Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion - Page 2

  • ENQUETE SUR LES PAROISSIENS DE VANVES : 36/45 ANS, 3 ENFANTS, CONFIRME, PRATIQUANT, OUVERT, CONVIVIAL ET ACCUEILLANT

    Le profil du paroissien vanvéen type est  une femme confirmée, pratiquante et enseignante, âgée de 36-45 ans, avec 3 enfants, venant à la messe tous les dimanches, donnant au denier du culte. C’est le résultat d’un sondage réalisé durant les fêtes de Noël et du nouvel an lancé par l’EAP (Equipe d’Animation Paroissiale) pour mieux connaître les paroissiens de Vanves. Elle a reçu 239 répondes soit plus du tiers des paroissiens adultes estimés. Une courte sythése a été remis à Mgr Aupetit, Evêque du diocése des Hauts de Seine et distribué à la sortie de la messe de Saint Remy qu’il a célébré, le 18 Janvier dernier. « Ces quatre pages ne représentent qu’une courte synthése de toutes les réponses ». Le pére Vincent Hauttecoeur a pris l’engagement de présenter d’une manière plus approfondie ces résultats.

    Selon les premiers résultats, les paroissiens, sont à 98% français, 6% d’origine étrangère, 97% vanvéens. Les retraités sont les plus nombreux (39%) et chez les actifs, plus de la moitié sont cadres (56%), les employés représentant 31% : 11% sont dans l’enseignement, 10% dans le secteur bancaire ou les assurances, 9% dans le secteur de la santé, 8% dans l’informatique/Internet/télécom, 8% dans la fonction publique. La situation matrimoniale montre une très grande majorité de couples, en particulier de jeunes couples mariés. Pour plus de 93% des couples, le conjoint est catholique, 16% n’étant pas pratiquant. 81% des paroissiens ont au moins un enfant, plus de 60% entre 2 et 3, le nombre d’enfants allant jusqu’à 9. Et 4% élévent des enfants qui ne sont pas les leurs. 

    69% des paroissiens sont confirmés, 56% viennent à la messe à Vanves depuis 11 ans, 6% étant là depuis moins d’un an. 67% viennent à la messe tous les dimanches, 22% 2 à 3 fois. Et 8% une fois. Seuls 19% vont à la messe au moins une fois en semaine, 3% y allant tous les jours. Prés de trois quart (74%) prient au moins quelquefois par semaine, la majorité (48%) tous les jours. Une courte majorité (51%) est engagé dans des activités paroissiales : les diners 4x4 et la kermesse sont les plus plébiscitées, suivie par l’Aumonerie de l’enseignement catholique et le  cathéchisme. 63% donnent au denier du culte. Ses paroissiens ont fait part leurs souhaits : Une église qui prie et qui célébre (messes, liturgie, sacrements, temps de prière),  qui accueille et  qui transmet sa foi (éveil à la foi, catéchisme, aumonerie, formation). Une église solidaire (Secours Catholique, Saint Vincent de Paul, CCFD, Veilleurs de proximité…) et qui partage sa foi (groupe de réflexion, mouvements d’église).

    Ces paroissiens ont ensuite répondus  à des questions concernant les missions de l’Eglise qui sont au nombre de trois – annoncer la parole de dieu, Célébrer le christ en Eglise, Servir le prochain – tant à Vanves que dans le diocése de Nanterre, pour l’Eglise en France et dans le monde. Nous nous en tiendrons à notre commune : « Aller vers ceux qui n’osent pas prendre contact avec la paroisse et qui ne font pas la démarche d’aller à l’église, aller à la rencontre de ceux qui ne savent plus se poser la question de la foi, s’adresser aux blessés de l’Eglise pour les faire revenir au Christ, accorder plus d’attention, à ceux qui sentent exclues ou en marges (ruptures et recompositions familiales, handicaps…), attirer les non pratiquants, les « perdus de vue » chrétiens, développer une communication plus moderne (réseaux sociaux, facebook, vidéo) et rayonner de manière plus visible en communiquant plus sur les parvis de nos églises » pour la première mission.

    Pour célébrer le Christ en l’église, ils proposent notamment de « continuer à servir aussi bien le beauté de la liturgie et à proposer des célébrations fraternelles, simples et joyeuse, faire découvrir l’importance de la prière, aider à faire comprendre la liturgie et à y entrer de façon plus joyeuse, organiser plus de veillées, de processions et de pélerinages, des chemins d’oraison et des lectio divina, renforcer les liens avec les congrégation se développer le dialogue oécuménique ». Enfin, pour servir le prochain, ils suggérent de « veiller à maintenir une communauté sincérement fraternelle, ouverte accueillante et atentive à tous, accueillir tous les paroissiens en mettant l’accent sur les personnes isolées et ceux d’origine étrangère, aller à la rencontre des personnes les plus pauvres, développer des réseaux d’entraides au sein de la paroisse, se rapprocher de la municipalité et des associations pour mieux se connaître et aller au devant de toutes formes de pauvretés, mobiliser les jeunes paroissiens dans ces services et poursuivre les actions intergénérationnelles »

    Ces paroissiens confirment le constat effectué par le pére curé Vincent hauttecoeur : « Il y a une culture de la kermesse et de la convivialité à Vanves. C’est une dimension assez importante dans les paroisses de Vanves que ce temps de la convivialité et de l’accueil. Mais la dimension de l’implication dans la vie communale est tout aussi importante ». Ainsi les paroissiens de Vanves, forme une communauté ouverte aux autres, conviviale, participante.. qui n’a pas tendance à se refermer, surtout à la suitre des événements vécus ses derniers temps.

