Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

groupe accor

  • L’HOTEL MERCURE DE VANVES : «Pendant ses 15 mois (terribles), on a maintenu l’enseigne allumé ! »

    La brasserie de l’hôtel Mercure a ré-ouverte ces portes Mercredi dernier en  proposant une carte axée sur la cuisine du terroir pour commencer dans un premier temps, «parce qu’il faut repartir à la conquête de nos clients (extérieurs) qui ont abandonné le restaurant, en restant prudent dans nos stocks » expliquait en début de semaine, Philippe Marchand (sur la photo) son directeur général en présentant la carte qui propose 3 formules très estivales  : Entrée, plats, desserts à 22 €, Entrée + Dessert à 26 €, Bowl ou grande salade + Desserts à 18 €. En entrée, par exemple, un saumon mariné à la betterave, quinoa aux févres et poivrons confits. En grande salade : salade de roquette, artichauts poivrade marinés et légumes grillés. En poisson, un filet de Saint Pierre snacké, ratatouille parfirmé au thym. En desserts : Ananas rôti au miel et romarin, caramel à la vanille…

    C’est la première étape pour ce restaurant qui se transformera en bistrot à vins en Octobre prochain : «Nous ouvrirons un bistrot à vin qui tiendra compte de l’historique de cet hôtel en proposant des vins découvertes accompagnés de mets fins. Notre objectif est de nous situer ente le très festif Mama Schelter et le Roof du Novotel». Mais il ne s’arrêtera pas là car il a l’intention d’ouvrir une terrasse au printemps 2022, derrière l’hôtel dans le jardinet où se trouve la salle Michel Ange et la chapelle Orthodoxe, le long de la salle de restaurant pour les groupes. Pour éviter les nuisances, elle fermera à 20H Pour ne pas gêner le visinage si elle voit le jour.

    Pour les vanvéens qui ne sont plus allés au Mercure depuis le 17 Mars 2020, ils découvriront un hôtel complétement reloocké, re-designé, re-décoré grâce à des travaux débutés en 2019 et qui se sont terminés pendant le confinement,  des  chambres à l’atrium avec ses espaces d’accueil, son bar, son restaurant, les salons … Ainsi «l’environnement a changé car la rénovation a été fait par un architecte décorateur Laurent Maugoust qui a voulu une ambiance lié à l’exposition universelle. On trouve des motifs liés à l’art décor sur le sol, dans les chambres avec une tête de lit particulière, un comptoir de réception avec des structures tubulaires, et les luminaires où il a essayé de représenter des dirigeables spectaculairement vu des derniers étages lorsqu’on regarde l’atrium. On a maintenu du végétal avec des plantes naturelles. Et le soir une animation sur les façades en laser. Enfin, nous avons réalisé une rénovation extérieur des façades sur l’arrière du bâtiment» indiquait il lors d’une première rencontre avant la mise en place des couvre-feux et du re-confinement

    Mais ces confinements ont particulièrement été durs, notamment le premier où l’hôtel a été entièrement fermé du 16 Mars au 24 Août 2020. Il a fonctionné ensuite en mode réduit « en mode «warning» sur la bande d’urgence» comme il l’expliquait,  avec service en chambre à partir d’une  carte réduite pour une dizaine à une vingtaine  de clients au maximun (3% d’occupation) le soir en semaine,  accueillant quelques séminaires avec un protocole très strict notamment lors des déjeuners servis sur plateau, avec des contenants jetables, dans des box séparés par des plexiglass…. L’application du couvre-feu a été durement ressentie, surtout dans les derniers temps, lorsqu’il a été appliqué à partir de 18H puis 19H notamment en Avril provoquant des annulations de séminaires reportés en Septembre, sans parler du parc des expositions qui n’a plus accueilli de salons, de congrés depuis le printemps 2020. «Maintenant, nous avons la perspective d’accueillir de nouveau, les clients, avec un congrés au parc à la mi-Juillet, et de retrouver une petite activité séminaire comme cette semaine. Nous vivons une période de réservation  qui nous donne quelques perspectives, surtout à partir du 1er Septembre » explique t-il. Ainsi durant ces quinze mois «on a maintenu notre enseigne allumée »

  • VANVES PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

    EXTENSION : La réponse peu convaincante de Françoise Saimpert concernant l’espace socio-culturel Albert Gazier au conseil municipal de mercredi dernier,  s’explique aisément :  C’est de l’enfumage ! Selon des sources autorisées, le groupe Accor souhaitait élever d’un étage son IBIS budget . Mais voilà, ce projet a provoqué une levée de bouclier des riverains qui défendaient leur part de soleil pour reprendre une expression d’un riverain plus malchanceux d’Hachette, avec l’appui de l’un des leur,  très influent au sein de la municipalité. Du coup, il a fallu à la municipalité trouver une solution : C’est pourquoi elle a pensée à se défaire tout simplement des locaux occupés par ce centre socio-culturel pour le vendre ou le louer au groupe Accor afin qu’il réalise son extension…en prévision de la transformation du parc des expositions avec l’ouverture du futur centre de Congrés « Paris Fondation Center ».  Car le groupe Accor tout comme la ville souhaite en profiter.  

