Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marie josÉ perec

  • LES FEMMES CELEBRES DE VANVES : De Gabrielle d’Estrée à Darrieux,Debré, Cluzel

    A l’occasion de cette  Journée Internationale de la Femme, Vanves Au Quotidien rappelle le souvenir  des femmes  qui ont marqué notre ville, à différents titres, à travers son  histoire contemporaine et ancienne…en  ayant sûrement oubliée certaines chéresvau coeur des vanvéens

    Commençons par des contemporaines qui sont passées à Vanves à un moment de leur vie : Véronique Genest, vedette d'une série TV « Julie Lescaut » qui avait choisie Vanves comme décor pendant 12 ans, entre 1994 et 2006. Danièle Darrieux, disparue récemment,  grande dame du cinéma français qui a vécue  quelques années avenue du Parc. Tout comme Yvette Farnoux, déportée-résistante, présidente fondatrice de l'association Mémoire des déportés et des résistants de l'Europe qui a été la 8éme femme  à avoir reçue la grand'croix de la Légion d’Honneur.

    Mais aussi Marie José Perec, championne Olympique lorsqu'elle a commencée à remporter ses premières médailles aux Championnats du Monde et aux J.O, et que l'on revoit dans le comité d'organisation des JO de 2024 auprés de Tony Estanguet. Elle avait sollicité différents acteurs pour la sponsoriser dont la ville de Vanves qui avait refusée, ne devinant pas un destin de championne. Contrairement à Léonore Perrus, escrimeuse prometteuse qui avait été retenue dans l’équipe olympique française d’’escrime en 2008 et  pour laquelle la ville s’était énormément mobilisée. Il faut ajouter  Claire Lesegrain, journaliste à La Vie et La Croix, auteur d'une passionnante enquête sur les « grands ordres religieux », Daniéle Meyrieux qui avait la passion du théâtre et l'a fait partagée avec l'association « Le Toucan », Corsi, artiste peintre toujours installée dans un atelier d'artiste du 13 Rue de Châtillon qui s'est beaucoup intéressé au parc de Vanves et expose encore dans notre ville…..

    Certaines reposent à Vanves, mais pas toujours au cimetière, comme Alice Saprich qui s'est fait incinéré et dont l'urne a été installée dans le jardin d'un petit pavillon prés de Saint François, par son neveu par alliance. Des vanvéens se souviennent l'avoir vu en rolls avec Thierry le Luron, faire ses courses dans l'ancienne épicerie de la rue Louis Blanc. Une autre actrice, Colette Blanco (1906-1998) dont le nom de scène était Colette Darfeuil, repose au cimetière de Vanves. Notre ville a vu séjourner Maria Tsvetaeva (1892-1941), grande poétesse russe (sur la photo), auteur de poésies lyriques, de poèmes, de tragédies, d'essais qui connaîtront un grand succès après sa mort, et auquel la ville a rendu hommage lors des journées du patrimoine 2010. Sa vie fut celle d'une poéte révolté, d'une âme exilée qui connut une destinée tragique. La Révolution Russe de 1917 a bouleversé sa vie et l'exila à Vanves en 1925 où elle a habitée rue JB Potin.

    Louise de Bourbon (1754-1824), dénommée «Mademoiselle» préceptrice du duc d'Enghein a passé tous ces étés au château de Vanves où elle a joué à la paysanne à l'image de Marie-Antoinette dans son hameau de Versailles. Enfin, peu ont donné leur nom à une rue de Vanves : Gabrielle d'Estrée, l'une des maîtresses renommées d'Henri VI, ou Juliette de Wills à une voie dite « villa » qui rappelle généralement le souvenir d'un propriétaire à Vanves.

    Aucune n'a été élue maire de Vanves, jusqu'à présent. Mais Vanves a compté une parlementaire avec Isabelle Debré qui doit bien être la seule à avoir été première Sénateur de Vanves, et actuellement une ministre avec Sophie Cluzel chargée des handicapés auprès du premier Ministre.

