Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tiers temps pédagogique

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    CLASSES DE NEIGE : 62 ans après la première classe de neige à la Féclaz, Jean Barnier est décédé à Saint Maur des Fossés.  Il a été le professeur d’éducation physique de la classe d’expérience du tiers temps pédagogique et surtout de la première Classe de neige de Gambetta avec le docteur Fourestier de 1952 à 1954. « Il avait été dédié complétement à notre classe, nous emmenant courir au stade de Vanves, faire de l’aviron sur la seine… » se souvient l’un de ses élèves, Gérard Gadras aujourd’hui à la retraite. Il était venu témoigner  vouilà 2 ans pour les 60 ans de la première classe de neige : « A l’époque, on considérait que l’éducation physique était une perte de temps à l’Education nationale. Instaurer le tiers temps pédagogique a été difficile, car il ne fallait absolument pas d’échec au certificat d’études. Il a fallu du temps pour y arriver. Mais nous avions la chance à l’époque de ne pas avoir de ministre, mais des hauts fonctionnaires dont M.David, directeur des services d’enseignements de la Seine,  qui était un ami de Max Fourestier. Avec l’instituteur Gaston Discours, on nous a proposé de partir à la Féclaz en 1953 avec 32 élèves. J’avais 25 ans et  Gaston Discours 53. Le père et le grand père » racontait il. « On avait pris le même rythme du tiers temps pédagogique avec études le matin dés 8H, déjeuner et petite sieste, avec à 14H ski l’après midi, suivi d’études ou de cours à 17H après un goûter (bol de lait) jusqu’à 18H30. Il assurait le lever et moi le coucher après la veillée ou l’étude pour ceux qui voulaient rester au calme. On a eu trois jours de vacances pendant lesquels ma femme m’a rejoint au chalet » racontait alors Jean Barnier. Il a rejoint Max Fourestier le 2 Janvier dernier

    ELECTIONS CANTONALES : Isabelle Debré vice Présidente du Sénat et Jean Didier Nerger maire de clamart ont reçu l’investiture de la fédération UMP 92 pour les élections départementales sur la canton de Clamart/Vanves. Leur campagne devrait débuter le 1er Février prochain par une réunion à Clamart. Au PS Guy Janvier conseiller général sortant et Yannick Geffroy lancent leur campagne le 30 Janvier à Clamart (20H30 à la salles des Fêtes Hunebelle) et le 31 Janvier à Vanves (à 10H au local PS du 82 rue S.Carnot). Les écologistes sont encore en discussion avec le Front de Gauche, mais une chose est sûr, Pierre Toulouse sera le candidat d’EELV  avec un remplaçant FdeG/PC  pour Vanves, sachant que pour Clamart, les négociations se déroulent entre les différentes tendances du FdeG.

    60 ANS : Le restaurant « Les Platanes » ont connu une effervescence inhabituelle pour un dimanche. Et pour cause, l’une des grandes figures vanvéenes, Patrick Pottier, célébrait ses 60 ans avec de très fidéles amis. Parmi ceux-ci, quelques personnalités qui ont beaucoup comptés dans sa vie, comme Didier Morin, ex-maire RPR de Vanves (1991-95), Isabelle Debré Vice présidente du Sénat, Jean Louis Lelarge, ex-maire adjoint chargé de l’animation de Vanves (du temps des carnavals), Françoise Djian maire adjoint, Michel Dingreville et Philippe Thieffine, conseillers municipaux…avec certains absents (mais excusés) comme le docteur Jouaneau. Sa famille avait écrit une chanson pour marquer le coup « Le gros ! », référence à ce cercle des Cents (kilos) qui avait lancé la borcante de la Rentrée dans le parc F.Pic dont il a été l’un des animateurs avec son épouse Claudine. Cet anniversaire a été l’occasion d’une journée conviviale comme c’est souvent le cas dans cette ville qui a su préserver un certain art de vivre. Les Platanes étaient transformés en rendez-vous des « copains d’abord ».     

    STADE DE VANVES : Les instances dirigeantes du stade de Vanves sont en ébullition interne, avant le comité directeur prévu le 3 Février prochain. Il doit procéder à l’élection de son président pour un mandat de 3 ans. Pour une fois, il n’y a pas qu’un seul candidat, comme d’habitude qui fait consensus, mais deux : Bruno Chauvet, président sortant, membre de la section Basket, et Yves Jurado président de la section Danse. La campagne électorale est en cours et suscite de nombreux échanges de mails entre les présidents des 17 sections. 