    FUSIONS: L’intérêt de ces échanges lors d’un conseil municipal, ce sont les « non-dits » alors que l’ordre du jour ou les interventions  peuvent donner quelques signes, comme les participants l’ont vérifié avec l’affaire Albert Gazier. C’est le cas de cette délibération sur la mise à disposition et le transfert d’un agent communal du service « Participation Locale-Prévention-Sécurité »  à l’EPT GSO à la suite du transfert de la compétence « politique de la ville » à l’intercommunalité. Selon des sources autorisés, à GPSO, ses élus et ses hauts fonctionnaires réfléchissent non seulement à fusionner les communes (Boulogne-Issy les Moulineaux, mais aussi  certains services ou politiques comme l’ont fait les conseils départementaux  des Hauts de Seine et des Yvelines  avec leurs services départementaux d’archéologie,  et leur SEM Aménagement  et bientôt leur service voirie.   En ligne de mire, la politique de la ville avec toutes les actions autour de la prévention que mènent ces 8 communes, et la vidéoprotection, mais aussi la solidarité avec une fusion des 8 CCAS qui est plus que dans l’air !

  • HOTEL MERCURE DE VANVES, 30 ANS APRES, RENCONTRE AVEC JEAN MICHEL LEBRUN, SON DIRECTEUR GENERAL ACTUEL

    Ouvert le 23 Avril 1982, à la veille de la Foire de Paris, inauguré en grande pompe le 9 Juin 1982 après 18 mois de chantiers, l’hôtel Mercure de vanves célébre ses 30 ans dans la discrétion, à l’image de Jean Michel Lebrun, son directeur général depuis 2003, qui a pris le relais d’Yveline Sacotte et de 2 à 3 autres directeurs généraux (Cf article du 29 Mars 2012) Parmi ses 120 à 130 employés, 3 sont là depuis le début  dont le directeur adjoint technique, un bagagiste, un agent du Room Service, ainsi que quelquesgouvernantes

     

    Il reconnait aujourd’hui, qu’un directeur général,  comme lui,  ne pourrait pas être en même temps, conseiller municipal de Vanves, comme ce fut le cas pour le premier, Michel Freschel. « On ne peut pas se disperser car il y a une attente très forte des actionnaires (et des fonds de pension)  dans les résultats, car il y a beaucoup d’exigences en terme de qualité de services et d‘images que nous véhiculons. Nous sommes plus présent sur le terrain, car nous avons des concurrents » explique t-il.  Chaque directeur a apporté sa touche. Yveline Sacotte qui l’a précédée a embellie l’atrium avec des plantes vertes en le rendant plus chaleureux, plus valorisant. « Elle avait rendue cet hôtel agréable. J’essaie de conserver cette démarche ». D’ailleurs il prévoit de refaire en 2013 l’atrium pour le rendre moins gourmand en énergie et moins sensible aux variations de température.  Des travaux ont commencé en 2009 pour rénover les 388  chambres dont 4 suites et 50 chambres priviléges, notamment au niveau de l’éclairage, de la literie, de la salle de bains. 2,2 M€ ont été investis dans la réfection de la restauration (bar et brasserie) et des salles de séminaires au décor « tendance » et plus moderrne, bénéficiant des dernières technologies (en terme d’affichage par exemple), répondant mieux aux attentes de la clientèle.  

     

    La proximité du Parc des Expositions de la Porte de Versailles a toujours un impact important sur son activité,  avec la clientéle d’affaire (55%) provenant du parc des expositions certes, mais aussi et beaucoup des grandes entreprises (Coca Cola, Microsoft, Safran…) qui se sont installées tant à Issy qu’à Vanves, Malakoff, les XV et XIVéme arr. de Paris,  avec le tourisme de loisirs  (45%) avec beaucoup d’asiatique, tawainais,  Chinois, et indiens,  d’américains du sud. Mais cet hôtel a  aussi une forte activité séminaire  grâce à ses 700 m2 de surface de salons, avec pour clients surtout  des laboratoires. « Le taux d’occupation est de 75% en moyenne avec des hauts et des bas à cause la crise,  des salons qui partent à Villepinte (Cheval…) » explique t-il. Mais il a profité de la fermeture de l’hôtel Pullmann (600 chambres), au pied de l’Aquavoulevard et de l’héliport.  

     

    Contrairement à ce que pourrait laisser penser cette discrétion dans ses relations avec la ville de Vanves, Jean Michel Lebrun  entretient de bonnes relations avec son maire « qui est à l’écoute et très réactif » et la municipalité : « A chaque fois que l’on rencontre des problèmes, il trouve des solutions » indique son directeur général en citant quelques exemples comme l’inondation des salons et des salles  réunions à cause d’un bouchon sur les évacuations d’eaux pluviales, les interventions de la police municipale lors de problèmes d’insécurité. Occasion de l’interroger sur l’emplacement des cars rue du Moulin qui suscitent les critiques des riverains et des automobilistes : « Nous n’aurions pas de clientéles loisirs s’ils n’existaient  pas. Souvent ils sont occupés par des cars locaux qui viennent se garer et restent plusieurs jours » indique t-il en constatant que parmi les riverains (irracibles) « beaucoup viennernt avec leurs chiens crotter  sur nos pelouses ! ». Ce qui ne l’empêche pas de prévoir se tourner un peu plus vers les vanvéens pour les attirer au bar et à la brasserie de l’hôtel grâce des soirées coktail champagne, biéres au bar, des animations musicales. Il réfléchit même  à lancer des brunchs le dimanche destiné à la clientèle de Vanves et des environs.