Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sos paris

  • DEPUIS 10 ANS, LE PROJET DE TOUR TRIANGLE AUX PORTES DE VANVES SUSCITE UNE OPPOSITION TOTALE DES ECOLOGISTES

    Après un  premier recours déposé le 4 octobre 2017 par trois associations (SOS Paris, FNE-IDF, ADHAPE) devant le tribunal administratif pour demander  l’annulation du permis de construire accordé le 28 avril 2017 par la mairie de Paris à la SCI tour Triangle, un second le 5 février 2018 par ces trois associations et dix élus écologistes du Conseil de Paris qui ont déposé une demande de résiliation judiciaire de la promesse de bail à construction,  SOS Paris et l’ADHAPE (Association pour le développement et l’aménagement harmonieux du Parc des expositions et ses environs) viennent de saisir le 1er mars, le procureur de la République d’une plainte contre la Ville de Paris pour «délit de favoritisme». Selon les plaignants, la maire aurait accordé un bail à construction et un permis de construire «en l’absence de toute mise en concurrence». A leurs yeux,  il s’agit d’un projet public : des équipements publics seront construits dans la tour. La Ville de Paris sera par ailleurs propriétaire de la tour au terme d’un bail de 80 ans. «Il s’agit ainsi d’un marché public de travaux, et non un projet privé comme la mairie le soutient», affirme leur avocat qui estime qu’il y a là violation des dispositions réglementaires en la matière.

    Lancé par Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, en Novembre 2008, cet édifice de 180 mètres de haut qui doit être implanté porte de Versailles, le long du hall 1 du parc des expositions n’a jamais cessé d’être contesté. Un projet de tour de 43 étages comportant un hôtel quatre étoiles de 120 chambres avec un « sky bar », 2 200 mètres carrés d’espace de « coworking » et un équipement culturel de 540 m2. Les écologistes n’ont cessé de dénoncer un projet «énergivore», considéré par Anne Hidalgo et son adjoint au maire Missika  comme «une œuvre d’art» et «un projet autour duquel se joue une part non négligeable de l’attractivité et du rayonnement de Paris et du Grand Paris» Les travaux de construction devraient débuter en 2020, année des prochaines élections municipales, pour une ouverture avant les JO de 2024 si tout va bien, car les écologistesde tout bord ne vont pas cesser de combattre ce projet, comme ils le démontrent encore

  • NOUVEAU FRONT CONTRE LA TOUR TRIANGLE A COTE DE VANVES

    Trois nouvelles associations  - France Nature Environnement (FNE IDF), L’Association pour le développement harmonieuxde la porte de Versailles  (ADHAPEV) et SOS Paris - qui s'opposent à la future construction de la tour Triangle pour « atteinte inacceptable au grand paysage de Paris » selon elles, ont déposé mercredi dernier un recours devant le tribunal administratif pour demander l'annulation du permis de construire du 28 avril 2017.

    Elles ont envoyé une lettre recommandée, à la maire PS de Paris Anne Hidalgo, pour  demander « la résiliation de sa promesse de bail à construction » à la SCI Tour Triangle, filiale du groupe Unibail-Rodamco qui porte le projet. Selon leur avocat, le recourss’appuie sur « l'insuffisance d'étude d'impact paysager qui n'a pris en compte que des points de vue de la rive droite très lointains, et non de la rive gauche », ce qui « ne permet pas au public d'avoir une bonne compréhension » de cet impact. Il estime que « l'autorisation donnée à la SCI est illégale car il aurait fallu une procédure de mise en concurrence ». Selon le collectif d'opposants, le projet « n'est pas d'intérêt général » alors que « Paris n'a pas besoin d'espaces de bureaux supplémentaires » et que la tour représente une « négation de la ville, prévue pour exister en totale autarcie, coupée de la ville en la dominant de toute sa hauteur et toute son ombre » indique le collectif dans un communiqué.

