint Remy si le temps le permet.

     

    UN DEPART…PAS TRES LOIN DU PERE PINCE

    Dimanche dernier, la communauté paroissiale a salué le pére Alexandre Pincé pour ses six ans passé à Vanves, et pour s’être notamment occupé de l’aumonerie des Jeunes.

    « Ce n’est qu’un au-revoir ! » at-il écrit dans le Sel et Lumière du 26 Juin car il ne part pas très loin, à Malakoff comme curé de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse. « Je le savais dès ma nomination, puisque ma mission avait une durée limitée, mais aujourd’hui, avec le recul, l’échéance semble être arrivée très rapidement. Bien sûr, géographiquement, je ne serai pas très loin de Vanves, mais mon cœur s’attachera complètement à ma nouvelle paroisse, Malakoff. Bien sûr, nous aurons de nombreuses occasions de nous retrouver, car la vie de l’Eglise est riche dans notre région. L’eucharistie est le lieu du rassemblement du peuple de Dieu. C’est pour cela que je suis devenu prêtre, afin, au nom du Christ, de rassembler ce peuple dont je reçois la charge, ici comme aumônier et vicaire, là comme curé. C’est aussi pour soutenir ce peuple de Dieu que je suis devenu prêtre, pour donner Jésus aux adolescents des aumôneries, aux enfants de l’éveil à la foi, aux parents demandant le baptême pour leur petit enfant, aux louveteaux, aux enfants de chœur et aux servantes de l’assemblée, aux enfants de l’école de prière, aux couples des équipes Notre-Dame et équipe Tandem, aux jeunes du ciné-club, et à tous ceux qui demandaient un sacrement à l’Eglise ou qui avaient besoin de sa sollicitude après un deuil, à tous ceux qui ont besoin d’un accompagnement spirituel, que je suis un prêtre heureux ! Merci ». Les catholiques de Vanves accueilleront à la Rentrée le pére Antoine Bouleau, prêtre de l’Oratoire de France, comme vicaire du Curé


    LES 60 ANS DE SACERDOCE DU PERE THIRION

    Le dernier numéro de la Lettre de l’Eglise Catholique dans les Hauts de Seine (Juillet-Août 2011) que les vanvéens peuvent trouver à l’entrée de St Remy et de St Français consacre un article au pére Robert Thirion qui a fêté ses 90 ans et ses 60 ans de sacerdoce sous le titre : « Prêtre, dans la joie et l’action de grâce ».

    Avec ce témoignage et ces références qu’il a déjà fait aux vanvéens qui le connaissent bien. Notament cette oraison du Bréviaire (Vêpres du mardi de la première semaine) : « Dieu qui nous a doné de vivre jusqu’à maintenant, vers toi nous levons les mains pour te rendre, ce soir, toute grâce reçue ». Et de rendre grâce pour l’appel du Seigneur, il y a 60 ans, au soir de sa vie :« Notre sacerdoce avait échappé au cléricalisme qi régnait encore au temps de notre jeunesse. Nous avons été marqué par l’Action Catholique et tout ce qui a préparé le concile. Nous sommes les héritiers de Vatican II. La place du laïcat dans l’Eglise qu’avaient défendue le pére Yves Congar et bien d’autres, a donné son caractère à notre ministère. Et cette préoccupation d’être en lien avec le peuple de Dieu, le peuple des faubourgs dont je suis issu, m’a fait choisir cete formule que les amis connaissent bien : « prêtre toujours, laic encore ». J’essaie de vivre cette présence au monde, avec ceux qui m’entourent et qui m’aident à vivre mon attachement au Christ : « L’homme qui venait de Dieu. Dieu qui vient à l’homme ». Ces écrits du pére Moingt entretiennent ma réflexion et ma prière en ces vieilles années où l’on n’a plus le temps pour lire ».  

     

    A noter que cette lettre consacre un article à l’association Simon de Cyréne sous le titre « Oser la rencontre avec nos fréres handicapés », Anne Marie Aussedat sa rédactrice ayant rencontré les occupants du premier appartement partagé et Laurent de Cherisey qui lui a présenté le bâtiment construit sur le terrain des bénédictines de Vances qui accueillera 40 studios.