Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pms andré riche

  • DES PETITS DESAGREMENTS METTENT EN BOULE LES BOULISTES DE VANVES

    A Vanves, il ne faut pas être pressé lorsque vous avez quelques petits soucis matériels. Et surtout si vous êtes responsable d’une association ou d'une section sportive du Stade de Vanves, installée dans le pavillon des sports. Voilà quelques mois pendant la quinzaine du tournoi de Roland Garros, la section tennis reçoit Adidas sur ses courts couverts pour une opération promotionnelle avec quelques champions. Ses techniciens ont dû intervenir dans le local technique pour brancher quelques appareils, provoquant quelques désagréments après leur départ, puisque la liaison avec le réseau câble de Numéricâble  a été coupée, pour au moins l’un des deux téléviseurs du pavillon des sports, celui du local Boules Lyonnaises. Le câble de liaison a dû tout simplement être enlevé et pas rebranché ou mal connecté. Il suffirait de bien le rebrancher pour que la section Boules Lyonnaises évite de payer un abonnement à Numéricâble pour rien. Ce qui demanderait bien 1 à 2 mn. Mais voilà c'est impossible depuis 4 mois déjà

    Malgré plusieurs demandes, la visite d’un technicien des services techniques qui s’est déclaré incompétent n’ayant pas d’habilitation électrique, pour remettre de l’ordre dans ce local où des câbles traînent par terre en désordre, parait il. Il suffirait de faire intervenir un professionnel antenniste, mais cela paraît compliqué, et puis cela va coûter. Et les boulistes attendent toujours d’être re-câblé. Mais ce n’est pas bien grâve, car ils sont habitués :  il a fallu un an pour remplacer l’éclairage qui n’éclaire pas et qui coûte cher car ce pavillon a été très mal conçu lors de sa construction dans les années 1990 lors de la première rénovation et restructuration du PMS. Idem pour les joints des portes du local qui n’ont pas toujours été remplacé depuis un an, et qui permettent de faire des économies chauffage en hiver.  

    Ses petits désagréments sont tout à fait symptomatique d’une époque où beaucoup parle de proximité mais ne l’applique pas dans les faits. Depuis l’interco qui est compétente pour les espaces verts par exemple,  et le transfert aux services techniques de la partie travaux et entretien des bâtiments, personne, parmi ceux qui profitent de ce bel équipement sportif, ne sait plus très bien qui intervient sur quoi entre interco, service techniques, service des sports pour nettoyer, entretenir ses bâtiments, ses espaces verts, élager… et même pour mettre du papier toilettes dans les sanitaires, alors que tout était plus simple lorsque ce n’était que le service des sports qui s’occupait de tout. Il n’y a eu qu’une seule fois où les boulistes comme les tennismens ont vu tout ce beau monde rappliquer pour rasfitoler, réparer, remettre aux normes : la veille d’une visite de la commission sécurité. Après plus rien ! De quoi avoir les boules !