  • POUR CHARLIE, VANVES LA REPUBLICAINE SE MOBILISE POUR DESCENDRE « LIBRE ET UNIE » DANS LA RUE TOUT EN DEVELOPPANT LE DIALOGUE INTER-RELIGIEUX AVEC LE CAFE THEO

    Pour la 2éme ou la 3éme fois depuis 2000, les vanvéens devraient se retrouver aujourd’hui pour cette marche républicaine organisée à 15H entre la place de la République et la Nation « pour Charlie ! », aprés les attentats du 11 Septembre 2001 et le meurtre de Ial Halimi le 26 Février 2006. Les différentes sections politiques de Vanves ont organisé un déplacement collectif, malheureusement chacun de leur côté, mais du même endroit : la station de métro Plateau de Vanves-Malakoff à 14H pour l’UMP et l’udi (RV au square du 11 Novembre) mais à 13H15 pour le PS dont le plus grand nombre partira individuellement ou avec des petits groupes de proches, et à 14H15 pour le Front de Gauche/PC….

    Le maire a sensibilisé les vanvéens pour y participer grâce aux panneaux d’informations électroniques, au site internet de la ville et à sa newsletters : « Les élus de Vanves souhaitent témoigner, aux côtés des Vanvéens, de la force des valeurs d’unité, de solidarité et de courage face à la barbarie, et exprimer leur indéfectible attachement aux valeurs humaines fondatrices du « bien-vivre ensemble » et aux valeurs fondamentales de notre République, dont la liberté d’expression ».

    Les politiques ne sont pas les seuls à mobiliser pour cette marche républicaine. Le réseau des Centres Sociaux et socioculturels du Département a également appelé à participer à ce rassemblement. C’est pourquoi, « en tant que service municipal et en tant que centre affilié à la Fédération, et parce que les valeurs que cette manifestation défend sont au cœur de sa mission », l’équipe de l’ESCAL s’est inscrit dans cette démarche en appelant ses adhérents à y participer : « Témoignons de la force des valeurs d’unité, de solidarité et de courage face à la barbarie, et exprimons notre indéfectible attachement aux valeurs humaines fondatrices du "bien-vivre ensemble" et aux valeurs fondamentales de notre République, dont la liberté d’expression ».

    Des associations ont lancé un appel similaire comme la société d’entraide des membres de la Légion d’Honneur Vanves/Malakoff. Et des vanvéens se sont réunis samedi matin pour finalement réfléchir à ces événements dans le cadre d’un dialogue inter-religieux organisé régulièrement par « le café Théo »

    L’émotion suscitée par les événements de cette semaine a été très intense.  Plus que personne ne pouvait l’imaginer. Le Café Théo qui s’est déroulé samedi matin au Tout Va Mieux, a permis d’en prendre la mesure. D’autant plus que cette structure réunit, quel que soit sa religion ou non, des vanvéens pour partager ensemble, même s’ils ne sont pas d’accord sur différents thèmes comme « Témoigner au quotidien » hier matin. « C’est la meilleure réponse qui soit par rapport à ce qui s’est passé » indiquait Henri Paul, l’animateur en citant Voltaire : « Même si je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, je me battrais pour que vous puissiez le faire ». Dans la grande salle de ce restaurant, il y avait, cette fois-ci, beaucoup de monde, des prêtres retraités, des sœurs, des cathos très engagés dans la vie paroissiale, d’autres moins, quelques protestants, musulmans  qui ont échangé pendant une heure et demi, à la veille de cette manifestation qui était dans tous les esprits.

    « Demain je manifesterais. Mercredi, j’achéterai Charlie Hebdo »  a déclarée une vanvéenne bouleversée par « cette résistance nationale, mondiale » comme beaucoup d’autres qui ont reconnu avoir pleuré à la suite de ces événements. « Il est important d’être présent demain pour dire que la violence est intolérable et défendre les valeurs de tolérance. Ce n’est pas supportable ce qui s’est passé ces jours-ci ! » ajoutait une autre participante. Un chef d’entreprise d’origine algérienne et musulman a indiqué qu’il avait reporté un voyage (d’affaire) pour aller manifester en tant que « citoyen du monde ». Je suis très troublé par ce qui s’est passé. Une partie de ma famille, dont ma mère, a été massacrée en Algérie durant les années 1990. On assiste à une déferlante extraordinaire. Il est important que l’on se dresse tous face à cela. Ce qui vient d’être commis, c’est de la barbarie, cela n’a rien à voir avec la religion ! »