  • VANVES ET LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME : DES VANVEENNES ILLUSTRES ET MECONNUES

    A la veille de la Journée Internationale de la femme, Vanves Au Quotidien a recherché les femmes qui ont marqué notre ville, à différents titres, à travers son histoire contemporaine et ancienne. A noter qu’aucune femme n’a été maire de Vanves, ni deéputée pour l’instant, par contre deux ont été suppléantes d’André Santini, Françoise Saimpert et Isabelle Debré qui est de surcroit, la première vanvéenne, sénateur des Hauts de Seine.  Par contre, Vanves a depuis un certain nombre d’années des femmes à la tête de son commissariat de police comme c’était encore le cas début Mars

     

    Parmi les contemporaines qui vivent encore dans notre ville ou l’ont quittée : Yvette Farnoux, déportée-résistante, présidente fondatrice de l’association Mémoire des Déportées et des résistants de l’Europe qui est l’une des rares femmes à avoir reçue la grand’croix de la Légion d’Honneur. Véronique Genest qui fait parler d’elle puisqu’elle est suppléante d’un candidat à l’élection législative partielle pour une des circonscriptions des français del’étranger : Elle n’est pas vanvéenne mais elle a été la vedette d’une série TV « Julie Lescaut » qui avait choisie Vanves comme décor pendant 12 ans, entre 1994 et 2006, puisque le (faux) commissariat de cette commissaire set trouvait à l’emplacement du magasin Bio C Bon. Daniéle Darrieux, grande dame du Cinéma français, a vécue quelques années, avenue du Parc. Tout comme Marie Josée Perec, championne Olympique lorsqu’elle avait comencée à remporter ses premièes médailles aux championnats du monde d’athlétisme edt des J.O. Elle avait sollicitée certains acteurs vanvéens pour le sponsoriser dont la ville de Vanves qui avait refusée, ne devinant pas le destin de cette championne.

     

    D’autres qui restent méconnues, ont marqué l’actualité comme Astrid Pichegrain, rare jeune femme à avoir participé au Dakaer en moto (en 2003) et découvert ce sport à l’Enduro du Touquet. Daniéle Martin, spécialiste des marathons de l’impossible sur la muraille de Chine, dans le desert, ou encore Claire Lesegrain, journaliste à La Vie et à La Croix, auteur d’une passionnante enquête sur les « grands ordres religieux », Danièle Meyrieux qui avait la passion du théâtre, et l’a fait partagée avec l’association « Le Toucan », tout comme Racha Arodaky, jeune pianiste plein d’espoir, professeur au Conservatoire voilà une vongtaine d’année, Corsi artiste peintre qui partage sa vie entre son atelier du 13 rue de Châtillon et la Bretagne  avec Jacques Brachet son époux, auquel la ville a rendu hommage à l’automne dernier avec une exposition à l’hôtel de ville…    

     

    Certaines reposent à Vanves, mais pas toujours au cimetière : Alice Sapritch s’est fait incinéré et son urne a été installée dans le jardin d’un petit pavillon prés de l’église Saint François d’Assise qui appartenait alors à son neveu par alliance. Les plus anciens se souviennent l’avoir vu en Rolls (blanche) avec Thierry Le Luron, faire ses courses dans le Centre Ancien et la rue Louis Blanc. Une autre actrice, Colette Bianco (1906-1998) dont le nom de scéne est Colette Darfeuil, repose au cimétioère de Vanves. Notre commune a vu séjourner, bien sûr, Marina Tsetaïeva (1892-1941) grande poétesse russe, auteur de poésies lyriques, de poémes, de tragédies, d’essais qui ont connu un grand succés après sa mort. La ville lui a rendu hommage lors des journées du patrimoine de Septembre 2010 en apposant une plaque sur la façade de l’immeuble de la rue JB Potin où elle a vécue lorsqu’elle s’était exilée après la révolution russe. Beaucoup plus loin dans le temps, Louise de Bourbon (1754-1824) dénommée  « Mademoisrlle » préceptrice du duc d’Enghein, a passée tous ces étés au château de Vanves (Pavillon Mansart du lycée Michelet) où elle a jouée au paysanne à l’image de Marie-Antoinette dans son hameau vee Versailles. Enfin, une seule a donnée son nom à une rue de Vanves : Gabrielle d’Estrée, l’une des maîtresses renommées d’Henri IV, ou Juliette de Wills à une voie privée dite « Vila » qui rappelle généralement le souvenir d’une propriétaire à Vanves

  • VANVES ET SES FEMMES ILLUSTRES ET MECONNUES MAIS RECONNUES

    A la veille de la Journée Internationale de la Femme, Vanves Au Quotidien fidéle à la tradition, rappelle le souvenir  des femmes  qui ont marqué notre ville, à différents titres, à travers son  histoire contemporaine et ancienne…en l’enrichisant et en l’actualisant par de nouvelles informations (et vedettes).   

