Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

unibail

  • DEPUIS 10 ANS, LE PROJET DE TOUR TRIANGLE AUX PORTES DE VANVES SUSCITE UNE OPPOSITION TOTALE DES ECOLOGISTES

    Après un  premier recours déposé le 4 octobre 2017 par trois associations (SOS Paris, FNE-IDF, ADHAPE) devant le tribunal administratif pour demander  l’annulation du permis de construire accordé le 28 avril 2017 par la mairie de Paris à la SCI tour Triangle, un second le 5 février 2018 par ces trois associations et dix élus écologistes du Conseil de Paris qui ont déposé une demande de résiliation judiciaire de la promesse de bail à construction,  SOS Paris et l’ADHAPE (Association pour le développement et l’aménagement harmonieux du Parc des expositions et ses environs) viennent de saisir le 1er mars, le procureur de la République d’une plainte contre la Ville de Paris pour «délit de favoritisme». Selon les plaignants, la maire aurait accordé un bail à construction et un permis de construire «en l’absence de toute mise en concurrence». A leurs yeux,  il s’agit d’un projet public : des équipements publics seront construits dans la tour. La Ville de Paris sera par ailleurs propriétaire de la tour au terme d’un bail de 80 ans. «Il s’agit ainsi d’un marché public de travaux, et non un projet privé comme la mairie le soutient», affirme leur avocat qui estime qu’il y a là violation des dispositions réglementaires en la matière.

    Lancé par Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, en Novembre 2008, cet édifice de 180 mètres de haut qui doit être implanté porte de Versailles, le long du hall 1 du parc des expositions n’a jamais cessé d’être contesté. Un projet de tour de 43 étages comportant un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un « sky bar », 2 200 mètres carrés d’espace de « coworking » et un équipement culturel de 540 m2. Les écologistes n’ont cessé de dénoncer un projet «énergivore», considéré par Anne Hidalgo et son adjoint au maire Missika  comme «une œuvre d’art» et «un projet autour duquel se joue une part non négligeable de l’attractivité et du rayonnement de Paris et du Grand Paris» Les travaux de construction devraient débuter en 2020, année des prochaines élections municipales, pour une ouverture avant les JO de 2024 si tout va bien, car les écologistesde tout bord ne vont pas cesser de combattre ce projet, comme ils le démontrent encore

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    TOUR TRIANGLE : Jusqu’à la veille du débat sur le projet de « Tour Triangle 2 » aujourd’hui à 11H au Conseil de Paris,  les pro et anti tour se sont mobilisés. A Vanves, peu d’associations ont pris position, et peu de politiques en dehors du Modem à l’époque où il existait encore dans notre commune.  Il avait exprimé quelques oppositions, alors que les maires de Vanves et d’Issy les Moulineaux soutiennent ce projet. Ainsi, le Collectif contre la Tour Triangle qui méne le combat conte ce projet depuis l’origine,  constatait que  « 2 des 3 tours du pont d’Issy ont été abandonnées. Les offres de bureaux surabondantes sur ce secteur, ont  très certainement contribué à décourager les investisseurs qui manifestement, ont bien du mal à trouver des locataires « rassurants » (promesse de bail pour convaincre les banques de financer ce type d’opérations immobilières visant à construire des IGH fort coûteux, puisque le prix est multiplié par 4 à 5 pour un immeuble moderne BBC respectant le plafonnement parisien à 37m. Les actions des associations locales que nous connaissons  bien (ACTEVI, Val de Seine Vert, Environnement 92) ont de toute évidence, contribué à cette prise de conscience et à l‘évolution du projet, le maire UDI André Santini limitant ainsi le risque politique (échéance électorale à venir) induit par la construction d’IGH indéniablement « impactants », annoncés « modernes » mais peut être désespérement vide à termes, comme c’est le cas à la Défense où 4 IGH ne trouvent pas de  locataires » indique Olivier Rigaud l’un de ses portes paroles du collectif qui fait la liaison avec la tour Triangle. « Dans ce cas, la situation est un peu différente car Unibail a annoncé financer l’opération sur ses fonds propres pour contourner cette difficulté bancaire de taille (mais avec des loyers identiques à ceux du projet de bail 2011, et donc toujours en deça des prix des marchés. Unibail pourrait y loger ses bureaux pour contourner dans l’immédiat, le problème de trouver des locataires » ajoute t-il.

