Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ville d evanves

  • LA DERNIERE MERCERIE DE VANVES FERMERA SES PORTES DANS UNE SEMAINE

    Un commerce traditionnel fermera définitivement ses portes dans une semaine, le 31 Décembre 2015 à Vanves : La mercerie « Loisirs créatifs » situé rue Victor Hugo, tout à côté du dernier vendeur  de journaux du Plateau qui pourrait bien fermer, lui aussi, au printemps prochain, pour prendre une retraite bien mérité  avec son épouse. Car Françoise qui a ouvert voilà quinze ans cette mercerie est l’épouse de monsieur Suire

    « J’ai ouvert cette mercerie pour payer ma retraite à 45 ans. Je n’étais plus en âge de trouver un emploi facilement et d’être employé. Au début, je voulais ouvrir un club de points comptés ou de croix. Mais de fil en aiguille, c’est le cas de le dire, les gens m’ont parlé de mercerie. Comme j’aimais la couture, j’ai sauté le pas. Et cela dure depuis 2001 » raconte t- elle dans cette petite boutique qui se vide petit à petit,  depuis quelques jours, de toutes ces fournitures des passionnés de couture, de tricotage,  de canevas, de point compté, de point de croix  mais aussi de tous ces créatifs qui  pouvaient trouver de quoi assouvir leur passion pour créer des objets de toute sorte, d’où ce nom de « loisir créatif ». Elle a suivi toutes les modes du scrapbooking, des bracelets paracordes après le décopatch, les perles swarovski, la pâte Fimo pour faire des bracelets et des bijoux apparus au fil du temps… « Mais voilà, ce n’est plus à la mode, et puis, il y a Internet » reconnaît elle en ajoutant quand même les colis de la Redoute qui l’ont fait connaître bien avant cette mode des commandes Internet que l’on vient maintenant chercher dans certains boutiques comme c’est le cas chez son mari. Mais son plus grand regret sera de ne plus voir ce qu’elle appelle ses copines car « on échangeait beaucoup avec mes clientes ». Elle avait son petit cercle comme son époux a ses habitués qui viennent commenter avec lui l’actualité, comme dans un café du commerce.  Après »Chez Fauvette » dans le centre ancien voilà longtemps, Vanves verra disparaître sa dernière mercerie.