     

    Commençons par des contemporaines qui vivent encore dans notre ville ou l’ont quittée. Yvette Farnoux, déportée-résistante, présidente fondatrice de l'association Mémoire des déportés et des résistants de l'Europe est la 8éme femme  à avoir reçue la grand'croix de la Légion d’Honneur. Véronique Genest, vedette d'une série TV « Julie Lescaut » qui a avait choisie Vanves comme décor pendant 12 ans, entre 1994 et 2006. Danièle Darrieux, grande dame du cinéma français qui a vécue  quelques années avenue du Parc. Tout comme Marie José Perec, championne Olympique lorsqu'elle a commencée à remporter ses premières médailles aux Championnats du Monde et aux J.O. Elle avait sollicité différents acteurs pour la sponsoriser dont la ville de Vanves qui avait refusée, ne devinant pas un destin de championne.

     

    Mais aussi des inconnues qui ont marqué notre actualité comme Astrid Pichegrain, rare jeune femme qui a fait le Dakar en Moto (en 2003) et découvert ce sport à l' Enduro du Touquet, Danièle Martin, spécialiste des marathons de l'impossible sur la Muraille de Chine, dans le désert, ou encore Léonore Perrus, escrimeuse prometteuse qui avait été retenue dans l’équipe olympique française d’’escrime en 2008 et  pour laquelle la ville s’était énormément mobilisée. Il fait ajouter  Claire Lesegrain, journaliste à La Vie et La Croix, auteur d'une passionnante enquête sur les « grands ordres religieux », Daniéle Meyrieux qui avait la passion du théâtre et l'a fait partagée avec l'association « Le Toucan », Corsi, artiste peintre toujours installée dans un atelier d'artiste du 13 Rue de Châtillon qui s'est beaucoup intéressé au parc de Vanves et expose encore dans notre ville, Racha Arodaky, jeune pianiste plein d'espoir dont le piano (a fait ) et fait parler beaucoup d'elle.

     

    Certaines reposent à Vanves, mais pas toujours au cimetière, comme Alice Saprich qui s'est fait incinéré et dont l'urne a été installée dans le jardin d'un petit pavillon prés de Saint François, par son neveu par alliance. Des vanvéens se souviennent l'avoir vu en rolls avec Thierry le Luron, faire ses courses dans l'ancienne épicerie de la rue Louis Blanc. Une autre actrice, Colette Blanco (1906-1998) dont le nom de scène était Colette Darfeuil, repose au cimetière de Vanves. Notre ville a vu séjourner Maria Tsvetaeva (1892-1941), grande poétesse russe, auteur de poésies lyriques, de poèmes, de tragédies, d'essais qui connaîtront un grand succès après sa mort, et auquel la ville a rendu hommage lors des journées du patrimoine 2010. Sa vie fut celle d'une poéte révolté, d'une âme exilée qui connut une destinée tragique. La Révolution Russe de 1917 a bouleversé sa vie et l'exila à Vanves en 1925 où elle a habitée rue JB Potin.

     

    Louise de Bourbon (1754-1824), dénommée «Mademoiselle» préceptrice du duc d'Enghein a passé tous ces étés au château de Vanves où elle a joué à la paysanne à l'image de Marie-Antoinette dans son hameau de Versailles. Enfin, peu ont donné leur nom à une rue de Vanves : Gabrielle d'Estrée, l'une des maîtresses renommées d'Henri VI, ou Juliette de Wills à une voie dite « villa » qui rappelle généralement le souvenir d'un propriétaire à Vanves. Aucune n'a été élue maire de Vanves, jusqu'à présent. Mais Vanves compte une parlementaire avec Isabelle Debré qui doit bien être la première Sénateur de Vanves (et des Hauts de seine surtout).

    Par contre le commissariat de Vanves a depuis un certain moment beaucoup de femmes-commissaires comme c’est le cas actuellement, avec Camille Chaise, commissaire de police de Vanve-Malakoff depuis Septembre 2010, 2 mois après être sorti Major de la 60éme promotion de l’ANSP qui avait choisi comme parrain Maurice Grimaud préfet de police de Paris durant les événements de Mai 1968, auteur de cette maxime : « Etre policier n'est pas un métier comme les autres ; quand on l'a choisi, on en accepte les dures exigences, mais aussi la grandeur ».