Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • VANVES DANS LE CREUX DE L’OREILLE

    CES VILLES OU IL FAIT BON VIVRE

    L'association Villes et Villages de France a publié son palmarès 2021 des villes agréables. Marnes la Coquette la plus petite commune en nombre d’habitants (1800 ) arrive en tête du palmarés dans sa categorie.  Courbevoie 31e mais première dans le 92, suivi par Levallois, 32e,  Boulogne-Billancourt 35e, Colombes 38e, Asnière 41e, Reuil 43e ,  Nanterre 44e …sont bien classées dans les villes de plus de 50 000 habitants. 183 critères sont retenus pour l’évaluation des communes. Ils sont divisés en huit catégories : la qualité de vie, la sécurité, les transports, les commerces et services, la santé, l’éducation, les sports et loisirs et la solidarité. Chaque critère perd ou gagne en importance en fonction des priorités des Français, mesurées par un sondage Opinionway.Vanves se  positionne à la 32e position départementale sur 36 Communes, mais à la 17e places pour les communes de 20 000 à 50 000 hs, à la 313e place sur 34 837 communes françaises et à la 158e place dans sa catégorie

     

    LES TRAVAUX A MICHELET

    Au lycée Michelet, le chantier de rénovation des infrastructures sportives avance  actuellement comme peuvent l’apercevoir les Riverains, avecses zngins que les passants aperçoivent au dessus du mur d’enceinte.  Les travaux financés par la Région, la Ville et le Département, ont débuté à la fin de l'été 2020, pour une durée de 13 mois avec un prévisionnel d'ouverture des infrastructures à la rentrée de septembre 2021.  Avant la réalisation de la canopée et des travaux sur les bâtiments au printemps, les travaux et aménagements des 2 grands terrains multisports (Foot, Rugby, Athlétisme... ) auraient été pratiquement achevés et 85 nouveaux arbres seraient en cours de plantation.

  • LES REPUBLICAINS FAGOCITES PAR LES CENTRISTES A VANVES ET ISSY, DESERTES PAR LES (VRAIS) GAULLISTES

    Ces élections internes pour le renouvellement des instances des Républicains au plan local sont tout à fait significatives de l’entrisme des centristes opéré depuis des années, tant à Issy les Moulineaux qu’à Vanves qui a pris une ampleur très importante à la veille de rendez-vous électoraux (régionales et départementales en 2021, Présidentielles en Législatives en 2022) .  

    Depuis que Paul Subrini 1er maire adjoint à Issy les Moulineaux, a été mis sur la touche en 2017, et qu’il a décidé de ne pas représenter aux élections départementales de Juin, tout comme Isabelle Debré qui a décidé, pour l’instant et à cause du contexte que nous vivions de se consacrer entièrement à son association l’Enfant Bleu, les sections LR n’en ont plus que le nom : Elles ont été fagocitées par de soi-disant Républicains très pro-UDI, dont se sont toujours méfiés les vrais gaullistes, des pièces rapportées,  des marcheurs depuis l’accord Attal-Santini aux municipales, et des centristes, avec l’aide du mouvement et du département sans que beaucoup réagissent.

    La meilleure preuve en sont les candidats qui se présentent à Vanves pour les élections départementales avec le soutien de la «Majorité départementale» : deux maires adjoints de Vanves, Sandrine Bourg (LR ) belle fille du maire UDI, et Pascal Vertanessian (UDI). Et aucun candidat d’En Marche, pour l’instant,  ce qui parait bien bizarre aux yeux de certains LR.  Les centristes vont réussir à faire ce que les gaullistes n’ont pas réussi à Vanves : Avoir le beurre et l’argent du beurre. C’est-à-dire à mettre fin à l’accord de la majorité de droite : A l’une des formations, la mairie, à l’autre le conseil départemental. Car beaucoup de vanvéens et d’isséens, ne sont pas dupes de toutes ces manoeuvres politiciennes pas très belles.

