Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

commerces de vanves

  • LES SURPRISE DE LA RENTREE 2013 A VANVES : TROUVAILLES S’EN VA

    Il a été beaucoup question de Trouvailles dans les rumeurs qui ont couru les rues de Vanves durant cet été 2013 et qui se vérifient : Trouvailles va bien fermer ses portes  le 30 Novembre 2013 après 33 ans d’activités. C’est pourquoi son propriétaire liquide son stock. Il a faillit fermer le 1er Juillet mais il a réussit à obtenir un délai jusqu'au 30 Novembre: « On est obligé de fermer par la force des choses. On n’est plus dans les normes notamment incendie pour ce genre de commerce. Et puis on m’a expliqué qu’avec les nouvelles normes d’accessibilité, une réhabilitation du magasin serait impossible financièrement.  Il faudrait refaire tout le bâtiment. Et devant le coût, son propriétaire a dit non. Et le nouveau propriétaire qui a acheté ce bâtiment a souhaité le reprendre vide…pour faire des bureaux » explique Antonio Presa complètement désabusé, déçu d’avoir reçu très peu de soutien du maire  et des élus qui ont mis en avant, bien sûr, le « principe de précaution ». Le 30 Novembre il s’installera dans un magasin à Gentilly qui lui appartient pour liquider ce qui restera de son stock. Ainsi l’un des plus vieux commerçant de Vanves partira puisqu’il s’était installé voilà 33 ans, suivi ou devancé de peu  par le Relais de Vanvres que Luc Arias a racheté en 1981,  et par la librairie du Lycée, où M.Buire s’était installé en Mars 1983 voilà 30 ans.

     

    Qui ne connaît pas « Trouvailles », ce célèbre dépôt-vente au carrefour des rues Sadi Carnot et Marcel Martinie où une boîte de nuit a failli ouvrir au sous sol  et où une des loges maçonniques françaises est installée à l’étage. Antonio Presa est arrivé à Vanves en 1981/82 et a ouvert Trouvailles : « Lorsque nous sommes arrivés ici, nous avons fait des démarches pour ouvrir une boîte de nuit au sous-sol qui est parfaitement bien adapté et isolé. Nous avions tout ce qu’il fallait jusqu’au disc jokey. Mais le voisinage ne l’a pas permis, parce que ce quartier était tranquille. Mais j’avais aussi l’idée de créer un dépôt-vente au rez-de-chaussée » raconte cet ancien cadre commercial de grosses sociétés qui en avait, à l’époque, ras-le-bol des cravates, des réunions interminables, des repas d’affaires. Et puis, il avait toujours l’idée de rendre service à son prochain, servir les gens, aider les autres… en trouvant finalement « des choses pas chers pour les autres ».

     

    C’est ainsi que Trouvailles est né durant la belle époque des dépôts qui fleurissaient dans les années 1980-90. Il était le 5éme en région parisienne, parait il. Mais, par la suite, la concurrence s’est vite développée, car certains avaient découvert le filon, mais sans vraiment en avoir l’esprit et le cœur, se disant brocanteur et organisant surtout des vides greniers qui ont tué le métier. « Avant, les gens vendaient pour des petits prix, maintenant, ils vendent pour gagner de l’argent ». Il a malgré tout traversé toutes ces années avec ce slogan : « Chez Trouvailles, on trouve de tout où que l’on aille ! ». Il a eu la tentation de s’appeler « La caverne d’Ali baba ». « Mais je me suis méfié, car cela faisait « caverne des voleurs. Trouvailles, c’est bête et tout simple. Et puis des gens m’ont copié avec des « Retrouvailles ».

     

    Mais voilà, « Trouvailles » qui a été  inégalé jusqu’à aujourd’hui, c’est terminé ! Beaucoup regretteront ce lieu où il suffisait de pousser la porte pour trouver de tout, « d’un œuf à un bœuf », à la condition de prendre le temps de chiner, de regarder, sans arrière pensé, ni but précis « car c’est comme cela que l’on trouve un objet dont on fera quelque chose » confie t-il. Et quelquefois, ses visiteurs venaient de loin : des metteurs en scène de films, des décorateurs pour les vitrines de Noël des grands magasins. Enfin, Trouvailles c’était l’esprit convivial, car beaucoup de gens viennent ici pour papoter, passer le temps, dire bonjour. « Vous voyez, on en parle déjà au passé ! ». Alors que vous avez encore jusqu’au 30 Novembre pour découvrir Trouvailles.