    « On a senti que les gens avaient envie de parler ! J’ai fait réfléchir les jeunes sur ces événements. Au moins on est tous ensemble ! » témoignait un professeur, tout comme sa collègue  qui enseigne l’histoire qui en a parlé à ses jeunes, « personnellement touchés par ces assassinats » : « C’est la 2éme fois en 2 ans et demi que des individus ont été tué, là dans une boucherie cacher, après une école juive (Toulouse) » constatait elle en ayant entendu parlé de « meurtre antisémite. Cela m’inquiète énormément », à propos notamment de la prise d’otages à Vincennes. « On a senti qu’il y avait unanimité de la condamnation. Le nom de ceux qui disent « Je suis Charlie » est incroyable. J’y vois une réaction extrêmement vitale car on a touché à notre liberté. Je souhaite que ce mouvement unanime se traduise par des réflexions et des témoignages de fraternité » ajoutait un autre participant. « Nous sommes là face à un fanatisme qui veut imposer. Mais on le voit dans toutes les religions. Comment peut on passer de simple croyant à fanatique…et terroriste. Qu’est-ce que, dans nos religions, peut entraîner cela ? Car les germes du fanatisme sont dans nos religions ! ». L’une des participantes n’a pas caché qu’elle avait pensé « à la mére de  tous ces jeunes qui ont échappé à tout contrôle ». D’autres se sont interrogés pour savoir comment ils avaient pu en arriver là, très partagés  sur la façon de les considérer après « ces faits innommables », certains parlant de « victimes » : « certains de ses jeunes ont été blessés, n’ont pas su prendre du recul, se sont connus en prison…Et nous sommes désarmés face à cela ! ». Malgré tout cela, « il faut témoigner de Dieu amour et aussi d’espérance ! On sait que le bien vaincra. On doit avoir cela en ligne de mire. Le dialogue inter-religieux est fondamental. Il  faut se rassembler sur ce qui nous unit ! ». Une participante a même reconnue : « Pauvres petits dessinateurs ai-je réagit ! C’est devenu maintenant une prière ! »

  • LE RAMADAN A VANVES : QUELQUES CRAINTES DU COTE DES RIVERAINS DE LA SALLE MICHEL ANGE

    Les riverains de la salle Michel Ange, rue Jean jaurés, derrière l’hôtel Mercure,  sont de nouveau inquiets avec le début du Ramadan hier, vis-à-vis surtout du bruit et autres nuisances générés par des rassemblements aux sorties de ce lieu de prière très tard dans la nuit .

     

    Ils craignent que leur quartier soit de nouveau envahis, par des pratiquants qui ne viennent pas uniquement de Vanves, mais de très loin, Seine et Marne et même de régions voisines de l’Ile de France, et même de pays comme la Belgique comme l’attestent les plaques minéralogiques. Même s’ils se limitent à leur salle de prière, malheureusement  beaucoup de ses fidéles traînent dans les rues à la sortie de l’office du soir qui se déroule à 23H. Ainsi jusqu’à minuit, 1H, 2H du matin, les voisins les plus proches ne peuvent plus dormir tranquillement à cause de discussions entre personnes quii parlent forts.  Et le vendredi, entre 13H et 14H, certains prient dehors, vu l’affluence. Malheureusement aucun dialogue n’est plus possible selon les témoignages de riverains, car ce sont les « salafistes » qui tiennent le haut du pavé, dans cette salle de priére vanvéenne,  et plus du tout l’association « Vivre Ensemble », « avec lesquels (ses membres), on pouvait encore discuter ! ».

    Au regard des événements en Egypte, selon le Monde daté de Mercredi dernier, la journaliste Claire Taron éclairait ceux qui s’y perdent dans les différents mouvements ou courants en expliquant  que « si les Fréres Mulsumans avaient choisi la voie démocratique pour instaurer un état islamique qui applique la Charia, en renonçant à la violence » en Egypte, les salafistes «  ont toujours pensé que seule l’éducation par le bas d’une société islamique permettrait l’avénement d’un état conforme à la Charia. Pour cette raison, ils sont longtemps tenus à l’écart du politique, se concentrant sur la prédication et leurs réseaux de bienfaisance, cependant qu’une partie d’entre eux, basculait dans la violence et le djihadisme ». A Méditer. Enfin, au regard de ce qui se passe à Vanves, la ville a toujours veillée à ce que chaque religion, quelle qu’elle soit, ait un lieu de priére et de culte comme l’a souvent rappelé le maire en de maintes occasions. D’autant plus que jusqu’à présent, comme à Issy les Moulinaux, le dialogue et la tolérance entre chaque communauté,  ont permis de traverser des périodes (à cause des événements internationaux ) difficles. A condition de rester entre vanvéens !