    La mairie de Paris n’est pas vraiment étonnée par ce nouveau front dans la bataille autour de la tour triangle : « Ce recours ne nous surprend pas vraiment ? Ce sont des associations hostiles à la construction de tours qui font de la procédure. Le commissaire-enquêteur, le 1er février 2017, a donné un avis favorable. Ils arguent d'un vice de procédure, c'est un schéma classique » Jean Louis Missika  adjoint au maire à l’urbanisme en rappelant qu'il est toujours prévu que la première pierre de la tour soit posée avant 2020 pour une ouverture avant les jeux Olympiques en 2024. Très contesté, le projet avait été une première fois rejeté en novembre 2014 puis approuvé avec quelques modifications par le Conseil de Paris le 30 juin 2015, à une courte majorité. Mme Hidalgo avait alors rappelé que la construction du gratte-ciel représentait un investissement privé de 500 M€ et la promesse de 5.000 emplois.

  • A COTE DE VANVES : LA TOUR TRIANGLE VICTIME DE L’ARMEE OU DU BREXIT ?

    L’armée sera-t-elle plus efficace que le collectif d’associations  « Contre la Tour Triangle » (ADAHPE, SOS Paris, Monts 14, ACTEVI, Touche pas à mon ciel, Issy Ecologie, Jeunes Parisiens de Paris)  pour obtenir la peau de la tour Triangle, prévu d’être construit porte de Versailles à côté de Vanves

    Ce building de 180 m de haut à quelques centaines de mètres du « Pentagone Français », dont le projet est porté par le promoteur Unibail-Rodamco vient de faire l’ibjet d’une enquête publique qui s’est achevé le à la mi Octobre, son permis de construire déposé le 24 décembre 2015 à la direction de l’urbanisme de Paris étant en cours d’instruction. La question s’était déjà posé,  lors du choix de ce terrain entre 2007 et 2009 et de son chantier, de savoir si l’ex-hôtel Sofitel Sévres qui surplombait le futur nouveau ministère de la Défense tout comme l’Aquaboulevard et l’héliport pouvait représenter un risque et une cîble, bien avant ls attentats et l’Etat d’urgence.  La question avait été résolue par sa destruction car des travaux de réhabilitation auraient coûté trop cher.

    Le sujet est étudié de près par les services du ministre de la Défense, comme l’a constaté Jean-François Lamour (LR) député du XVéme, qui a interrogé le ministre Le Drian  sur la sécurisation des parcelles du ministère. « Le site de Balard constitue de fait une cible potentielle, dans un contexte caractérisé par un risque terroriste très élevé » s'inquiétait il. Le projet « fait l'objet d'une analyse approfondie de la part de l'ensemble des services concernés de mon département ministériel, afin d'évaluer les risques éventuels que pourrait entraîner l'édification d'un tel bâtiment sur la sécurité de l'Hexagone Balard » lui a répondu le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian qui  précisait que  « La Direction de la protection des installations, moyens et activités de la Défense est chargée de cette étude ».

    Le commissaire enquêteur dans le cadre de la DUP (Déclaration d’Utilité Publique)  a indiqué au collectif d’association que les résultats de cette étude serait prise en compte et mentionnée dans ces conclusions. «Ce qui donnerait un argument de plus à l’exécutif parisien et à  Unibail pour abandonner ce projet dont l’image se dégrade jour après jour.  Et Unibail pourra l’abandonner sans avoir à payer de pénalités lourdes jusqu’en 2019 » indique Olivier Rigaud, porte parole du collectif d’associations, en indiquant qu’il a engagé en procédure d’appel contre la révision simplifiée du PLU de Paris permettant cette construction, et attaquera par la suite le permis de construire. « Par ailleurs le conseil d’administration d’Unibail doit prendre en compte les conséquences financières possibles sur l’immobilier du Brexit  auxquels se rajoutent les risques liés à la bulle spéculative immobilière de bureau avec 4 millions de m2 de bureaux vides sur Paris et la petite couronne ». De leur côté, le  cabinet d’A.Hidalgo assure que « Nous n'avons jamais été saisis d'une quelconque interpellation de la part du ministère sur des questions de sécurité liées à la tour Triangle ». Et le promoteur Unibail précise que  « Nous avons travaillé avec la préfecture de police sur toutes les questions de sécurité et de sûreté ».