    Résultats : les républicains-centristes ont la voie libre, surtout avec Hibernatus à leur tête, les républicains, canal historique pourrait on dire, s’en sont éloignés, ne participant plus comme ils l’ont fait à l’animation de la section, et il y en a beaucoup lorsqu’on voit la baisse de 75% des effectifs. Sans parler de tous ceux qui ont  tant œuvré pour le RPR et l’UMP,  dont certains ont disparus,  tenant tête face aux offensives des centristes, dans les familles Guibal, Latapie, Barois et Lecomte, sans parler des anciens maires : André Roche, gaulliste, 1er vice président du Conseil Département au côté de son président de l’époque, le compagnon de la libération Jacques Baumel, Gérard Orillard qui avait repris le flambeau en ne s’en laissant pas compter face à Roger Aveneau, alors conseiller général UDF et les barristes,  Didier Morin qui lui avait succédé, chiraquien pur jus et Isabelle Debré qui a eu fort affaire pour défendre la place des adjoints au maire et conseillers municipaux UMP et LR lors des élections municipales et de la constitution de la liste UMP (ex-RPR/UDI (ex-UDF), en 2001, 2008 et en 2014.

    Beaucoup de souviennent qu’à l’époque, il y avait une permanence, un bulletin d’infos avec « en contact», des réunions publiques sur des thèmes d’actualités, les galettes des rois au préau de l’école Larmeroux (sur la photo en 2017), le pot ou le barbecue qui suivait la célébration du 18 Juin,  les excursions à Colombey les Deux Eglises sir la tombe du Général de Gaulle, ou à Courseulles-sur-mer pour rencontrer des militants de la 5e circ du calvados etc…Elle n’est pas la seule section politique bien mal en point, comme le PS depuis l’hémorragie Macroniste où beaucoup d’entre eux se sont retrouvés à LREM, où il doit rester quelques militants purs et durs. Finalement les seuls actifs sont l’UDI, les écologiste, les communistes même s’ils ne pas très nombreux, mais ils ont la chance d’être structuré, et LREM qui, par exemple, a organisé des groupes de travail via Zoom pour préparer les élections régionales. Tout le contraire de LR qui hiberne à Vanves.  

  • VANVES A SUIVI LES ONSEQUES DU PRINCE PHILIP D’EDIMBOURG A LA TELEVISION

    Beaucoup de Vanvéens ont suivi les obsèques prince Philip d’Edimbourg à Vanves chez soi, car la famille royale britannique fait partie de la vie des britannique, comme ils se sont précipités sur les numéros spéciaux des magazines, Paris Match, Point de Vue Images etc… Durant toute l’après midi, ils ont été devant leur poste TV comme cette retraité britannique, ancien fonctionnaire de l’UNESCO qui vit à Vanves depuis plus de 60 ans qui, à l’instar de Charlotte Ramplin, cette star qui a choisi de vivre en France , expliquait : «Je vis en France, mais je me sens profondément britannique. C’est comme si, on avait perdu un membre de notre famille. Nous avons toujours vécu avec lui, avec elle ! » confiait Hillary Devreux devant sa TV.

    Cette septuagénaire avait 4 ans lorsqu’Elisabeth et Philip se sont mariés, un peu plus bien évidement lorsqu’Elisabeth a été couronné. Elle se souvient très bien de cette retransmission en direct à la TV de son couronnement « grâce à Philippe qui avait insisté pour faire entrer les caméras tv dans Westminter », de ses fêtes dans les rues de Londres. « Beau, intelligent, il était admiré par les jeunes filles que nous étions à l’époque, et encore aujourd’hui. Certes, il marchait deux pas derrière la Reine, mais il l’a beaucoup influencé et soutenu. On l’aimait et on attendait qu’il fasse des gaffes » se souvient-elle en relevant que tous les générations se retrouvent aujourd’hui pour dire qu’elles l’appréciaient. «Même ceux qui ne sont pas royalistes respectent l’institution royale car elle est importante à leurs yeux, et surtout parce que chacun de ses membres n’expriment pas une opinion politique »

    Hillary Devreux reconnait «qu’on vit la fin d’une époque, même si la Reine semble éternelle. Nous pensons beaucoup à elle, car elle était heureuse avec lui». Au fil des années, elle reconnait, comme beaucoup de monde, en dehors de son histoire personnelle très riche à travers l’Europe, avoir découvert un homme qui était écologiste avant l’heure, qui s’est beaucoup occupé des jeunes pour leur venir en aide, un érudit qui avait 13 000 œuvres dans sa bibilothèque et a écrit 14 livres, un francophile qui parlait un français parfait, un grand père très présent auprés de ses petits fils, surtout à la mort de Diana : « sans lui, sa précense à leur côté, ils n’auraient pas défilé comme ce fut le cas derrière son cercueil à travers Londres». Ce sont les images, les impressions, les souvenirs de cette vanvéenne britannique, que laisse Philip comme pour beaucoup de Vanvéens.