    EXPOGRAPH VANVES : Reprise du championnat d’honneur pour Expograph Vanves samedi dernier avec un match contre l’APSAP sur son terrain à Limeil Brévanne, alors qu’elle est, avec Orange Issy, en tête de ce championnat, comme dauphin, à la première partie de la saison. « Nous espérons bien aller les chatouiller » indique Jean Royer, le coach de l’équipe. « Nous souhaitons retrouver le titre remporté il y a deux ans. L'équipe est bien dans l'esprit, très motivée, c'est encourageant pour la suite... ». Mais ce n’est pas tout, car il y a le  Championnat National où Expograph, qualifié pour la phase de poule, jouera successivement au RC Port du Havre, avant de recevoir le CACL, puis d'aller défier l'USPEG Marseille. « Nous commençons par un gros morceau fin janvier avec ce déplacement au Havre. Mais notre objectif est d'atteindre les quarts de finale ».

  • VANVES PRECURSEUR DES NOUVEAUX RYTHMES SCOLAIRES PAR LE SPORTS

    Luc Chatel ministre de l’Education Nationale a lancé la semaine dernière l’idée d’une expérimentation d’après-midi sportifs dans une centaine de classes de colléges et de lycées à partir de la Rentrée. Ce qui a fait sourire dans les chaumières vanvéennes ou tout au moins chez ceux qui se souviennent que dans les années 50, notre commune avait expérimenté de nouveaux rythmes scolaires dénommés à l’époque « le tiers temps pédagogique ». Il aurait dû même se souvenirs des propos de Guy Drut qui était alors le ministre de la Jeunesse et des sports de Jacques Chirac : « C’est Vanves qui est à l’origine des nouveaux rythmes scolaures. Voilà plus de 40 ans – on était à la fin des années 90 – démarrait dans cette ville des Hauts de Seine le « tiers temps pédagogique »

     

    Inspiré par le docteur Max Fourestier – dont l’un des groupes scolaires de Vanves porte le nom – créateur des classes de neige, ancêtre de toutes les classes de découverte, ce « tiers temps pédagogique » a été appliquée dés la Rentrée de 1950, pendant dix ans à l’école Gambetta non seulement du CM1 à des classes de fin d’études en 1950 et 1951, mais aussi de la 6éme à la 3éme entre 1953 et 1959. Il prévoyait une matinée (8H30-11H30° consacrée au travail des disciplines essentielles. L’après midi se partageait entre des activités sportives et culturelles (2H) après une sieste obligatoire d’une heure pour les écliers en CP, puis des cours ou des études dirigées d’une heure à une heure et demi après un goûter et une récréation de 20 mm. « Ainsi en une semaine, en considérant le temps d’activité et de détente physique par rapport à celui des cours et des travaux intellectuels, nous avions un rapport de 10H sur 30, soit un tiers du temps scolaire » indiquait alors la directrice de l’école Gambetta.

     

    Les résultats attestés par des documents officiels furent étonnants : 90% de reçus au BEPC (contre 33% pour les autres) : « Nous avons permis à ces jeunes entre leur 12éme et leur 17éme année, de bénéficier d’un véritable épanouissement physique, d’acquérir un esprit d’équipe, de développer des aptitudes de ténacité, de solidarité, de sans froid, d’énergie, et d’être bien armés contre les épreuves de la vie » constatait Max Fourestier à cette époque. « Je n’ai rien inventé, mais simplement copié le modèle anglais » ajoutait il en montrant les nombreux articles et rapports suscité par cette « expérience de Vanves ». L’un d’entre eux avait même titré « l’exercice physique, un reméde contre les blousons noirs ».

    Comme quoi Luc Chatel n’a rien inventé. Simplement, il s’est inspiré du modèle allemand  où alors jeune éléve, il avait été scolarisé pendant 6 mois. Et il vise les établissements situés dans les ZEP, c'est-à-dire les quartiers difficiles de la banlieue.  

     

    Il reste encore des témoins de cette « expérience de Vanves » et non des moindres comme Gérard Gadras, ancien commerçant du marché à la retraite, qui partage sa vie entre Vanves et la côte d’Azur. « C’était formidable. Cela a été les trois belles années de ma scolarité. Cela nous changeait de l’ordinaire. Nos copains nous enviaient dans les autres écoles. On travaillait mieux parce qu’on faisait du sport après les cours ». De même chez les enseignants, comme Bernard Villars, ancien journaliste, qui avait été professeur de gymnastique au collége : « Il est malheureux de constater que cette « expérience de Vanves » dont peu de gens se souviennent, n’a servi à rien, sauf pour quelques mesures timides. Pourtant, elle a prouvée sa supériorité tant sur le plan sportif que sur le plan intellectuel. Seule la routine et le désir de ne rien changer ont fait barrage à son application ». Et la nouvelle tentative de Luc Châtel s’ajoute à d’autres.