    CONSTRUCTIONS : A Vanves, on n’édifie pas des tours, mais on construit, comme ont pu s’en rendre compte les participants aux réunions publiques de quartier du printemps 2015. Plusieurs projets ont été présentés : Une résidence para-hôtelière à l’angle Henri Martin/Marcel Yol à l’emplacement de la société Fêtes et Feux, et une résidence classique de 21 logements tout à côté face au parking du Palais Sud du Parc des Expositions lors de la réunion du quartier du Plateau. La résidence de 42 logements de First Avenue face à la gare SNCF Vanves-Malakoff lors de la réunion du quartier Centre Ancien-Remy : 32 logements en accession et 11 sociaux répartis en 3 cages d’escaliers. Enfin, lors de la réunion des Hauts de Vanves, MDH a présenté son projet d’immeuble d’angle à la pointe des rues Raymond Marcheron et de la République : 38 logements en accessions  à l’emplacement de deux beaux pavillons verdoyants. Cet immeuble  s’étendra sur 645 m2 de superficie  avec 4 étages et un 5éme en retrait, avec un soubassement correspondant au terrain  naturel, 39 places de parkings accessibles par la rue de la République. Le chantier qui devrait durer 18 mois devrait occasionner quelques nuisances notamment rue de la République (souvent embouteillée à ce niveau par les camions BTS garés en double file. Mais tant le promoteur que la ville ont tout prévu parait il avec régulateur de trafic et sentinelle. 

    PETARDS : Des bruits sourds comme de gros pétards deviennent ces derniers temps à Vanves une plaie. Il est vrai que le 14 Juillet approche. Le summum a été atteint non pas rue de Châtillon où des individus, pour faire plus de bruit et réveiller tout le quartier, les font exploser en pleine nuit dans un milieu fermé, mais au Stade de Vanves, Dimanche en fin d’aprés midi. Alors que le tournoi open de tennis venait de se terminer par la victoire d’un clamartois contre un vanvéen, et que les discours avec remises des coupes (et des chéques) se déroulaient comme à l’habitude, des jeunes se sont amusés à allumer de tels pétards sur le terrain synthétique, en courant dans tous les sens, lorsqu’ils explosaient. Et comme dans un film de Jacques Tati, absurde extrême, retentissaient, à ce moment là, les applaudissements  venant du tennis. Un effet « bœuf » comme diraient ces jeunes. Et dans cette assemblée bon chic bon genre, se trouvaient tout de même le maire, l’adjoint aux sports et le conseiller municipal délégué aux sports. Même les gardiens se planquent, car ils se seraient fait agresser par ces jeunes lorsqu’ils ont essayé d’intervenir.  Par contre la police serait intervenue rue de Châtillon pour arrêter les causeurs de ces troubles qui seraient les mêmes que ceux du Stade de Vanves.

    RUGBY : « Au terme d’une finale complètement survolée par notre équipe et remportée sur le score de 60 à 8, l’équipe des Servals de Vanves est championne d’Ile de France de D5 FFSE » annonce Laurent Cazenave-Lacrouzt, président des Servals Vanves-Malakoff.  « A l’issue de notre première saison - cette équipe de compétition étant indépendante du Stade de Vanves -  nous remportons donc notre première trophée et avons su gagner les faveurs du public par un jeu dynamique tourné vers l’offensive. L’année prochaine sera la saison de la confirmation avec de nombreuses arrivées prévues et un nouveau titre à aller chercher ! »

  • VANVES ET LA TOUR TRIANGLE : UNIBAIL POURRAIT ÊTRE RECONDUIT !

     La commission ad hoc constituée pour l’attribution de la concession du Parc des Expositions de la Porte de Versailles  s’est réunie la semaine dernière. Elle devait choisir entre Viparis (Unibail) et GL Events dans un climat de fortes tensions entre élus PS et UMP au sein du Conseil de Paris, les conditions consenties par la ville de Paris  à Unibail laissant plus que « perplexe » les élus de l’UMP. La commission s’est prononcée pour Unibail  grâce aux voix des élus PS,  PC, PRG, EEELV s’étant abstenu, l’UDI n’ayant pas participé au vote, l’UMP ayant boycotté la réunion au motif « qu’Anne Hidalgo avait démissionné de la présidence de la commission d’attribution, composé de  14 élus, sans explication satisfaisante ». Ce choix devrait être validé lors du Conseil de Paris prévu les 8 et 9 Juillet prochain où les débats risquent d’être chaud. Alors que la ville de Paris était censée récupérer quelques millions d’euros dans cette opération, les responsables d’Unibal auraient réussi à démontrer qu’il fallait lui verser 20 M€ à titre de compensation…pour les retards pris et les changements intervenus entretemps. Puisque  le Conseil de Paris devra aussi voter la révision simplifié du PLU pour cette opération Triangle mais aussi pour la modification entraîné par l’aménagement de la partie Est/Grand Parc lié à cette tour qui accueillera un hôtel, un centre des congrés.